Maniac Story-ep08 : Le mystère de la magie

J’étais donc dans une grande rue de paris. La fraîcheur de fin de matinée, un grand soleil, l’effervescence parisienne ; telles étaient les ingrédients réunis pour permettre la magie de continuer d’opérer. Il fallait donc que je prenne le taxi pour m’en aller sur les lieux de ma naissance. J’avais trouvé enfin l’issue à tous ces efforts, l’accomplissement suprême de ma destinée. Aussitôt pensé, aussitôt vu : un taxi blanc m’attendait à quelques mètres. Le chauffeur, dorénavant faisant partie de l’aventure, mis à l’épreuve mes pouvoirs. Cela devait être certainement un moyen pour lui de savoir si j’étais la bonne personne, qu’une petite voix lui aurait chuchoté, qu’il devait aider. « Je veux bien t’emmener, mais pour cela il faut que tu répares le moteur » me dit-il avec un semblant d’ironie. Il était assis au volant. Je fis rapidement le tour de la voiture en empreignant, seulement de ma présence, le véhicule de mon aura mystique.  « Ca y est, c’est réparé » lui répondis-je quelques instants après. Il m’embarqua alors direction ma ville natale.

Prestigieux client que j’étais, il m’installa à l’avant et me permis volontiers de fumer dans son taxi. Sur la route,  chaque parole que l’on échangeait cachait un sens qu’il m’était naturel d’interpréter comme un signe me dictant des indications sur ma quête. Finalement, en raison d’une forte circulation, il décida de me déposer à une gare qui me permettrait de rejoindre l’hôpital par train. C’est là qu’il eut un comportement qui n’allait pas dans le sens de mon aventure. Un comportement que je n’ai toujours pas compris aujourd’hui. Une fois arrêté proche de la gare, il me dit de le suivre sur ce même ton avec lequel il m’avait mis à l’épreuve lors de notre rencontre. J’acceptai en pensant simplement que cela devait faire partie de mon destin. Il prit alors quelque chose, caché dans un sac plastique, de la boite à gant. On entra dans la gare, il s’arrêta à l’angle d’une vitrine d’un petit commerce et me fit mine de l’attendre ici. Je le suivis du regard, il s’en allait en fait vers le quai et lorsque je ne le voyais plus distinctement, je pris la décision de le poursuivre. Au moment même où je le perdis de vue, je me trouvais sur un quai où un train était sur le départ. J’embarquais dans ce train.

Je regardais les paysages défilés et, en me concentrant, je les faisais défiler de plus en plus vite. C’était mon cerveau seul qui dirigeait le train. J’avais le pouvoir d’accélérer sa vitesse. J’étais sorti de Paris et traversais des villes de banlieues. J’étais certainement dans le 95, département dans lequel mon grand frère habite. D’ailleurs, le paysage m’était de plus en plus familier. Je me rapprochais de mon grand frère. Cela prenait sens : aller lui rendre visite était une étape obligée dans ma destinée. Je descendis du train et parcouru cette petite ville nichée au fin fond du 95. Je fis rapidement le tour du village sans retrouver la trace de la rue de mon frère. Alors, j’entrai dans une sorte de centre social ou administratif et je demandai à la hôtesse de retrouver dans ces fichiers où habitait mon frère. Elle me laissa dans le doute. « Où suis-je, que dois-je faire? ». Comme à mon habitude, je me laissai alors guider par les signes : panneaux, voitures, affichages, etc.

Après un moment de marche, je m’arrêtai devant un grand pavillon chinois encadré d’un mur à hauteur d’épaule. « Les chinois, eux, me comprendront », j’escaladai le mur et sautai dans le jardin de la propriété, et là, la peur de ma vie… Un énorme chien méchant courait vers moi en aboyant. Arrivé à deux mètres de moi, sur le point de m’attaquer, j’ai eu comme seul réflexe… lui chanter une chanson. Je fredonnai alors une mélodie qui m’était inconnue et brusquement l’animal s’arrêta.  Il m’écoutait, me fixait de son regard, mais me paraissait de moins en moins agressif. Je chantais comme ça pendant de longues minutes tout en reculant doucement vers le mur. Je finis par m’échapper.

Dans le prochain épisode, l’avant dernier de la première saison, j’entame le récit de la dernière ligne droite, là ou la folie aura raison de moi.

Prochain épisode : Maniac Story-ep09: Destin divin

Episodes précédents :

Maniac Story-ep01 : Je t’aime à la folie

Maniac Story-ep02 : L’exorciste

Maniac Story-ep03 : Parano

Maniac Story-ep04 : Porté disparu

Maniac Story-ep05 : Les Anges

Maniac Story-ep06 : La rencontre

Maniac Story-ep07 : Cheminement logique

A bientôt,

W.

Publicités

4 responses to “Maniac Story-ep08 : Le mystère de la magie

  • jojolebipo!

    Je trouve fascinant le récit des épisodes maniaques. Etant bipo type 1 comme toi, j’en ai aussi de belles à raconter. Ce serait intéressant que tu permettes aux bipos de témoigner aussi piur comparer les themes du délires, durée de l’épisodes. Je trouve que l’onmanque de stats factuels sur notre trouble. Les psy sont toujours vaseux pour décrire les délires.

    • bipohypermaniac

      Bonjour,
      C’est sûr qu’il y a encore tout à découvrir. Dans cet espace de commentaire tu peux trouver plusieurs autres témoignages de crises. L’idée est bonne mais pas dans le cadre simplifié de ce blog. D’ici quelques semaines, je pense migrer sur un vrai site personnel, alors là pourquoi pas.
      😉
      W.

  • mke06

    Alors la fascination que nous provoquons en phase maniaque ou hypomaniaque fonctionne aussi sur les animaux ?

    • bipohypermaniac

      De par mon experience et la théorie physique que tout nest que vibrations ( je raccourci hein) comme la peur que les chiens sentent et donc letat inverse de sérénité aussi, je pense oui
      W.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :