Quand c’est indicible

Après cette rencontre  me revoilà seul face à mon pc.

Hier je n’étais pas seul. Ce 21 juin 2014 aura été une journée extra ordinaire. C’est la récompense de six mois de partages sur le blog. Un petit bout de temps où j’exprime ma solitude, ma souffrance. Hier, le destin ma offert un pansement sur ma plaie profonde de mon existence. Je repense aux moments dans ma cellule de l’USI de l’hôpital psychiatrique de Montpellier. Les fois où je m’effondrai à genoux devant mon lit et je pleurai ma détresse. Désarmé, j’implorai le ciel « qu’est ce que je dois faire »…

Quelques mois après, de retour chez mes parents, je déversai encore un torrent de larmes un soir devant mes parents « Je ne pourrais pas avoir la vie que je voulais, je ne pourrais jamais être heureux »…

Aujourd’hui, mon âme est encore touchée comme à l’hôpital, comme dans le salon de mes parents mais elle est bouleversée. Je vis en ce moment même, ce que j’ai toujours cru, l’existence de l’espoir.

Une simple rencontre entre personnes ayant un troubles psychiques tu me diras. Pour moi c’était oasis dans mon chemin qui a trop longtemps traversé le désert. La preuve que ma vie ne sera pas qu’un désert et quelques cactus. Aujourd’hui je reprends ma route avec des larmes séchées qui seront ma force.

Je sais qu’aux prochains temps de doutes et souffrances existentielles, je pourrais repenser à cette date, regarder et lire les souvenirs qu’ont été confectionné sur place porté par l’amour d’être ensemble, l’amour d’exister.

Tout ça est très mal écrit, mais je veux l’exprimer parce que ça fait du bien simplement et je sais pas quand est-ce la dernière je me suis sentis aussi bien. Je veux te l’écrire parce que c’est grâce à toi qui me lis, ou toi qui m’a lu et qui m’a donné des ailes pour cette simple rencontre.

Tu n’as pas pu venir peut être. Il y a quelques mois à peine je ne serai pas venu non plus.

C’était hier, je sais pas ce que ça va changer dans ma vie mais au final ça n’a pas d’importance. Je sens que j’ai passé un cap vers mon bonheur.

Ce qui changera pas c’est certain, c’est ce blog. Je continuerai à t’écrire ma vie de bipolaire comme le titre l’indique. Mais plutôt à partager ce que je suis, ce que j’étais. Et surtout à échanger avec toi à correspondre par mail, lettres. Parce que c’est grâce à ça que je ressens ce que je ressens à l’instant. Et ça je le souhaite à tout ceux qui sont dans une situation similaire à celles de mon passé.

Je resterai profondément seul mais je sais que maintenant j’aurai des moments de plénitude lorsque je serai bien entouré, entendu compris.

Je remercie les présents hier. Je remercie surtout nic’ qui était le seul à venir sans connaître personne et qui m’a montré que l’espoir que j’essaye de défendre ici est une réelle force même si faut être patient et accepté que les bonnes choses viennent petit à petit.

Le plus important n’est pas l’acte mais le sentiment qu’il va engendré par la suite. Ça fait 520 mots que j’essaies de définir ce sentiment mais je crois qu’il y a des choses qui nous dépassent et sont indicibles mais bonnes. Alors je n’est plus peur du noir futur et j’avance une flamme en moi.

Le 21 juin 2014 m’a permis de redécouvrir cette flamme et de la rallumer.

Merci à toi.

Ps: Si tu étais présents dans l’intention d’y être et souhaite avoir plus d’informations sur cette journée : bipohypermaniac@gmail.com

A bientôt,

W.

Publicités

41 responses to “Quand c’est indicible

  • lesouffleurdemots

    Pleins de courage à toi donc dans ce que tu vis. Je te souhaite de trouver un équilibre qui puisse vraiment te correspondre.

  • sebastienblanrue

    A reblogué ceci sur Sauter dans les flaqueset a ajouté:
    Go Go Go !

  • sebastienblanrue

    J’inaugure, ton article laisse sans voix. L’essentiel est dit et bien dit. 😉

  • ladyelle134

    Que ta route enfin soit belle et douce…

  • mke06

    Hello,
    Je t’ai dit les raisons de mon absence d’hier, mais aujourd’hui, je me sens coupable et j’ai mal dormi. La vérité, qu’on ne peut dire qu’à quelqu’un qui comprend et à laquelle tu fais allusion ici, j’ai l’impression, c’est aussi qu’à force de faire des dépressions et d’être hypersensible, on devient une personnalité évitante qui craint les heurts. Oui, j’étais ruinée hier, mais oui, j’étais flippée aussi. J’ai 40 ans, je n’ai été diagnostiquée et traitée qu’à 35, et encore, je me suis battue pour ça ( cyclo, donc pas assez bipolaire ) parce que les pensées de mort m’envahissaient plusieurs fois par jour, alors que je venais de donner naissance à ma 2ème fille et que l’envie de vivre n’était pas plus là. Comprenant que si je laissais faire, je me suiciderais certainement 10 ans plus tard, comme ma tante, j’ai accepté de payer très cher un psychiatre pour apprendre comment penser et vivre dans une logique autre que dépressive. Voilà, désormais, tu sais tout.
    Et je me sens mieux de te l’avoir écrit.

    • bipohypermaniac

      J’espère que tu ne crois pas que je t’en ai voulu. Tes intentions et messages comptent beaucoup. Merci 🙂

      • mke06

        Bien sûr que je l’ai cru ! C’est ce que j’essayais de faire comprendre en m’écrivant et qui n’a peut-être pas été clair, c’est que quand la dépression commence à devenir presque l’essence de ta personnalité, tout est vu négativement, sans avoir besoin du concours de l’autre. Pour mon mari, c’est la guerre. Il doit me rappeler chaque jour qu’il m’aime sincèrement pour que je doute de mes raisonnements dépréciatifs. Et je le vois d’autant mieux que ça n’a pas toujours été comme ça. Autrefois, j’étais hyperthymique !

      • bipohypermaniac

        Eh bien sache que je n’en t’ai pas voulu! Comment je le pourrais? je connais bien ce que tu ressens. Merci pour tes messages. 🙂
        🙂

    • pierre

      C est intéressant, la culture de la culpabilité, elle prend presque un sens agricole chez nos esprits bipolaires, peut être faudrait il cesser, non?
      On la cultive.
      Coupable de quoi? D’ avoir un esprit surdimensionné capable de ressentir le non ressenti commun?
      Savez vous quelle richesse il y a derrière cela? Au lieu d affirmer votre différence, pourquoi ne pas l exploiter, croyez-vous vraiment que ces convives de la sociabilité ne soient pas seuls?
      Pensez-vous qu en fait ils ne font que masquer leur solitude, croyez vous en leur bonheur d êtres pluriels?
      Vous me faites sourire….on nait seul et on meurt seul, on n est seul…
      Tout cela n est que fariboles et paillettes
      Il n y a pas de dépression sans culpabilité, reste a savoir de quoi l on est coupable, d être seul? Mais nous sommes tous seul, voire un seul….
      Il y a, non pas dans la bipo elle même, mais dans les gens qu elle touche, une dimension profondément aidante, que les bipolaires ne semblent pas envisager.
      Notre différence est précisément centrée sur notre différence, c est cette différence que nous devons admettre….sans quoi bonjour les dégâts
      Nous sommes différents et cette différence permet la relation d aide, en de multiple forme :de l art au conseil matrimonial….
      Parceque nous sommes détachés de la vie « courante ».
      Eh oui vous ne serez jamais monsieur ou madame tout le monde , oui vous êtes des êtres doués de spiritualité, et vous vous rendez malade d essayer de ressembler à vos semblables.
      Vous êtes différents, c est une richesse qui peut etre inquiétante.
      Mais comme cette richesse est belle, pour peu qu on l accepte comme sienne!!;
      Quelle possibilité infinie est ouverte!
      Le monde compte sur vous, votre rôle est important
      Vous êtes des êtres essentiels à l avancée de notre société
      Alors, s il vous plait cessons de nous iconiser et de nous proscrire, avançons…

      • bipohypermaniac

        J’aime beaucoup ce que tu as écrit là, merci. Je ne sais pas si on peut s’affranchir des sentiments comme la culpabilité. C’est un trait de notre hyper sensibilité. On peut faire confiance à celui qui nous rassure lorsque l’on se morfond. C’est pour ça qu’existe l’Autre : pour qu’il nous aime les moments où l’on ne s’aime plus.
        Merci encore pour ton partage.
        W.

      • Gryst

        J’apprécie beaucoup ce que tu as ecrit ici, Pierre. merci beaucoup!

    • Pierre

      La culpabilité, vois-tu , ne concerne que nous même, c’est une construction personnelle.

      • mke06

        C’est une chose que je n’ai jamais perdue de vue. Mais j’ai pu constater bien des fois que savoir les choses ne m’en délivraient pas.
        Il faut tout dépasser de nos conditionnements et de notre volonté d’être comme tout le monde, mais même ça, je ne le choisis pas : il y a des jours où la question ne se pose même pas, et d’autres où je retourne le problème dans tous les sens et où je n’en sors que de la boue. Où est le moi, là-dedans ? Où est la stabilité, déjà, qui permettrait d’éradiquer la culpabilité ?

      • bipohypermaniac

        « savoir les choses ne m’en délivraient pas » je comprends bien cela.
        N’éradique pas la culpabilité de passer quelques minutes sur mon blog, c’est un plaisir d’avoir ta présence « virtuel ».
        🙂
        W.

      • mke06

        Merci beaucoup, parce que justement, l’idée m’en était venue plus d’une fois…

  • Thaloue

    Ma 1ère tentative de suicide, je l’ai faite aux 7 mois de mon fils Nicolas…. Tu n’es pas tout seul….

  • Thaloue

    Il y a des moments tellement beaux qu’il n’y a que le silence pour le dire.

    (Francis Cabrel)

  • gaïa

    Un bien touchant témoignage. Je te souhaite de trouver la sérénité et de conserver ta flamme intacte au contact de ceux qui voudront bien s’y réchauffer.

  • Pierre

    Ha , ha, ton pc n’est rien sans toi, c’est ce que je veux dire, c’est un miroir

  • Gryst

    J’ai lu ici une bonne partie de la nuit. Merci à tout le monde, et un plus gros merci encore à M. W. J’ai été tres touché par tes articles; je me sens moins seul. Bonjour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :