Maniac Story-ep03: Parano

C’était un samedi après-midi ensoleillé du mois de mai 2008. A côté de mes études de commerce, je travaillais en tant qu’animateur pour enfants dans un complexe sportif au bord de la seine quelque part dans les Yvelines.  Ce samedi après midi j’étais attendu au centre de loisirs pour animer un anniversaire.

Après ce passage chez les démons en blouse blanche, j’avais un milliard de choses à l’esprit mais je me dirigeais tout de même vers mes obligations professionnelles en empruntant un chemin le long de la seine.

Plutôt dans la semaine, pour répondre à mes besoins de créateur d’entreprise, j’avais acheté un téléphone dernière génération doté d’un forfait pro à 100 euros par mois. Très faible investissement vu que j’étais l’ entrepreneur de l’année.

Marchant vers la seine, toujours sous l’emprise de cette énergie démesurée, je tentai de m’apaiser en regardant une fois de plus  la chanson, sous la forme d’un clip vidéo, qui s’était chargée mystérieusement sur mon portable. « On est tous africain, africain… On est tous africain, africain… loin de nos origines… » plusieurs stars françaises chantaient ces paroles et illuminaient devant mes yeux l’écran de mon portable.  Ils m’avaient envoyés ce message via mon téléphone, ils m’invitaient à les rejoindre, j’en étais persuadé. Depuis quelques jours je brillais intérieurement de milles feux. Ces artistes, ces anges, ces étoiles surhumaines avaient repéré ma renaissance, la révélation de mon étoile, et venaient me chercher, tout naturellement, pour que je retrouve ma vraie famille.

Le problème c’est qu’en écoutant cet hymne à mon honneur, mon téléphone se mit à sonner: mon portable est piégé, des personnes me suivent, on veut m’empêcher d’atteindre mon but, je suis persécuté. Une fois de plus, une rage intérieure me dépassa et sans hésiter je me débarrassai de mon téléphone. Je le jetai dans la seine. Voilà, je suis libre. Me sentant léger je continuai mon chemin au bord du fleuve. Cet élan de libération ne s’arrêta pas. Je sentis le besoin de me débarrasser de mon cuir. Allez hop! 250 euros dans la seine. Je jubilai, je me sentais en fusion avec la nature. Je sortis du chemin, descendis le talus et m’essayai près d’un arbuste au près de l’eau. Le sentiment de persécution n’étais pas totalement parti avec le jet de mon téléphone. Il fallait que j’élimine les traces que je laissais derrière moi. Qu’est ce qui efface le mieux les traces? Je me mis à a préparer un feu. Je vidai mes poches en dessous de l’arbuste. Ce dernier était sec, parfait. Je démarrai le feu et puis repris la route. Je me sentis mieux, je me dirigeai alors vers le centre de loisirs. L’idée d’être entouré d’enfants que je connaissais bien, loin de tout mal, m’apaisai déjà.

Prochain épisode: Maniac Story-ep04 : Porté disparu

Précédents épisodes : Maniac Story-ep01 : Je t’aime à la folie

Maniac Story-ep02 : L’exorciste

W.

Publicités

4 responses to “Maniac Story-ep03: Parano

  • elise9

    Les enfants t’ont ramené à cette simplicité évidente, à la beauté de ton cœur et de cette grande et belle « énergie » qui t’habite, sans toutes ces choses qui sont venues se greffer derrière avec l’angoisse et la peur…
    Je suis très très émue par ton récit, pour beaucoup de raisons.
    Tu écris très très bien, dans un style romancé très particulier très agréable à lire.
    Tu écris avec ton cœur, aussi.
    Et puis, tu as une vision très nette de toi-même et du monde qui t’entoure, même si dans les moments de délires, cette vision est travestie par les « démons » de la peur.
    Et enfin, je suis touchée par ton histoire et j’ai une rage aussi, de ce qu’il t’est arrivé, de la manière dont tu as été pris en charge.
    Et en même temps, quand je vois ce que tu fais de ton histoire, de ta « maladie », j’ai confiance. Tu vas t’en sortir.
    Il est évident, pour moi, que tu ne seras pas « malade » toute ta vie.

  • MelleSoso

    Haha, j’ai trop rigolé. Le blouson à 250 euros allez ! J’ai fait un peu la même et me suis libérée de tout le matériel (qui coûtait bon-bon) parce que c’était aussi le seul moyen pour m’en sortir. J’adore lire tes récits des phases maniaques, je me sens beaucoup moins seule et puis c’est drôle. Merci 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :