Maniac Story-ep01: Je t’aime à la folie

Bande annonce publicitaire 🙂 : Mon nouveau blog! à cette adresse : http://etrelapaix.wordpress.com/ 🙂

 

Juin 2008,

RER A jusqu’à la Défense. Je descends à pieds l’esplanade. C’est le matin et je me rends à mon école de commerce. Il fait beau et, comme tous les matins depuis peu, j’allume un joint d’herbe que je fume paisiblement sur le chemin au milieu de ces jeunes cadres dynamiques qui s’affairent en bas des grandes tours de la Défense.

Je me sens bien. Même très bien. L’herbe ne me défonce pas, au contraire elle me rend serein et très confiant.

Ce matin c’est un examen oral qui m’attend. Une présentation de groupe au sujet d’une création d’entreprise. Bref, tout le monde est stressé. Sauf moi. Bien sûr l’entretien se passe très bien, le jury me congratule sur mon élocution « pertinente et claire » à propos des fonds de roulement. Et puis après midi entre copains. Terrasse de café, bières: tout est parfait. Seulement, mes pensées sont tournées vers cette fille que j’ai rencontrée le mois dernier. Un vrai coup de foudre. On s’est vus et revus durant trois semaines. Une osmose s’est produite entre nous. Ce qui me soucie c’est que cela fait trois jours que je n’ai pas de nouvelles…

La soirée est annoncée chez un copain de l’école. Sur le chemin je trouve sur le trottoir une petite perruche jaune mourante, là, sur le sol. Très sensible à cette scène tragique, je décide de la prendre afin de l’amener avec nous et la soigner une fois arrivée. A partir de ce moment là, il est sacrément primordial de sauver cette petite créature divine. L’oiseau meurt. Une partie de moi est en transe. Je sors, seul, pour enterrer l’oiseau. Il fait nuit, à genoux au pied d’un arbre, l’oiseau dans la main, je m’effondre. Un peu plus tard, seul devant son tombeau symbolique, j’implore le ciel et « mon Dieu » et pleure toute ma souffrance « Qu’ai-je fait pour mériter une telle tragédie?!… ».

Je rentre finalement dans l’appartement. Un copain participant à la soirée me prend à part. Sachant que quelque chose n’allait pas en moi, il me demande des explications sur mon comportement mystérieux, et rongé d’inquiétude il se met même à pleurer. Moi, remis de mes émotions, le rassure et fait mine d’être insensible face à son inquiétude. Plus tard, sur un coup de tête, j’appelle un taxi dans l’idée de rentrer chez moi (et ma famille).

La faute au taxi-man.

J’étais amoureux de C. Je ne comprenais pas son silence… Je partageais alors mes sentiments et les détails de ma relation avec le chauffeur de taxi. Ah oui, j’ai oublié de te dire que depuis quelques semaines j’étais très, très sociable. C’est alors que, lui, me raconta une vieille histoire d’amour. Sur la route, d’un ton moralisateur il me conseilla de lui déclarer ma flamme, si c’était vraiment l’amour de ma vie. Très sensible à ces paroles qui résonnaient en moi, je lui demanda de me déposer en face de chez elle.

Il était une heure du matin. Debout dans le jardin de sa résidence, au pied de son immeuble, je l’appelai. Réveillée et surprise par cet appel, elle me dit de partir. Perdu face à ce rejet, je la supplia « de me donner un peu d’eau pour soigner un petit oiseau blessé ». Je délirai et ma folie la rendit hystérique. Elle se mit à crier si fort que sa mère prit à son tour le téléphone et menaça d’appeler la police si je ne rentrais pas chez moi. Paralysé par la souffrance de ce coup de poignard au cœur, je perdis complètement la raison: J’appelai moi-même la police, « Mon amoureuse est retenue en otage et enfermée par sa mère! ». Ce ne fut pas tout. J’appelai aussi les pompiers, « il y a le feu chez mon amoureuse, venez vite! ». Et, enfin, ce fut le tour du Samu. Une voiture de police arriva rapidement. Un des policiers contrôla mon identité et écouta mon désarroi. L’autre rentra dans l’immeuble et constata que la mère n’était pas réellement une criminelle. Les pompiers arrivèrent ensuite, tout un régiment près à aller vaincre les flammes censées brûler l’appartement de ma princesse. Et puis se fut le Samu. Je fus alors entouré de tous ces hommes en fonction, dérangés en pleine nuit par le délire d’un déséquilibré.

Moi, je pleurais, ils ne me croyaient pas… Je pleurais d’amour. Mon esprit s’était transformé en un opéra de passion intense. Il y avait un pompier qui était plus particulièrement mécontent que les autres. Il me poussa. Heureusement, il y avait plusieurs corps de métiers différents. C’est les policiers qui raisonnèrent le pompier en question.

Finalement j’ai eu le droit aux menottes et au voyage jusqu’au commissariat.

Au poste, les policiers étaient, en réalité, touchés par l’amour extravagant que j’avais envers ma princesse. Ils furent pris d’affection à mon égard jusqu’à ce que mes parents, surpris, vinrent me chercher.

Il n’y eu aucune suite judiciaire à cet épisode.

Par contre, ceci n’est que l’introduction de ma première crise maniaque.

Prochain épisode : Maniac Story-ep02: L’exorciste

W.

Publicités

56 responses to “Maniac Story-ep01: Je t’aime à la folie

  • ver00

    Je suis tendue en vous lisant, j’ai peur pour vous,je sais, je comprends.Toute l’angoisse va sortir APRÈS. Quand vous allez réaliser que vous étiez fou.

    • bipohypermaniac

      Oui c’est vrai la redescente est douloureuse à l’instar d’une bonne dose d’héroïne. Mais en réalité on ne réalise pas qu’on est « fou ». Car pendant la manie on est dedans donc on ne réalise pas que l’on déraille, et lorsque l’on se restablise on ne se sent pas « fou » vu qu’à cet instant on est pleinement conscient de la réalité.

      • ver00

        Je ne réagis pas comme vous,je sais que je suis folle sans traitement,et c’est terrible à admettre.

      • bipohypermaniac

        Une personne qui a le cancer, prend un traitement pour se soigner et essayer de vivre avec comme espoir une possible guérison. La bipolarité est une maladie comme les autres. Il nous faut l’aide de médicaments pour pouvoir vivre avec.

  • ver00

    Vous avez sans doute raison,mais je ne peux m’empêcher de me torturer avec l’idée que je suis folle.Mon mari me le dit parfois,et je suis infirmière,dans mon milieu, malgré que ça puisse paraitre paradoxal,c’est une maladie taboue.

    • bipohypermaniac

      oui et pas que dans ton milieu! d’où mon blog pour essayer de dédramatiser la bipolarité. Et j’invite à tous les bipolaires de me joindre à ce combat. Courage!

      • ver00

        Merci pour tes réponses,elles me font du bien,je me sens moins seule et moins folle.

      • bipohypermaniac

        Tu n’es pas « folle ». On a des périodes de « folie », si tu veux. Mais le fait que l’on ai aussi des périodes où l’on est conscient que l’on a été « fou » montre que l’on a toutes nos capacités intellectuelles. As-tu déjà écrit un de tes épisodes maniaques?

      • ver00

        Non,je n’ai jamais raconté mes manies,mais je me souviens de tout,avec cette impression d’être emportée par mes actes et mes paroles,sans pouvoir rien y faire.

        C’est grâce aux traitement que l’on redevient normal,sinon,notre vie serait d’être enfermé ou attaché.

      • bipohypermaniac

        Oui, c’est probable malgré le fait que la société à un rôle dans la cause de la hausse du nombre de bipolaires

  • ver00

    Je suis d’accord,nous sommes plus des victimes,comme le sont les meurtriers,d’un problème environnemental.La société n’est pas clean.

  • le blabla de l'espace

    excusez moi d’intervenir, voilà, bon j’ai lu tes délires, et donc moi qui n’ai pas cette maladie, parceque folie je crois pas, je pense que à mon sens vu comme cela, on dirait plutot une connexion qui se fait pas,
    j’explique,
    je sais c’est ridicule par rapport à vos ressentis, mais voila,
    j’ai des crises de migraines et donc j’ai des auras avant migraines, des problemes pour parler je jargonne ou alors je perd l’équilibre ou alors je suis tres depressive, je vois meme la moitié des gens, pffff,
    en fait alice aux pays des merveilles a été crée par un migraineux, on peut aussi voir des gens tout petit ou avoir l’impressio nd’etre grand, bon moi je vois que la moitié des gens, lol
    bon bref, pourquoi je dis cela,
    c’est que les gens me prennent pour une fada si je leur dis cela
    un jour un couple vient manger chez moi
    paf crise de migraine, impossible de dire un mot, le mot etait ds ma tete mais pouvait pas sortir
    je me met a dire, aga da dapa sortir,
    pfff
    le couple se regarde et crois que j’ai bu, ils sont restés, et pourtant la nana etait aide soignante,
    donc le regard des autres est dur c’est vrai
    mais donc , mince j’arrete pas dire donc lol, donc, ok j’ai des attitudes bizarre, puis la douleur arrive insuportable, et une fois que la douleur se barre , j’ai une euphorie comme si je revenai a la vie

    alors voila, je me dis , que je suis malade, et que c’est pas de la follie c’est une maladie, meme si je sais plus parler ou pense a ce moment la, c’est juste une connexion cerveau, mes arteres qui se sont resserees, je connais maintenant le mecanisme, c’est comme de la plomberie, c’est un probleme mecanique

    bah vous aussi, je pense, c’est un schmoll comme l’epilepsie, c’est pas de la folie,

    ok cela donne des trucs bizarre, et alors c’eset pas de la folie je repete

    par contre,

    nous qui sommes on va dire dans la norme, (a part quand j’ai mes migraines lol)

    quel est le comportement qu on doit avoir face a un bipolaire qui craque ? qui délire ?
    car voila quand on sait pas justement on peut se dire mais il est m’enerve ce type, ou il sait pas ce kil veut,
    comment savoir si c’est un bipolaire quand ont rencontre la personne bien et que apres on la voit mal, tu vois je m’explique mal,

    bon je sais pas si tu piges mes questions, mais c’set pour comprendre et avoir un bon comportement pour aider le bipolaire, car quand j’ai rencontré le fils de ma copine, j’avoue que je savais pas quoi faire , je parlai naturellment mais j etais pas a l’aise, je suis inculte dans le sujet

    bisous,

    • bipohypermaniac

      Bonsoir Julie,

      Je parle de moments de folie dans le sens où l’on est en dehors de la raison, où l’on a plus d’emprise sur nos actes. D’ailleurs on est jugé irresponsable de nos actes.
      Donc relativement à notre société, j’insiste : on a une part de folie qui se réalise dans nos manies.

      Après, je veux bien entendre les jolis discours « personne n’est fou… personne n’est malade », d’une part c’est vrai mais cela ne fait pas avancer les choses.

      Comment se comporter avec un bipolaire?
      C’est une question très large que tu me poses. Il y a des bouquins qui sont écrits seulement dans le but de répondre à cette question. Il y a le livre « Vivre avec un bipolaire » de dr Gay par exemple.

      Le but de mon blog est d’apporter une compréhension de la maladie à travers mon vécu et mon recul. J’apporte alors quelques réponses indirectement dans mes divers articles
      Mais grâce à ton commentaire, un de mes prochains articles sera ciblé sur ce sujet, merci!

      Juste une chose:
      Si tu as devant toi un bipolaire stabilisé et bien… tu n’as qu’a te comporter normalement, puisque son humeur est stable. Si son humeur fait des siennes: c’est une autre chose…

      W.

  • ver00

    Bonsoir W,

    Prends tu ton traitement régulièrement ? Excuse moi de te demander ça, je sais que c’est une question qui fâche, normal pour moi……je ne te demande pas ça parce que je te sens fou, non,mais pour savoir si tu es résigné ou pas.J’ai fait de multiples manies,en 10 ans,je n’accepte toujours pas les effets indésirables des traitements, mais, j’ai une peur certaine de ma folie.

    Amitiés.

    • bipohypermaniac

      Bonsoir,

      Cela ne me fâche pas du tout et oui je le prends régulièrement je n’ai pas de doute la dessus. Il fait partie de mon quotidien comme le brossage de dents!

      W.

      • ver00

        Bonsoir William,

        Alors,pourquoi n’es tu pas admis chez les bipôtes ?

        ver00.

      • bipohypermaniac

        Bonsoir,

        Ils ne m’ont jamais envoyé de mail de confirmation d’inscription, je ne suis pas le seul d’ailleurs.

        W.

      • ver00

        C’est pareil pour moi.Qu’est ce qu’ils prétendent ? Pourquoi ne sommes nous pas inclus parmi les bipolaires ayant besoin de contacts ? Ce n’est pas normal. Il ne prennent pas la maladie dans son ensemble,donc, ils ne vont pas au fond du problème,ils n’aident pas ceux qui en ont le plus besoin.

        Bonne nuit.

      • bipohypermaniac

        Bonsoir,
        Il ‘avère que j’ai croisé le fondateur de ce forum.
        Les bipôtes a été créé il y a des années maintenant, il se peut simplement que les modérateurs du site ne sont plus aussi présents qu’au début et donc n’inscrivent plus les nouveaux.

        Qui sait?

        Bonne journée,
        W.

  • elise9

    Bonjour William (?) 🙂
    J’ai deux questions :
    tu n’avais jamais eu d’épisodes de la sorte avant ?
    As-tu déjà pris des drogues dures ?
    heu t’es pas obligé de répondre bien sûr, ça fait un peu interrogatoire de police mon truc… 😀

    Et sinon, il est intéressant que tu mentionnes à plusieurs reprises le fait que tes ressentis soient très proches de l’héroïne parce qu’il y a un homéopathe indien qui fait des recherches sur un traitement pour les troubles bipolaires, il utilise entre autres le remède heroinum.
    Il a présenté ses travaux lors du dernier congrès en homéopathie de psychiatrie.
    Je sais pas si tu connais un peu le fonctionnement de l’homéopathie mais en gros, ils utilisent des remèdes qui, à doses normales, créent des symptômes précis et à dose infinitésimale, soignent ces mêmes symptômes.
    En France, on croit que l’homéopathie est une sorte de médecine placebo de « bobologie », dans d’autres pays et pour certains rares homéopathes français, il n’en est rien, l’homéopathie traite de nombreux troubles.
    Il n’est aucunement question ici de remettre en cause et/ou d’arrêter ton traitement, mais de t’informer, les deux n’étant pas incompatibles, bien sûr ! 😉

    Je m’intéresse à cette maladie car ma mère était bipolaire.
    Et sinon, il est clair que tu n’es pas fou et ma mère non plus ne l’était pas ! Mais il est vrai que les états maniaques, eux, sont impressionnants…

    Il me semble, dans ton histoire, qu’il y a eu un malheureux effet boule de neige de peur : peur d’être fou à la vue d’un petit dérapage initial (tu dois être perfectionniste, très intelligent, raisonné et raisonnable et très sensible), qui a renforcé la petite folie initiale en folie un peu plus grande, qui est venue ancrer et nourrir durablement la peur de cette folie et donc, la maladie.

    à bientôt,
    Elise

    • bipohypermaniac

      Bonjour,

      Non, je raconte ici mon premier épisode maniaque de 2008. Il y en a eu d’autres plus tard. Petit à petit ils seront écrits et publiés ici.
      Non pour la drogue dure.

      Je n’ai pas entendu parler de ce nouveau traitement, je me renseignerai.

      Certes je prends un traitement, mais je parle de moins en moins de « maladie » depuis que je suis stabilisé et « en voie de libération ».
      C’est un handicap lorsqu’on se place par rapport au système et à ce qu’il nous demande.

      Si, aujourd’hui, je me disais malade, cela voudrais dire que d’autres ne le sont pas. Pourquoi pas l’inverse?

      En réalité je pense que tout le monde a son mal être, mais les bipolaires (entre autres) sont particulièrement sensible à celui ci.

      Mais est-on vraiment malade, lorsque c’est par ce moyen qu’on se libère vraiment?

      Merci à toi, et à ton blog dans lequel je me suis plongé.

      Désolé ce n’est William ni Wilfried ni Wim ni Wagon, ici ce ne sera que W.

  • elise9

    Merci pour tes réponses,

    oui, j’avais vu pour les autres épisodes, je l’ai ai pas encore lus.
    Et je suis entièrement d’accord avec tes réflexions sur la « maladie », et sur le fait qu’effectivement, tu es en voie de libération et donc de guérison. C’est évident, ça transparaît dans tes écrits.
    Je n’osais pas trop afficher ma vision et mon optimisme de manière abrégée ici, certains bondiraient et se croiraient pris en faute ou interpréteraient mal mes propos.
    Mais si tu te plonges dans mon site (courage, ça risque d’être très très long…! :D), tu cerneras à peu près ma vision de la maladie psychiatrique, de la maladie même, en général, même si mon point de vue évolue en permanence aujourd’hui, dans le sens d’un « optimisme » toujours plus grand.

    Pardonne moi pour ton prénom, W. sera très bien ! 😉

  • ver00

    Bonjour,

    Je suis contente de voir qu’Elise nous rejoint dans une autre optique de la bipolarité.Enfin,les choses vont peut-être changer,si nous vulgarisons nos problèmes, qui n’en seront plus si nous les résolvons.

  • elise9

    Je te remercie Veroo,

    et je suis contente de voir que les « bipolaires » (et beaucoup d’autres !) s’éveillent à cette autre vision.
    Et ce n’est qu’un début ! 😉

  • Z.

    Bonsoir,
    En lisant votre récit j’ai commencé à sourire puis à la fin j’avais les larmes aux yeux .Je me reconnais en vous,et je peux même vous dire que maintenant j’aime cette différence.Je ne penses pas que c’est une folie car on a tous une part de folie en nous.les gens ne peuvent pas percevoir la souffrance d’un bipolaire.Je me remémore toutes les crises de manies quoique douleureuses et en même temps je me lasse de cette stabilité retrouvé.
    merci.
    Z.

    • bipohypermaniac

      Bonsoir Z,
      Joli pseudo, dois je te considérer comme voisin?
      Il y a des aspects frustrants dans la stabilité.
      Mais comme je le développe dans certains articles, on de doit pas se contenter de la stabilité. Tu dois aspirer à un état de libération. Pour cela il faut rester ouvert, et à des moments tu auras des sursauts de conscience qu’il faut savoir gérer avec discernement et ne pas retomber dans la folie. La magie que nous avons en nous et toujours présente ; à nous de l’exprimer dans des bonnes conditions. Pas facile j’en conviens. Mais je pense que de croire en cela et ne pas avoir peur est la base de notre libération.
      Tout ceci n’est qu’une théorie provenant de mon expérience.
      Merci de ton attention et réaction,
      W.

      • ver00

        Bonjour W et Z.

        Je suis assez d’accord,moi, j’ai jonglé avec mon traitement,je l’ai arrêté un peu, juste le temps de retrouver un élan suffisant pour redémarrer une autre vie.C’est dangereux, je n’en disconviens pas,mais,nous avons l’habitude de vivre avec le danger, non ? Et,je pense que lorsqu’on se connait bien, on sait ce qu’on peut faire.Maintenant, je suis repartie dans une dynamique de vie, je redeviens volontaire, je n’ai plus besoin de me pousser,et c’est formidable, je reprends confiance en moi.Je suis sure que cette maladie va m’apporter beaucoup, c’est mon inconscient qui m’a parlé,ce n’est pas donné à tout le monde.Je crois que les années à venir regarderons les bipolaires différemment, non pas comme des malades, mais comme des perfectionnistes d’équilibres psychiques ; nous voulons une vie d’harmonie conscient, inconscient,et nous l’aurons.Nous allons , grâce à nous, connaitre de mieux en mieux l’inconscient, si nous bougeons, si nous parlons , écrivons sur nos vies hors norme.Il ne faut plus avoir honte de nous, mais au contraire, il faut revendiquer notre place,et pas en tant que malade mais en tant que chercheurs psychiques.Bon courage à vous 2.

        V

      • bipohypermaniac

        Bonjour,
        Je suis ravi de te revoir réagir ici,
        Je te suis dans cet élan d’espoir de tout mon cœur.
        Chercheur psychique… oui ou pourquoi pas : aventurier de la conscience ;).
        W.

      • ver00

        Merci W, j’ai énormément besoin d’encouragement dans mes idées,je me demande s’il ne faudrait pas fonder une association pour les défendre,et demander une prise en considération de la part des professionnels et des politiques.Notre prise en charge doit changer,nous avons le droit de revendiquer l’écoute de notre inconscient,c’est de notre être dont il s’agit.C’est l’avenir du cerveau humain qui est en jeu, notre monde est trop obtu, il ne cherche pas vraiment les causes des manies, il ne fait que les museler.Quand à être enfermé dans des asiles, pourquoi ne pas laisser s’exprimer certaines manies et les étudier pour changer concrètement notre conscient, dans une zone test par exemple, sécurisée mais rappelant la vie réelle.Si, je suis mieux actuellement,c’est parce que j’ai laissé mes manies s’exprimer,elles m’ont changé, mais d’autres n’ont pas cette possibilité, et surtout,ils craignent de bousiller leur vie, dans un environnement prévu pour ce genre d’introspection,le risque serait amoindri.Une association pour voir le trouble différemment,en le positivant comme tu dis, mais surtout en le voyant comme une mutation cérébrale plutôt que comme une maladie, c’est parce qu’elle n’aboutit pas que nous la voyons comme une maladie, mais personne ne nous aide, au contraire, on nous met les bâtons dans les roues.

        Amitiés.

      • bipohypermaniac

        Oui,
        Mais créer une association selon les codes serait cautionner et accepter d’une manière ce système. Nous n’avons pas besoin de ce cadre là pour nous exprimer. On doit créer un cadre qui nous est propre. C’est pourquoi j’ai mis en place se rassemblement du 21 juin.
        W.

      • ver00

        Je suis désolée de te décevoir, mais, ça ne marchera pas.Les bipolaires ont été cadré par leurs psychiatres,ils sont résignés à être des malades,donc,ils ne prennent pas la parole comme des hommes libres.Nos temps sont ainsi,les bipolaires prennent leurs pilules et disent merci à ceux qui le leur donnent;ils ne chercheront pas plus loin,parce que toutes pensées venant de leur part sont considérées comme maladives et donc inintéressantes. Surtout celles qui consistent à les émanciper,elles seront assimilées à des rebellions à l’ordre social établi. Si l’on peut changer les choses , c’est petit à petit, et encore,on risque des procès s’il y a des incidents, on ne nous loupera pas.

        Bien à toi .

      • bipohypermaniac

        Je suis tout à fait d’accord,
        d’où la naissance de ce blog.
        Et une rencontre même si ces justes quelques uns, ne serait ce pas cela un petit à petit?
        Que proposes tu comme action? car c’est bien de s’exprimer mais c’est encore mieux d’agir.
        W.

  • Z.

    Bonjour W et veroo,
    Je penses que ce qu’il faut demander c’est en réalité changer la façon dont le corps professionnel voie les bipolaires surtout, les psychiatres.Je crois qu’il faut faire un travail sur soit à défaut d’encadrement parfois.Il ne faut pas rester acces sur le traitement, le sommeil,l’alimentation…Le plus important reste négligé voir le psychisme.On pourrait alterner d’autre forme de thérapie même étrangère à la psychiatrie.Et je rejoint veroo quant elle parle de l’inconscient car c’est la ou ce trouve la clef(je crois).Et d’autre part je me demande comment vous pouvez laisser vos manies s’exprimer car dans certaines situations ça pourrait être fatal ou mal perçu par les autres (par exemple au boulot).Egalement un bipolaire ne dira pas avec fierté qu’il en est un,et même s’il le dit pas à n’importe qui.C’est encore tabou.Ce qui est drôle c’est quand tu apprend qu’une personne que tu as fréquenté pendant un certain temps étais tout comme toi.Le problème c’est qu’on se croit seul, et même entouré des gens qu’en aime, on est toujours seul.Les gens ont encore se regard sur ses maladies,et d’ailleurs je déteste qu’on me considère comme malade.Même quand vous en parlez à une personne elle verra en cela une faiblesse et essayera peut être de vous manipuler dans ses instants de no Control ou de crises.Donc se qu’il faut changer c’est la mentalité des gens.

    • ver00

      Pour W et z.

      Les mentalité se changent lentement…….On sera vieux alors.Mais,bon.

      Il faudrait un site qui soit davantage connu pour parler des problèmes des bipolaires différemment,en positivant leurs troubles, contrairement aux autres sites existants.Et essayer de ramener le plus de monde possible, seulement, je crains, les bipolaires soignés sont soumis aux dires de leurs psy.
      .. Comment les toucher avec une pub, sans craindre le procès ?

      • bipohypermaniac

        Bonjour,
        Une pub? Pourquoi un procès, ce n’est pas contre la loi d’exprimer des vérités cachés!
        Positiver sur ce trouble est le sujet de mes écrits, mon livre se voudra être une Apologie de la bipolarité (peut être ce sera même le titre)
        W.

  • lalita

    bonjour
    je suis bipolaire de type 2 traitée au lithium pendant 20 ans et maintenant sous dépamide. je vis seule divorcée depuis 8 ans.ma famille m’a abandonnée.
    je vois une pshychiatre chaque mois qui ne m’aide en aucune façon.
    parait t’il la pibolaritée se « gère »!!!
    un espoir tout de même j’ai appris qu’il existait une clinique de l’humeur a 100 km de chez moi. le psychiatre rencontré en consultation me propose du lacmital en plus du dépamide pour éviter les dépresssions.
    il me propose aussi des séances de groupes de paroles et de la méditation.
    je suis actuellement en période hypoman j’attends de retrouver un équilibre pour commencer cette thérapie.
    merci pour tous ces commentaires je me sens moins seule en vous lisant.
    lalita

    • bipohypermaniac

      Bonsoir,
      Le psychiatre rencontré à l’air d’être motivé et motivant. Un séjour dans cette clinique pourrait surement te faire du bien alors. N’hésites pas à commenter ailleurs, je me sentirai moins seul aussi! Merci pour ton passage et ne perds pas espoir ;). W.

  • noblanc

    bonjour et merci de votre réponse
    je tenais a vous dire ceci! c’est un vrai régal de vous lire.
    j’ai appris beaucoup de choses!merci
    je prends du lamictal depuis ce matin en espérant que je le supporte car une personne sur 10 fait une éruption cutanée.
    je vous souhaite une belle journée.
    lalita

    • bipohypermaniac

      Bonjour,
      Je me régale également à chaque commentaire, merci 😉
      Je prends du lamictal depuis 5 ans. Je n’ai pas eu d’éruption cutanée ni d’autres effets secondaires, si ça peut te rassurer…
      A bientôt,
      W.

  • lalita

    bonjour
    j’espère que ça va bien pour toi que tu profites bien du soleil parisien et de paris plage.j’ai vu que tu faisais un rassemblement « bipolaire » ou autre…lol désolée de ne pas être des votre trop de kilomètres.

    juste un « soucis » je suis en période hippoman (pas un virement maniaque)
    j’ai l’impression de faire un début d’azheimer!!!!!!
    as tu ressentis cela pendant des périodes « up »?
    LALITA

    • bipohypermaniac

      Bonsoir,
      Un jour on fera des événements partout en France 😉
      Pour ton symptôme d’alzeihmer, non, je n’ai pas ressenti ça.
      Les périodes up se vivent très différemment selon les personnes. Il y a des points commun très large (hyper actif par exemple) mais la manie n’est qu’une révélation amplifiée d’une part de ta personnalité, à mon avis.
      Merci beaucoup pour ton passage 🙂

      W.

  • bipolairephilosophe

    Je me suis sentie tellement mal en te lisant (moi aussi je te tutoie).. Car ça me rappelle mes crises maniaques, quoique légèrement différentes, elles sont sur le même thème: l’amour, Dieu, les policiers…..merde je tombe amoureuse de toi lol

    • bipohypermaniac

      Ha oui je sais. Chaque crise est un traumatisme surtout quand il y a le côté délirant qui déstabilise totalement notre personnalité.
      Néanmoins avec patience et espoir les choses se décantent et ces épreuves peuvent se révéler comme une réelle résilience.
      Ecrire ces crises et échanger sont la base pour évoluer, j’en suis certain.
      W.

  • lalita

    bonjour au philosophe w

    Je t’avais parlé du lamictal que j’allais prendre au mois de mai.
    Lamictal et dépamide ne s’associe pas !!!!!!!
    J’ai finalement été hospitalisée j’allais mourir empoisonnée avec ce cocktail.
    j’étais couverte de boutons sur tout le corps qui ressemblait a de la varicelle de la fièvre nausée du sang dans les urines …………….
    Etant bipolaire tous les médecins consultés dermatologues généralistes pensaient que c’était psychosomatique.Les boutons recouvraient mon corps, visage,pieds,mains,la muqueuse de ma bouche.

    Après une exposition d’1heure au soleil j’ai fait une photo sensibilisation
    toujours du au lamictal.(comme dans une cabine de bronzage).

    J ai finalement été hospitalisée dans un état grave j’ai fait une vacuolisation de la basale 1 personne sur 1000 réagit de cette façon avec ce « lousous » c’est du breton lol.

    Pas le droit de plage cet été mon capital solaire est bien entamé.J’ai été trop brulée. Je sors de chez moi avec chapeau et à l ombre.

    J’ espere que tu vas bien?

    Profites tu de « paris plage »?

    • bipohypermaniac

      Hahaha, je ne suis jamais allé à Paris Plage pour ta gouverne. Je reviens de 2 semaines de Cote d’Armor. C’était super.

      Tu n’as vraiment pas eu de chance sur ce coup là :(. M’enfin le plus dure est passé j’ai l’impression. J’espère que tu arriveras quand même à profiter de ta Bretagne.
      W.

  • elvira

    Bonjour

    Tout comme vous j’ai parfois rentré dans de périodes hors de la réalite. Ça m’a causé enormements des problémes. Comment vaincre la culpablilité? Quoi dire aux autres?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :