La magie du bipolaire 1.4

Précédemment dans ce thème : La magie du bipolaire 1.1   et      La magie du bipolaire 1.2  et       La magie du bipolaire 1.3

J’écris sur quelques forum en dehors de mon blog. Malgré la liberté d’expression de chacun, chaque forum a sa sensibilité et une certaine vision du trouble bipolaire. Forcément, alors, je ne m’exprime pas pleinement sur certains aspects pour ne pas créer des malentendus. Bref, tout en restant fidèle à moi même, je fais attention. Heureusement, j’ai mon blog pour m’exprimer sincèrement sur ma bipolarité. Ce trouble est très complexe, il est donc tout à fait normal qu’il y ait de nombreux désaccords. Il suffit juste d’accepter que d’autres bipolaires ou autres personnes concernées par cette maladie aient un point de vue différent.

Ecrire qu’il existe de la magie dans la bipolarité peut paraître audacieux voir irrespectueux au vue des milliers de personnes qui en souffrent actuellement. J’en ai beaucoup souffert de mon trouble et j’en souffrirai surement encore un peu à l’avenir, mais je maintiens, il y a une certaine magie dans la bipolarité. D’ailleurs, pourquoi les magiciens seraient forcément des personnes bien portantes? Je parle de magie dans le sens de ces sensations que l’on a en montée maniaque, ce sentiment de puissance, que tout nous réussi, cette force de persuasion, cette hyper sensibilité qui nous fait perdre la tête, etc.

La semaine dernière, j’ai vécu une petite montée. Cela faisait longtemps que ce ne m’était pas arrivé. Fort de mon expérience en matière de crise maniaque et de mes réflexions, j’ai su gérer un minimum pour ne pas basculer dans la folie. Tout simplement en restant chez moi, en m’efforçant de ne pas m’ébranler dans de nouveaux projets, et surtout en me frustrant à prendre du valium pour refaire tomber cette belle énergie afin de pouvoir trouver le sommeil. Tu sais bien, le plus important, c’est de…dormir! Mon cerveau a commencé à s’emballer, les connexions se faisaient à une grande vitesse, tout prenait sens, de multiples éveils s’illuminaient dans les quatre coins de ma cervelle. J’appellerai maintenant ces états d’exaltation la pleine conscience. En rapport avec la mindfullness, nouvelle pratique qui consiste en bref, à vivre l’instant présent. Ce qui est magique est ce sentiment de comprendre l’Univers grâce à une infinité de coïncidences et de signes qui apparaissent autour de moi. Ce n’est que du ressenti, de l’interprétation subjective, bien sûr incroyable à tes yeux, ou très rarement.

C’était comme si j’étais en connexion, ou que même, une partie de moi même vivait dans une dimension supérieure. Une dimension dans laquelle nous ne pouvons vivre pleinement étant limités par notre condition humaine et ses trois dimensions. C’est mystique. Je ne peux prouver ce que je sens pendant ce moment, c’est invisible. Ce n’est qu’un ressenti. C’est cette frustration qui dans le passé a été la cause de mes hyper manies. Aujourd’hui, j’essaie de faire la part des choses. Evidemment, je ne fais pas de la magie, je vis quelque chose de magique.

En aucun cas je te demande de me croire, je t’exprime seulement ce que j’ai vécu. Je te raconte un aspect de la crise maniaque. Une interprétation de la folie, du délire. Dans le passé, je me suis brûlé les doigts en prétendant être le magicien et en me lançant dans des aventures folles (voir le récit de mes folies). Aujourd’hui je ne prétends plus être le messie comme j’ai pu le croire dans certaines crises, mais par contre je sais que cette magie existe.

Enfin, une fois redescendue les pieds sur Terre, la pleine conscience laisse place à la frustration qui peut très bien vite se muer en dépression. Il y a tant de travail à faire sur soi-même afin de pouvoir faire la part des choses et puis éclairer cette part sombre enfouie au plus profond de son être. Mais je pense que toutes les choses qui me restent à découvrir dans ce « petit monde magique » valent bien toutes mes souffrances. Je suis fier d’être bipolaire.

A bientôt,

W.

Publicités

25 responses to “La magie du bipolaire 1.4

  • Serge Gladine

    La Raison c’est la folie du plus fort. La raison du moins fort c’est de la folie.

  • ver00

    Cher W.

    Bien sur, la crise maniaque est extraordinaire pour nous,c’est le monde idéal ou nous sommes tout puissant et très heureux, souvent, c’est pourquoi elle est un piège dans lequel notre cerveau veut toujours se laisser prendre. Dès qu’une contrariété quotidienne apparait, il lui est facile de replonger dans l’inconscience, pour oublier ce monde aride.C’est contre quoi, je lutte, pour prouver ce c’est possible après une grande introspection de 10 ans. J’espère que le monde va évoluer vers cette connaissance de l’inconscient.Je manque de diplôme certes mais je ne manque pas d’expériences sur l’inconscient, et je compte bien m’en servir.

    Oui,l’inconscient est magique ,je n’en ai aucune doute,j’ai vu des plafonds se transformer en un monde de courbes et de lignes mouvantes de toutes les couleurs, c’était magnifique, notre cerveau est magique pour nous même, il est capable de tout, la limite c’est les autres, et heureusement.Mais, je vais les pousser, ces autres,à avoir moins peur de nous, à nous laisser expérimenter notre vie hors norme parce que ça nous est nécessaire pour nous trouver.

    Amitiés.

    • bipohypermaniac

      Bonsoir,
      « La limite c’est les autres » … Et encore pas quand on rayonne sur eux et les porte dans notre magie. Notre limite est liée à notre condition humaine dont on connaît pas encore les limites.
      W.

  • elise9

    Bonjour 🙂

    Très très beau texte, tout en respect de Soi et donc des autres.
    Belle subtilité aussi sur l’ombre : pas de lutte, pas d’élimination, éclairer l’ombre, oui, venir l’éclairer, apporter de la lumière dans l’ombre !
    Belle journée à tous !

  • Thaloue.

    Bonjour à toutes et tous,
    J’aimerais par ce petit mot vous parler de la solitude :
    je venais de vivre une rupture pas facile car j’étais très amoureuse et ce n’était manifestement pas réciproque…Il m’avait larguée 2 fois, j’étais revenue la bouche en cœur, mais ce fut un échec . Bon, OK, c’est pas grave, on redresse la tête et on s’inscrit sur un site de rencontres !!! Eh oui, j’ai testé Meetic…Prendre son temps, discuter, tchater, appeler, entendre la voix, être séduite ou non…Et rencontrer…C’est épique !!! Entre celui qui avait mis la photo d’un pote, celui qui était soi-disant très malheureux en couple et dont la femme était finalement enceinte, celui qui se vexe parce qu’il ne vous plait pas et qui vous laisse payer l’addition, le soi-disant sportif qui ne fait du sport que dans son canapé…Y a de tout ! Du bon aussi, seulement voilà, j’arrivais avec un « handicap » et je mets bien le mot entre guillemets : j’avais une sensibilité hors norme puisque bipolaire et avais du mal à accueillir les critiques, me sentant blessée de suite…
    Alors j’ai cherché autre chose et j’ai découvert « les solos » : rompre la solitude dans l’amitié, sans arrière pensée. Rallye voitures, théatre, cinéma, petit restau, des affinités se créent, petit repas entre amis chez les uns, chez les autres, c’était super…Et puis j’ai retrouvé un ami d’enfance, une nouvelle histoire d’amour débute et fini les solos….Avec lui ont commencé 5 années à la fois formidables, à la fois l’horreur : pour diverses raisons, à ses côtés, j’ai été hospitalisée au moins 2 mois par an : arrêt du traitement, crise maniaque, changement de traitement, en étant hospitalisée, etc…
    Tout s’est terminé finalement en février 2013, à mon grand soulagement, car enfin, j’ai pu commencer à vivre à mon rythme, rythme de bipolaire : me reposer si j’avais mal dormi, me faire à manger ou pas, faire du canapé ou un jogging…Vivre un peu égoïstement, je le reconnais, mais sans plus personne pour me booster en permanence, exiger de moi un rythme de vie qui ne convenait pas à mes besoins : beaucoup de route pour aller bosser, invitation d’amis en pleine semaine (coucher 1h du mat quand on bosse le lendemain…).
    J’en suis arrivée à me dire qu’un bipolaire doit vivre seul : j’espère franchement avoir tort…
    J’ai entendu parler alors de oasis, dans l’Oise, lieu où des personnes bipolaires peuvent échanger : je n’y suis jamais allée, ça me dit rien, j’ai connu les AA(alcooliques anonymes) et j’ai pas envie de retrouver une structure rigide, où on se concentre sur son « mal »…
    Et W a fait sa proposition du « 21 juin », la journée de l’Espoir, où on pourra parler de tout et de rien, où des affinités vont sûrement prendre vie et permettre des tas d’échanges et peut-être se faire des « amitiés » qui perdureront via le Net…Alors j’ai adhéré tout de suite : ce que j’attends de cette journée : repartir gonflée à bloc, rompre de nouveau ma solitude, pouvoir passer un bon moment entre personnes tolérantes qui se comprennent et des échanges riches, et découvrir un lieu différent de Paris…Cette journée, c’est à nous de l’inventer, nous pouvons vraiment en faire un beau moment.
    Je vous invite donc à joindre W sur son adresse mail, apporter vos idées, définir vos envies, vos besoins, vos attentes, et on s’efforcera d’y répondre…
    Une journée pour se dire « Tu ne seras plus jamais seul. »

    Bonne journée à tous,
    Thaloue.

  • Cerf Couillu

    « J’appellerai maintenant ces états d’exaltation la pleine conscience. En rapport avec la mindfullness, nouvelle pratique qui consiste en bref, à vivre l’instant présent. Ce qui est magique est ce sentiment de comprendre l’Univers grâce à une infinité de coïncidences et de signes qui apparaissent autour de moi. Ce n’est que du ressenti, de l’interprétation subjective, bien sûr incroyable à tes yeux, ou très rarement. »

    Je ne suis pas bipolaire. J’ai vécu quelque chose de comparable à « …comprendre l’Univers » pendant une vingtaine d’heures.
    Mon expérience n’est plus comparable à la tienne à partir de ce moment : « grâce à une infinité… très rarement ».

    Ton expérience a-t-elle eu un impact physique ? corporel ?

  • Thaloue

    Pierre, voyons, serions nous d’humeur coquine…LOL….Moi je préfère Quechua…. Facile à monter (durée 2 minutes (un peu court jeune homme !)), impossible à démonter….
    Au fait, c’est quoi ce délire ? C’est parti de couilles, non???? LOL !
    Oh la la, je vais me faire censurer pas W , oups !
    Bisous à tous et bonne journée ensoleillée, yééé !,
    Thaloue

  • Thaloue

    W, tu me dis s’il faut prévoir les parapluies pour samedi 14, il est hors de question que je cache mon T-shirt « A new World » avec un K-Way fluo !! Quitte à m’envoler comme Mary Poppins
    Thaloue

  • mke06

    Cette connexion avec l’univers, c’est vrai que ça a quelque chose de mystique. Je me croyais investie par Dieu, je traversais la rue sans regarder, sans attendre le feu, persuadée que rien n’arriverait, que c’était impossible. Et parce que je voyais la connexion entre les choses et les mots, j’étais bien meilleure prof ( mais comme toi, je suis sans CDI, sans sécurité de l’emploi et bientôt avec un statut de travailleur handicapé pour mieux me protéger ). Dans le livre dont je t’ai parlé, il parle de cette connexion avec le monde par la connexion avec le langage. Cela va beaucoup t’intéresser. Et parce qu’une cyclo ne finit pas à l’hôpital, elle peut ressentir cette  » magie » en ayant certainement le sentiment de le payer moins cher. Mais avec le temps, la dépression devient presque permanente. C’est là qu’on se rend compte du prix que ça coûte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :