Vague à l’âme

C’est un bien beau bordel. Rien ne dure. J’en reviens toujours aux mêmes questions existentielles.

J’ai un poids lourd sur le cœur que j’ai du mal à exprimer ce soir. Hé non, il ne s’agit plus de la demoiselle qui m’a fait vivre une très belle fin d’année et un très moche début d’année. C’est peut être le déclencheur, pour utiliser un mot bien aimé…

Le fait de ne pas avoir de routine, de cadre est sûrement propice pour que mon esprit parte dans tout les sens.

En réalité, j’ai envie de partir, ça me trotte dans la tête depuis quelque temps. Dit comme ça, cela paraît inquiétant, mais ce n’est pas si déraisonnable que ça en à l’air:

Je suis heureux dans le mouvement. Mon voyage itinérant en octobre, ma retraite spirituelle en début décembre et dernièrement ma semaine de théâtre. Dans chacune de ces expériences je me sentais bien parce que je rencontrais de nouvelles personnes, j’étais dans un cadre que j’appréciais. Je suis de plus en plus persuadé que le cocon chez papa maman m’empoisonne, m’affaiblit. La logique voudrait que je trouve un petit job pour ensuite trouver un petit appart pour renouer avec une petite vie… Pfffuck

Oui, mais j’ai mon bouquin à terminer avant, je fais du théâtre avec des petits projets qui tournent autour, je fais du yoga, un atelier d’écriture et le plus important, l’activité autour de ce blog. Tout cela retarde une possible envolée. Aussi je n’ai aucune idée de quel travail faire, ni de l’endroit où je voudrais habiter.

Et puis j’ai cette croyance personnelle, cette particulière confiance en moi qui m’a prouvé et me prouve de jours en jours que lorsque je m’ouvre à l’inconnu, je fais les bonnes rencontres, les opportunités justes tombe du ciel. Je pourrais profiter simplement de cette philosophie, prendre la route et avec ma confiance aveugle tout ira bien!

Pourquoi je le fais pas? L’inquiétude de mes parents, particulièrement de ma mère, est contagieuse. Sentir leur inquiétude m’affaiblit et rend difficile mon affirmation. Leur inquiétude est légitime (je t’invite à lire la partie Maniac Story) mais ça ne devrait pas me toucher autant.

Tout ça pour dire que je suis en plein doute.

J’ai quand même bien envie de disparaître, recommencer à zéro. Il le faudra un jour de toute façon alors pourquoi attendre, je ne suis pas prêt? qu’est ce qui me manque pour être prêt?

Je me demande si une petite femme, un petit boulot, un petit appart’ en ville, une activité artistique pourrait me convenir. Mais non, c’est pas possible, je suis tellement différent d’eux, j’ai une histoire tellement différente d’eux, comment je pourrais vivre comme eux. Je ressens les choses différemment, je vois la vie différemment pour ne pas dire je vois plus loin, enfin, j’ai envie de le dire ce soir : ils sont ridicules, leurs préoccupations sont si éloignées de l’essentiel, ils n’ont rien de mystérieux, rien d’enviable, ils sont misérables. Pourquoi me forcer à vivre comme eux? Ah, il y a les artistes… j’en ai pas encore rencontré…

Je vais terminer l’année scolaire comme je l’ai commencé et laisser grandir ce désir de partir sans revenir à Agadir ou pire vers Mir.

Tu donnerais quoi comme titre à un article comme celui-là?

A bientôt,

W.

Publicités

35 responses to “Vague à l’âme

  • yav2

    A reblogué ceci sur Petit Manuel du Mieux-Êtreet a ajouté:
    Bonjour,
    Nous ne sommes décidément pas seuls dans les montagnes russes de l’humeur…..
    Dans le blog que je viens d’écrire, manuelpourbipolaires.wordpress.com je donne une piste sous forme d’un exercice pratique (n.9) intitulé « bugs à éradiquer ». Si cela peut t’aider….
    Pour le titre de ta page du jour, je te propose :  » Une nouvelle alerte pour progresser ? »
    Belle journée !!!!

    • bipohypermaniac

      Salut! merci pour le partage
      Je prendrai du temps pour lire ton attirant manuel!
      🙂
      W.

      • yav2

        Salut W. Merci pour ton message et bravo pour ton blog. Tu as de réels talents à exploiter. N’attendons plus pour réaliser nos rêves de gosses ! Seul le lien entre nous TOUS (et au-delà de nous autres bipolaires) maintient en vie. L’attentat d’hier est peut être la pour nous le rappeler car il s’agit bien là de SOLIDARITÉ. A+

  • elise9

    Coucou :-),

    c’est quand on est dans ce « flou bordélique » avec l’impression de ne pas trouver d’issue que tout commence !
    Tu es conscient de tes désirs, tu es conscient de tes difficultés, continue de te faire confiance, y compris quand tu dis que tu ne te sens pas prêt là tout de suite (ce qui ne veut pas dire que tu ne l’est pas hein, c’est la confiance qui est primordiale).
    Je sais à quel point c’est difficile mais : patience, patience ! 🙂

  • Thaloue

    Un titre : « Vague à l’âme ».

    Courage, W, tu as plein de belles choses à vivre et à nous raconter, « ose, ose »…. Tu es différent, oui, mais brillant, alors « ose, ose »….

    Courage…

  • Thaloue

    Je me permets d’écrire un peu mes états d’âme sur ton blog, W, si tu le veux bien. J’ai la mort dans l’âme…Semaine horrible chez mon père. Trop épuisée, une trop grande hypersensibilité, une énorme susceptibilité, oscillation entre beaucoup de pleurs et quelques joies…Comment supporter les paroles de mon père « Dans ma tête, je pense ne pas finir l’année… ». Tous les jours, j’ai versé mes larmes, criant vers ma mère morte il y a 17 ans, début de ma maladie. Quand s’achève un deuil? Elle m’aurait peut-être comprise? La fille de ma belle-mère m’a écrit ceci par texto samedi : « Malade, je sais pas mais en tout cas, tu as un gros problème comportemental. Tu te montres jalouse comme une gamine de 10 ans et tu crois toujours bien faire alors qu’au final, tu fous la merde. Tu te fais passer à chaque fois pour une victime alors que tu sèmes la zizanie. Tu ne récupères que ce que tu mérites… » .
    Je ne souhaite à personne de recevoir un texto comme ça, une telle négation de ma maladie.
    Je vais donc devoir me recentrer sur mon essentiel : obtenir mon diplôme de formatrice.
    Voilà où je voulais en venir, W. Quand tout part en live, que l’adversité t’attaque, que le cœur a mal, je crois, je dis bien, je crois, que la fuite ne résout rien. Avoir un objectif à atteindre, un objectif tout personnel, qui n’engage que toi avec toi, sans avoir besoin de quiconque pour te sentir bien, c’est une jolie piste. Trouver son essentiel…
    A quoi je pense ? A ton livre…
    Il peut être libérateur pour toi, une délivrance, une introspection salutaire, dans un 1er temps. Et pour nous, lecteurs et malades, un cadeau à offrir pour qu’on nous comprenne, un témoignage vivant de ce que l’on vit au jour le jour.
    Il n’y a que TOI pour l’écrire et le dire si bien.
    Alors, s’il te plait, je n’ai vraiment qu’un souhait pour 2015 : pouvoir tenir entre mes mains ton livre…
    Pardon d’avoir été si longue, mais ça fait du bien de pleurer un coup sur soi!

    • bipohypermaniac

      Merci pour ce témoignage qui a toute sa place ici non mais ho! :), c’est la saison des vagues et des âmes on dirait…
      Je te souhaite la santé et la paix en toi et autour de toi.
      Je me suis remis à la correction de mon livre.
      J’espère aussi qu’il soit fini en 2015, cela dépend de mes efforts, en tout cas j’avance c’est le principal. Je voudrais aussi qu’il soit le mieux possible quitte à ce que cela mette un peu plus de temps. Ce serai dommage qu’il soit bâclé d’autant plus que toi et d’autres me soutiennent. merci!

      Je profite de ce message pour rappeler le forum privé qu’à créer une lectrice de blog : http://bipolaire-et-alors.forumactif.org/
      Un forum qui à l’air de mieux fonctionner qu’un autre que j’avais créé dans le passé 😉

      Bon courage 🙂
      W.

  • Reynal

    Prisonnier ou pas prisonnier?

  • Ginger

    Vivre chez ses parents, même si on les aime, c’est déprimant. De façon très pragmatique , la clé c’est l’indépendance, qui passe par le côté matériel .
    Je sais que tu n’es pas malveillant quand tu parles de petite femme, petit appart’…mais je suis un peu révoltée par le sentiment de petitesse que t’inspire la vie quotidienne que je peux mener, moi, par exemple tous les jours.
    Bien sûr j’ai pas de solutions, ni de leçons à te donner. Tous tes projets sont vraiment biens mais c’est vrai qu’ils ne te permettent pas d’être indépendant.
    Courage, la différence n’est pas un défaut.

  • Ginger

    oui ce sentiment t’appartient, le ressenti est propre à chacun.
    Ce que j’ai appris au cours des groupes de paroles du GEM de l’association Bipôle31, c’est que le lien social professionnel et familial affectif en tout cas est source de stabilité . Beaucoup d’adhérents espèrent retrouver du boulot où ne pas le perdre pour vivre une vie.

    • bipohypermaniac

      Oui mais je persiste à croire que pour une meilleure compréhension de son trouble, une periode sans travail et uniquement consacrée au soin est nécessaire pour franchir une étape.
      W.

  • Mi

    je suis tombée par hasard sur le blog d’une voyageuse, qui un jour a décidé de tout plaquer pour consacrer 10 ans de sa vie à faire le tour du monde à pied ….http://wp.piedslibres.com/wp/
    toi qui aime bouger W, qui vit quant tu bouges, peut etre pas 10 ans, peut etre pas le monde entier, et peut etre pas tout à pied, mais pouquoi pas un projet un peu dans ce genre, pour t’aider à trouver ta voie ?
    j’ai souvent eu la sensation d’avoir des ailes dorées, qui se rapaient contre les barreaux d’une cage ou j’étais enfermé. aujourd’hui, ca va mieux, je ne me sens plus enfermé, je me sens plutot libre dans ma tete (ca me rappelle une chanson, tiens), parfois un peu sous pression du rythme boulot/métro/dodo (sans le métro, heureusement …) mais quand je vois des projets comme celui de cette voyageuse, j’ai quand meme un petit pic d’envie et une grosse admiration pour son courage, le courage d’avoir su aller au bout de son reve, envers et contre tous, malgré l’opposition de sa famille (elle l’explique dans un reportage télévisé), d’avoir laché son boulot d’ingénieur dans l’aéronautique pour une vie qu’on pourrait qualifier de marginale, mais qui est juste plus pret d’elle meme, de ce qu’elle est, du monde, de la nature, et des autres.

  • Mika

    Hello W.,
    il ne faut pas oublier qu’un rythme de vie bien cadré et une relative stabilité sont des éléments primordiaux pour les bipolaires.
    Maintenant il est surement temps pour toi de voler de tes propres ailes et de quitter le nid parental, qui je le conçois très bien est infantilisant et contraire à tout épanouissement personnel.
    Chaque chose en son temps. Le Livre semble être ton exutoire du moment mais également ce qui te rattache pour l’instant à la vie avec tes parents. Si je peux me permettre un conseil : finis ce que tu as entrepris, sans bâcler ton travail, profite de cette stabilité également pour imaginer la suite de ton aventure. Il sera bientôt temps de te laisser porter par le courant de la vie, et je te la souhaite riche et remplie de rencontres.
    Essaie peut-être de réfléchir également à ton sentiment concernant la petitesse de la vie quotidienne. Un petit travail et une petite femme dans un petit foyer peuvent être source d’épanouissement. A côté de cela une vie de bohème ou d’artiste, sans contraintes fortes ni sédentarité peut à la longue manquer d’encrage et ressembler à une fuite en avant.
    Ma petite femme m’est d’une grande aide pour faire face à la maladie. Sans elle j’aurais certainement perdu mon travail, mon logement, pu être en faillite personnelle, et j’en passe.
    Malgré tous mes rêves de grandeur et de nouveaux horizons je dois composer avec la maladie, et aujourd’hui encore je sais qu’une vie faite d’errance et sans soutien de mes proches est exclue. Tout du moins si je tiens à garder un semblant d’équilibre mental 🙂
    Sur ce je te souhaite bon courage pour la finalisation de ton livre et que tu trouves rapidement Ta place.

    • bipohypermaniac

      Mon jugement sur les petites choses est en réalité une situation que j’envie, la capacité de s’épanouir dans les choses simples.
      J’aimerai quitter le cocon justement parce que celui ci ne m’aide pas a etre productif dans mes travaux d’écriture et de théâtre. Je sais que dans un nouvel environnement je retrouverai une meilleure force de travail dont jai besoin particulierement pour le bouquin. Merci pour tes conseils en attendant de te voir a une rencontre ;)!
      W.

  • Thaloue

    JE SUIS CHARLIE…

  • ginger

    Oui espérons,moi ça me donne envie de rester éveiller plus que jamais.

  • Ginger

    oui c’est une lolie coïncidence!…
    mais finalement qui ne relève pas du hasard , vu ce blog, vu nos échanges.
    je regarderai cette vidéo ce soir …

  • Solfinia

    Bonjour W,
    Je lis ton blog depuis quelques jours qui est très intéressant et authentique. J’ai 34 ans et je suis bipolaire depuis 2 ans et diagnostiqué depuis 1 an. J’ai fait 3 phases up (manie avec hospitalisation) et 1 phase down suite à un traitement non adapté. Aujourd’hui j’ai un traitement préventif que je supporte bien.
    Ce que je souhaite te dire c’est courage. Pour ma part dans les petits moments down je repense à mes actes ou pensées en pleine manie et généralement ça m’aide à remonter la pente (notamment le fait de faire 1 avec la nature ou encore les trucs bien marrant à condition de ne pas se prendre trop au sérieux).
    Bonne suite à toi et merci pour ton blog qui m’aide à dédramatiser la maladie et à me sentir moins seuls par rapport aux manies.

    • bipohypermaniac

      Salut Solfinia (je ne connaissais pas ce prénom 🙂
      Hé bien merci et courage à toi aussi.
      Je te souhaite de revivre ces pensées que tu as eu en manie de manière non pathologique.
      Sois patient et garde espoir comme tu le fais.
      W.

  • L.

    Hello W. je vais dans ton sens , de mon côté partir sera l’unique manière de vivre durant un temps en tout cas Il y a des caractères qui sont casaniers, même ville, même pays, même boulot, vie traditionnelle… Je ne les envie pas même si j’ai longtemps pensé être anormale, il faut juste se penser différent ( et cesser d’avoir peur, remember !). J’ai soif de toutes les richesses de la Terre et j’ose enfin vivre mes rêves à fond, en plus de tout le traitement médical, psychologique, spirituel, et l’hygiène de vie, je ne devrais pas forcément retomber harder faster stronger. Au pire, on sait quoi faire ? 😉 Allez un bout de courage pour que tu ouvres tes ailes !

    Un titre : L’oisillon veut tomber du nid

    • bipohypermaniac

      Ça fait plaisir de te revoir passer ici.
      Le tour du monde d’une bipolaire, attention à pas se brûler les ailes évidemment. Il s’agit finalement de trouver la bonne envergure et puis c’est parti!
      🙂
      W.

  • Etre

    Tu as envie de plein de choses, plusieurs émotions de pôles opposés te traversent… tu es EN VIE… cela me fait penser au film ‘va vis et deviens’

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :