Je suis guéri

Voilà,

Cela a pris quelques années mais aujourd’hui je ne souffre plus, je ne suis pas malade, je suis guéri.

Beaucoup d’éléments ont permis cette transformation du trouble en énergie. Les rencontres.

L’écriture de ce blog m’a ouvert a un puits sans fond d’énergies. Cette intention née il y a un an m’a tourné vers toi. Mes mots ont attiré ton attention. Tu m’as lu et ce faisant tu m’as envoyé volontairement ou non une force invisible qui m’a soufflé un vent de révolte. Vous êtes nombreux, cette force est le résultat d’une multiplication de vues.

Tu ne peux pas imaginer à quel point je te suis reconnaissant. Pour la plupart d’entre vous, je ne vous connais pas physiquement mais j’apprends à m’ouvrir de plus en plus à vos pensées. Je sens depuis quelque jours une vibration qui s’intensifie. Je veux te la partager. Je ne veux pas être seul avec ce bien être.

Tu m’as transmis de l’amour sous diverses forme. A mon tour, je veux t’affirmer que je t’aime.

Si tu es malade, sache maintenant que tu guériras. Les moments de doute et de souffrances, il y en aura encore, pense à moi qui est réussi à guérir grâce à toi. Imagine seulement un instant que c’est possible. Ouvres toi à l’énergie qui n’attends que ça.

Mon chemin sur Terre est encore long mais à partir d’aujourd’hui je sais qu’il est merveilleux. Et plus de personnes empruntent le chemin qui est leur, plus ils vibreront et plus on sera ensemble.

J’ai besoin de toi pour avancer. Dans le partage, dans l’échange d’amour. Alors nous nous rencontrerons et la vie sera plus facile et nous aurons le véritable présent que nous méritons.

Merci.

A bientôt,

W.

Publicités

111 responses to “Je suis guéri

  • J

    Ton texte est très chargé en émotion, j’en ai presque les larmes aux yeux.
    La guérison est un concept qui semble assez irréalisable quand on n’en est qu’au début de son cheminement comme moi, d’autant plus qu’en ce moment j’ai tendance à être très dépressif mais ça donne de l’espoir malgré tout !
    Je te l’ai déjà dit plusieurs fois mais un grand merci à toi aussi pour tout ce que tu partages ici et pour tes paroles toujours positives et encourageantes

    • bipohypermaniac

      Le chemin est long c’est une certitude, mais lorsque l’on s’ouvre à l’énergie des autres et celle de la vie, on se recentre et on accélère sur notre chemin.
      Garde cet espoir comme une flamme et lorsque ça va moins bien, pense fort à cette étincelle. C’est une prière simple et rapide que je pratique régulièrement.
      Petit à petit la flamme prend son aise et on commence à ressentir sa chaleur.
      Voilà 🙂
      Merci pour tes larmes 🙂
      W.

  • Mika

    Alléluia mon bipo-frêre.
    Je suis heureux aussi pour toi et j’en ai « galement les larmes aux yeux. Le pouvoir des écrits… L’énergie qui s’échange sur ton site est si palpable.
    Il me tarde de te rencontrer maintenant en chair et en os pour parler de guérison et de révélations. Si ça te dit de nous voir en dehors des moments de rencontre organisés, envoie moi un petit message, comme une bouteille à la mer, je serai heureux de partager ma vision de ma guérison également. Car j’ai maintenant aussi la foi. La foi en moi et en mon pouvoir de rendre mon chemin fleuri et fertile.
    Bien à Toi.
    Mika

    • bipohypermaniac

      C’est merveilleux, merci de le partager.
      Dimanche 7 Décembre je serai à St Lazare et libre à partir de 16h. Tu peux me retrouver là bas, toi et d’autres. Plus on est de fous, plus on rit.
      🙂
      W.

      • Mika

        Aujourd’hui c’est repos obligé chez moi avant ma reprise au boulot. Dès la semaine prochaine je serai frais et dispo pour une entrevue. A bientôt.

  • bipohypermaniac

    J’ai oublié de préciser la date. Je parlais de dimanche qui vient.
    W.

    • Mika

      héhé, j’ai la chance d’avoir mes parents sur Paris ce weekend, ce sera donc un autre jour pour moi. Nos chemins finiront bien par se croiser, je n’en doute pas.

  • pierrôt

    Salut W
    Je pense avoir compris que tu es bipolaire, sous lithium peut être? Alors sans vouloir briser ce bel élan je te conseille d’aller voir ton psy et de lui en parler: d’une part je pense que c’est à lui de te conforter dans ta guérison « annoncée »(ce qui me semble déjà un peu mégalomaniaque). D’autre part je trouve que tu rends des risques en partant sur ce chemin et aussi que tu en fais prendre à d’autres qui penseront qu’il est possible de guérir. Vois tu la bipolarité est un animal très rusé qui sait se tapir et se faire oublier, mais en aucun cas elle ne disparait. Pour avoir cru trois fois à la guérison je tiens à te donner mon témoignage: a part foutre en l’air x mois de mise au point médicamenteuse et pas mal de membres proches je n’ai rien obtenu de cette croyance en la guérison.
    Alors , sauf cas ou tu serais un bipolaire « virtuel » ou  » d’attribut social » c’est à dire une personne qui change d’humeur sans réelle bipolarité (je te le souhaite), fais moi plaisir et ne tombe pas dans le panneau: on ne guérit pas de la bipolarité, on s’y adapte, on l’utilise, on s’en accommode. Et surtout on la subit: ce qui ne veut pas dire que l’on vit mal ou de façon inintéressante . Nous ne choisissons pas nos chemins de vie , la normalité apparait comme un rêve absolu, mais je ne suis pas sûr qu’elle en soit un. Vivre avec un handicap est aussi honorable que de vivre sans , ce qui est important c’est ce que l’on fait de sa vie, et je trouve que ton initiative du Blog est superbe. Les bipolaires pense leur réalité comme un passé qui s’est échappé et comme toute qui s’échappe est « beau »!!! Souvent une adolescence ou une vie de jeune adulte, des amours, des amis, du confort, eh bien c’est du passé et il faut regarder devant.
    Tu es guéri, et alors? Combien faudra t’il deux, trois, six mois un an avant que de nouveau la machine s’emballe??
    J’aurai préféré tes discours passés à ces trois petits mots » je suis guéri »
    J’aurais préféré » c’est dur je rame, j’ai le sentiment d’être en exil, de courir sur le fil d’une lame

    « mais bon sang je vais y arriver »

    Je suis guéri… ah bon, guéri de quoi..???? de ta nature guerrière , de ton désir de te battre
    Et alors t’en fait quoi de ta guérison, tu l’encadres au mur et tu la regardes?

    Alors fais moi plaisir et fonce chez ton psy

    • bipohypermaniac

      Je comprends ta réaction. Je suis guéri dans le sens que j’ai débloqué une paix intérieur merveilleuse. Je laisse la joie petit à petit s’installer. C’est un combat. Je dois lutter contre des pensées de malheur, de crise de peur, de parano, etc. Ma guérison je la vis et consolide jour apres jour et je te la partage. J’irai voir aussi mon psy comme d’habitude. Je n’arrête aucun traitement, je prends soin de mon sommeil et comme tout le reste. Je ne suis pas euphorique ni déprimé. Je fait tout pour rester dans ce calme. Si toi tu ne crois pas en la guérison, laisse les autres y croire, c’est la liberté de chacun. Merci pour ta réaction. W.

    • thomas

      La bipolarité, et la destruction sociale qui en découle, ce ne sont pas des choses que l’on subit, ce sont des choses que l’on provoque.

      Nous sommes les seuls maîtres à bord.

      Il faut apprendre à maitriser le navir, à lire le ciel et prévoir les intempéries, pour ne pas foncer droit dans les iceberg.

      T.

  • aurelie

    Joli article. Contente pour toi de cette note d’avancee.
    Bonne soiree

  • Ginger

    je ne sais pas quoi penser, il me semble difficile W de prendre que de façon positive ton dernier article et la lettre de Pierrôt est d’une franchise terrassante et bienveillante. Les mots comme merveilleux, intensité, énergie, vibrations, amour…non rien n’est merveilleux globalement. Je ne suis pas bipolaire mais je suis satisfaite ou heureuse de me lever tous les jours oui, mais je vois bien qu’autour de moi, tout n’est pas chouette.
    Un article datant de qq jours nous rappelait ta dépression en direct.
    Il me semble que tu es une personne qui a des cycles rapides, le recul viendra …
    Je n’ai pas d’avis sur le fait que l’on guérisse ou pas, ce serait plutôt que l’ on maîtrise ou pas ses humeurs . Tu as la certitude d’avoir un jugement éclairé par ta joie intérieure?
    En cette période faste pour toi, les rabats joie sont de sortie.
    Grâce à ce blog tu as des regards différents, c’est une chance pour toi et pour nous tous.

    • bipohypermaniac

      Oui, j’ai la certitude d’être d’avoir un jugement éclairé par ma joie intérieur. Cela se rapproche des sensations d’hypomanie sauf que je maîtrise, je n’ai pas d’euphorie, je suis calme, je prends soin de mon corps, j’économise cette nouvelle énergie.
      W.

  • pierrot

    W .
    Je pense que tu saisis la nuance entre stabilisation et guérison, tu sais bien que l on se doit de distinguer les deux car tes lecteurs ne sont pas tous au fait de ta situation exacte et l on peut penser que tu évoqués une mise à zéro du besoin de soin , Si tu te sens bien alors tant mieux mais je note aussi des variations successives dans tes humeurs récentes
    Je suis heureux pour toi mais je ne peux pas m empêcher de te mettre en garde , cette pseudo euphorie sent la poudre
    Donc parle en a ton psy, si il valide alors every thing William be all Wright
    Attention aux etats mixtes
    Bon courage

    • bipohypermaniac

      Je ne suis pas euphorique, là est la différence avec la pathologie, je travail à rester calme et serein.
      Depuis mes premiers articles j’ai toujours émis ma désapprobation du terme stable.
      Que veux dire être stable? Si tu ne souffres pas quand tu es stable, alors tu n’es pas malade? Stable par rapport à une futur période de souffrance?
      Quelle est la différence avec la personne qui est bien portante entre deux rhumes.
      Mes lecteurs qui me lisent depuis des mois sont tout à fait de ma situation.
      Je te remercie pour ta mise en garde.
      Je suis tout de même sur mes gardes bien que beaucoup de peur sont partis.
      W.

  • Mi

    etre stable ne veut pas dire ne pas souffrir. etre stable veut dire ne plus etre en phase up, ou down, ou en alternance, plus ou moins rapide . prends soin de toi, soit méfiant de l’eau qui dort, la bipolarité est un affreux cancer qui se cache en faisant croire qu’on est guéri, alors qu’elle est juste endormi … profite de cet endormissement, de cette période de stabilité, en souhaitant qu’elle dure le plus longtemps possible, voire pour toujours. c’est peut etre ca la guérison, une stabilité très très très longue …. il y a des ex alcollique, ex fumeur, ex malade du cancer, et ex bipolaire . pas à l’abris d’une rechute. restons vigileant, ne baissons pas la garde.

  • pierrôt

    Excusez cette dureté.

    Etre stable c’est avoir les moyens d’avancer sans se prendre les pieds avec cette joueuse qu’est la bipolarité. Un affreux cancer la bipolarité? je n’en suis pas sûr, je pense que la bipolarité s’investit dans les âmes ayant des caractéristiques très spécifiques. Son terreau est la sensibilité, une capacité de ressentis élevée(voir Très Haut Potentiel Emotionnel ou TPE en video sur le net), un sur-feeling, une cogitation à deux mille à l’heure.
    Si rien ne permet de prédire qui sera atteint, celui qui est atteint doit s’imprégner du mot SOIN. Nous avons le choix de tout stopper mais 90% de chance de plonger plus vite que le commun des mortels de se retrouver bipolaire.
    Voici venir les âmes du REGRET
    Alors peut être que « ça fait chier » mais beaucoup moins que la culbute qui ramène vers le SOIN. J’ai testé la guérison, c’est euphorisant au début, beaucoup moins dans l’ambulance, encore moins sous psychotrope, rupture amicale, rupture familale, mon enfant qui me regardais pleine de doute sur le père qu’elle connaissait et qu’elle ne reconnait plus. Quatre mois de guérison : 10 mois de remise en place, pour avoir l’air à peu près comme avant. Et je n’aborderai pas le coté TS parque là , c’est le drame. Melle Bipolarité instille l’idée de guérison parce que pour elle c’est une renaissance. Parce que si cette idée est suffisamment ancrée alors stopper les médocs sera une logique absolue.
    Et l’on croise le fer avec la mégalomanie, cette mégalo que l’on trouve dans le UP et dans le DOWN qui ne sont pas autre chose qu’une forme d’hystérie de « l’être magnifique que j’aurai pu être, ou la destruction par cause de cette incapacité à devenir cet être »
    Oui il y a une cause psychologique à la bipolarité, qui sonne comme infériorité, incapacité à admettre que notre place n’est pas forcément la plus confortable ni la plus en vue socialement….
    Voilà un vrai handicap
    Voilà ce qu’il faut mettre au point avec soi même
    Ce n’est pas un domaine de la psychanalyse, vaste fumisterie à mon sens, mais d’autres techniques en cours de naissance qui se nourrisse d’une forme d’écoute au de la de l’autre, dans sa réalité, dans la construction de cette réalité.
    Ni extra terrestre ni dieu, ni écrivain , ni brillance de lumière divine, mais beaucoup mieux que cela : VIVANT, ce capital ne vaut il pas quelques sacrifices?
    Le chant des sirènes « tout va bien je vais bien » t’attire tout droit vers les récifs de la dépression ou du pétage de plombs pleins d’étincelles, pleins les yeux, à don-f-e !!
    … Et non, tu n’es ni Jésus ni Abraham,ni un super flic, personne ne marche sur l’eau et le fric que tu claques, magnanime, va t’emmener tout droit vers le marquage au fer rouge bancaire. Ou pire tu vas te persuader que tu es une « sous merde » et que tu ne vaux même pas la corde pour te pendre, tu balancera ta bagnole dans un arbre, mais pourquoi?pour qu’on te regrette. La politique du JE, je , je , je ….pense un peu aux autres !!!! Ah bon?
    Et cela va très vite, comme une fusée de neurones pirates attaquant ton cerveau.
    Tu chatouillera les additifs parce qu’il dope ton égocentrisme
    Ta femme n’en pourra plus et tes gosses aussi.

    Voilà la réalité du bipolaire.
    Alors j’en suis convaincu, c’est un devoir pour soi et pour les autres que de tenter de remédier à ce risque: de se stabiliser et enfin, tout comme nombre de malade mentaux ou psychiques doivent le faire, d’accepter ce que l’on est, de faire le deuil d’une enfance ou d’une période de vie « normale », parce que ce temps est échu, terminé, mort. Il faut réapprendre à vivre avec cette anormalité, l’apprivoiser: on y arrive et la vie est belle. Bon nombre de bipolaire qui n’écrive jamais sur le Net peuvent en témoigner.
    Préférez vous trois dialyses par semaine? moi non, et je dis que j’ai de la chance
    Nul ne sait ce que l’avenir de notre être passé « normal » nous aurait réservé, aucun d’entre nous n’a le droit de regretter un passé alors que cette vie lui a été donnée, avec un challenge serré, certes, mais aussi les moyens de faire de cette vie une réussite.

    • bipohypermaniac

      Il faut transformer l’euphorie en calme et en paix. Cela reste la même énergie., canalisé. Il faut trouver la source qui nous convient. Je pense m’en rapprocher.
      Je vous le partage, car je le souhaite à tout le monde. Si j’étais en crise maniaque, je ne serai pas ici à poursuivre le meme quotidien.
      W.

  • pierrôt

    En conclusion: votre brillance, votre challenge sont là devant vous: il se nomme »je suis bipolaire » à vous d’en faire une réussite

  • Mi

    je crois que chacun vit sa bipolarité différemment … dans mes pires phases basses, j’ai prié pour avoir le cancer, plutôt que cette saloperie …heureusement que Dieu ne m’a pas écouté !! nous sommes des être hyper sensibles, ça c’est sur, souvent inadaptés à la société, ou bien c’est la société qui est inadaptée à nous … sauf que nous sommes 10% et eux 90% . alors il est plus simple dans les chiffres d’adapter 10% que l’inverse. dans la réalité c’est tout autre … la guérison, ou tout au moins la stabilisation, est une forme d’adaptation. que recherche t on, en guérissant/en se stabilisant ? le bonheur, ni plus ni moins. à minima, arrêter de souffrir. j’y suis parvenu, en tout cas 90% du temps. je me considère donc stabilisée, 90 % du temps … les 10% du temps restant, je gère mon hyper sensibilité, c’est aussi une part de mon caractère et de ma personnalité, et je gère aussi mes extravagances. difficile parfois pour moi de repérer quand elles (l’hypersensibilité et les extravagances) sont de l’ordre du pathologique. je le vois dans le regard des autres, dans les résultats de mes actes, et dans l’inévitable phase basse qui suit la phase haute …

    • bipohypermaniac

      Lorsque l’on évolue, je crois que nous devons évoluer notre langage, utiliser les mots qui nous paraissent juste.
      Après 6 ans de bipolarité, le mot bipolaire perd de son sens pour moi. Je l’utiliserai pour être compris. Mais de moins en moins.
      W.

  • pierrôt

    Peut être devrais tu affiner ta stabilisation par voie chimique ou autre. L’hypersensibilité n’est pas une faiblesse, mais il est nécessaire de l’adapter à sa vie, c’est parfois une voie dans la qualité d’écoute pour l’autre. C’est aussi une corde tendue vibrant au moindre souffle et apprendre à la rendre mélodieuse demande de la patience. Quand aux regards des autres il ne sont pas si inquisiteurs que l’on pourrait le penser.

  • pierrôt

    Alors tu me vois rassuré, W…..le mot, « le mot est le meurtre de la chose », voilà qui fait commenter de Hegel à Lacan, en passant par Sigmund, je n’y vois pas de message subliminal mais simplement un constat: dire la chose c’est la qualifier et donc la rendre, quelque part, unique et identifiée: or un mot renferme une multitude de significations ( ou de signifiant pour contenter ce vieux Jacques L.)
    Dire ceci est un arbre c’est oublier la forêt qui se cache derrière: alors oui, je suis d’accord avec toi, le terme bipolarité est non suffisant et restrictif, dépassons ce simple constat, incomplet.

    • bipohypermaniac

      Tu es un homme bien cultivé 😉
      W.

    • mathieu

      Cher Pierrot, cher W,
      Je me permet de rebondir sur vos échanges.
      W, lecteur régulier de votre blog, celui ci m’accompagne depuis que l’on m’ai diagnostiqué bipolaire il y a deux ans à…38 ans sic..
      Néanmoins je ne peux que partager l’avis de Pierrot sur ton dernier post, ce n’est pas toi ou du moins ce n’est pas la personne que tu souhaites être. Ou est le recul, la lucidité, mais aussi l’autodérision qui je trouve caractérisaient tes écrits? Je n’ai aucun conseil à donner, mais je peux écrire les mots et idées qui me sont venues à l’esprit en le lisant: amour démesuré de l’autre, « vision » du sens de la vie, invulnérabilité, on connait hélas tous la suite…
      Pierrot, j’ai été très touché par vos commentaires, et j’aimerais revenir sur ces phrases qui résonnent en moi.
      Petite mise en situation pour comprendre, j’ai vendu mon entreprise (à perte), quitté ma compagne et je vis désormais chez un ami,je n’ai plus travaillé depuis deux ans et le plus terrifiant est que je n’en ai pas vraiment envie, je ne fais rien de la journée à pars rêver de ce que j’aurais pu être si….
      « Les bipolaires pense leur réalité comme un passé » comment échappé à cette fatalité? vous évoquez des techniques mais qui les enseignes?
      « l’être magnifique que j’aurai pu être, ou la destruction par cause de cette incapacité à devenir cet être », »incapacité à admettre que notre place n’est pas forcément la plus confortable ni la plus en vue socialement… » c’est exactement ce que je vis depuis finalement 20 ans et qui c’est traduis en conclusion par une crise maniaque..comment l’accepter?

      La psychanalyse je n’y crois je vois néanmoinsun psychiatre tous les 15 jours par « sécurité », les traitement médicamenteux aucun effet, après un séjour en HP et divers »dosage », il a été décidé de ne plus me traiter car je ne réagis pas du tout au traitement (lithium + séroplex à la fin).
      Comment avez vous réussi à mettre en veilleuse cette mégalomanie et cette idéalisation du passé pour avoir envie de profiter du futur? J’aimerais, je crois y arriver et peut être grâce à vous écrit W, grâce à vous commentaires Pierrot une piste, une préconisation me mettra sur le chemin?

      • bipohypermaniac

        Merci de ton attention.
        En ce moment pâradoxalement j’ai une grosse creve et les pieds bien sur Terre.
        En revanche je ne reviens pas sur ce que j’ai écrit.
        Il faut savoir seulement qu’il y a une infinité d’interprétation possible selon les personnes.
        Ne t’étonnes pas si le ton change, la vie est en perpétuelle évolution… Je vis une transformation. De la maladie psychique à la crève haha.
        W.

  • pierrot

    Taratata. C comme la confiture 🙂

  • Mika

    Wouaa, a en croire le nombre et l’intensité des commentaires je suis en effet convaincu de la puissance des mots !
    Et en l’occurrence ce mot ici n’est pas bipolarité mais guéri. C’est ici qu
    E les interprétations vont être différentes pour chaque lecteur. Le mot de W, a un sens pour lui qui résonne Ave la phase que je traverse. Je suis sorti mardi de l’HP, donc je suis aussi Guéri 😉 Jusqu’à une éventuelle nouvelle oscillation qui m’amènerait à une hospitalisation. Mais je n’ai plus peur des hypomanies car elles me transcendent, mes manies me font voir monts et merveilles jusqu’à ce que j’aille de mo même en convalescence. Mais ma montée en manie cette fois a été très rapide et a surpris mon psychiatre, et moi même. Je n’avait plus de bouffées délirantes mais des bouffées émotionnelles que je maîtrisait mal. D’où mon séjour en HP. Seulement 2 semaines et me voilà déjà de retour au travail, avec toute ma joie de vivre intacte, ma créativité dans la poche, et une rare allégresse. Le soir je m’écroule de fatigue car je me réveille invariablement à 5h depuis 1 mois mais du coup ça me laisse du temps pour créer. La dépression me guète ? Certes. Je vais prendre des cours de pleine conscience pour prévenir les phases dépressives. J’ai depuis peu accepté ma maladie, et je la vois aujourd’hui non pas comme un handicap mais comme un 3ème bras un peu gauche et frêle que je dois entraîner et muscler. Peut être que dans 1 mois je relirais mes mots avec une envie de me baffes mais j’en doute car je me sens également guéri. Merci W pour ton courage et ta sincérité.
    Côté médical maintenant quand la dépression est trop profonde et que les médicaments n’ont pas d’effet, il existe l’électrochoc qui est curateur pour certain. Le cerveau fait un reboot et le malade souffre moins. Après la relaxation, méditation, respiration, hypnose, homéopathie, nature pathe, fleurs de bachs, il y a des tas d’aides paramédicales qu’il faut explorer, sans jamais arrêter son traitement thymorégulateur, sauf avis contraire du psychiatre, car l’état le permet ou projet de grossesse, tout ça tout ça Taratata 🙂
    Alleluia
    Mika

  • L

    Se réunir et s’unir
    ( Amen ) Dépression en direct
    Ce blog a seulement un an!
    ( A l’or )Rencontrons-nous!
    ( Geai coûte ) La Prophétie des Andes
    ( J’ai tu dis ) Relations entre bipolaires
    ( Je me pause ) Suis-je un pervers narcissique ?
    ( Je con-c lu )Je suis guéri.

  • L

    « Vous êtes nombreux, cette force est le résultat d’une multiplication de vues.Tu ne peux pas imaginer à quel point je te suis reconnaissant. ». W.

     » Nous assistons à la reconnaissance de ta naissance, donc de ton existence. On se reconnaît aussi dans ta naissance et dans ton essence (naissance?). Rendre la vue à un aveugle, rendre la naissance au veau qui meugle.  »

    L.

  • pierrôt

    A Mathieu

    Oh là tu me refiles une sacré tache mais je vais essayer, avec des images peut être que ce sera plus « digeste ». Voilà tu as trente huit ans, la bipo vient de t’expliquer qu’elle est là et pour la suite du parcours. Ta vie a explosé, on pourrais dire que tu entames un second parcours, en quelque sorte. As tu remarqué comme nous ne maîtrisons rien? Pour un chef d’entreprise cela doit être dur à digérer, non?
    Qui déterminent ou fixe réellement nos objectifs de vie? Et que signifie vivre bien, en accord avec soi même?
    J’entends certains parler de mission de vie? Why not; mais attention au mythe du chevalier partant en croisade!!!
    Il y a des croisades simple et discrètes, qui valent mille sonneries de trompettes…
    Tat tat tannnn
    Il faut bien admettre que pour beaucoup de parent l’angoisse de l’avenir est bien ancrée et notamment pour la génération qui s’éteint
    Guerre famine, manque……Il faut éviter cela à nos enfants, ils leurs faut un boulot une place sociale élevée, ……..de la brillance
    Si la peur est mauvaise conseillère alors il faut réviser tout notre mode de société parce qu’il est basé là-dessus
    Accidents, viols, meurtres, cancers, maladies, chômage…………
    Si ajoute la consommation relevée par W. Il faut bien reconnaître que nous sommes engagés dans une folie destructrice actée sur un mode de consommation tout azimut ……Jusqu’à Gel Durex qui s’insinue entre notre cuisses après avoir coiffé nos modes d’expression
    Je suis consomme toute.

    Alors tu rêvasse depuis deux ans??? Et alors? Cela chatouillerait t’il le conditionnement du »pas travaillé c’est pas beau » Peut être es tu en train de fabriquer ton horizon futur,peut être matures-tu QUI tu es, et reconnais que tes longues années précédentes, à aucun moment on ne t’as laissé une seconde pour réfléchir à tout ça; tu étais dans le torrent  » du normalement correct » Entreprise, femme, enfants

    Peut être la bipolarité est elle la selle qui va te permettre de monter sur ton propre cheval. Comme si tu avais pilé avec ta voiture, comme ça en pleine campagne, la nuit, avec ta voiture « qui suis, ou vais-je et qu’est ce que je fous de ma vie »
    Pour certains cela arrive jeune pour d’autres c’est plus tard.
    Pour d’autres c’est trop tard

    Les TCC(comportementales cognitives./. va voir sur le net/ la pleine conscience?) me semblent un bon appui pour relire sa réalité et surtout pour comprendre quelle est sa propre réalité.

    Je pense que tu vis une période de remise en question, alors vis là et laisse entrer ce qui t’intéresse, essaie d’écarter tous les parasites qui brouillent cette lecture

    Quand je me suis séparer de mon épouse, elle m’a dit de tourner la page. Je lui ai répondu que je ne savais même pas où était le bouquin, alors comment faire?
    On s’accroche mais au final, je ne cherche plus le bouquin.
    Chaque épreuve nous apporte plus de force

    Et si j’étais provocateur je dirais ceci

    la bipolarité est un mal pour un bien, elle explose en nous, nous précipite en haut ou en bas, mais si l’on y regarde de plus près elle nous reproche deux choses
    – ne pas prendre soin de nous
    – ne pas respecter un chemin de vie qui nous corresponde

    Il y a une réelle violence à essayer de ressembler aux autres et une forme de négation de soi. Sans différences, sans handicaps, sans maladies aucune société humaines ou animales ne peut survivre.

    L’humanité a cette chance de pouvoir incurver ses choix de société ou de vies afin d’améliorer son quotidien, l’animal non.

    Tout un chacun à son niveau a cette chance, et un temps de réflexion en face de ces choix est tout à fait légitime. des rebonds des rechutes aussi
    Nous ne sommes pas des animaux voués à la production.
    Tout comme une cure thermale équivaut à un passage en clinique.

    L’image sociale de la maladie mentale a de gros progrès à faire. Mais en tant que bipolaire……….je n’en ai cure, je ne me considère pas comme malade mais plutôt comme en dissonance avec mes vrai choix de vie

    Que je cherche: vivre c’est choisir
    🙂

    • mathieu

      Pierrot,

      Le paradoxe de tous cela finalement c’est que lorsque j’étais en phase d’hypomanie, je croyais pour la première fois de ma vie être en phase avec moi même, mais plus dure a été la chute…
      On nous dit de prendre soin de nous, d’avoir une vie saine, de ne pas se laisser parasiter par des problèmes annexes mais… Je l’ai fais..au final vivre ce n’est pas justement faire face ? Vivre c’est choisir mais une fois que l’on se protège trop, il est de plus en plus dure d’a nouveau faire face à la vie « classique ». Ces deux ans je n’ai pas su les mettre à profit, je croyais me reposer et petit à petit trouver un chemin me correspondant, ce qu’il en ressort c’est que ce qui me fait le plus de bien c’est le contact avec les autres, mais il est difficile sans travail, avec moins d’amis célibataire,ou avec mes amis qui ont une vie bourgeoise classique, je me sent de plus en plus en porte à faux, on se retrouve vite en perte de confiance en soit et du coup c’est un cercle vicieux, ma liberté je l’ai choisi, mais elle me coûte désormais…je pourrais dire moi aussi je suis guéri, je suis stable, mais je pourrais dire aussi je suis amorphe avec un encéphalogramme plat qui ne correspond pas à l’image de la vie que j’ai…finalement j’aimerais être capable de surmonter des peines et aussi des joies!!

      • pierrôt

        Je pense qu’il y a plusieurs choses à prendre en compte:
        -Tout d’abord l’apparition du trouble, comme dans une hypomanie / le dysfonctionnement est il à l’origine ou le soin est il nécessaire suite à un état de suractivité ?
        – Si tu as vécu cet état, il faut un laps de temps suffisant pour que ton organisation interne se rééquilibre
        – Faire gaffe à soi cela ne veut pas forcément dire entrer dans les ordres, dans le temple du silence et de l’oubli

        C’est plutôt comme un sportif qui s’est éclaté un ligament ou un genou: il fera attention au sur effort dans certaines positions,..mais pas toutes.Et il reprendra une activité en rapport avec son handicap.

        Un peu comme quand tu élèves un enfant: si tu lui promet le pire à chaque initiative, il aura peur de tout, il perdra son assurance et passera sa vie à subir

        Si tu apprécies le contact des autres pourquoi ne pas développer une politique de vie dans ce sens, vers des assoc., une reconversion professionnelle dans le social, que sais-je
        Le fait d’avoir développé une vie cotonneuse, bien à l’abri, ne va pas te pousser à en sortir, mais n’est ce pas là une forme de peur ? Comme celle de te retrouver en situation de risque par rapport à la bipolarité/ cependant cela va te conforter dans l’idée que tu as une solidité, donc te faire avancer, de plus en plus aisément.
        Plonger dans la bipolarité si l’on décide de développer une vie sociale? pas forcément, j’ai passé 21 ans, sans la voir surgir.
        C’est souvent un gros clash qui la réveille. Affectif bien souvent. Mais en toute franchise, c’est aussi un prétexte.

        Essaie du coté de la psycho-éducation, tout bipolaire devrait en être un expert. Je pense.
        Fais toi un planning projet, mets en place les choses de façon progressive, pas la peine de faire du forcing.

        C’est comme pour la lune, un petit pas pour l’homme, un grand pas pour la bipolarité
        🙂
        Il est tout à fait normal, lorsque l’on ôte le plâtre d’un tibia : poser le pied par terre est angoissant. Pourtant on marche à nouveau, on court et on saute. Et on oublie sa fracture.
        C’est cela la confiance, aie confiance en toi
        Aide toi, le ciel………
        Bon courage

      • Mika

        Au clair de la lune,
        Mon ami Pierrôt,
        Prête-moi ta plume
        Pour écrire ces mots.
        Ma chandelle se meurt,
        Je n’ai plus de feu ;
        Ouvre-moi ton coeur,
        Pour l’amour de Dieu.

        🙂

        Merci pour tes lumière Pierrôt.

        Je confirme, la psycho éducation est très importante pour un les bipolaires.

        A la revoyure !
        Bon courage à tous.
        Mika

      • bipohypermaniac

        Haha et merci pour ta sincérité Mika 🙂
        W.

      • L

        Tu en es capable, sors de ta coquille, va vers les gens et ce que tu aimes, continue de te soigner en parallèle (médicaments et thérapie). Trie tes fréquentations, et vis ta vie telle que la bipolarité te l’a montrée dans ta phase maniaque, ton âme sait ce qu’elle veut. Fous toi des conventions, c’est le meilleur remède pour être heureux, tu finiras par rencontrer des gens comme toi, Mickael Jackson chantait  » You are not alone « .

  • mathieu

    Merci pour vos réponses et bien sur merci W. de nous permettre d’échanger grâce à tes posts.
    Psycho éducation why not..je suis sur une liste d’attente depuis un an à Toulouse pour intégrer les groupes animés par le Dr giachetti qui a diagnostiqué mon trouble..
    La bipolarité semble être un mal à la « mode » si je puis dire..
    Bon courage à tous!

  • Mi

    je ne sais pas ce qu’en pense W. mais que diriez vous de créer un forum de discussion, plus pratique pour parler que des commentaires sur le blog de W. ? sans pour autant délaisser le blog de W. , bien au contraire, mais plutôt comme une continuité pour poursuivre des discussions. qu’en penses tu W., te sens tu de le faire, ou bien je peux le gérer si tu préfères, (ou le co administrer avec toi), ayant déjà administré et modéré des forum de discussion par le passé sur d’autres thèmes. il existe des plateformes assez simples d’utilisation et facile a prendre en main, tel que que forumactif.org par exemple (celle que j’utilisais).

    • bipohypermaniac

      Coucou,
      C’est une bonne idée mais il existe déjà au moins 3 gros forum sur les bipolaires. Qui ont tous le mérite d’exister.
      Bipolaire and Co / bipolaire info / bipotes …
      Comme toutes minorités, des divisions se créent au sein d’elles. J’ai senti de la concurrence entre ces différents forums.
      Du coup il ne faudrait pas que ça est la même forme.
      Mon but est de rassembler autour de l’espoir. ça l’a toujours été.
      En créant des réelles rencontres je ne fais pas de concurrence puisque à ma connaissance ça n’existait pas (rencontre organisée par des bipolaires).
      Bien sûr c’est très limité.
      M’enfin, c’est une bonne idée qui mérité à être discuté.
      JE suis devenu quelqu’un de réfléchi, attention!!
      🙂
      Merci Mi
      W.

  • pierrôt

    jackson peut êtremais pas lucky Luke 🙂

  • Mi

    l’idée d’un forum n’était pas forcément de faire concurrence aux existants (je connais certains d’entre eux), je voyais plutot un forum permettant d’échanger sous un autre format que ce blog , un forum non visible par les invités, uniquement par les inscrits, pour former une communauté d’échange plus réduite que les forums déjà existants, et d’un format plus pratique que le blog. Le blog c’est super pour lire et commenter, c’est un peu plus compliqué pour poursuivre une discussion….

  • L

    C’est une bonne idée mais sinon on écrirait quoi dans les commentaires ? Ce sont les articles de W. qui nous font réagir. On perdrait le spontané d’une réaction. Il y a des bipolaires, des curieux, des familles, qui arrivent sur ce blog avec des questions, qui commentent sur des articles qui n’ont rien à voir effectivement avec leur problème… Mais on en fait quoi ? On leur dit d’aller sur un forum ? Voir un psychologue ? Sur un forum il y a aussi beaucoup de digressions et des discussions font parfois 40 pages. Il faut juste être patient et lire au fur et à mesure, rien ne presse 🙂 Tu étais administratrice de quel forum ? Si tu veux échanger avec moi Mi je te donne mon adresse e-mail : L.100.d.or@gmx.fr

    • bipohypermaniac

      Je pense que c’est une bonne idée (une bonne graine comme tu aimes dire) pour savoir comment elle va pousser, il suffit de laisser passer le temps. Il y a quelques bons jardiniers ici, je ne me fais pas de soucis.
      W.

    • bipohypermaniac

      J’ai mis un espece de mini tchat en bas du menu a droit e pour ceux qui veulent nourrir l’idée de Mi. Mais laissons la construire son idée…
      W.

      • L

        J’arrive pas à accéder au chat, il m’explique en anglais comment l’ajouter à mon site -_- . Chacun apporte sa pierre à l’édifice, pour construire un New World, ça ne se fera pas sans Elle et par Mi nous 🙂

      • bipohypermaniac

        je sais pas non plus, je sais que le channel c’est luz c’est tout!
        W.

      • mathieu

        C’est très drôle, je rentre d’une soirée un peu arrosé, ou justement je me faisait la remarque un peu indescente de regretter de ne pas être en hypomanie, et de tomber sur tous ces commentaires me conforte dans l’idée que finalement c’était une idée on ne peu plus descente….je ne sais pas W. si tu as déjà fédéré autant de personne suite à un post, comme si employer le terme guérir a entraîné des réactions nourries au départ par un sentiment légitime de méfiance, pour finalement tendre vers ce qu’il me semble être ton moteur le partage.
        Pierrot moi aussi je n’aime pas le terme « coaching » mais je serais intéressé pour échanger à se sujet.

      • Mika

        Si c’est ce qui te trotte dans la tête, alors en effet lance toi 🙂
        Si c’est ce que tu as vu lors d’une crise maniaque alors lance toi 🙂
        Si c’est ce que ton coeur te dicte, et non ta tête alors lance toi 🙂

        Je note scrupuleusement dans des carnets TOUT ce qui me passe par la tête dans mes phases hautes (beaucoup de production écrite) et basses (peu d’écrit), et c’est bon d’avoir ça avec soi, car je date et localise chaque fois que j’écris. Je note également les changements dans mes dosages de médocs. Et ce que je sais aujourd’hui, c’est que ce je vois dans mes crises me guide dans ma vie aujourd’hui. Et la personne que je deviens malheureusement ne ressemble plus trop à la personne avec qui s’est mariée ma femme… Elle ne me reconnait pas car je suis trop dans le partage, dans l’expansion, dans une phase entre la normale et l’hypomanie. Je sors tout juste d’hospitalisation comme j’ai pu déjà l’écrire et elle ne m’a pas encore « retrouvé » comme elle dit. Je suis très embêté car cela correspond à un moment crucial dans ma « relation » avec la bipolarité : je l’ai également épousé. Grâce à elle je me surpasse au travail, je me surpasse dans l’amour que je peux donner aux enfants, j’ai écrit et finalisé un synopsis de long métrage d’animation en 3 matinées… mais je rayonne trop pour elle on dirait. Elle qui me connait d’habitude plus humble, plus effacé, moins dans la démonstration. Lui ferai-je de l’ombre ? Les rapports seraient-il inversés dominant-dominé ? Elle m’a reproché de manquer d’ambition, mais quand j’ai un plan dans ma tête avec une lucidité claire comme de l’eau de roche sur notre futur potentiel et ma carrière, elle n’adhère pas, tout du moins effrayée. Elle attend comme elle dit, que je « redescende ». Et ma question du tac au tac : « et si je ne redescendais jamais ? Qu’en fait c’était ça mon vrai rythme de croisière ? » Elle est destabilisée par cette éventualité. Et moi je pense être arrivé à un stade de la maladie où la médication me permet de rester plus longtemps en épisode up léger que down profond. C’est aussi pour l’instant lié à un changement professionnel où j’accède enfin à un poste que je convoite depuis tellement d’années.
        Je suis comme toi W. J’ai toujours aspiré à brillé, à laisser une emprunte, une marque positive, alors je me cherche un peu : le dessin, la photo, la musique, parolier, poète, scénariste, designer… J’ai des dons certains pour pas mal de chose, la question est : comment et dans quel but les utiliser. Je pense avoir ma réponse aujourd’hui : me battre contre MA maladie en aidant les autres sur leurs maux grâce au divertissement. Grâce au rire. Mon film raconte ma vie de bipolaire, de manière imagée et interprétée par des acteurs extra terrestres. L’acteur principal : Mon totem ou alter ego, Roswell. Si vous voulez découvrir mon univers, je tiens également un blog. J’hésite à mettre le lien en clair sur cette page, pour me protéger en quelque sorte. W, tu dois bien savoir de quoi je parle. Alors je donnerai le lien à qui le veut bien.

        Pierrôt le « fou », coach moi si tu le veux bien pour mes problèmes conjugaux… C’est un service que je te demande.
        Mika

      • bipohypermaniac

        C’est bien que tu notes ton évolution.
        C’est intéressant de retracer son histoire dans sa tête et de s’apercevoir de la logique présente dans laquelle on est.
        W.

      • bipohypermaniac

        Merci,
        Oui, la force du mot guérir…
        Derrière il y a la pensée, derrière il y a l’intention, derrière il y a l’énergie. Quand tout cela est sincère, alors c’est le big bang!
        🙂
        W.

    • bipohypermaniac

      le channel c’est » luz »
      😉
      W.

  • pierrôt

    Moi qui suis spécialisé en accompagnement je souhaite me recentrer sur le « coaching »(qui n’est pas le terme que je préfère) bipolaire
    Ca trotte dans ma tête depuis qq années….

  • Mi

    allez un forum de créé 😀 : http://bipolaire-et-alors.forumactif.org
    inscrivez vous, je dois ensuite valider les nouvelles inscription avant que vous puissiez poster sur le forum

  • ginger

    Mika c est pfff dur de lire ce que tu ecris et tellement proche de ce queje viens de passer. Mon mari est devenu aujourd hui mais notre amour persiste et nous maintenons notre couple malgré le divorce et la separation e ayant pris chacun un appart.
    moi j ‘ai pas tenu. il n’estpas question de faire de l’ombre ou pas , c’est cette impression de rouleau compresseur que j ‘avais l’impression de subir ts les jours, un enthousiasme tourné vers les copains nouveaux du moment, trop de plans et de projets et cet homme que je connaissais plus proche de moi et qui ne l’était plus. chaque histoire est différente. mon conjoint redescendu sur terre , sans jusgement péjoratif de ma part, fait aujourd’hui de la dépression mais il a mx et le fait que je sois toujours à ses côtés lui fait du bien. si tu as assez ‘énergie pour ça , montre lui qu’elle fait aprtie de ta vie et que tu sais que peut-^etre tu es un peu monsieur plus en ce moment mais que que tu le sais et que tu l’aimes. moi ce qui m’a manqué le plus c’est la considération de mes peurs.

    • Mika

      Merci Ginger pour ton témoignage.
      Avoir la vision de l’autre angle m’est très utile pour arriver à redresser la barre. J’ai rediscuté avec elle hier, posément. Elle n’a pas peur pour notre couple, car elle est (malheureusement) habituée à mes rechûtes (hypo)maniaques. Elle attend juste, et cet entre-deux est aussi difficile pour elle que pour moi. Car il y a de la distance : distance physique de sa part, elle se protège et ne veut pas me voir comme je suis actuellement : égocentrique au possible, bourré de projets en tête, hyperactif et dans ma bulle; et moi je suis en demande de contact avec elle, dans le partage, pour qu’elle puisse voir le monde tel que je le vois, le champs des possibles, les opportunités et les chances que nous avons, tous mes écrits, mon sysnopsis de film d’animation, mes dessins, ce blog, etc, mais je suis un rouleau compresseur comme tu le dis si bien. Je fais de l’auto-masturbation mentale. Notre complicité me manque, et tant que je serai UP, pas de rapprochement possible, nos 2 bulles resteront là, à voleter doucement, s’entrechoquant de temps à autre, au gré du vent de ma bipolarité et de son jugement.
      Merci.
      Mika

  • ginger

    Mika, c’est quand même joli ce que tu écris sur ta femme, ton couple. vous êtes soudés a priori et malheureusement habitués comme tu dis à ces épisodes là.
    J’aurai d’autres mots à écrire mais c’est trop perso et si je px pas tout dire à ce blog :). Pourtant, ce blog est une mine pour nous tous, quelle richesse de pouvoir échanger nos avis , nos impressions et d’échanger sur ce sujet.

  • Mi

    j’ai volontairement fait que le contenu du forum http://bipolaire-et-alors.forumactif.org ne soit visible que par les inscrits dont j’ai validé l’inscription, et pas par les invités extérieurs …un petit coin à nous, sur un forum plus intime que les grands forums que citait W., pour échanger en toute intimité 🙂

  • pierrôt

    Difficile de savoir où coller le code de vérification…..!!!!

  • Mi

    le code de confirmation s’écrit à droite de l’endroit ou il s’affiche. juste au dessus, il faut retaper votre mot de passe.

  • pierrôt

    Je pense qu’il y a un abime entre la vie d’un (e) bipolaire et les structures de soins ou d’écoute type psycho /ou/ chiatrie. Et je pense que l’abime abime !!(dsl mais c’était bien tentant) d’où cette idée de « cote »ching qui n’en est pas un. En fait ce serait créer un repère social d’écoute.
    Un point fixe
    privilégié qui ne soit pas du soin mais une forme d’accompagnement, à laquelle on pourrait imaginer d’accoler des temps de rencontres (style we à la campagne) en groupe restreint.(2 à 4).
    L’accompagnement se ferait dans une dynamique active (écoute active, non violente) dans un suivi programmé dans le temps.
    L’accompagnant peut aussi interagir en cas de « crise de vie », je veux dire que son N° est accessible dans les moments difficiles, ou de demandes de conseil(orientation, boulot, rapports sociaux, évolution)
    Bien évidemment , à moins d’être un pur esprit, cet accompagnement ne vit pas d’amourette ni d’eau fraiche, enfin sans être psychanalyste (dieu m’en garde, Lacan n’est pas là quand…) je peux concevoir qu’investir soit une reconnaissance d’un travail (donc de s’investir personnellement et non de rapports amicaux), somme toute réalisés en dilettante sans obligation . Ce qui vaut de l’accompagner à l’accompagnant et vice et versa, en rédigeant un plan d’action ou de route des attentes de cette intervention et de son coût (c’est là que cela fait mal)

    Quid?

  • pierrôt

    on peut m’interpeller personnellement sur cette adresse:

    pierrotn59@outlook.fr

    🙂

  • pierrôt

    Ah,……….. une invitation d’L; c’est irrésistible
    Eh bien on me dit que je suis en attente, donc j’attends, car je suis un animal raisonnable

  • pierrôt

    un petit cadeau du Pierrôt Noël, sachez lire entre les lignes!!
    « la seule manière de gagner c’est de renoncer au combat »

  • Mi

    mille pardons au nouvel inscrit a qui j’ai désactivé le compte par erreur sur le forum http://bipolaire-et-alors.forumactif.org, au lieu de l’activer … il peut se réinscrire, je ne me tromperai pas de bouton la prochaine fois promis ! par contre, pour des raisons de sécurité, je ne valide les inscriptions qu’avec les mails classiques, et non pas un mail temporaire style trbvm.com

  • Mi

    c’était donc Glup’s, viré avant même d’être arrivé, quelque manque de savoir vivre de ma part !!! ps / dans un précédent commentaire, ce n’était pas un vouvoiement qui t’était adressé directement, plutôt un vouvoiement de pluriel dans le sens « lecteurs, quand vous arrivez sur le forum, il vous suffit de … ». au plaisir d’échanger avec vous ! W. on t’attend 🙂

  • L

    Il ne vient peut être pas de ce blog… mais d’autre part où j’ai laissé le lien :/

    Pierrôt, c’est marrant que ta vidéo s’appelle les Atlantes. Mais j’attends que tu sois sur le forum pour qu’on en discute !

  • j leg

    Au depart, cela fait un peu « sectaire » la video postée par Pierrot,

    bonne nuit… retour au travail demain matin
    après un mois de mise au vert !

  • pierrôt

    Moi ça me file mal pêche, après on peut décortiquer, le mat est excellent à pratiquer, je le conseille

  • pierrôt

    euh M… c’est le kata pas le mat, izlogic

  • Mi

    ca y est pierrôt, tu es inscrit 🙂 voir mail que je t’ai envoyé

  • pierrôt

    je suis pas gai mais je ris qd même

  • Sarah B.

    Tu es le nouveau Messi ? 🙂

  • thomas

    Merci.

    Je crois que je suis en phase de guérison, mais cela me fait peur, les événements de la vie positifs me donnent des vertiges.

    Je me sens comme un tigre ayant été lâché un jour dans l’océan, ayant subi tornades, orages, tempêtes et vivant aujourd’hui une certaine accalmie, apercevant la terre ferme.

    Mais j’ai peur.

    Je suis effrayé par un eventuel nouveau coup du ciel….

    T.

    • bipohypermaniac

      Je crois que cette peur peux te protéger. Elle peut te mettre en garde face à d’éventuelles rechutes maniaques.
      Une fois que l’on connaît mieux son trouble, on peut alors lâcher prise.
      Il faut conquérir petit à petit ce ciel. Vouloir trop tout de suite risque de nous éblouir.
      Patience 🙂
      W.

      • thomas

        Un grand merci à toi !

        Tu es ma miss météo du web !

        J’espère pouvoir un jour te rencontrer en chair et en os !

        J’ai un projet de documentaire sur notre « maladie ».

        Bien affectueusement,

        T.

      • bipohypermaniac

        Jeudi 18h30 à châtelet 😉
        W.

      • thomas

        Mince..

        J’habite à Annecy et j’ai rendez vous vendredi avec mon employeur : je vais être licencié pour inaptitude, car j’ai soit disant menacé de l’immoler par le feu !!!

        J’ai bien sur un enregistrement qui prouve le contraire….

        J’aurai une pensée pour vous !

        T.

      • bipohypermaniac

        Ah oui, ce n’est pas un rendez vous anodin. Il y aura des rencontres sur skype aussi, ce sera peut être l’occasion.
        W.

  • PG

    Vous dites que vous êtes guéri. Par expérience familiale, je serai plus prudente. Pendant plusieurs décennies, un de mes proches a eu son état stabilisé jusqu’au jour où se croyant guéri, il a arrêté ses médicaments. Quelques mois plus tard, il était hospitalisé en pleine crise maniaque… et vu ce qu’il a fait durant cette période, c’est un miracle qu’il soit encore vivant…

    • bipohypermaniac

      Quand j’ai écrit cet article, je partageai une prise de conscience : il est possible de s’en sortir. A ce moment là, j’ai senti un mieux être qui était non pathologique. Depuis je me centre le plus possible sur cet élan là. Qui est en fin de compte l’espoir.
      W.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :