Face au stress, le bipolaire tremble

Cette semaine, je suis tendue. Beaucoup de nouvelles choses font que je ne suis pas loin de la rupture. J’ai senti celle-ci il y a une heure en me rendant au cours de yoga. En marchant, direction la gare, les différents stress du moment se sont additionnés et ont créé une sorte d’enfermement de mon esprit. Comme si mon âme suffoquait, était en manque d’oxygène. Comme si l’espace se réduisait, une sensation de l’ordre du spleen baudelairien. Il a fallu seulement que mon RER s’affiche « en retard » pour que je cède et fasse demi tour. Même si le yoga me présageait un futur bien être, je n’avais plus la force pour m’y rendre. L’idée de rentrer tard chez moi (avec 45 minutes de marche) me fatiguait déjà. Ma fébrilité était telle que demander un possible covoiturage pour le retour au groupe du yoga, engendrait une appréhension.

Il y a tout ce qui tourne autour de mon emménagement, il y a mes barrières intérieures que je confronte lors de l’atelier clown et il y a surtout la représentation théâtrale de demain soir qui reste le noyau de mon angoisse actuelle. Tous ces stress (stresss au pluriel?) ont un point commun : la relation avec les autres. Dans chacune des situations qui m’angoissent c’est le rapport conflictuel avec les autres qui est la cause. Je ne parle pas de conflits dans le sens d’embrouille avec les gens mais plutôt d’une tension intérieure qui naît d’un échange déplaisant. Pour le théâtre, c’est la metteuse en scène qui me met la pression. Mais c’est une pression invisible parce qu’objectivement, elle ne fait que me donner des indications et des retours sur ce que je présente, bref elle fait son boulot. Tu penseras peut-être que c’est mon égo qui est blessé. En tout cas c’est pas facile. Pour le clown c’est le regard (que j’interprète comme un jugement) des autres, nettement plus expérimentés, qui me tracassent. Et l’emménagement, c’est un stress plus général.

Je me rends bien compte aujourd’hui que pendant 2 ans (après ma dernière hospitalisation) chez mes parents j’étais protégé du monde extérieur et tout le stress qu’il peut provoquer chez les personnes fragiles. Ne pas évoluer dans un environnement socio-professionnel était parfait pour cette période de convalescence. Privilégié même quand je pense à toi ou d’autres foufous qui sont contraints à garder un travail pour vivre et du coup confrontés à ce combat quotidien, faire face aux psychopathes légers (j’aime cette expression).

C’est difficile de vivre en société… Du collège au bac, j’étais mal dans mes baskets, complètement en retrait du groupe. Ensuite la drogue et l’alcool m’ont permis de vivre une vie sociale. Quelle illusion! Sain de corps, je me trouve bien con aujourd’hui face à mes démons d’antan. C’est un autre combat, en plus de l’exploration de mes profondeurs, qui démarre : vivre avec les autres, se créer un entourage social. Adapter mon monde à celui extérieur. Pour résumé, c’est cette perspective qui m’épuise.

Si tu lis ceci, c’est que tu as survécu jusqu’ici, tu as eu bien du courage. Je t’en souhaite encore plein pour qu’ensuite tous ces efforts deviennent naturels et que le voyage continue plus légèrement.

Gardons espoir et patience.

A bientôt,

W.

Publicités

12 responses to “Face au stress, le bipolaire tremble

  • mke06

    Honnêtement, ce que tu décris ressemble à ma vie. il n’y a même pas besoin de conflit pour générer le stress, la simple possibilité du jugement, un silence qui semble désapprobateur suffisent à me paralyser et à me stresser. Trop de bruit, la souffrance d’une personne à côté de moi, etc…En plus, j’ai l’impression de tout percevoir, donc…

  • mi

    bienvenue dans le monde réel … celui ou on n’est pas protégé, ou on ne vit pas dans une bulle, celui ou on est pertpétuellement exposé au stress, et ou on doit faire avec, resister.
    je dis cela sans méchanceté aucune, c’est le monde dans lequel je vis, c’est le monde qui me fait mal en ce moment, c’est le monde contre lequel je n’ai plus la force de résister pour l’instant …. alors je me remets dans ma bulle, je me re-préserve au maximum des sources de stress extérieure . mais c’est pas facile quand les autres vous ont vu vivre fortement, normalement,avec quasiment aucune faiblesse … alors qu’aujourd’hui, je suis incapable de me lever du canaper, j’ai envie de fumer, mais il faut que j’aille me rouler ma cigarette et rien que ca …et je vous parle meme pas de l’idée de s’habiller ou de se laver… j’ai réussi a me laver et m’habiller hier, ca allait moins mal …. le Tranxene m’assome, et je gere mal le fait d’etre assomée.
    alors courage, W. , le monde de l’extérieur est source de stress, il faut que tu identifies ces sources de stress, je deviens de plus en plus convaincu que la psychoéducation est une solution, de ce que j’en lis, je vais m’y pencher sérieusement. j’en ai marre de bouffer des médocs qui m’abrutissent.
    courage, accorde toi des bulles de calme et de détente, pour baisser le stress et la pression.
    pour ma part, l’organisation de ma vie personnelle et familiale fait que c’est compliqué d’organiser ces bulles la, c’est pour cela que j’ai du mal a remonter la pente, cette fois ci … et parce que ca faisait bien longtemps que je ne m’etais pas cassé la gue*** a ce point, je crois que j’avais oublié a quel point c’etait dur, surtout physiquement

  • solfinia

    Wahou! Je n’avais pas tilté que « les bipolaires » pouvait se ressembler à ce point dans leur sensibilité. Cette sensibilité a toujours été présente chez moi bien avant les symptômes de bipolarité. Je l’ai tout d’abord ignorer (efficace pendant l’enfance) mais à l’adolescence c’était de pire en pire et elle me revenait en pleine figure (éreutophobie). Ensuite je l’ai combattu comme quelque chose d’extérieur à moi, je me suis dit que je pouvais être comme les autres, qu’il n’y avait pas de raison ce qui a plus ou moins marché plus je renié et défié cette partie de moi plus j’avais l’impression d’être normale. J’avais toujours besoin de me lançer des défis pour me prouver que j’étais comme les autres. Ainsi j’ai pu réaliser mon réve et me marier, avoir des enfants, avoir quelques amis sympa et avoir un bon boulot. On me prenais pour une personne « sure » sur qui on peut toujours compter en cas de coup dur. J’avais gagné j’étais fier et j’y croyais moi même à tout ça. Sauf que ma propre personne s’est réveillé suite à un stage d’entreprise sur le développement de soi et sur le management. Un truc de ouf. C’est comme si d’un coup je voyais ce monde auquel je voulais faire partie avec de nouveaux yeux. Je me rendais compte du « système » et compris que tout tournait de travers et que ce n’était pas moi à la base qui avait un problème mais ce monde. A partir de là raz de marée pendant 2 mois sur toutes mes « convictions ». Bonjour le ménage. A ce moment là c’était comme une bouffée d’oxygène, je revivais j’étais enfin moi-même. Par contre la dose d’oxygène a du être un peu trop forte et au bout de 3 mois décollage en manie. La suite vous vous en doutez direction HP.. Depuis je suis diagnostiqué bipolaire mais en parallèle j’ai gagné le plus beau je me suis retrouvée et maintenant je suis fière de ma sensibilité autrement dit de moi tout simplement. Merci à la vie pour tout ce qu’elle m’apporte. Je ne l’échangerai pour rien au monde avec une vie où je serais resté endormi et où mon vrai moi se serait tait à jamais.
    Bon courage à tous, je crois que lorsqu’on s’accepte vraiment la vie vaut vraiment le coup d’être vécu. On a tous le droit de ne pas « assurer » dans ce monde qui selon moi ne tourne plus vraiment rond. S’en rendre compte et dire stop est selon moi signe de bonne santé mentale.

  • Aline

    W., tu as deja essaye de faire un peu de meditation , avant de sortir de chez toi? Chi kong, musique relaxante, sentir ton corps, ta respiration.
    Cest pas grave que nous sommes si differents…Nous pouvons transmettre amour par oú nous passons et le gens au metro, a la gare vont se sentir mieux aussi.. Tout monde a besoin de cette espoir, meme si apparemment ils vont bien.
    Dors bien Chevalier 🙂
    Aline

    • bipohypermaniac

      🙂
      Ton français s’améliore tellement vite que j’ai failli ne pas te reconnaître!
      Je fais un peu de pleine conscience mais c’est pas évident. C’est vrai que c’est important.
      W.

  • Aline

    🙂 bon dimanche

  • T.

    Une astuce pour vivre sans travailler en tant que bipolaire ?

    J’ai perdu mon job, qui m’a toujours pesé. Mais je ne me vois rien faire d’autre.

    • bipohypermaniac

      Salut,
      A part faire une coloc avec plusieurs personnes qui ont l’AAH et de réduire au max les coûts de logement ou te trouver une copine ou copain qui peut subvenir à tes besoins… non je ne vois pas!
      🙂
      W.

  • M.

    Salut W.
    Cette semaine, j’ai eu un rendez-vous avec une travailleuse sociale qui ne s’est pas déroulé comme prévue.. La rencontre s’est terminée sur mon engagement à aller voir un médecin afin d’obtenir un arret de travail, une médication ainsi qu’une consultation avec un psy pour une évaluation.. A savoir si j’ai un trouble bipolaire ou de personnalité limite.

    Ce fut un choc.. ces mots ont résonné fort et de la mauvaise facon à l’intérieur de ma tête.. c’étais assez le drame. Une chance que mon copain étais a mes cotés..

    Par la suite, j’ai commencé a faire mes recherches sur la bipolarités.. et pour la premiere fois de ma vie j’ai eu l’impression d’enfin me comprendre.. Toutefois, l’internet en parle beaucoup en terme de symptômes, de causes, de traitement et bla bla bla.. c’est difficile de s’y retrouver dans le concret, dans le quotidien..

    Mais a lire quelques articles sur votre blog, je m’y retrouve et m’y associe encore plus.. Merci de partager.

    • bipohypermaniac

      Merci à toi!
      Le diagnostic est un moment fort en effet, mais il faut essayer de ne pas se formaliser et de s’identifier à tous ces mots bizarres, l’important est ce qui se cache derrière, les prises de consciences et le changement à venir, le diagnostic, si on le veut bien, peut marquer le début d’une belle aventure, une introspection, un chemin vers soi, pas forcément facile, mais riches en merveilles! Et bonne nouvelle, tu es loin d’être la seule!
      Patience et espoir
      W

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :