Bipolarité / Bipolaire – Ma définition

Mon nouveau blog à cette adresse http://etrelapaix.wordpress.com/

J’ai ma définition de la bipolarité.

Diagnostiqué bipolaire et vivant la bipolarité de l’intérieur, qui peux mieux que moi prétendre de savoir ce qu’est la bipolarité. Etre bipolaire n’est pas seulement avoir un un trouble de l’humeur. C’est vivre dans une dimension plus sensible, c’est avoir une approche plus large de l’humain, c’est voir le monde et ses habitants différemment.

Il y a le bipolaire qui s’ignore, le bipolaire qui refuse, le bipolaire qui accepte et subit, le bipolaire qui accepte et se bat, le bipolaire libre. Le bipolaire libre a évolué en passant par tous les états précédents. La bipolarité doit faire évoluer sa bipolarité s’il veut être libre.

La bipolarité est un appel au combat, une expérimentation de la souffrance pour pouvoir ensuite se libérer totalement de la peur.

La bipolarité est une phase de notre vie, elle ne devrait être que transitoire.

Les bipolaires sont des personnes qui ont un potentiel extra ordinaire.

Il y a une part de merveilleux, de magie cachée dans un être bipolaire. Il doit la préserver, la développer, la maîtriser pour ensuite partager ce bonheur à son entourage.

Hypersensible, généreux, tolérant, amoureux, les bipolaires sont les gardiens des valeurs humaines.

Le bipolaire est incapable de blesser, d’écraser son prochain ou vivre pour son confort individuel et l’argent. C’est pour cela qu’il se sent mal dans cette société. Le bipolaire est passionné par l’humain, il est indifférent aux choses superficielles qui séparent les gens.

Le bipolaire est capable de tout. Même si son état de santé du moment le rend inapte, il peut progresser et des années plus tard, soulever des montagnes.

Dans une société idéale tout le monde serait bipolaire, il n’y aurait plus de stress, d’injustices, de compétitions alors, logiquement, les bipolaires ne feraient plus de crises, ils seraient la nouvelle normalité plus proche de l’humain.

Ce sont les conditions de travail, les codes sociaux et les mœurs de notre société qui ont créé la bipolarité. Ce sont tous les facteurs qu’ils dégagent qui déstabilisent le psychisme des êtes sensibles.

Le bipolaire devrait être fier d’être bipolaire car il a un combat noble à mener.

La souffrance ne dure pas éternellement tant qu’elle est acceptée, exprimée, écoutée, comprise.

La bipolarité est divisée en deux facettes, la partie visible avec ses symptômes décrits par les professionnels, et la partie invisible avec ses ressentis, ses émotions, ses croyances, ses merveilles enfouies, qui restent encore intimes et cachés du grand public.

Si la bipolarité est une maladie comme les autres, alors je ne suis pas bipolaire.

Si la bipolarité est un handicap que l’on porte toute sa vie, alors je ne suis pas bipolaire.

Si la bipolarité est une pathologie qui n’évolue pas, alors je ne suis pas bipolaire.

Si la bipolarité est telle qu’elle est décrite dans le DSM (bible des psychiatres) alors je ne suis pas bipolaire.

Si la bipolarité est uniquement tristesse et souffrance alors je ne suis pas bipolaire.

Si la bipolarité est seulement un trouble de l’humeur alternant dépression et exaltation, alors je ne suis pas bipolaire.

Si la bipolarité est ce que tu crois, alors je ne suis pas bipolaire car c’est quelque chose de personnel qui demande beaucoup de temps avant d’être comprise.

Si je ne vois pas d’espoir dans ta définition de la bipolarité, alors je ne suis pas bipolaire.

W.

Aussi : Je suis entré dans la phase relecture dans le travail de mon livre « La vie d’un bipolaire ». Si tu as un peu de temps à m’offrir pour corriger mes fautes d’orthographe sur quelques pages, n’hésites pas, ça m’aiderait!

Publicités

39 responses to “Bipolarité / Bipolaire – Ma définition

  • fleuretbambou

    Bonjour W., j’ai un petit peu de temps pour relire quelques pages de ton ouvrage. L.

  • mke06

    Au-delà de toute la souffrance habituelle, les dépressions, l’anxiété, la parano aussi, ce dont j’ai beaucoup souffert, c’est de l’instabilité. Oui, nous sommes humains, sentimentaux et tout, on embarque le monde dans notre délire par notre sur-motivation, notre énergie hors du commun et quelques temps après, c’est fini. Et ceux qu’on a embarqués avec nous, plus stables, plus constants peuvent faire tout ce qu’on a rêvé, car nous pouvons rêver très loin, mais faire très longtemps, nous ne pouvons pas. Et nous passons à un autre rêve.
    Il n’y a pas d’édifice qui puisse tenir sans fondations solides. Ça, ça me manque. Ça semble ne pas avoir de rapport, mais c’est ce que ton texte m’a inspiré. Il y a en effet beaucoup de choses entre la manie et la dépression, qui forgent un caractère, une façon d’être au monde et que ceux qui entendent parler de bipolarité sans connaître ne peuvent comprendre car ça se vit de l’intérieur.

    • bipohypermaniac

      Je ne suis pas d’accord. Nous pouvons construire quelque chose de solide. Et persévérer sur le même grand rêve. Ce n’est pas simple, surtout dans la réalité actuelle, mais nous pouvons. Même si pour certain cela paraît impossible, au moins nous devons y croire.
      W.

  • Ginger

    Je te comprends. Moi je tente d’aider mon conjoint tous les jours pour que sa vie ait un rythme à peu prés régulier.
    Je t’assure que le ressenti je ne l’ai pas certes, mais la compréhension si.
    Ce sentiment d’isolement et de coupure avec les « autres » m’attriste car il n’est pas une fatalité. Une partie de ton entourage peut finir par comprendre.

  • lilou

    bonjour w,
    si tu tu veux partager quelques lignes de ton livre avec moi je serais heureuse de pouvoir te relire.
    a bientot dans tes textes

  • Aline

    Quel article joli , quel belle inspiration
    Pour moi, tandis que la societé soit malade, moi je serais porteur d’un handicap, et je vais predre mes medicaents, je vais surveiler ma hygiene de vie, je vais avoir peur. Mais cette peur ne vais pas m’arreter, car je pas peur de pleurer, de crier pour aide, surtout je pas peur d’agir meme si jai peur 🙂 God doesn’t play dice… J’ai de l’espoir, je sais qui la solution c’est une combinaison de forces dont l’espoir est la plus forte.
    Peut être, notre folie obsessionnel vers le monde ideal vais arriver. C’est quand meme incroyable que les gens ne agissent pas trop sur les routines imposes, ou que les gens, bipolaires ou pas ne renouvellent pas la realité, ca c’est plus allucinant que être bipolaire. Faire la guèrre c’est beaucoup plus malade qui rever une vie spetaculaire. Mais la societé semble l’ accepter comme naturelle , pendant que nous, nous sommes de malades mentales. Qui es malade même: qui accepte les status quo ou qui veut changer la vie, pour une vie plus saine, plus belle? Une fois que nous avons l’essentiel (manger, toit, quelques vetements) nous avons tout pour lutter pour cette nouvelle vie, plus inteligente, plus jolie, plus amusant ne c’est pas?
    Aline

  • Pierrot

    Here is a come back….
    Peut être faudrait-il laisser la société où elle est. Personnellement je me suis détaché de la connerie générale et je me moque éperdument d’adhérer ou non au modèle social. J’aime les gens, la communication mais je ne vois pas pourquoi je devrais supporter la connerie locale.
    Je ne suis pas un enseignant, je n’entends convaincre personne, ce mal être que l’on nomme bipolarité est parfois une simple réaction à la bêtise des groupes d’individus qui se disent être la normalité; en effet la normalité n’existe pas, c’est un leurre. Seule la douleur est signe de mal être
    Chaque être possède ses différences, moins il y en a et plus il est con.
    Le summum est l’imbécile heureux tels les gros vautrés devant leur écran, une bière à la main
    That’s all, vive l’anormalité, vive l’individu, entier et différent, voilà la vrai richesse, le reste n’est qu’illusions et modèle social pour mieux faire consommer (je fais remarquer qu’il y a « con » dans con sommer, « somatique » ??… 🙂

  • Pierrot

    Une vaste supercherie pour vendre du Lithium, comme Profilex met le Sida en brante (jeu de mots) pour vendre de la capote
    Non, je déconne; ….quoi queue? 🙂

    • bipohypermaniac

      Je comprends les critiques sur les labos et les médocs, pour autant, comme je l’écris souvent ici, le lithium est autre thymorégulateurs sont nécessaires pour se soigner, mais il ne suffit pas que ça.
      W.

  • Sandrine tankoua

    Je suis partante pour une relecture …😉

  • L.

    J’adhère à la première partie du texte. Mais pour la dernière partie à mon c’est encore plus riche que ce que l’on pense. Et je suis convaincue qu’il n’y a que nous, bipolaires, pour mieux représenter ce que nous sommes. Et pour ça oui il faudra se grouper et se battre. Mais pas forcément par la violence 🙂

  • Pierrot

    Je suis contre la violence parce que je ne suis pas un animal mais un être raisonnant.
    Je pense que la bipolarité sous des formes multiple et les maladies psychiques (versus mentales) sont des indicateurs de la santé morale d’une société.
    Je crois en l’esprit créatif (ou esprit saint, à noter, dans l’Eglise, lui m^me créateur) en cela il y a rapprochement de Dieu, lui même Amour.
    L’Amour, ou condition de l’âme, aussi appelé Spiri d’où la spiritualité
    est une dimension capable d’agir sur la mati§re, laquelle est inerte, stable
    La bipolarité est une forme de spiritualité
    Son inconvénient est qu’elle est détachée du plan matériel. Le spirituel, si on le dissocie du matériel ressemble à un oiseux, ou à une taupe.
    Soit il s’envole, soit il s’enfonce
    Je pense que l’avenir montrera que pour certains esprit il est nécessaire que leur environnement soit amical. Or nous vivons une ère de haine et d’individualisme.
    En conséquence, apparait la bipolarité qui exprime une incapacité à admettre des schémas sociaux agressifs et ultra-matérialistes.

  • Barbara Vert

    Je suis d’accord avec les « Si la bipolarité est.. ».

    Par contre pas du tout avec : « Hypersensible, généreux, tolérant, amoureux, les bipolaires sont les gardiens des valeurs humaines.

    Le bipolaire est incapable de blesser, d’écraser son prochain ou vivre pour son confort individuel et l’argent. C’est pour cela qu’il se sent mal dans cette société. Le bipolaire est passionné par l »humain, il est indifférent aux choses superficiels qui séparent les gens. »

    Je ne suis pas comme ça et ne suis certainement pas l’exception qui confirme la règle ! Je trouve même cela très stigmatisant.

    Je ne pense pas non plus que la société ait crée la bipolarité puisque je pense que c’est un dérèglement chimique (donc purement physique) ce qui implique que cela a tjs existé.

    Je vais m’amuser à définir la bipolarité pour moi-même.

    Tu me donnes toujours à réfléchir. Merci !

    🙂

  • pierrot

    Je dirais que le derglement chimique est la conséquence d un état bipolaire et non la cause

  • ginger

    bonjour à tous,
    je pense qu’en effet on ne peut pas dire que le bipolaire est comme ceci ou cela…il est un individu unique comme tout un chacun. Il y a des sympas et des c… heuseusemenr car dire que les bipo sont incapables de faire du mal et plus humains….pff ça crée un fossé entre nous tous alors que bipo ou pas il faut faire évoluer les mentalités, ce qui nous unit c’est la volonté d’avancer de discuter et d’^etre force de proposition .
    Quant à savoir qui ,du dérèglement chimique, qui de l’état bipolaire, a commencé le premier, je ne sais pas.
    Je suis s^ure qu’il n’est pas nécessaire d ‘^tre bipolaire pour ^etre révoltés par tous ces courants de pensées bien ordonnés et bien pensant, et que malgré mon dégo^ut pour les lieux communs, les phrases toutes faites je n’ai que de changements d’humeurs mineurs qui sont dits « normaux ». Moi je penche un peu pour une chimie dysfonctionnante à la base et une sensibilité supérieure à la moyenne , qui est aussi un atoût considérable.
    V.

    • bipohypermaniac

      Ici je parle en tant que bipolaire car c’est le sujet de mon blog. Mais c’est évident que la sensibilité, la créativité, l’isolement et autres mots que j’emploie souvent ici ne sont pas réservés aux bipolaires.
      Tu remarqueras d’ailleurs que j’utilise moins ce mot que depuis le début.
      Peut être un jour on parlera uniquement de « sensibles » ce qui ferait contraste avec une société en « voie de désensibilisation ».
      Bref, le bipolaire n’a pas le monopole du coeur! haha
      W.

  • Etre

    Cela me parait très reducteur de dire ‘être bipolaire’….l’ETRE ne se réduit pas à une maladie, des symptômes. On n’entend pas les personnes atteintes d’un cancer dire : ‘je suis cancer’… mais ‘j’ai un cancer’…. AVOIR…. ETRE ET AVOIR selon les maladies, symptomes. Etre une personne en vie et avoir des émotions, les exprimer, les partager, s’accepter tel qu’on est, accepter l’ETRE, entendre sa souffrance, aimer la vie, aimer l’ETRE… mais comment quand sa souffrance contamine l’autre… les medocs….

    • bipohypermaniac

      Je préfère écrire « être bipolaire » que « avoir un trouble bipolaire ». Cette dernière expression étant la conventionnelle. Simplement parce que je crois que la bipolarité est intriquée dans la personnalité. Je n’étais pas bipolaire, je le suis devenu et je ne le serai plus.
      Merci d’être venu partagé ton opinion.
      W.

  • pierrôt

    Tu sais je ne sais plus quel philosophe disait que nommer les choses cela revient à les réduire. Dire « ceci est un arbre » est réducteur car il existe des millions de variétés d’arbres. Le langage est réducteur si il n’est pas pondéré par des explicitations.
    Tu t’attaques à un drôle de problème en parlant de bipolarité.
    Autant essayer de décrire la singularité.
    Notre monde tend vers l’uniformisation tout simplement parce qu’il a adopté un modèle où cet uniformisation est « productive » Faire penser aux gens qu’ils pensent tous de la m^me façon par des outils comme la télévision ou les médias cela rend plus uniforme leur mode de consommation, c’est rentable
    Même la loi, la justice a adopté ce type de comportement.
    A se demander de quel coté est le bord le plus empreint d’éthique.
    Pour moi le choix est fait, je vis en border de la société, je ne me mêle pas ni au fouteux ni aux politiques.

    Je hais la corruption et celle de mon âme en priorité.

    Alors parler de bipolarité, c’est une drôle de problème tout simplement parce que pour les gens il y a la normalité et les autres et je ne suis pas sûr qu’ils aient même envie de réfléchir autrement.

    « You don’t need your éducation » dans thé Wall desFloyds est un avant goût de l’uniformation, ou de l’uniformatisation des pensées, tel que le mot format ou formater peut l ‘imager.

    Quand la normalité consiste en ne pas dépasser du lot commun, il est difficile de justifier sa différence.

    Tiens bon!!!

  • Etre

    Être Avoir… être en souffrance… avoir de la souffrance… puis une vague de paix et d’amour… être en paix…. avoir la paix… le tout et le rien …
    bravo pour ce blog et pour le travail que tu fais pour etre en paix et la partager… yallah!

  • gg

    la bipolarité est clairement un pouvoir , mais si immense qu’il n’est pas gérable et aboutit souvent a l’hopital … je vais faire simple et clair , et parler uniquement de l’aspect « pouvoir ». Durant mes « crises » depuis 2009 jai eus la chance de pratiquer une sorte de télékynésie (pas dans le sens ou je fais venir les objets par la pensée sans les toucher mais dans le sens ou par exemple si je lance un briquet par terre je suis presque sur qu’il va atterrir debout alors qu’il doit y avoir une chance sur 10 000 000 qu’il le fasse et vice versa) j’appelle ça le contrôle d’occurrence ou vulgairement « hazard control » . J’ai pu constater comme beaucoup également un accroissement des capacités cognitives exceptionnel et des changements physiques ( durcissement des ongles , barbe qui pousse moins vite , dents qui blanchissent etc…) Je dédie donc ce message a tout les bipolaires et je le dis avec fierté et sans honte : « je suis un X-men » 😉

    • bipohypermaniac

      Salut,
      Je suis très intéressé par ce que tu dis là gg.
      « le control d’occurence » y a t il un livre ou des écrits à ce sujet?
      J’ai aussi constaté la même chose du point de vue physique : les yeux, la peau, la tonicité aussi…

      Il n’y a pas de honte à être un X-men! Par contre c’est difficile de l’annoncer à son père 😉
      W.

  • mke06

    La bipolarité, c’est de l’humanité augmentée.

  • HONORÉ Edith

    « Chapeau » Bien Ecrit, Et  » Un Sacré Soutien » Pour Ceux Qui Vivent Cela !!…
    (Pour Les « Fautes A Corriger »; Je Commence Par La Fin … Plus Facile Avec Mon « Petit Ecran » De Téléphone …); Cordialement …
    1) C’est Quelque Chose De « Personnel », Car « C’est Personnel », Et Non « La Chose Qui Est Personnelle » …
    2) « Il Est Indifférent Aux « Choses Superficielles » Qui … Et Non « Superficiels »; Cette Fois « Ce Sont Les Choses Qui Sont Superficielles » …
    3) « Il y a Une Part De Merveilleux, De MAGIE Cachée », Et Non Pas De « Magique » … (Si l’on Veut Suivre « Le Sens Du Reste De La Phrase » …) …
    Dans Le Même Paragraphe : « L’Humain » A Une  » Faute De Frappe » Pour Le « L’  » …
    4) « Le Bipolaire », Et Non Pas « Le Bipolarité » … (« Petite Faute d’Inattention », à La Fin Du 2 ème Paragraphe …) …
    Cordialement … 😊 😉 …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :