Dans ma tête – Les apparences sont trompeuses

Lorsqu’on me fait part de l’image que je renvoie aux autres, on me dit toujours que j’ai l’air normal ou des choses dans ce sens là. Peut-être que parfois les gens ne veulent pas me blesser mais étant donné que même des amis me donnent cet avis là, alors cela doit être vrai. Pourtant, c’est difficile à croire puisque vu de l’intérieur je suis loin de considérer de vivre normalement. Les apparences sont souvent trompeuses et dans mon cas cette expression communément utilisée est criante de vérité.

Aujourd’hui, j’admets que « j’ai l’air normal », ce qui n’est pas toujours évident pour un bipolaire… mais alors quelle lutte pour obtenir ce résultat! Quel combat pour préserver ces apparences! Quelle machination même! Monsieur Florent, fondateur du Cours Florent, disait qu’être acteur c’était savoir « jouer le naturel », eh bien ça me parle! sauf que moi, c’est dans la vie que je cherche et essaie mon naturel. C’est à dire que je suis toujours dans la recherche du comportement adéquat. Contrairement aux apparences, je n’évolue pas naturellement de groupes en groupes (par exemple) en m’adaptant quand il le faut. En fait, j’ai une réelle difficulté à vivre en société.

Avant de vivre une situation qui implique d’autres personnes, je vais naturellement l’anticiper. C’est à dire que je vais créer dans ma petite tête une multitude de scénario possibles. Je vais jouer la situation avant de la vivre pour déterminer quels comportements je vais devoir adopter. Je vais imaginer toutes les répliques possibles que certaines personnes pourraient dire afin de trouver à l’avance la réponse correcte. Voilà, et quand je penserais arriver à un scénario parfait, je vais le rejouer en boucle parce qu’en fait, il n’est jamais parfait. « Arrêtes de stresser… Sois toi-même… Tout va bien se passer…Personne va te faire du mal ». Oui, je sais, merci pour le conseil… C’est là aussi que je me dis « Sois naturel », mais le soucis c’est que justement je me prends la tête comme ça depuis toujours, elle est là ma vraie nature!

Quand je suis en train de vivre la situation, je me pose également des questions « Que pense-t-il de moi là? Veux-t-il que je m’en aille? », je me sens jugé et j’ai souvent du mal à me positionner dans le groupe. Le grand dilemme qui me ronge souvent dans ces moments est de savoir si je dois reproduire les codes du groupe dans lequel je suis, m’adapter totalement à eux ou est-ce que je dois être moi-même et m’affirmer. Je crois que c’est un peu des deux, mais quel est le bon dosage? Même si c’est toujours un casse tête avant de m’y confronter, il m’arrive de vivre sereinement -ou presque- une situation, certains moments plutôt…

Aussi, un rien va me blesser, intérieurement, bien sûre je m’efforce de rien ne laisser paraître, et ce rien va être douloureux. Quelque chose en moi va mémoriser la scène  et c’est à chaque fois très difficile de l’oublier pour me reconnecter à ce qui se passe. En réalité, c’est petit pic que je vais ultra ressentir vont briser le peu de confiance que j’avais sur le moment et me fragiliser encore plus. Par exemple, je vais parler trop vite et dire quelque chose qui pourrait rendre mal à l’aise une personne présente… je vais le ressentir extrêmement et du coup je me mettrais moi-même à l’écart du groupe pendant un moment, c’est comme si ça me paralysait. Et si des pics s’enchaînent, ça fait mal… Bref, je suis en train de me rendre compte que je mets bien à nu dans cet article là, j’espère que tu vas adorer pervers ou perverse que tu es.

Haha! Pour t’illustrer encore mieux la chose, je viens de sortir fumer une cigarette et je me suis surpris à anticiper une possible discussion de ce soir avec mes parents alors que nous sommes en vacances. En fumant, j’ai créé dans mon esprit un dialogue avec eux au sujet de ce blog même et je réfléchissais aux répliques idéales que je devrais dire s’il me posait telle ou telle question…

La problématique de cette prise de tête permanente, c’est qu’elle rend tout plaisir difficile à savourer. En effet, dans une situation qui devrait m’être agréable en théorie,  pour laquelle je vais être terriblement impatient, je vais avoir du mal à lâcher prise et à profiter simplement du moment. Il y aurait peut être là une sorte de culpabilité qui me rendrait mal à l’aise, que sais-je…Heureux les simples d’esprit disait l’autre.

En société, c’est à dire hors de mon bureau d’écriture, au sein d’un groupe je ressens une certaine solitude dans mes pensées. Dans des discussions par exemple, je vais avoir du mal à trouver ma place tant les pensées que je voudrais exprimer sont différentes de celles échangées et je sais, par expérience, que l’affirmation de certaines d’entre elles ne sont jamais bien reçues. Le fait que je m’exprime mal oralement n’arrange pas, certes. Alors, généralement, je ne dis pas le fond ni la moitié de ce que je pense et en résulte une solitude.

Enfin, lorsque je suis dans un contexte qui me convient (c’est rare) et que je parvins à m’exprimer et me comporter librement, ce n’est toujours pas simple. Je vais douter. Est-ce que je ne serai pas en train de monter, amorcer une hypomanie (première phase de la crise maniaque)? Avec le temps, j’arrive mieux à distinguer si oui ou non mais aujourd’hui encore, à ces moments, je me pose la question et juste le fait de douter sur soi-même empêche le plaisir.

Je vais finir sur une note positive en précisant que dans mes relations duelles, je suis beaucoup plus à l’aise et les apparences alors deviennent de moins en moins trompeuses.

Merci de m’avoir écouter, je te dois combien?

🙂

Et dans le même esprit:

Journal-Sociopathe

C’est plus fort que moi, je rêve

Trouver sa place

Le psychotique et ses psychoses

Illuminations nocturnes

A bientôt, a ce soir en fait  pour le journal du dimanche soir 😉

W.

 

 

 

 

 

Publicités

24 responses to “Dans ma tête – Les apparences sont trompeuses

  • encoreuneconnasseparisienne

    Haha je me retrouve bien dans ce que tu dis ! Je me souviens d’une fois où j’étais tellement contente de me sentir bien dans un petit groupe que j’ai commencé à parler extrêmement vite et j’ai fait peur aux gens qui m’ont dit « Respire ! », je l’ai super mal pris, pour une fois que je me lâchais !

  • baby

    Trouver le bon dosage entre « se fondre au groupe » et « garder sa singularité en tant que personne »… Que c’est difficile … Gérer son hyper sensibilité, que c’est difficile aussi ….Participer à une conversation tellement superficielle (chez les filles « ouh regarde mon vernis, je l’ai acheté à tel endroit blablabla) ou écouter des bavassages (ca existe ce mot ??) en ayant juste envie de dire « mais qu’est ce qu’on en a à f*** ».

    La légèreté, ça nous parait tellement inaccessible, à nous les bipolaires … (je ne devrais peut être pas m’ériger porte parole auto proclamée d’une communauté, mais j’ai envie de parler au pluriel, enfin membre d’un groupe où je me retrouve …).

    Et se sentir coupable de toujours se regarder le nombril, ma bipolarité et moi, on voudrait bien divorcer, mais on ne peut point ! elle ne veut pas me quitter … je voudrais bien la quitter, enfin je crois … Elle est tellement imbriquée dans ma personnalité et mon caractère que je ne sais plus toujours faire la part des choses … Quelle part de moi, justement, perdrais-je, si je perdais ma bipolarité ?

    • bipohypermaniac

      Bonjour baby,
      Sur ce blog, je t en prie det exprimer au pluriel au singulier qu importe!! Ce que tu partages esst tres interessant.
      Comme je l ai ecrit, je pense que la bipolarité est ancrée dans notre personnalité, accepter cela et le premier pas pour vivre avec. Comment on pourrait ss en sortir si c etait un virus exterieur qui etait tombé du ciel?
      N hesites pas en tout cas a exprimer ta vision des choses.
      A bientot,
      W.

      • Maurin D

        Je voudrais vous rencontrez.
        Oui je sais, cette phrase fait peur à première vue, on dirait un fan en délire qui veut enlacer son idole.
        Dans un premier temps, oui, je fais de l’hypomanie. Mais depuis que je suis né. J’ai toujours été ainsi. Sans vraiment me dérangeait.
        Bref, je n’ai lu, pour l’instant que ce « message », et sans faire ma chochotte, je me suis vu, voire lu. Car moi aussi, j’écris.
        C’est fou! Je ne suis pas seul, a ressentir ce plaisir « d’être ».
        Je sais que là, en si peu de ligne, et avec si peu d’information de moi, la rencontre risque de pas se faire.
        Et je doute, voire rechigne de savoir qu’il y a des chances que pour vous une rencontre ne se fera surement pas.
        En faites, voici ma façon de voir les choses, sans pour autant être des dires formels. Je dis pas toutes les choses que je pense, désolé.
        Sur une ligne, vous dites qu’on ne se sent pas a l’aise avec les gens, les groupes, car on ne se sent pas a notre place.
        Je suis legerement outré, de savoir, que dans ma bande d’amis, dans ma famille, aucun n’est comme moi.
        Mais ils ont tous un commentaire sur moi identique, je suis spécial, style bizarre, voir désinvolte (les mots que disaient souvent mes parents)
        Bon parlons de moi, bon je ne suis pas mégalomane.
        Passons….
        Mr Maurin D. 24ans. Fils cadet de parents décédé, avec 4ans d’intervalle. Mere 2009 suicide. Père 2013 cancer de la trachée.
        Je fais parti de ses individus qui recherche désespérément un travail, avec beaucoup de motivation mais sans diplôme.
        Réside en région parisienne.

      • bipohypermaniac

        Haha, c’est la première fois que je reçois un tel commentaire.
        Demain, ce vendredi 3 octobre, je suis sur châtelet, on peut prendre un café a 13 heures. réponds moi par mail dans la matinée (bipohypermaniac@gmail.com)
        🙂
        W.

      • Maurin D

        Oui pardon, je me suis emporté. Je suis encore parti du coq a l’âne.

        Dans la ligne donc… (oui oui, je suis vraiment parti loin, mais au moins vous en savez un peu mieux)
        Si je souhaite vous rencontrer, c’est pour me sentir a l’aise, enfin je l’espère.
        Je me dis « Et si, pour se sentir a l’aise, je pouvais avoir la capacité a parler avec des gens comme moi, qui se sente a l’aise avec leur hypomanie. Pouvoir s’entraider, au lieu de venir pour juste confirmer sur un bout de texte, que nous sommes identique.
        Oula, après « le fan dingo », je crois que je suis passé, au psychopathe, ce n’était pas mon intention, mille excuses.
        J’espère que vous n’avez pas fait faux-bond.

        Après s’être parti me fumer une clope, je me dis, que j’ai pas a vous emmerdez, sur une telle demande. On ne se connait pas, je dois être un autre fou, que vous croisé surement sur votre blog.
        Je me suis fixé un but, qui me tiens a cœur, même si pour le moment cela ne doit pas être considéré comme tel.
        (je dois me trouver un travail)
        Mais en grandissant, on apprends des nouvelles choses. Comme là, aujourd’hui, je découvre ce blog, après milles recherches, d’infos sans réelles info. de blog de lamentation et de vie pourrie par l’hypomanie.
        Je tombe sur vous, et j’ai pensé.
        On croit toujours pouvoir réaliser un but sans souffrance.
        Mais j’ai connu et vécu des souffrances sans avoir pensé a avoir un but.
        J’accepte ma vie comme elle se présente, je vis mon présent intensément.

  • angielegac

    43,75 euros pour répondre à ta question, c’est le tarif réglementé par la sécu. Si tu as d’autres questions n’hésite pas ! Je plaisante bien sûr, la chute de ton texte était la bienvenue pour faire un peu d’humour et rendre la chose plus légère tellement tout cela est douloureux à vivre au quotidien. Angie.

  • fleuretbambou

    Bonjour, c’est « fou » comme cet article me parle…. merci d’écrire toujours avec tant de justesse ce que nous, bipolaires, pouvons éprouver et ressentir. 🙂

    • bipohypermaniac

      Bonjour, oui c’est « fou » :). J’ai la même réaction que toi en fait. Les commentaires comme les tien sont l’écho d’une partie de moi qui se croyait seule.
      C’est pour ça que j’aime écrire dernièrement que nous sommes une armée qui s’ignore ;).
      Merci beaucoup pour ce que tu viens de m’écrire.
      Biz
      W.

  • bipolairephilosophe

    Merde bipohypermaniac, je viens de lire cet article, juste après celui que j’ai écrit hier soir « Apparence trompeuse ». Je te promets que je ne t’ai pas plagié… Je me dis que je ne suis pas la seule à essayer d’être la plus naturelle possible, alors que mes pensées vont très loin, qu’elles sont « différentes ». J’ai également un problème quand je suis en groupe, je souffre de mon mutisme. Là encore je fais des efforts, pour suivre une conversation « normale ». Le plus souvent je n’ai pas d’opinion, et peut-être que c’est dû à mes pensées « lointaines ». Mais pourtant j’aime les gens, j’aime faire la fête et les bonnes ambiances. Mais je préfère aussi les conversations à deux, car je me sens moins jugée quand je parle. Merci pour ton article, je me sens moins seule.

  • Johne728

    Hi there, just became aware of your blog through Google, and found that it is really informative. Im going to watch out for brussels. Ill be grateful if you continue this in future. Lots of people will be benefited from your writing. Cheers! keebbakedefk

  • Johng457

    I have recently started a site, the info you provide on this website has helped me tremendously. Thanks for all of your time &amp work. The achievements of an organization are the results of the combined effort of each individual. by Vince Lombardi. bdadedgdffda

  • Prune

    C’est marrant comme je me retrouve dans cet article. Je suis en manque de spontanéité.

  • Barbara Vert

    J’ai le problème inverse.. tout aussi problématique 😦

    Je suis trop spontanée, trop impulsive, trop besoin de dire ce que je pense !

    Les gens sont gentils et me disent que c’est bien d’être comme je suis, Mais moi je sais que non.. qu’il faut un juste milieu entre ce que tu décris et ce que je suis!

  • Steunou Florence

    Merci pour ce témoignage qui me parle compĺètement. Je ressens les mêmes choses en situation de groupe et en + du mal á gérer la situation je culpabilise d être comme ça  » pas comme les autres » . Je me pose trop de questions me dit on mais je n arrive pas à les maîtriser ces pensées ! Alors j en fait des poèmes pour qu elles ressortent mais elles sont tenaces et tiennent à ma tête on dirait vu qu elles reviennent !
    Merci encore pour ce témoignage si bien écrit.
    Florence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :