Vivre avec un bipolaire 1.1

Vivre avec un bipolaire… Tout un programme!

Tout d’abord, je t’invite à te ressourcer via l’Unafam qui est l’association officielle des proches de bipolaires. Ensuite, il existe plusieurs ouvrages telles que « Vivre avec un maniaco-dépressif » du Dr Gay. Voilà de la publicité pour mon psychiatre, peut-être qu’en découvrant cet article il me baissera le prix de consultation, bref!

Tu m’as demandé mon avis sur ce sujet, le voilà:

Premièrement, vivre avec une personne c’est l’aider à subvenir à ses besoins. Le bipolaire, tout égocentrique qu’il est, a sans cesse besoin d’amour. Un bipolaire est un éternel intranquille (lire l’Intranquille de Gérard Garouste), il a toujours besoin d’être rassuré. En quête de reconnaissance, l’amour de ses proches est la base de sa guérison. Le summum du sentiment d’être aimé va être atteint quand le bipolaire va se sentir compris. Le travail de compréhension de son cher bipolaire est de longue haleine et est compliqué par le simple fait que le bipolaire lui-même a beaucoup de mal à se comprendre lui-même. Il en va de soi que l’écoute de son proche est la clé de voûte si on veut vivre avec un bipolaire. Aimer, rassurer, écouter et comprendre : il est donc très difficile pour une personne de vivre avec un bipolaire si elle-même est égocentrique.

Les proches du bipolaire vont être amenés à se confronter avec ses envies plus ou moins fantasmatiques. Des envies soudaines que le bipolaire veut par tous les moyens assouvir. Ces situations sont très fréquentes lors de la manie (état d’excitation). Un bipolaire en phase maniaque est très difficile à contrôler et souvent, faute de mieux, ses proches laissent faire. Discuter ensemble sur ses envies est plus ou moins réalisable, cela dépend du recul qu’à le bipolaire sur son trouble. L’idée n’est pas de le pousser à abandonner mais de l’aider à voir si son projet s’inscrit dans une logique ou non. Parce qu’il aura aussi des désirs plutôt raisonnables et sans risques. « Je veux un chaton » : pourquoi pas?…. « je veux quitter mon boulot » : pourquoi? Que vas tu faire? Tu devrais réfléchir un peu avant de prendre une telle décision. Le bipolaire va avoir de grands projets qui vont changer sa vie brutalement. C’est là que les proches peuvent ouvrir la discussion sur les raisons de ses décisions. Avec du tact, et dans une relation de confiance, l’échange est possible. Mais lorsque l’excitation est trop forte et qu’il est impossible de discuter, il est trop tard : le bipolaire se nourrit de son délire et personne ne pourra lui faire changer d’avis. Que faire alors? La chose primordiale est d’arriver à amener le bipolaire à dormir, à reposer son esprit en ébullition. Soit il accepte de voir un médecin (un psychiatre en fait mais chuuut çà risquerait de le braquer), soit il faut trouver un moyen pour qu’il prenne une petite pilule pour dormir. C’est un acte étrange que de lui faire prendre un médicament contre son gré (des gouttes dans un jus d’orange par exemple, mon frère l’a fait pour moi), mais il te remerciera plus tard pour ton aide. Il faut éviter d’énerver un bipolaire en phase montante avec des paroles lui disant qu’il est malade par exemple, cela ne ferait qu’empirer son excitation. Si ton cher bipolaire n’est pas encore délirant il faut alors essayer de voir avec lui ses envies qui sont raisonnables et celles qui ne le sont pas. C’est distinguer la part de rationnelle et d’irrationnelle dans ses volontés.

Un bipolaire a une énergie qu’il a du mal à canaliser. Cette énergie non utilisée va exploser en crise maniaque ou disparaître lors des dépressions. Lorsqu’il est dans un état stable, il faut trouver des activités dans lesquelles il peut canaliser son énergie et tirer une satisfaction. Les proches peuvent aider leur malade à s’investir dans un sport, un art ou autre chose qui puisse lui convenir et donner du sens dans sa vie. Le bipolaire a besoin d’être entouré de personnes qui le stimulent à faire des choses parce que seul il n’en voit pas les bien faits. Bon! tu te doutes bien que ça vaut pour tout le monde. Hé bien oui, nous ne sommes pas des extra-terrestres, seulement des êtres aux spécificités humaines amplifiées.

Important! Gardes-toi bien d’interpréter hâtivement les actes et paroles d’un bipolaire. Si un jour ton proche bipolaire agit étrangement ou tient des propos inappropriés, s’il te plait ne lui en tient pas rigueur. Il est naturel d’interpréter cela comme une vérité qu’il cachait durant ses périodes stables comme une personne ivre qui dévoile ce qu’elle a sur son cœur, mais non. Je te rappelle qu’un bipolaire a un dérèglement chimique au niveau du cerveau ce qui va engendrer des actes contre sa raison. Si tu reçois un soir des textos cochons d’un ami bipolaire, cela ne veut pas dire qu’il te manque de respect, cela ne va pas dire qu’il veut te « baiser » mais cela veut dire qu’il est en état d’excitation, sur un penchant maniaque. Voilà, si ton bipolaire agit bizarrement, qu’il a un comportement qui n’est pas de son habitude, méfie toi de ne pas le juger trop rapidement.

Je parlai plus haut des projets fantasques du bipolaire. Il faut effectivement faire attention, surtout aux conséquences financières. Mais si ton proche bipolaire t’invite en weekend à Belle Île et qu’il ne montre pas  grands signes d’excitation, ne te prive pas du bon moment que vous pourriez passer. Il y a des projets que le bipolaire va vouloir partager avec ses proches étant donnée  sa grande générosité, alors sans abuser de celle-ci, il n’est pas interdit de te faire plaisir.

Si tu es très proche, voir amoureuse(eux)  d’un bipolaire, tu as le droit et le devoir d’exprimer ton ras le bol. En effet, si ton amour bipolaire enchaîne des petites dépressions et des petits up, un tête à tête s’impose avant qu’il ne soit trop tard. De la même manière qu’il ne faut pas brusquer un bipolaire en dépression ou en manie, il est salvateur d’exprimer son mécontentement dans d’autres moments. Un coup de gueule peut en effet faire tilt et annoncer une  futur amélioration. Il ne faut pas céder sans cesse aux humeurs du bipolaires par peur de lui faire de la peine.

Si tu es toujours là, bravo, car je réservais le plus important pour la fin. A l’instar de la psycho-éducation, le bipolaire doit prendre du recul sans cesse sur son humeur pour identifier des possibles états de crise. Pour cela, il peut créer des critères significatifs de l’évolution de son humeur. Le nombre d’heures de sommeil (le plus évoquant), la consommation d’alcool et de cigarettes, l’agenda (plus ou moins rempli), etc. Le bipolaire doit suivre l’évolution de ses facteurs afin de pouvoir anticiper et enrailler une prochaine dépression ou crise maniaque. En tant que proche, tu dois être autant investi que lui dans ce travail. Il est même normal que le conjoint soit le plus attentif. Eviter l’oubli de la prise du traitement va s’en dire. Vivre avec un bipolaire, c’est l’épauler dans ce travail d’auto-critique.

Enfin, le meilleur conseil pour profiter de la vie est… de ne pas vivre avec un bipolaire! Je plaisante qu’à moitié car si tu recherches une vie stable sans surprises ni bouleversements alors, oui, ne partage pas la vie d’un bipolaire. Si tu aimes l’aventure, les relations passionnelles, les découvertes, les virées sur un coup de tête alors pourquoi pas? Le bipolaire reste avant tout une personne infectée d’amour et si désireux de le partager.

Je serai heureux de lire tes réactions quelles qu’elles soient afin de m’apporter de la matière pour un second chapitre sur ce thème.

L’heureux succès de mon blog m’a poussé à publier mon premier livre disponible et commandable ici : la vie d’un bipolaire, le livre, dont 50% des droits d’auteur seront reversés à l’association que j’ai créé à partir des liens qui se sont créés à partir de ce blog : www.association-hypersensibles.fr.

IMG_0402

 

L’échange entre personnes concernées dans un climat de bienveillance est possible lors des rencontres organisées régulièrement par l’association mais aussi sur le forum : http://hypersensible.forumactif.org/

Patience et espoir,

W.

Publicités

466 responses to “Vivre avec un bipolaire 1.1

  • Sylvie Bidau

    Je vais quitter mon homme parce-que je n’ai plus la force. Même si je comprends qu’il ne maîtrise pas ses paroles. J’ai peur tout le temps. Même quand il va bien, parce-que le clash est imprévisible et que pendant la période calme il aura mémorisé de mes confidences tout ce qui pourra me faire le plus de mal. J’aimerai toujours son côté Dr Jekyll, et de loin, et avec loyauté, mais Mr Hyde peut aller se faire foutre.

    • Moiluna

      Bravo
      Mais c’est plus facile a dire K faire.
      Et j’espere que moi aussi je passerai bientot ce cap.
      Nous avons un enfant et j’ai peur qu il lui fasse pendant ses periode de garde.
      Tout le monde dis que les bipolaires ne sont pas dangereux sauf pour eux, et moi meme je l’ ai crus et l’ai dis a plusieurs collegue qui en avait peur.
      Mais aujourd’hui apres tout ce que j’ai vecu je sais qu’ils sont dangereux (peut etre pas tous bien sur) pour les autres, et qu’en plus comme ils sont «malade» ce n’est pas de leur faute et ils (ou il car je parle surtout du pere de ma fille qui malheureusement est encore mon bourreau (pardon je voulais dire mari)) en joues.

      • bipohypermaniac

        Bonjour,
        Merci de témoigner ici.
        Ca me fait toujours un peu de mal quand je lis et entends que les personnes ayant un diagnostique psy sont des personnes dangereuses! Pour en connaître un paquet, je peux te dire que c’est très rare, et celles qui sont dangereuses c’est celles qui sont dans une situation très difficiles pour elles et leurs fragilités, situations qui les submerge les perd et alors peut engendrer des comportement irréfléchis.
        Je pense aussi que dans une relation qui a été longue, lors d’un conflit, les torts sont toujours partagés. Remettre tous les torts sur son conjoint ou conjointe, ne me paraît pas très juste.
        En tout cas, ce que tu vis est très difficile, et je te souhaite beaucoup de courage, de patience. Ca va aller!
        W

  • Obrecht

    Je rentre dans une relation avec une femme a tendance bipolaire. Je ne sais si je fais ou non une erreur, j’aime qu’elle soit un peu imprévisible, mais aussi passionnée. Elle se surveille et me met en garde. Elle est lucide sur ce qu’elle peut faire. Et très vigilante. Mais ça la tarabuste beaucoup de passer vers le coté obscure. Elle en joue avec star wars. Je me permet de laisser ce témoignage car j’ai un de mes meilleurs ami Bi polaire et je sais que ca n’a pas été facile pour ca femme de rester avec. Cependant quand on aime on ne compte pas … je ne suis pas encore vraiment amoureux, mais au lit c’est extra comme dit la chanson. Si un conseil pouvais me permettre de ne pas me trompé. Elle est le genre de femme que je cherchait , sauf pour la bipolarité. Mais peut être est ce qu’il me fallait, passion, imprévisibilité, fougue, même si en temps normal je ne pourrais pas jouer les infirmiers, j’aimerais que ca marche. Dois je ou non me protéger cependant ?

    • Latour

      Bonjour. A toi de traverser les déserts les océans les montagnes avec l’aide du premier paragraphe , et lis comment vivre avec un maniaco dépressif … quoi qu’il en soit vivre avec un bipolaire sans être amoureux cela me paraît difficile. …JLL . Cordialement MD déclaré depuis 10 ans et je vie avec cette folie depuis 34 ans

    • moiluna

      Du retour que j en ai par rapport l association de mon mari les couples ou la femme est bipolaire on plus de chance.
      Peut être parce qu’un homme gère plus facilement les violence d une femme que l inverse, ou parce que les femmes son moins violente.
      Je ne sais pas

      • bipohypermaniac

        Hmm je ne suis pas sûr de ça. Les généralisations sont difficiles. D’ailleurs je fais une généralisation dans cet article, j’en ai bien conscience.
        W

  • ROEHRIG STEPHANE

    Bonjour je souhaite bon courage pour ceux qui vive avec un bipolaire moi cela fait un an et demi et j en peux plus j ai craquée je l aime mais ne supporte plus les disputes les coups la trahison sexuelle et tout le reste j aime la vie j aime sortir j aime les concerts les restos mes amis , en un an et demi j ai perdu tous cela mes amis ne me comprennes plus ma famille non plus ils sont malade certes mais détruises aussi mais parfois sont tellement attachant je sais plus.

  • Vulcania

    « ils sont malade certes mais détruises aussi mais parfois sont tellement attachant »

    « Ils » sont Humains avant tout ! et très sensibles au manque de respect…

    Une vie à deux se construit durablement dans le respect mutuel de l’autre et dans l’équivalence.
    On ne partage pas sa vie avec un « bipolaire » ou un « malade » ou un « diagnostique psychiatrique », mais avec un Être Humain. Un homme, une femme, avec ses forces et ses faiblesses, comme tout un chacun…

    Entretenir une relation « soignant(e)-soigné(e) » dans un couple est selon moi destructeur, et pour la personne qui occupe la position basse, mais aussi pour le « soignant » qui peut s’essouffler, ainsi que pour le couple en perte d’équilibre et donc d’évolution.

    Dans un couple, on s’enrichit à deux, on donne et on reçoit en même temps. C’est essentiellement une communication de coeur à coeur et de corps à corps… La « bipolarité » n’a plus lieu d’être…

    Céline.

    • bipohypermaniac

      Je suis d’accord avec toi Céline. Mais je pense que l’hypersensibilité de l’autre doit être prise en compte.
      Merci à vous de participer à cette page de témoignage très riche!
      W

    • moiluna

      Message d’un bipolaire évidemment.
      Le pb C que certain en joue, koi qu’il fasse C du a la maladie rien n est leur faute.
      Lorsque votre mari vous dis « meme si je te tue ce n est pas ma faute je suis malade? »
      Mon mari est la victime car il est malade, moi j’ai eu une une suspicion de cancer, j’ai bcp stresse mais il ne m a pad du tout soutenu au contraire car il m’a dis que c’est loin grave que ça maladie a lui

    • malalma

      Très beau et juste humain

  • Vulcania

    Oui W, on doit arriver à un compromis de vie en fonction des différences de chacun.

    L’hypersensibilité n’est qu’une différence parmi tant d’autres dans un couple. Le partenaire moins sensible aura également des différences plus ou moins visibles, à prendre en compte pour la survie du couple.

    La solidité du couple est d’ailleurs selon moi dans sa capacité à faire avec cette différence de l’un et de l’autre.

    Céline.

    • moiluna

      Moi je suis aussi suivi et je suis une hypersensible avec un gros pb d empathie qui me gache la vie.
      Min mari bipolaire, mon mari bipolaire n a d empathie qu avec lui même et concernant sa sensibilité…
      Égoïste est vraiment le mot qui le qualifierais le mieux

  • Nicodemo

    Ma femme est bipolaire.14 Que nous sommes mariee.diagnostic September 2015.Elle ne veut prendre de traitement depuis plusieurs mois.15 avril 2016 Peter un cable et est parties en vacances avec les enfants pour ne pas revenir a la maison.Sa psychiatre ma dit qu elle allait l appeller Et la convaincre de prendre qq chose.Je doit attendre patiemment Que Mon espouse revienne a la raison.Avez vous des conseils ?

  • Berger

    Bonjour,
    Je suis une jeune femme de 21 ans et je me posais la question suivante : est-ce qu’avoir un trouble bipolaire amène à avoir un comportement d’infidélité en relation amoureuse ou bien n’y-a-t-il aucune corrélation ?
    Merci d’avance !

  • moiluna

    En gros le bipolaire peut vous insulter vous humilier vous rabaisser,vous pousser, vous balancer des choses dessus (et sans jamais s’excuser ce n est pas de sa faute il est malade) s’en prendre a votre petit bout qui finis
    traumatiser a dire kel a peur de son pere, car il l agresse et la pousse 2ans la puce).
    Mais faut être bienveillante et ne surtout pas partir, jusqu’au jour ou il faudra vous autopsier.
    Pour ma part j’en suis arriver a détester mon mari.
    Je ne vois rien de positif a vivre avec un bipolaire
    Par contre  » Si tu aimes l’aventure, les relations passionnelles, les découvertes, les virées sur un coup de tête alors pourquoi pas? Le bipolaire reste avant tout une personne infectée d’amour et si désireux de le partager. » Est complètement inconnus dans ma vie. Donc cela ne concerne pas forcement tout les bipolaire C de la fausse pub.Car il n’y a qu’es des larmes de l’angoisse du stress et de la peur.
    Il faut être honnête
    Fuyez avant qu il ne soit trop tard, ne faites pas l erreur d avoir un enfant avec un bipo. Et ne le croyez pas kan il vous dit que lui et un bipo leger ca n existe pas, il vous detruira

  • moiluna

    « La bonne nouvelle, c’est qu’il existe des symptômes pour évaluer si le conjoint est en phase haute ou basse :
    Phase haute : dépenser de l’argent, faire des cadeaux chers, envie de parler, parler, parler même à n’importe qui. Et , oui il y a un mais, une sexualité un peu « folle ». C’est état peut sembler exaltant, le bipolaire a alors une aura brillantissime, cependant il n’est pas dans son état normal… »
    Moi mon mari n’a pas tout ça il est juste dur méchant injuste AGRESSIF et coléreux et bien sûr égoïste très très égoïste.

    • bipohypermaniac

      Salut,
      Chaque bipolaire est différent, cependant je n’ai jamais rencontré (et j’en ai vu un paquet!) de personnes diagnostiquées bipolaires qui sont méchants, injustes, agressifs, coléreux et bien égoïste. C’est son expérience de vie qui l’a amené à être tout ça aujourd’hui. Ca dépasse largement un simple diagnostique de bipolarité.
      Attention à ne pas tout mélanger!
      W

  • Vulcania

    Ce soir je vais au resto avec mon mari pour fêter nos 17 ans de vie main dans la main.

    Nous avons une nature différente, lui très cartésien, moi très émotive. Notre duo a donc mis un certain temps à s’accorder, mes colères ont été plus fortes que les siennes lorsque je ne me sentais pas entendue, de part mon fort ressenti émotionnel mais aussi suite à mon milieu d’éducation où parler sous l’emprise de la colère était monnaie courante..

    Notre histoire de couple n’est pas une une histoire entre une « bipolaire » et un « surhomme » mais entre deux êtres humains, tout simplement.
    Un homme et une femme qui ont appris à vivre et à composer avec leurs différences, liés profondément par leurs valeurs communes telles que le Respect, l’Amour, la Confiance, la Liberté et le Partage.

    Ce n’est pas la « bipolarité » ni tous les autres diagnostiques psychiatriques qui vont mettre à mal un couple, beaucoup de couples battent de l’aile sans qu’il y ait une maladie psychique.
    C’est tout simplement le non-respect de l’Autre et l’incapacité à changer son regard sur soi et sur autrui qui détruit l’Amour.

    Moiluna, je me permets de t’écrire que j’ai ressenti beaucoup d’agressivité dans tes propos.

    Bonne soirée,
    Céline.

    • moiluna

      Tu t es senti agresse peut être parce que tu es bipolaire et que j en veux au bipolaire parce que mon mari l est et que je lui en veut énormément du mal au il me fait, qu’il fait a ma fille et a notre famille. C très dur pour moi imagine l effet que cela fait d êtres enceinte et d être réveillé en sursaut car on g a jeté quelque chose au visage, de te faire agresse. J ai perdu 5 kg en un mois en étant enceinte et j ai dis a ma gygy que je m étais fais agresser mais je n ai ps dis que c été pat mon mari elle m a conseille de voir le servi e psy de l’hôpital.
      Il m a enferme dehors toujours enceinte sans argent ni portable et j en passe.
      Peut être n est ce pas du a la bipolarité mais en tout cas C son excuse quoi au il fasse.
      Je suis fatiguée
      Et maintenant il s en prend a fille !
      Je suis peut être agressive parce que je suis en colère, contre lui et contre moi car je suis tétanisée lorsqu’ il s énerve et parce que je suis encore avec lui.

      • bipohypermaniac

        CE que tu vis est très dur, je te souhaite que ça s’arrange. Tu n’en veux pas aux bipolaires, tu en veux à ton mari, et vu ton témoignage c’est normal! après dans un couple les torts sont toujours un peu partagés…
        W

    • bipohypermaniac

      Merci Céline et grand bravo pour ton couple, bonne anniversaire!
      Je comprends son agressivité, un cri, une douleur, courage!
      W

  • Vulcania

    Oui Moiluna, je comprends ta colère, ta peur et ta fatigue.

    Ce n’est pas à toi de contrôler les fortes colères de ton mari, c’est à lui.

    La bipolarité ne peut pas être une excuse pour ne pas changer c’est au contraire le signal d’alarme pour prendre conscience de son mal-être et pour changer son comportement toxique pour soi et pour les autres !
    Lorsque j’ai atterri à HP, j’ai compris que ce n’était pas mon mari qui était responsable de mes colères disproportionnées mais moi-même.

    La priorité Moiluna c’est de te protéger, de prendre soin de toi et de ta fille, ton mari même bipolaire ou avec n’importe quelle autre trouble ou maladie, est le seul à pouvoir prendre soin de lui.

    La colère n’est pas que négative lorsqu’elle est canalisée, elle donne l’énergie d’agir pour mettre fin à une situation maltraitante pour soi et pour les autres. Moiluna, je te souhaite sincèrement d’avoir cette force.

    Céline.

  • Isa40

    Moi je vis avec bipolaire qui me dit depuis 3 ans qu il ne m aime pas et que c est juste pour le sexe. Il est en vacances chez sa famille à l étranger et me dit qu il est tombé fou amoureux d une autre. Mais qu elle ne veut pas de lui car elle sait que j existe. Il m a dit qu il lui a fait une déclaration enflammée, mais qu elle a jeté. Du coup, il reste avec moi. Ce sont ses mots. Il me dit aussi qu’il ne veut pas m aimer. Et pouvoir tomber amoureux d une autre si l occasion se présente. Il y a 2 semaines, il me disait pourtant vouloir envisager un avenir plus ou moins long avec moi, et peut-être des enfants… Et aujourd’hui il me dit qu’il est perdu, que c étaient juste des paroles, et qu il veut essayer de vivre quelque chose avec elle. Je dois le rejoindre en vacances dans 2 semaines. Mais j angoisse qu il arrive à ses fins avec l autre et qu il me jette une fois arrivée la bas. Aidez moi svp.

    • Moiluna

      Il ne t’aime pas
      il te l’a dis clairement
      il te dit qu’il en aime une autre.
      c’est plutôt simple.
      Trouve toi un homme qui t’aime te respect et fonde une famille saine.
      Bon courage et fonce vers ta nouvelle vie

  • flotografille

    Un bonheur, une pépite, une bouffée d’air, une mine d’or..
    Votre blog est tout simplement MAGIQUE !
    J’ai fait une rencontre il y a quelques mois, 9 mois exactement..
    Un garçon exceptionnel, étrange, super attachant, une pépite, un bonheur à lui tout seul..
    Une relation à distance s’est établie doucement mais sûrement, on a passé des nuits entière à discuter, par écrits, par téléphone..Il est surprenant, drôle, entier, hyper sensible, entier, très très entier !
    Il m’a fait vivre de drôles de moments, un rendez-vous manqué (appelé plus communément « un lapin » !) Une réticence à me rencontrer alors qu’une folle envie en même temps..Beaucoup d’échanges, beaucoup de tendresses, de rires, de mésentente parfois..Et puis sur un coup de tête de sa part, un soir, vite il fallait finalement se voir, là maintenant, tout de suite..Il était très speed,parlait tout le temps, paraissait un peu anxieux..Je le trouve génial, je lui ai souvent dit que je le trouvais « particulier » (il aime pas du tout quand je lui dit ça..) depuis cette rencontre (19 avril..) plus de nouvelle, ou très très peu, il me manque, mais je crois avoir compris..
    MERCI !

    • bipohypermaniac

      Salut,
      Merci pour ton témoignage. Bravo pour le recul que tu as pris ,ça pas du être facile à vivre…
      W

    • S.coro

      C est ça, c est tout à fait ça! C est fusionnel un jour, plein de complicité, d humour, etc….le lendemain on a l imoression de compter pour du beurre….sms sans réponse, pause de lapins..
      On prend un peu ses distances, mais voilà qu il vous appelle plusieurs fois par jour, avec des mots tous plus gentils les uns que les autres…qu il vous propose des sorties impromptues..On le sent vulnérable, en quête de reconnaissance. .mais il tourne à la rigolade tout ce qui concerne les émotions, les siennes, les miennes..
      parfois, on tombe un peu au 36eme dessous avec sa façon plus que cash de vous exprimer les choses, de manière totalement candide… (  » bah non, tu ne me manques pas du tout » OU « j aime trop passer des moments avec unetelle »)dur dur pour la dépendante affective que je suis…mais il est tellement attachant, tellement drôle…
      Et aucune rencontre ne survient par hasard..il m oblige à travailler sur moi-même, à apprendre le lâcher prise, à vivre le moment présent…enfin bref, je suis heureuse et fière de le connaitre…oui, une pépite…

  • Rodrigues de araujo

    Je fréquente un homme bipolaire
    Mais je le comprend pas car il me sous-estime toujours et me dit que je suis une gamine et que je dois changer .il veux que quand il m’appelle je dois toujours décrocher.
    A chaque fois que quelque chose va pas il me fait comprendre qu’il va me laisser tomber à chaque fois .
    je ne cest plus quoi penser et j’ai un caractère très fort .dite moi ce que je dois faire .
    J’ai l’impression qu’il veut toujours avoir raison .
    Et j’ai du mal à dire ce que je pense .
    Merci a vous

  • Berthet

    Bonsoir à vous tous,
    C’est extrêmement difficile de tout gérer et surtout d’éviter les maladresses du quotidien, cela fait 4 ans que nous sommes très amoureux….mais il est déjà parti deux fois en me disant la même chose « qu’il n’était pas à la hauteur et qu’il ne reviendrait pas », il est revenu à chaque fois en exprimant qu’il m’aimait et qu’il avait besoin de moi….c’est un déchirement à chaque fois, le matin il m’aime et le soir il me quitte brutalement….c’est extrêmement violent et je le sens tellement en grande souffrance….mais j’ai compris que je n’y étais pour rien…et que je ne pouvais malheureusement rien y faire…si ce n’est etre bienveillante envers lui et non jugeante mais je ne peux me soigner à sa place malheureusement….mais cela va probablement détruire notre amour à petit feu….
    Merci pour cette page….

  • Tcavallie

    Bonjour à tous, toutes

    Je ne sais pas si ce blog est toujours d’actualité mais je tente. Je suis gay, en couple avec un bipolaire hétéro, qui est devenu gay mais je ne le crois pas et cela dure depuis 5 ans.
    Je me reconnais dans la plupart de vos commentaires. Le mien est dépensier, pas agressif mais est pas mal manipulateur surtout quand arrive le moment de la paye !. Tout cela je le sais, ces infidélités avec des filles aussi, ses moments où il me rabaisse et m’humilie mais malgré tout je reste avec.

    On avait prévu de partir en vacances en Europe dans quelques mois et le jour de Noël il m’annonce que il sent son cœur s’ouvrir et veut vivre sa vie, donc en avril il a prévu de déménager. Au début c’était pres de chez moi, maintenant plus loin. Il rajoute en plus qu’il a toujours eu des doutes sur son envie de partir en vacances avec moi.
    Il est passé dû stade je suis super collé à dé l’indifférence totale.

    Serait ce parce qu’il a passé son réveillon en famille (sans moi) et qu’il s’est fait influencer . Il est vraiment influençable.

    J’avoue sincèrement que je vais le laisser faire, ne pas m’obstiner et surtout faire en sorte, le plus paisiblement possible qu’il sorte de ma vie définitivement, je n’en peux plus.

    Mon questionnement est , pourquoi cela arrive alors qu’il prend ses médicaments , son injection et qu’il voit son psy régulièrement? Je ne comprend pas ses phases s’il est suivi pour ca ?

    Encore une fois je ne sais pas si ce blog est actif mais je vous remercie ce m’avoir lu, ca fait du bien d’écrire .

    • bipohypermaniac

      Salut! si, ce blog est actif, non mais ho!! 😉 Merci pour ton témoignage.
      La bipolarité n’est pas une identité est encore moins quelque chose de figée. Les personnes qui ont un diagnostique de bipolaire sont toutes des personnes uniques et donc ce sont des personnes qui peuvent surprendre et avoir un comportement différent. Il y a des bipolaires qui ont un comportement qui peut faire souffrir les autres à certaines périodes, il y a des bipolaires qui font très peu souffrir les autres bref, tout ça pour dire que le fait de « bien » se comporter n’a rien avoir avec le diagnostique « bipolaire », ni avec aucun diagnostique psy, pour imager, j’utiliserai l’expression : »il y a des cons partout ». J’écris cela parce que je lis pas mal de témoignages de proches qui confondent le trouble bipolaire avec le caractère et la personnalité de leur bipo.
      Les medicaments en général permettent d’atténuer les variations d’humeur, mais ça nous fait pas de nous des robots de non plus. Il est donc possible de rechuter avec un traitement si il y a des événements fort émotionnellement, la prise de stimulants, et tout autres aléas de la vie qui peuvent déstabiliser. Un bipolaire ne rechute pas sans raison, il y a toujours un sens (conscient ou inconscient) qui explique l’arrivée d’une montée maniaque ou descente dépressive. Par exemple, les attentats près de chez moi m’ont tellement déstabilisé que mon traitement n’a pas suffit pour que je reste cool.
      Voilà mon humble réponse, si d’autres sont inspirés comme moi par ce témoignage, n’hésitez pas, alimentez ce blog qu’il paraisse comme ce qu’il est : actif!! Haha, c’est l’ego qui parle.
      Merci à toi en tout cas!
      W

      • thierry Cavallie

        Désolé pour ton ego, je ne voulais pas le blesser en cette période de fête 🙂 et surtout merci pour ta réponse.
        Il y a une raison possible qui peut l’avoir fait rechuter. J’ai été a un party de Noel de mon travail et je suis rentré avec des photos que j’avais prises et surtout heureux de le retrouver pour lui raconter ma soirée. Malheureusement lui devait recevoir des amis qui ne sont jamais venus. Donc j’ai eu le droit a une agressivité de sa part qui m’a blessé. J’ai tellement eu mal que je lui ai dis que je ne donnerai pas de cadeaux le 25 pour qu’il comprenne ce qu’est la déception.
        Bien évidemment on a eu un 25 décembre normal avec cadeaux.

        Je sais aussi que quand il passe du temps avec ses parents, il revient assez perturbé, parents avec qui il a passé le réveillon. Donc ce doit être un mélange de tout cela.

        Je pense que je ne devrai pas me braquer pour son indifférence et son envie de partir, peut-être cela passera t’il si je garde un environnement stable autour de lui et faire comme si…
        Oui je veux arrêter ma relation avec lui mais la il n’est pas prêt de se retrouver seul surtout pas financièrement et on sait aussi ou cela mène ces envies coup de tête

        Merci encore de me lire
        Thierry

      • Berthet

        Bonsoir Tcavallie, je viens de lire ton message et je souhaitais t’apporter un peu de soutien.
        Je pense qu’il va revenir…tôt ou tard…mais en attendant ce retour, il serait bon que tu profites de ce temps pour prendre soin de toi, te centrer sur toi et ne penser qu’à toi…sors, vois des amis…etc….les périodes d’absence de l’autre sont extrêmement difficiles à vivre, tellement c’est brutal, parfois inattendu….et je sais de quoi je parle….tous les ans, à peu près à la même période mon amoureux disparaît, en phase dépressive il se tere chez lui….et je le vois réapparaître au printemps….lorsque l’état de ton ami sera plus stable, tu pourras alors discuter avec lui. Courage.

      • thierry Cavallie

        Merci beaucoup pour votre soutien, cela est très apprécié

      • kennydu34

        bonsoir tout le monde
        certains ont plus e chance que d autres,moi ma copine bipolaire,qui voulait m épouser 15 jours avant de me larguer,aprés deux ans et demi de vie commune ,un coup chez elle,un coup chez moi,nous n étions qu à 3 kms l un de l autre,n est jamais réapparue dans ma vie,elle est partit en juillet 2014 et ne m a plus jamais donné de nouvelles,elle a même déménagée ………elle m a toujours dis,toi tu es vraiment spécial,je n ai encore jamais un homme comme toi je t aime,et je sais que tu m aimes vraiment,tu me rends vraiment trés heureuse,et sexuellement c est trop le top,jamais je ne te quitterais,quoi que tu fasses!!!!!!
        comme quoi,on ne peut jamais savoir s ils nous quitte pour quelques mois,ou quelques années ou ad vitam æternam!!!!!!

      • bipohypermaniac

        Salut merci pour ton témoignage. Mais ne crois tu pas que ça vaut également pour une personne qui n’est pas un diagnostique de bipolaire?
        W

      • kennydu34

        bonsoir,merci pour ton message,et pour te répondre franchement  » je n en sais rien  » çà ne m étais jamais arrivé au par avant!!!!!car c est la première fois de toute ma vie d homme que je suis tombé fou amoureux au point d accepter de l épouser!pourtant je m étais promis que le mariage(je suis divorcé,c est moi qui suis partis après 17 ans de mariage)c était bien terminé,….et la,j étais près à passer toute ma vie avec elle,je l aimais vraiment,je l acceptais avec ses qualités,ses défauts et ses faiblesses(de janvier 2014 à début mai 2014,elle a été enfermé dans un hôpital psychiatrique,les 15 premiers jours,ni sa famille,ni moi même,n avions le droit de la voir,il la faisait dormir,ensuite j y suis allé tous les aprés midis,les soignants et les 4 psychiatres disaient tous que j étais son meilleur traitement,qu elle avait de la chance que je ne l ai pas laissé tombé pendant cette dure période(d après eux,beaucoup de personnes se séparent de leurs compagnes(ou compagnons)quand ils se rendent comptent dans quel milieu ils sont tombés,moi,6 mois avant qu il la diagnostique bipolaire/hystérique…..j avais dis à ma compagne qu elle était bipolaire,son humeur changeante à quelques heures d intervalles me l avait fais comprendre,mais je m en foutais,je l aimais et je l acceptais!je voulais passer tout le restant de ma vie avec elle,je savais que je serais toujours là pour elle dans ses durs moments……même en sachant que parfois ce serait trés dur….mais elle en a décidé autrement,je suis sûr quelle pense à moi presque tous les jours et qu elle me regrette!

      • bipohypermaniac

        Ta situation doit être très douloureuse à vivre… Il n’a que le temps qui éclaircira les choses. Ces peut etre le moment de revenir vers soi.
        En tout cas, je suis bien placé pour dire que je suis d’accord : en HP le meilleur médicament est l’affection de nos proches. Courage! Patience et espoir,
        W

      • kennydu34

        je te remercie du fond du coeur,j arrive juste maintenant à ne plus souffrir de cette séparation,car le ciel m est tombé sur la tête le jour ou elle m a quitté alors que je n avais rien fait pour,au contraire,j ai toujours été la pour elle,j étais à ces petits soins,je lui préparais tout pour son petit dej du matin,afin qu elle puisse prendre des forces avant de partir au boulot et qu elle ai suffisamment de temps,je faisais les machines à laver le linge,j étendais son linge,je préparais le repas du soir,et je peux t assurer que je n avais jamais fais çà pour une autre femme dans ma vie,mais elle,elle était toute ma vie,elle me disait souvent  » je suis si heureuse de me sentir autant aimé,j en rêvais et aujourd hui c est devenue une ré »alité,en plus mes parents t adorent ,ils vont être fous de joies quand je leur annoncerais qu on va se marier…………je suis sûr qu elle repense trés souvent à tous ces moment heureux,à tous ces mots qu elle me disait,ou m écrivait,je suis sûr qu elle est malheureuse,mais je pense qu elle ne reviendra jamais,car son  » ego  » est trés fort,elle est fière,sa famille fait partie de la petite bourgeoisie,mais ce qu elle ne sait pas,c est que tout çà,ici bas….ce n est que de l illusion,et elle s en berce malheureusement….les honneurs,l argent,tous les biens matériels,nous ne les emportons pas dans l autre dimension,alors que l amour  » OUI « 

      • bipohypermaniac

        Jolie conclusion 😉 merci
        W

  • eM

    chers nouveaux amis.
    cela est tellement évident, la porte d’entrée principale dans ce site est « vivre avec un… ». Nous sommes victimes de notre affection, incapables d’oublier, de renoncer. Pas de carapaces névrotiques, mais des souffrances biens humaines. Thierry est hypersensible. Il forme un couple hypersensible. Les hypersensibles s’attirent, par leurs meilleures réponses affectives. Aimer, c’est souffrir (au sens de vivre, comme un bipolaire !). Bon courage, le sens de la souffrance n’est pas forcement explicable, mais les violences passent toujours.

  • steph

    Bonjour,

    Je viens vers vous car ma vie c’est récemment de nouveau compliquée. J’ai vécu pendant trois ans et demi avec un homme avec lequel j’ai deux enfants.Lors de ma première grossesse le diagnostic est tombé , Mr était Bipolaire crise de violence, dépenses excessives.Il ne se considérait pas comme malade et ne prenait pas son traitement . Un jour ,il s’en est pris à notre fille ( il a cassé ses jouets devant elle alors qu’elle était agée de 2 ans et demi )car alors enceinte de notre deuxième enfant j’étais prise de vertiges ( enfant qu’il n’a reconnu que le mois dernier). Je l’ ai quitté pas parce que je ne l’aimais plus bien au contraire mais pour protéger nos enfants.
    J’ai connu l’enfer: insultes, menaces de suicides…; Depuis que nous sommes séparés il a eu une vingtaine de conquêtes . Bref, il s’avère que depuis le mois de novembre il a compris qu’il était malade et est suivi par un psychiatre d’ailleurs il en parle fréquemment de sa maladie. Il prend régulièrement son traitement et a décidé de me reconquérir car je suis « la femme de sa vie » il a d’ailleurs larguer la dernière avec qui il était pour envisager une nouvelle histoire avec moi.Soit disant , il a des flash back de ce qu’il m’a fait subir suite à la prise de traitement et s’en veut terriblement. Une partie de moi a envie de le croire et l’autre se dit encore des paroles en l’air. Je suis complètement perdue et ma famille a des idées bien arrêtées sur lui autant dire qu’il est plus apprécié du tout par eux.Puis je le croire? Attendre voir si son traitement fonctionne ? Un bipolaire sous traitement peut il avoir une vie normale?
    je vous remercie de vos réponses et m’excuse d’avance si je choque certaines personnes par mes propos.

    • Berthet

      Bonjour Steph,
      J’ai lu attentivement ton mail…il a donc pris conscience qu’il était malade et à mon sens c’est déjà un grand pas….il consulte et semble dans une démarche de soins c’est plutôt positif….quant à te dire ce que tu dois faire « sentimentalement  » malheureusement toi seule peux répondre à cette question…..rencontrer son Psy avec lui serait peut être une bonne idée ? T’intéresser à son suivi, son traitement, sa maladie….?
      Mais il demeure important que tu prennes soin de toi et que tu protèges tes enfants….cela me semble essentiel.
      Courage à toi!

      • steph

        Merci pour tes conseils, je vais être prudente et l’idée de rencontrer son psy avec lui ai sans doute une bonne idée.

  • Sirène

    Je n’arrive pas à trouver les derniers commentaires de Pierrot (mars 2015) qui alimentait beaucoup ce blog et que je suivais par moments… pour voir dans quelles phases il se situait… je n’ai pas pu le soutenir lors de sa mega crise en juin 2011, j’ai quitté notre maison avec notre fille de 9 ans, puis 4 ans de procédures de plaintes de ma part pour les jours de garde jamais respectés, mon vehicule repris devant la porte de l’école, puis un autre attache a un arbre, taggé ‘salope’,mon nouveau logement fracturé aux serrures d’entrée et de volets, de plaintes de sa part pour non présentation d’enfant, dégradation de l’appareil photo qu’il avait prête à notre fille, puis les menaces de mort devant notre fille… tu as la chance d’être sa mère sinon je t’aurai déjà buté… bref j’ai encaissé, pardonné tout fait ce qui était en mon pouvoir pour que notre fille puisse continuer une relation avec son papa… mais ce n’était pas assez pour l’aider lui à continuer de se battre contre cette maladie, pas contre moi ou notre fille… Pierrot à mis fin à ses jours avec son fusil de chasse le 29/12/16…. je dis à notre fille de 14 ans qu’il souffrait trop mais qu’il est toujours avec nous, on peut voir son étoile… je dois soutenir notre fille pour l’instant et retenir ma colère contre la société le corps médical la gestion de cette maladie invisible et même l’unafam qui ne propose pas de groupes de paroles pour les enfants de parents souffrant de cette maladie…. maladie mortelle pour Pierrot qui est parti rejoindre les étoiles un autre monde plus bienveillant que celui dans lequel nous vivons. Ma tâche pour l’instant est de soutenir notre fille et regarder l’étoile de Pierrot en lui balbutiant ‘soutiens moi à la soutenir’.

  • Vulcania

    Bonjour Sirène,

    J’ai lu les commentaires de Pierrot sur ce blog. Au travers de ses écrits, j’y ai perçu un homme très intelligent.
    Veuillez recevoir toutes mes condoléances, une expression bien fade face à la souffrance que vous devez ressentir, vous et votre fille, et à celle de Pierrot.
    Tout comme la maladie (quelle qu’elle soit) est une épreuve de la vie, le suicide en est une autre.
    Il n’y a pas de responsables, ni de coupables, il en est ainsi.
    Accepter pleinement ce qui est, est difficile à faire mais c’est ce qui permet d’avancer plutôt que de souffrir.

    Je vous souhaite plein de courage.

  • céline

    Le commentaire sur Pierrot m’a retourné, j’en pleur là en fait mais on va se reprendre et être fort.
    …Toujours fort, c’est vrai, toujours être courageux… Mais on a pas le choix ! Battez vous putain !!!

    Je suis bi polaire type 1 Mixte et pas mal psychotique et j’espère que ce que je vais dire pourra en aider certains.

    Cette souffrance de l’âme, la sentir nous terrasser et imploser en nous. On s’agrippe a ce qui nous passe par la main, on gémit ou on hurle de douleur, parfois pendant des semaines, accroché au tapis par terre, terré dans le noir et on veut mourir, juste parce qu’on veut plus avoir mal, parce que c’est pas une vie, parce que c’est comme être plongé dans les limbes avec leurs tortures éternelles, avec leurs hallucinations physiques qui nous ordonnent de sauter par la fenêtre ou de nous tailler les veines.

    Je n’ai pri mes cachets que pendant 6 mois après avoir ete diagnostiqué, ceci n’avait pas d’effet sur mois et m’empêcher de vivre car anesthésiè, donc après plusieurs changement d’ordonnance j’ai tout arrêté. Attention, je ne vous dis pas d’arrêter votre traitement.

    Avant de commencer à me battre seule, je n’avais qu’une question : « Comment différencier les pensées qui viennent de ma maladie de celles qui viennent réellement de moi ? »
    Je suis donc allé voir le meilleur spécialiste en bi polarité que j’ai trouvé, un freudien et celui ci m’a répondu :
     » Mais mademoiselle, la maladie, c’est vous »
    Je ne sais pas si vous comprenez le poid de cette réponse mais elle à tout changée.

    De là, je me suis rééduquée seule en acceptant d’être malade ou plutôt, d’être ce que je suis, Moi. Aujourd’hui, je ne suis plus en souffrance ou du moins, plus du tout comme avant et je pense que certains paieraient cher pour y parvenir. Il y a plusieurs étapes :

    1- Arrêtez de vous battre contre la maladie mais battez vous avec elle.
    Qu’est ce que ça veut dire ? Cela veut dire qu’il faut accepter d’être malade, arrêter la CULPABILITÉ. Pourquoi ? Parce que ça augmente notre stress et donc, la gravité de la crise. N’ayez pas honte d’être bi polaire, les plus grands artistes et les plus grands conquérants l’étaient aussi.

    2. Coupez vous de tout pendant un long moment et profitez en pour vous reposer. Pourquoi ? Parce que sans stress extérieur vous allez pouvoir tranquillement examiner et comprendre vos changement d’états et apprendre à repérer les signes Mais vous ne pourrez pas le faire sans REPOS. Sans repos, vous n’arriverez à rien, parce qu’a partir de maintenant, vous devrez apprendre à tout intellectualiser. Notre esprit se fatiguant plus vite que la moyenne, nous devons nous reposer deux fois plus que les autres, c’est obligatoire.

    3. Débarrassez vous de tout ce qui a un impact négatif sur vous. Souvent nos sentiments sont accentués, cela ne veut pas dire qu’il sont faux, le bi polaire etat souvent aussi hypersensible. C’est une étape difficile mais il va falloir le faire. J’ai rayé de ma vie pas mal de personnes qui, en tant que bi polaire me faisaient du mal, souvent parce qu’ils ne comprenaient pas ce que je suis et bien, vous n’imaginez pas comme quelque temps apres on se sent mieux, on respire mieux. Il ne faut pas s’acharner, si quelque chose ou quelqu’un vous rend mal, barrez vous.

    4. Quand vous sentez que vous partez en couille, prenez le temps qu’il faut, prenez du recul, au calme, après un bain ou avec un joint et demandez vous si vous si vous n’abusez pas un peu et reprenez vous, demandez vous si c’est à ca que vous voulez ressembler.

    5. En général, un bi polaire est plus intelligent que la moyenne alors servez vous de votre tête. Construisez la vie qui s’adapte le mieux a vous et n’attendez pas que ce soit le monde qui s’adapte à ce que vous faite. Par exemple, je sais que je ne peux pas avoir de travail avec un patron, du coup, j’ai créé des boutiques en lignes, je me sers de mes moments maniaques pour créer, ma maladie devient de cette façon productive ( après un moment de réflexion pour savoir si mon projet n’est pas trop délirant). Je ne veux pas être celle qui vit de l’aah, s’aimer et être fier de sois, c’est primordiale. Je m’en tape de ce que pense les autres, je suis doué dans tellement de chose, vous captez ?

    6. Apprendre à passer en manie quand la crise de dépression est trop violente. Après avoir fait les étapes précédentes, vous commencerez a savoir gérer votre maladie un peu comme on monte un cheval. Si c’est bien géré, le cote maniaque peu vraiment vous aider. On s’en fou de savoir si vous avez la grosse tête ou pas, ça vous aide a sortir du marais et c’est ça qui compte, pensez comme c’est bon de se sentir connecté, allez dehors et ressentez le vent, le soleil, les bruits, désanesthésiez vous.

    7. L’endorphine. Quand ça va pas, c’est le meilleur de remèdes. Faites l’amour 😉

    8. Je ne prends pas de médicaments mais je fume. Je vais bientôt essayer l’huile de chanvre, c’est légal car sans thc. Le cbd qu’il y a dedans et un bon stabilisant naturel. Je pars en vrille si je fume pas.

    Je vais être dur, mais étant en plein dedans je peux me le permettre.
    La faiblesse n’a jamais été une excuse. Peut être que je le serais un jour, trop faible ou trop fatigué, mais j’aurais juste été une perdante.
    Dans les moments pénibles, répétez vous sans cesse : C’est pas réel ! Et trouvez le moyen de vous exorciser, battez vous, envoyez chier ce qui vous envahi, soyez un guerrier et soyez fière d’être aussi fort parce que seul un guerrier peut arriver à affronter ce genre de démons.

    Ma prochaine et dernière étape sera de gérer l’administratif ^^, ce que je ferais une fois ma deuxième boite montée. Apprenez a faire une chose à la fois et forcez vous a avoir des priorités, cela permet de terminer nos projets.

    Céline

    • kennydu34

      bonjour Céline,je te lève mon chapeau et moi qui ne bois jamais d alcool,je vais ouvrir une petite bouteille de champagne que j ai depuis noël et la boire à ta santé et à ta combativité…….c est beau….
      en plus tu m as appris une chose:l huile de chanvre,je vais essayer….je ne suis pas bi polaire,mais je suis sortit avec celle qui a été l amour de ma vie et qui elle était bi polaire et qui m a largué sans aucune raison  » visible  » pour moi,car je n avais rien fais de mal,bien au contraire,et elle voulait m épouser 15 jours avant de partir….car complétement dingue de moi(et moi d elle)
      en tout cas;bravo d avoir compris comment vivre le mieux possible sans médocs,tu as aussi raison,les bi polaires sont plus intelligents que tous les autres soi disant  » normaux….la plus part des dirigeants du monde,les grands conquérants les grands musiciens,en fait tous ceux qui ont un talent fou dans un domaine bien précis…..étaient ou sont des bi polaires..
      alors je te dis ,en buvant mon  » champ  »  » a ta bonne santé  » et gros bisous du sud

      ps:tu sais comment çà se fume l huile de chanvre???merci

      • céline

        Salut Kenny, Merci beaucoup.
        Pour l’huile il faut que tu la commandes en Allemagne, c’est celle qui vaut plus de 20 euros elle est a 8 pour cent je crois. Tu peux mettre quelques gouttes sur ta salade, la fumer avec le vaporeto ou la mettre sur ta clope, clope, comme tu veux.

      • kennydu34

        bonjour Céline,et merci pour l info……waoaouw..!!!.c est super écolo……je peux en mettre sur ma salade,sur ma clope ou le vaporeto,bon la clope j ai arrêté,,donc çà sera salade décontractante,ou cigarette électronique magique……..j espère que çà ne donne des yeux genre  » lapin de garenne qui a la maximatose ???car mon meilleur pot est colonel de gendarmerie……………!à moins que lorsque je l inviterais à manger,je lui fasses gouter ma super salade……….!!!! lol……

    • Christian

      HOlà !!!!!!!!!!!! Modératuer, AU SECOURS !!!! MERCI de retirer mon nom de famille !!!!!!!!!! S’il te plait !!!!!!!!!

  • céline

    Une chose importante que j’ai remarqué. Quand on est en dépression profonde type mélancolique, le fait de lire un poème ou autre nous reconnecte et on se sent mieux. Je pense que la lecture procure de l’endorphine ce qui nous aide à rééquilibrer la chimie de notre cerveau.

  • Sirène

    Pour les proches éloignés comme je l’étais car je n’arrivais plus à communiquer avec le père de ma fille, mon mari pendant 10 ans, il m’est très douloureux et j’ai encore beaucoup de colère envers le corps médical, la société et moi même de ne pas avoir osé une nouvelle tentative de communication, de l’avoir ‘abandonné’ (même s’il m’a aidé ou sa maladie car ce n’était pas lui mais l’autre comme il avait expliqué une fois à notre fille). Bref j’ai besoin d’agir pour améliorer la prise en charge et l’accompagnement des êtres en souffrance psychique insoutenable, les poussant à stopper cette souffrance par le suicide. J’J’ai besoin de croire dans la vie, le partage, le soutien, la bienveillance pour avancer dans ma vie de maman Sirène d’une enfant superbe dont le papa dauphin a rejoint les étoiles car sur terre il souffrait trop.

  • céline

    Sirene, parfois, on y peut rien et personne ne peut rien à la souffrance d’un bipolaire. Ce n’est pas quelque chose que l’on peut réparer ou améliorer. C’est de la faute de personne. C’est pas une guerre qu’on gagne, soit on perd, soit elle est éternelle et du coup, le bi polaire n’a que deux choix : Soit il accepte la douleur est l’intègre a sa vie comme une routine, soit il s’épuise a lutter contre elle jusqu’à ne plus être capable de bon discernements. C’est tout.

  • Sirène

    Et la recherche? Et l’espoir que la société avance sur la guérison ou du moins le mieux être bipolaire et vivre avec la maladie sans être obligé de mettre fin à la souffrance qu’elle apporte

  • céline

    Franchement bipohypermaniac, t’en as quelque chose à foutre de la société ? Du demain ? de la fin des temps ? à mon avis, t’as saisi la mème chose que nous tous sur « le sens de la vie »

  • Sirène

    Les enfants de parents souffrant de cette maladie font partie de la société, de demain… et qu’existe-t-il pour les aider à comprendre le sens de leur vie? Quand un de leur parent à mis fin à ses jours car il souffrait trop et n’avait rien trouvé dans cette société ce monde pour soulager le mal dont il souffrait? Je dois accepter que je n’y peux rien changer et soutenir notre fille dans ce grand vide du « ya rien à faire rien à réparer… » sais pas si je vais y arriver..

  • céline

    Je suis en hypomanie, pardon d’avance si je suis dure ou autre.
    Je peux pas vous répondre du coup, ce qu’un autre bipolaire pourrait entendre vous, vous ne le pourriez pas et c’est normal, c’est humain. Je pense que vous ne trouverez pas de réconfort avec des gens comme moi, mais qu’il faut que vous parliez a de bons spécialistes.

  • Regine Aymes

    Je suis moi même la compagne d un bipolaire depuis 33 ans aujourd’hui je suis retraitée complètement épuisée de toutes les conséquences sur la famille je me sent très démunie

  • franck

    Franck moi bipolaire depuis 10 ans marier deux enfant à par les insomnie douleur musculaire et moral en Bern caractère fort car personne ne m aide ni famille ni entourage les psychologues devrais plutôt nous tenir 10%en manie pour bien vivre et soufrire mais il prefaire que l ont soi en dessous de 0 -15 mais la on souffre. Déjà été plusieur fois a+80 j ai fais de mal à personne on nous a toujours mal juger car on et doter d une intelligence supérieur. Et on fait mieux l amour, avec le coeur normal.

  • franck

    Les bipolaires ne son pas compliquer des être intelligent et très sensible point

    • Moiluna

      Intelligent voir tres intelligent.
      Sensible et empathique pas sur en tout cas pas tous.
      Moi j’1ai malheureusement du faire une main courante contre mon mari et j ‘ai qu’une hâte trouver un appart.
      Mon mari est extrêmement intelligent et manipulateur, je m en suis rendu compte pendant nos seances de therapie conjugal et avec les enregistrements de ses entretiens RH.(il aurait pus vraiment aller loin professionnellement s’il avait eu un minimum d’ambition, et si il etait moins fainéant)
      Il est tres fort pour retourner les situations.
      Il n’a absolument aucune empahie. Je me rappel d’une conversation que l on a eu, je lui disait dans un couple on doit avoir envie de plaire a l autre et aussi de lui faire plaisir.
      Il m a repondu, ca c’est ce que toi tu as envie moi ca ne m’interresse pas.
      Pour moi C la base dans un couple, C le minimum.
      Ma vision du bipolaire par rapport au seul cas que je connais, attention je ne fais pas de généralités.
      Egoiste
      Intelligent
      Violent
      Manipulateur.
      Apres sa personnalité doit aussi y etre pour beaucoup je pense.

      • bipohypermaniac

        Oui faut faire très attention aux généralités, tu en connais un comme ça, j’en connais beaucoup qui sont très différents. La bipolarité n’est pas une personnalité. Ce n’est pas parce qu’on a un diagnostique de bipolaire qu’on est forcément généreux ou individualiste. Comme on dit : « il y a des cons partout »
        🙂
        Merci à toi
        W

  • Sirène

    Syndrome maladie ou troubles bipolaires quelque soit l’appellation il me semble important de penser à être soi, et non la maladie dont on souffre… je n’entends pas dire  » je suis un cancer du cerveau » mais j’entends ou lis souvent je suis « ma maladie » quand il s’agit de maladie psychique ou « incontrôlable » par la société et le corps médical, bien qu’il y ait (je suis diabétique ou sourd ou aveugle ou contagieux). d’ailleurs l’association des hypersensibles me paraît solidaire et à l’écoute de l’instant présent et d’une souffrance bien plus que la vie d’un bipolaire… un être qui s’identifie à sa maladie ou bien qui est en est tellement envahi qu’il ne voit plus son Être mais uniquement la maladie dont il souffre et n’arrive pas à Être….

  • Leo

    Comment savoir si son conjoint est bipolaire ?

    Je suis marié depuis 20 ans avec une femme qui a toujours refusé de consulter. Nous avons six enfants. Elle a toujours raison, même son père, son frère et mes enfants le reconnaissent. Elle est restée à la maison pendant 17 ans, alors qu’elle avait une formation excellente (elle a arrêté sans explication une thèse d’une excellent université américaine) et a toujours refusé de prendre un travail même à temps partiel en dehors de la maison. Elle a souvent alterné des périodes de déprime avec des périodes plus euphoriques, mais d’une part, c’était relativement soft (par rapport la suite), et d’autre part, je me disais que cela coincidait avec tel ou tel événement et que j’en portais la responsabilité. Il y a deux ans et demi elle a fait un malaise qui a provoqué une dépression non diagnostiquée comme d’habitude (qu’elle a niée pendant des mois et qu’elle n’a reconnu que très très récemment, pour me le reprocher). Elle est sortie ensuite de sa dépression par des cours intensifs de karate (+10h/semaine), le développement de nouvelles passions (guitare, photo), mais a laché les enfants en grande partie. Aucune activité avec les plus jeunes (pendant près d’un an elle ne les a pas tenus dans ses bras, guère mieux aujourd’hui), très peu de relation avec les plus grands, aucune avec l’aînée. Aucun médecin ne l’a suivie sur une période prolongée. Le médecin de famille l’a vue à différents moments, à chaque fois pour un médicament précis qu’elle voulait. Elle lui a fait croire qu’elle faisait du karate depuis des années pour avoir un médicament faisant monter très vite le taux de fer dans le sang, par exemple. Depuis cette période, alors qu’elle ne sortait que très peu, elle sort presque tous les soirs. Elle est devenue très extravertie et je n’ai aucune idée des activités qu’elle a pu entreprendre les soirs (à part le karate). Elle a récemment pris un travail d’ouvrière qui commence tous les matins à 5H30 six jours sur sept, 9h par jour. Et compte bien continuer le karate le soir. J’ai pris en charge les enfants entièrement depuis deux ans (maison, écoles, réunions, suivi des devoirs, amis, activités). Il y a trois mois elle m’a dit qu’elle voulait divorcer.

    Il se peut que je ne sois pas assez objectif. Je serais éventuellement prêt à divorcer mais j’ai peur pour elle autant que pour les enfants. Je ne crois pas qu’elle puisse à nouveau s’occuper des enfants. Impossible d’avoir une conversation avec elle si l’on ne va pas dans son sens. Elle même demande une garde alternée mais parfois, elle me menace de tout plaquer et partir. Peut-elle passer à l’acte ? Cela ne changerait pas fondamentalement ma vie avec les enfants, même pour les périodes où je suis amené à voyager pour mon travail (et là, ce sont les plus grands qui gèrent la maison, ce que je n’aime pas trop car c’est au détriment de leur scolarité).

    SVP: AIDEZ MOI.

    • bipohypermaniac

      Salut Leo,
      De ce que tu écris, oui, elle a bien l’air d’avoir des troubles de l’humeur. Ca ira mieux lorsqu’elle arrivera à prendre du recul sur ces phases, tu peux l’aider dans ce sens, à prendre conscience, pas facile! Tu vis une situation difficile, très loin de mon expérience, je ne saurai quoi dire de plus, à part que tu dois t’armer de courage, de patience et d’espoir. J’espère que ton message fera écho à d’autres lecteurs pour qu’ils t’apportent leur lumière. Tu peux t’orienter vers des structures qui aident les proches comme l’UNAFAM.
      Avec tout mon soutien
      W

  • Vulcania

    Bonjour Leo,

    Comme tu l’as écris, ta femme ne veut rien entendre de ta part, est hyperactive, exaltée, et veut divorcer, cela peut ressembler à une crise maniaque…
    Le mieux est de retarder la procédure de divorce si ce n’est pas ta décision car la capacité de ta femme à réfléchir est sans doute altérée en ce moment…
    Essaye de trouver la distance qui te permet de te protéger ainsi que tes enfants du comportement de ta femme tout en maintenant un lien avec elle. Je sais pas évident à trouver…
    Le mieux, c’est que tu te fasses aider par un psychologue (l’UNAFAM est aussi une bonne adresse) pour gérer au mieux cette crise complexe.

    Bon courage.

  • Sirène

    Je me revois il y a 5 ans avec mon dauphin Pierrot que je ne reconnaissais plus… tout ce que je peux te dire avec le recul du vécu… respirer, méditer pour repousser la peur et écouter tes intuitions émotions les plus profondes sur ta respiration suivante et avancer une respiration à la fois, même si cela paraît impossible avec les enfants. … peut être est ce possible? Tant que tu respires tu es en vie et avances sans peur jusqu’au souffle suivant pour trouver l’empathie et la compassion envers celle que tu aimes et ne reconnais plus… n’écoute que tes intuitions respirations et non la peur que l’autre, la société, les proches et le corps médical t’envoie. Crois en la vie au souffle de vie… compliqué à expliquer… je ne sais pas si j’aurai compris il y a 5 ans mais j’ai le sentiment que j’aurai eu besoin que quelqu’un qui ait vécu cette situation me conseille, plutôt que mes proches ou médecins incompétents. .. si seulement la donne pouvait changer. .. aide nous Pierrot… respire profondément et médite Leo… Pensées bienveillantes

  • Georges LEE

    C’est trop dû pour moi, suis désolé

  • Georges LEE

    Mais courage quand même

  • jeanne

    je suis sur ce site par hasard, je ne vis pas avec un bipolaire mais viens de l’être diagnostiquée après 10 ans, je suis seule et divorcée depuis 10 ans, je fais des recherches parce que je me demande qui voudra de moi avec une telle maladie!…

    • bipohypermaniac

      Salut, je comprends ton inquiétude mais ne perd pas espoir, tout est possible, garde une porte ouverte aux nouvelles rencontres que la vie va t’apporter. Patience!
      W

    • kennydu34

      bonjour Jeanne,si je reviens sur ce forum(mon ex est bipolaire) c est pour te dire que vous êtes des personnes tellement plus intéressante que le commun des mortels,qui eux sont ennuyeux à mourir……quand on aime vraiment une personne,tu peux la suivre jusqu au bout du monde,et même partir habiter sur la lune si c est son souhait…….les bipolaires vous êtes intelligents,vous avez des dons de créations diverses,et tellement d autres choses qui font que nous(les sois disant  » normaux  » d après les gens bien pensant et fort éduqués,comme certains médecins)tombons fous amoureux ………..mon ex,je l aurais suivie jusque dans la voie lactée si elle m avait gardé à ses côtés,malgré les hauts et les bas que j ai vécu ,et j étais près à l épouser et finir ma vie avec,pour l aimer,la chérir,l aider,la protéger…..donc Jeanne,dit toi bien que vous êtes des êtres tellement plus vrais,que vous avez tellement de talents visibles ou cachés qui ne demandent qu à éclater au grand jour,qu il ne faut pas avoir peur ou honte d être bipolaire….ceux qui ne vous comprennent pas,qu ils aillent à la pêche aux moules et qu ils arrêtent de critiquer ce qu ils ne comprennent pas….je peux te dire,que dans ma vie d homme,mon plus grand amour,mon plus grand bonheur,je l ai connu grâce à une femme bipolaire…..alors je vous le dis haut et fort mes amies (amis)bipolaires……JE VOUS AIME

      • CC

        Mais pour cela dès le début de la relation, il faut que personne en face déclare sa maladie, pour que l’être aimé puisse y faire face et l’accompagner.
        Car être malade n’est pas une tare. Mais il faut être sincère et se dévoiler, chose qui n’est pas aisé de la part d’un bipolaire.
        Vous ne faites que constater, paniquer vous réagissez mal ou rester comme moi dans l’attente, pensant que l’être aimé redevienne lucide.
        Mais tout le mal est déjà fait…..la communication est la meilleure arme en dehors de toutes thérapies, et en générale c’est ici que le problème se situe.

      • kennydu34

        bonsoir et merci CC……je suis entièrement d accord avec vous,et j ai beaucoup de chance,car mon ex vient de me recontacter par mail,après 32 mois d un long et terrible silence…….elle me dit que je suis le seul et unique homme qu elle a vraiment aimé,qu elle voit toujours sa  » psy  » une fois par mois,qu elle lui a toujours parlé de moi,qu elle était follement amoureuse de moi et qu elle regrettait de m avoir quitté alors que je ne le méritais pas….et sa psy de lui dire, » çà vous fait beaucoup de bien d être amoureuse de cet homme,vous êtes radieuse,recontactez le et vous verrez bien ce qu il vous dit,mais vous devez savoir qu après tout ce temps,peut être que lui ne voudra plus avoir de relation avec vous,mais au moins vous saurez ou vous en êtes!!!???et bien sûr je lui ai répondu que je n ai jamais cessé de l aimer,et que si elle voulait,nous pouvions reprendre notre relation,et que je n avais pas changé d avis,que je voulais toujours finir ma vie à ses côtés si c était vraiment cela qu elle souhaitait…………il faut savoir que sa psy me connait,car quand elle était enfermée en pavillon fermé,j allais la voir tous les jours de janvier 2014 à fin avril 2014………….donc sa psy sait que je n ai jamais baissé les bras,même si j avoue avoir été dans le doute et la peur qu elle ne se manifeste plus jamais plus,32 mois sans aucune nouvelle,c est extrêmement dur…….

      • Christian

        (réponse au message fini par JE VOUS AIME) P… (pardon), c’est vraiment incroyable : Une seconde fois, j’ai l’impression d’un clone, wouaouh, ça… fait du bien ! Je prends ! Et je donne en te le disant… Tu n’es pas seul à ressentir ce que tu ressens et je partage à 100% ton message. MERCI ! Et oui, Femmes (même bipolaires ? apparemment SURTOUT bipolaires) je VOUS AIME ! Et pourtant – tout comme je le sens Kennedy 34 – je ne suis pas MASO ! Loin de là…

        (réponse à ce message sur le retour après 32 mois…) Kennedy34, comme je suis heureux pour toi. J’espère avoir la même force, la même patience, la même maîtrise de ma souffrance et… arriver à faire aller mieux la femme que j’aime et peut-être, oui, un jour qu’elle se rapproche de moi à nouveau, mais je ne sens pas, à ce jour, dans mon cas, que cela doive se faire sans solution nécessairement « originale », « unique », de collaboration avec son entourage proche (psy, comme toi) mais aussi … mari. Pas simple… Mais encore merci à toi et, comme pour Céline, je lève mon verre à ton, à VOTRE BONHEUR, à toi et la femme que tu aimes.

      • kennydu34

        bonjour et merci Christian,comme tu le sais,la vie n est pas un long fleuve tranquille,mais quand tu as la chance de trouver une femme qui transforme ta vie en  » paradis  » même si parfois,çà peut être l enfer,quand ses humeurs sont complétement décalées de la réalité,mais moi,dans ma vie d homme,j ai connu pas mal de femmes,j étais bien avec,on s entendais super bien,mais ce n était pas le  » paradis  » ni le grand amour  » fou  » alors comme je l ai déjà dis,ma compagne qui est bipolaire,elle est l amour de ma vie,mon moteur,ma force,mes joies et je suis transformé à ses côtés,je me sent être le Roi auprès de ma Reine,et ce que nous vivons,jamais nous l avions connu avant…….alors oui,il faut savoir que parfois il y a des peurs,des doutes,mais plus le temps passe,et plus j arrive à gérer les situations,et je ferais tout pour que ma compagne sois la plus heureuse possible,car ce bel amour mérite que je me batte pour notre bonheur,et elle en est trés consciente,et prends bien son traitement afin que nous vivions notre amour à 200%…alors courage à vous toutes et vous tous,que vous soyez bipolaires,ou les compagnes ou compagnons de bipolaires,l amour est la plus belle chose que nous ayons ici bas sur terre,alors joignez vos forces et aimez vous sans peurs,car votre AMOUR SERA LE PLUS FORT….je vous aime mes amies,amis…..bisous du sud

  • h

    Anecdote.
    Pouchkine mourut, à l’instar de Lenski à la suite d’un duel au pistolet. Le poète et son personnage ont été provoqués par un dandy qui s’amusait à séduire leur bien-aimée. Piotr Ilitch Tchaïkovski, qui tira un opéra de l’œuvre de Pouchkine, épousa Antonia Milioukova, une ancienne élève qui lui avait déclaré sa flamme, et de peur de finir comme Onéguine, rongé de remords, ne la rejeta pas. Le mariage fut un désastre.
    Eugène Onéguine (lettre de Tatiana à Onéguine, extrait)

    Je vous écris, est-ce assez clair ?

    Que reste-t-il encore à dire ?

    Il se pourrait que je m’attire

    Ainsi votre dédain amer.

    Pourtant si vous pouviez comprendre

    Mon triste destin d’ici bas,

    Vous ne m’abandonneriez pas.

    D’abord j’ai pensé me défendre,

    J’aurais voulu dissimuler,

    Pour vous mes sentiments sincères.

    Sachez que j’aurais su me taire

    Si de vous voir, de vous parler,

    J’avais l’espoir. J’eusse révé

    Toujours, toujours à nos rencontres,

    Mais dans ce pays isolé

    Vous semblez être un exilé.

    C’est trop distant que l’on vous montre,

    Et bien qu’heureux vous accueillant,

    Nous n’avons rien de très brillant.

  • Mélissa

    Bonjour,

    J’écris ici pour avoir de l’aide et des conseils objectifs.
    Je vis avec mon compagnon depuis quelques mois mais je le connais depuis plusieurs années, nous nous somme rencontré à la suite d’une très violente rupture amoureuse pour lui qui l’a poussé à faire une tentative de suicide qui n’a heureusement pas fonctionné mais a quand même eu de graves conséquences, (coma de quelques semaines, sans aucune séquelle physique ou mentale aujourd’hui)
    Ça a été un réel coup de foudre entre nous une vraie relation passionnelle faite de haut et de bas qui n’a duré que quelques semaines à l’époque. Entre temps trois ans se sont écoulé jusqu’à aujourd’hui et aucun de nous la jamais oublié l’autre, nous somme ensemble aujourd’hui, heureux en ce qui me concerne quand je n’ai pas peur pour lui. Car je pense que mon compagnon souffre d’un trouble bipolaire qui n’a pas encore été diagnostiquer mais je retrouve tellement de ses comportements et certaine de ses addictions dans les écrits que j’ai pu lire ici ou ailleurs que je suis persuadé de ne pas me tromper.

    Déjà de nature très renfermé sur ses sentiments et ses émotions il intériorise toutes ses souffrances et ne craque que devant moi refuse le dialogue avec ses proches amis ou parents pour les protéger.
    Je pense qu’il a conscience que quelque chose ne va pas car quand j’arrive à le faire parler et s’exprimer sur ses souffrances je sens que cela le libère d’un poids, il est très dépendant de ce que pense les autres de lui quitte a mentir sur son états et à faire comme si tout allé bien pour ne pas susciter de compassion ou de pitié je pense.
    Parfois il a un ego surdimensionner et tout doit tourner autour de lui un peu comme s’il avait tout vu tout connu tout fait et parfois des phases ou il ne se supporte plus lui même et se dénigre totalement. Dans ses moments de craquement émotionnel il m’a même dit « je te préviens la seule raison pour laque je suis toujours en vie c’est pour mes parents, mais quand ils ne seront plus là …  » entendre ça pour moi qui l’aime est vraiment très dure et pourtant quand il me dit « je t’aime j’ai l’impression de ressentir son désespoir comme si’l me suppliait de ne pas l’abandonner et que ma présence et mon amour lui été vital.

    Dans ses phases dépressives sa consommation d’alcool m’inquiète il a des comportements de mise en danger de lui même et abuse des sortie et dans ses périodes normales avoue qu’en ce moment il abuse et devrait se calmer. La dernière fois que nous avons pu parler il était un peu alcoolisé et à déverser toutes ses souffrances sur moi comme pour se libérer, j’ai alors émis l’idée d’aller consulter que ça pouvais être un trouble psychologique et non une tare, qu’il pouvait y avoir une explication concrète à tout ce qu’il vit mais je sais qu’il ne le fera pas je n’ai pas assez d’influence sur lui pour ça.

    Mais à ce moment-là il m’a confié qu’un de ses collègue et supérieur pour qui il a énormément d’estime et qu’il écoute comme un père je dirais lui a laisser entendre qu’il pense la même chose que moi.

    Dois-je prendre contact avec cette personne ou informer ses parents de sa détresse psychologique alors que lui même refuse de leur en parler pour les protéger, j’aimerais qu’il le pousse à s’ouvrir à eux choses qu’il n’a jamais faite mais je pense que c’est ce dont il a besoin pour avancer et vaincre ses démons.

    • bipohypermaniac

      Salut,
      Je pense que l’important est qu’il puisse s’exprimer le plus possible avec toi et toutes autres personnes en qui il a confiance. Comme tu le fais déjà avec bienveillance, des solutions émergerons naturellement de ces échanges. Consulter un psychiatre peut être une solution si la souffrance est trop grande et qu’un traitement peut l’aider, tout en étant accompagner par une thérapie, et des activités qui lui font du bien.
      Tu es loin d’être la seule dans ce cas. Il y a des associations de proche comme l’UNAFAM qui peuvent t’aider. Et puis plusieurs forum dont http://hypersensible.forumactif.org/ où tu trouveras des témoignages de bipolaires ou autres hypersensibles.
      Je te souhaite du courage, de la patience et de l’espoir. Ca va aller! 🙂
      W

  • Tite souris

    Bonjour, je suis avec un homme bipolaire depuis peu. Nous sommes tombés amoureux. Ensuite il m a avoué qu’il était bipolaire stade 2. Je suis complètement perdu. Je l’aime tellement et je suis prête à m investir. Mais aujourd’hui je craque je ne sais plus quoi faire. Aujourd’hui on est heureux comme jamais et quelques jours après il me reproche des choses que je ne comprends pas. Je m informe beaucoup sur cette maladie car je veux comprendre pour aider celui que j’aime mais ce n’est pas si simple. Je marche sur des oeufs parfois car j’ai peur de l irriter ou autre parce qu ensuite il se braque et devient tellement dur… J’ai soif d’information afin de mieux gérer sa maladie. Merci

  • Bmar

    J’ai retrouver mon à amoureux dans tes propos, dans la description en intégralité.
    Je l’aime et je veux continuer à vivre avec lui, à croire en sa guérison, à supporter ses troubles de l’humeur…
    Ce n’est pas facile, mais je ne me vois pas vivre sans lui… nos premiers mois de relations, qui doivent être sans couac et sans sont problèmes , ont étaient désastreux ! Disparition, crise, hospitalisation, disputes…puis après, voyages, amour, tendresse, confiance Et plein de belles choses … Je le prend dans son intégralité , Je l’aime…
    J’y crois !

  • sandrine

    bonjour
    quand je vous ai lu..j ai eu leu sentiment de me lire..
    un puit sans fond..un besoin d etre aimé si fort que j ai fermé toute les portes pour me.proteger. .
    et nos dérives sont si violentes que j ai deux voir trois vie la maman l amie et la bipolaire.. j essaye au maximun de reguler ma vie les emotions fortes me tuent
    .mais j’aime l adrealine mais si je sais que apres je vais dormir comme une marmottte pendant des mois..au final je dois toujours analyser pour ne pas m abimer. vivre avec moi c est au final super dur car j ai besoin.d etre rassuré sans cesse..
    je parle a mon bipolaire qui vi en moi.. j essaye de le comprendre parfois il gagne..et parfois mes debit de paroles sont si rapide..mon cerveau va si vite c est comme si je comprennais tout j assimilais tout c est comme si je ressentais tout dans ses peridoe je créé je fais de la photo d apres les gens zlles sont belles mais quand cela retombe plus rien m.inspire c est le vide la descente..c est horrible..j aimerai dire au gens que j apprend a projeté a une journée plus dans des semaines car sinonnje pars sur des projets pharaoniques qui me bouffent et me font faire des betises alors j apprends a vivre j ai decouvert ma maladie il y a peu de temps j apprends l accepter et de revoir ma facon de vivre
    merci pour ce belle article et j aimerai acheter ton livre

  • Marie

    J’ai beaucoup aimé lire ce post. Je partage la vie d’un bipolaire depuis un an et demi. Nous sommes sur le point de nous installer. Ça n’à pas toujours été simple et cette future installation dégage beaucoup de questions et de craintes pour lui. Il est constamment en train de calculer, évaluer. Il passe par des phases ou tout est beau et parfait et par moment il doute de tout (son passé avec ses anciennes compagnes y sont pour beaucoup). Avec le temps j’ai appris à voir arriver ses phases de « doutes » et en effet le manque de sommeil est son pire ennemi. Mais ses doutes l’empêchent de dormir. J’ai surtout appris à ne pas le pousser absolument à parler pendant cette période. Car il dit des choses blessantes qu’il ne pense pas. Je lui signifie juste que je suis la et prête à l’écoute si il en a besoin. Je lui rappelle que je l’aime de tout mon coeur. Cela dure quelques jours. Et tout rentret dans l’ordre. Ce n’est pas toujours simple car je suis empathe. Mais je prends du recul. J’ai du apprendre à le faire….

  • Michel

    Bonsoir, voila un article bienveillant qui parle assez bien du trouble bipolaire.
    Amoureux fou d’une femme en souffrant, j’ai passé 6 mois idyliques avec elle jusqu’à ce qu’au détour d’une conversation avec un ami (qui n’en pouvait plus de se taire), j’ai fini par apprendre qu’elle lui avait régulièrement proposé de coucher avec lui. De fil en aiguille, moi qui suit un peu lent et de la vieille école, j’ai découvert « ses amis » de Skype, FB, Adopte…. enfin amis est un grand mot, que des exs ou des mecs qui voulaient la serrer….
    La chute, je pense que vous ne pourriez imaginer même dans vos pires cauchemars.
    Je n’ai appris que récemment par son père qu’elle avait été diagnostiqué bipo il y a deux décennies de cela… et dans le déni depuis, un déni féroce, violent, brutal.
    Ce n’est qu’une histoire d’une personne souffrant de bipolarité merci d’éviter les généralités. J’ai beaucoup lu, appris, et je sais que tout cela est du à une salope de maladie.
    Aimer pas toujours facile, une personne souffrant de bipo non plus, mais une personne bipo est dans le déni moi je dis que c’est fichu d’avance surtout si elle est plutôt dans le type 1 avec des phases de manies hyper importantes.
    Mais ça ne reste que mon avis.

  • Cavallié

    Mon homme bipolaire et psychotique vient de créer son blogue, de et pour les bipolaires. Son but à toujours été d’aider les autres jeunes. L,hôpital où il a été traité lui donne la chance aujourd’hui de donner son point de vue et sa vision des choses à des parents d’enfants bipolaire. Mon homme n’a pas fait de crise sévère depuis 5 ans et fais terriblement d’effort pour rester stable, pour lui, pour nous. Comme vous l’avez conseillé ici j’ai pour ma part d’autres occupations qui me prennent plus de temps et d’énergie ce qui fait que j’en ai moins pour m’inquièter pour lui et surtout pour être sur lui tout le temps. Il va bien , on avance tout les deux et on s’accroche . Je voulais donc lui rendre hommage en citant son blogue, n’hésitez pas à y mettre vos commentaires. Merci
    https://lpsychiatric.wordpress.com

  • Hue

    Je suis mariée à un bipolaire qui a été diagnostiqué il y a 4 ans et qui a nié cette maladie depuis tout ce temps…
    Une énième crise à eu raison de moi
    Bien que de mon côté j’étais persuadée que toutes ces fluctuations tous ces comportements, toutes ces dépenses plus ou moins raisonnables étaient dues à la maladie ; j’ai craqué !
    Avant d’en arriver moi aussi à commettre l’irréparable, pour le mettre face à ses responsabilités de père de famille, j’ai tout planté là, un soir et je suis partie. J’ai quitté ma maison mes enfants durant trois semaines !
    J’ai expliqué à mes enfants la situation et je pense qu’ils ont compris.
    Après trois semaines, je suis rentrée, mes enfants me manquaient trop et j’étais prête à combattre l’ennemi de l’intérieur. Mais je sais que le mal avait progressé durant mon absence. Il a trouvé auprès d’un « ami « l’allié parfait !
    qui lui disait qu’il fallait profiter de la vie qui est si courte, que bien des personnes sont bipolaires et vivent très bien …. cet ami ignorant ce fléau à fait plus de mal à notre couple et à notre famille.
    Mon retour à à maison s’est fait dans le calme malgré quelques SMS de reproches et des piques. J’ai accepté cette situation et j’ai mis du miel sur mes réactions pour adoucir notre vie. Mon amour pour cet homme sera plus fort que la maladie.
    Malgré les reproches journaliers, je ne sais pourquoi subitement il a prit la décision de consulter un psychiatre
    Ce que je lui demandais depuis quelque temps et qu’il se refusait à faire…
    J’attends son rdv avec impatience …
    Je lui ai proposé d’aller à ce rdv avec lui, la réponse à fusée … non ! Je n’ai pas besoin de toi ! C’est mon problème ! Ce que le psy me dira ne regarde que moi… dont acte !… j’espère seulement que le psychiatre saura reconnaître la maladie et pas une dépression… Il me reproche tant de choses, ai-je raison d’espérer encore ou nos disputes nos mots ont eu raison de notre couple qui en « temps normal » est si fusionnel ? Était-ce pour lui la crise décisive qui mettra fin à notre vie de famille ?
    Je navigue à vue…

  • Jean

    Bonjour,
    Merci pour ton article. Ma copine a été diagnostiquée bipolaire il y a presque 8 ans et cela fait 6 ans qu’on est ensemble. Elle a été en hp une fois pendant qu’on était ensemble lors d’une crise maniaque. J’ai toujours été à ses côtés dans ses moments. L’année dernière tout se passait bien, elle a finit ses études et travaillé a côté puis elle a décidé de ne plus prendre le dépakote d’un jours à l’autre. Depuis septembre dernier, elle a eu des haut et des bas à longueur de temps, j’ai essayé de lui dire de toutes les manières qu’il serait bien qu’elle aille voir un médecin mais elle n’a plus rien voulue entendre. Je n’arrivais plus trop à la suivre car elle rejetait tout sur moi et sur notre couple . Jusqu’au moment, où elle a arreté son travail, on a rendu notre appartement et elle est rentré chez ses parents et moi j’ai prit un logement… On a décidé de faire une pause mais elle m’appelait tout le temps. Je voyais bien que ca n’allait pas mais c’était mieux que je ne la vois pas car je n’arrive plus à prendre sur moi. là ses parents ont bien remarqué qu’elle n’allait pas bien et l’ont interné de force pour qu’elle reprenne un traitement. J’aimerai bien aller la voir, mais quand je l’ai au téléphone, elle me culpabilise et me dit que c’est de ma faute mais elle m’appelle quand même. Quant à moi, je l’aime mais elle me mine avec ces reproches qui sont pour la plupart injustifiés. Même moi je ne suis plus sur que ca soit une bonne idée que j’aille la voir même si quand ca va on passe des moments super et on vit bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :