Je suis un pionnier

Depuis ma première aventure mystique (je préfère cette expression à « crise maniaque ») une ouverture s’est faite dans ma conscience, un pont vers une réalité infiniment plus large que celle proposé dans notre société. Impossible de faire demi tour. Néanmoins il est possible d’ignorer cette nouvelle partie de soi même pour le moins déstabilisante à coup de médicaments et autres procédures de protection. Se protéger d’un potentiel inconscient parce que l’on est pas armé pour mener cette aventure dans les spirales de son Moi. Cela ne fait que 2 ans que j’ai choisi ce chemin largement mystique.

La bipolarité n’est plus une maladie pour moi, mais une porte d’accès à un royaume, mon royaume. Le problème c’est qu’il n’y a nul maître dans la voie que j’ai entrepris, nul repère. Je dois me fier à mon instinct et aux rencontres que la vie m’apporte. Il n’y a pas de mode d’emploi. J’avance de manière expérimentale et apprends de mes chutes. Je suis un pionnier dans l’escalade de cette montagne inconnue, mystérieuse, merveilleuse et qui ne cesse de me surprendre.

Si je te partage ceci, c’est seulement pour introduire mon retour sur cette journée mondiale du trouble bipolaire qui s’est déroulé hier pour la première fois en France. Je n’ai rien appris. Je suis un habitué des discours de la psychiatrie sur la bipolarité pour avoir beaucoup lu et entendu déjà ces informations. Attention, je ne remets pas en cause tout ce qui a été dit. Je t’invite même à regarder la vidéo de cette conférence qui tourne sur internet. Je suis d’accord sur les soins exposés : médicaments, psycho éducation, remédiation cognitive, mindfullness. Mais ceci n’est qu’une infime partie, même si essentielle au début, de tout ce qui se cache derrière la bipolarité. Je pense notamment à la dimension spirituelle qui n’a pas été évoqué lors de cette conférence. Notre société doit s’intéresser à la richesse qui s’exprime lors des « crises maniaques » à la sensibilité qu’ont certains bipolaires avec une réalité qui dépasse largement les consciences actuelles. Notre société doit se réjouir de notre potentiel et de ce que nous pouvons apporter à l’humanité de part nos pouvoirs. M’enfin, on en est pas encore là. Même si ce que j’exprime est plutôt confus, ce serait intéressant que ce soit entendu. J’ai été déçu de pas pouvoir, lors de la conférence, m’exprimer à la fin du dernier échange. Par manque de temps, ils ont préféré une vidéo sur le forum des bipôtes aux questions du public…

Sinon! Pas de hasard, c’est durant cette journée que j’ai dépassé les 100 000 visites! Merci 🙂

W.

Publicités

44 responses to “Je suis un pionnier

  • Lulette

    Ce n’est pas confus du tout.. C’est même très clair. Et puisque tu sembles y tenir, sache que le message passe. Nul besoin de prendre un micro pour se faire entendre 😉
    Bisous
    Lulette

  • elise9

    Bien sûr qu’il y a des maîtres et des repères dans cette voie que de nombreuses personnes suivent aujourd’hui et ont suivi par le passé !
    Non mais…! :p

    Ah c’est sûr qu’ils sont pas « officiels » et qu’on les trouve pas dans les hôpitaux psy… Pour l’instant ! 😉

  • stokes

    Continue comme sa je pense que tu peux etre le pionnier non pas d une heure revolutionnaire mais d un mouvement revolutionnaire. La maladie est étudié de maniere statistique et est encore tres mal comprise. Quand j ai fait ma derniere aventure mystique j ete persuadé qu on se comporter comme des particules.

  • pierrôt

    encore un coup des aristo

  • pierrôt

    je sais, je suis pas très spirituel

  • antony

    La spiritualité ou plutôt le dogme religieux font perdre totalement le sens de la réalité.
    La crise mystique est compliquée à gérer, elle est épuisante et je la déteste. Merci de la découverte de ce site et de ce partage, on se sent moins seul.
    Quant au mot « pouvoir » je te laisse maître de tes mots pace que c’est très fort de sens :-).
    Le vécu et l’insconcient occasionnent de sacrés perturbations … ouch 😉
    100 000 visites lol bon courage pour les réponses potentielles aux mails.

  • elsa

    par définition, si l’on parle de la maladie on restera dans des considérations observables scientifiquement. La crise mystique est un phénomène subjectif, qui ne peut donc être avéré. La seule étendue du pouvoir qu’elle vous donne n’excède pas votre volonté propre. Arrêtez de croire qu’avoir des hallucinations est un super pouvoir. Arrêtez de creuser (voilà le pionnier) pour trouver des super pouvoirs tout simplement parce que vous êtes gênés d’être handicapés.
    Etant moi-même atteinte de cette maladie chronique je suis fatiguée de côtoyer des malades s’organisant en société secrètes, de visu ou virtuellement.

    • bipohypermaniac

      Salut elsa, merci pour ton avis.
      Je n’ai pas encore côtoyer de société secrète, naivement je cherche une société d’amour. L’expression de l’amour est si enfoui que lorsque je la ressens, oui, elle me paraît comme un super pouvoir. Lorsque ces aventures mystiques sont decrites par plusieurs auteurs et personnes differentes, bipolaire ou non, est ce encore subjectif?
      Le débat m’intéresse s’il est depassionné?
      W.

      • elsa

        si le fait est observable et reproductible, que les faits initiaux comme ceux qui ont été produits artificiellement sont identiques : tu as là un phénomène objectif. Une même vision, même partagée par plusieurs personnes, reste de l’ordre du subjectif, et nous sommes dans les sciences humaines et non dans la médecine. Voilà pourquoi il faut être prudent avec les avis que l’on donne sur une maladie. Beaucoup de personnes en détresse valident des comportements simplement parce que d’autres ont ces comportements. Cela n’est pas forcément une aide dans une démarche de soin. Mon point de vue est en effet dépassionné. Une maladie psychique a cela de complexe qu’elle dépend en grande partie de facteurs individuels, de hasards même. Aussi faut-il être prudent lorsque l’on se veut affirmatif, définitif.

      • bipohypermaniac

        Chaque article publié n’exprime pas des idées définitives. En parcourant un peu mon blog, tu verras plus une évolution dans ma pensée. Je répète souvent d’ailleurs qu’il n’y a rien de figé dans ce trouble.
        W.

    • pierrôt

      J’aime assez ton approche scientiste bien que peu scientifique, cependant il n’y pas de gène à être handicapé, c’est seulement une posture d’acceptation de la différence . Vois tu la normalité prône l’homogénéité, ce qui est un leurre, le handicap n’est qu’une réalité différente.

      • Frédéric

        Se reconnaît-on en tant qu’handicapé … J’ai bien peur que la condition ne sois ni nécessaire ni suffisante… Ni exclusive de quoi que ce soit …

  • elsa

    Je connais ton blog depuis un moment, et l’initiative est intéressante : sortir de l’isolement. Cependant, bien des fois, j’y lis des propos que je connais pour les entendre de la bouche de malades qui ont quasiment leur chambre réservée à l’année en hôpital ou clinique. Ceux qui ne s’en sortent pas, qui sont déconnectés.
    De plus, tu réponds à côté en sous entendant que les « crises mystiques » font partie du trouble. Non. Une crise mystique existe dans une expérience religieuse (type méditation, retraite, etc) et non par la prise de toxique ou les manifestations physiologiques dues à un trouble de l’humeur. Pour moi, l’amalgame est impossible entre un épisode maniaque et un épisode mystique.
    Il ne faut pas oublier que, au vu du nombre de personnes qui utilisent internet, tous n’ont pas le recul nécessaire pour comprendre tes propos.

    • bipohypermaniac

      L’amalgame te semble impossible et pourtant je ne suis pas le seul diagnostiqué bipolaire à avoir eu ce genre d’expérience. Pas tous les bipolaires ont des aventures mystiques cependant.
      Je pense qu’il est impossible de se faire comprendre par tous le public.
      W.

  • calimeromcmlxxxiv

    En vérité, je crois que ce sont les périodes de souffrance intenses, qui créent ce qu’on pourrait assimiler à des crises mystiques pour les uns, ou délires psychotiques pour les autreS.

    Question de point de vue !

  • Aline

    Je suis daccord Calimeromcmlxxxiv
    Une fois, jai demande a un psichiatre pourquoi ce que j’avais passé c’etais reconu comme une crise psychotique et pas une revelation spirituelle. Il m’a dit: si tu te sentais bien il pouvais etre considere une chose mystique. Mais comme tu as perdu ton equilibre, nous allons traiter comme une maladie et prendre les medicaments. (Dans ce moment jetais pas encore diagnostiqué bipolaire).
    Aline

  • pierrôt

    c’est surtout un joyeux cafouillage neuronal, je ne comprends pas pourquoi vous tentez d’y greffer un sens quelconque, cela n’a rien d’étonnant, cela arrive aussi sous psychotrope. Le seul mysticisme qu’on peut y trouver ce sont des rapports à des items ancrés par la religion ou autres éducation. Je pense que s’écarter de cette approche ne résout en rien la recherche de solutions pour la bipolarité.
    il ne faut pas entrer dans la posture de l’oiseau blessé qui nourrit une forme de mégalomanie, mais rester serein: la bipolarité revêt des formes d’expressions variées parfois extravagante mais reste une maladie, elle n’a rien à voir avec une forme quelconque de génie. Que certaines intelligences en soient atteintes, c’est vrai. La réciproques pas forcément.
    Je connais beaucoup de bipolaires qui s’en sortent et croyez moi l’aspect mystique de leur anciennes crises les laissent totalement indifférents.

    C’est peut être porteur pour le Buzz mais totalement improductif.

    • bipohypermaniac

      Je comprends que tu sois pas d’accord avec l’importance de la spiritualité dans la bipolarité.
      Pour ma part j’en suis se plus en plus convaincu. Mais ce n’est pas un chemin facile d’affronter ses peurs. Bref chacun sa route comme disait l’indien.
      W.

  • pierrôt

    ce n’est pas une question de peur, un non bipolaire affronte les mêmes, la bipolarité donne accès à certains dysfonctionnements, ils sont intéressants je te l’accorde mais en aucun cas un don fait aux bipolaires !!

  • pierrôt

    Trouve moi un écrits de bipolaire en phase maniaque !!!
    Post phase oui et encore

    • M

      je suis justement en train de le faire, ce récit : je n’ai cessé de prendre de notes, de ramasser de indices, de prendre des photos et il y a les mails, les SMS, tout à profusion, et les souvenirs des proches. cela demande beaucoup de travail de reconstitution, je n’ai pas trouvé encore de littérature équivalente

      • bipohypermaniac

        C’est genial ca va beaucoup t’aider.
        W.

      • L.

        Fait-le, j’avais commencé mais il est tellement riche que je n’ai jamais pu l’écrire le retransmettre exactement, et pourtant ce sont les souvenirs les plus clairs que je n’ai jamais eus. J’ai aussi des e-mails, des photos, les témoignages des proches… J’ai analysé quelques bribes avec ma psychologue pour qui il n’y a aucune spiritualité, seulement un langage de l’inconscient qui a un sens (tout de même!) par exemple je me suis vue mourir et renaître dans une pièce à côté, j’ai senti la vie partir de moi j’ai pleuré tout en m’entendant pleurer en tant que bébé… Elle a dit c’est une renaissance. Ou alors j’ai eu des évocations de viol, elle m’a dit c’est un viol de ton esprit, trop brutal. En tout cas je pense que les récits de crises maniaques sont intéressants, je t’invite à partager les grandes lignes (quand tu seras prêt/e) comme je l’ai fait avec d’autres sur ce forum, ça m’intéresse : http://bipolaire-et-alors.forumactif.org/

  • pierrôt

    Quand à la spiritualité elles est importante partout, ce n’est pas l’apanage des bipolaires, je pense que tu glorifies cet état de crise, je le comprends, mais bon, quelle en est la productivité exacte?

  • L.

    Bonjour,

    Après lectures de vos commentaires et de l’article, j’aimerai aussi donner mon avis.

    Je rejoins W. sur certaines choses mais pas sur d’autres.

    Je le rejoins sur le « retard » de la France à considérer la bipolarité (la preuve, la journée mondiale des bipolaires existe depuis des années dans d’autres pays). La France a du retard sur d’autres maladies et d’autres domaines à exploiter, c’est un fait. Si vous n’en êtes pas convaincus, lisez les avancées Canadiennes et Belges, et pour ceux qui parlent anglais les pays anglophones.

    Je reste pourtant très optimiste car on y vient, petit à petit, par ce blog, par des forums, par des associations, par des reportages, par cette journée de la bipolarité, par des stars qui médiatisent le trouble… La liste est non-exhaustive. Désormais on avance, on ne recule plus.

    Donc je suis d’accord quand l’aspect « mystique » devrait être abordé. Pourquoi ? L’explication serait longue mais je pourrais la donner.
    Peut-être qu’ils ont fait le choix pour une première journée d’y aller « soft », ce que je comprendrais. On ne peut pas changer radicalement les sociétés et les façons de penser sans effrayer, je crois que le plus urgent était d’aborder la maladie sous le versant connaissance, solutions, entourage, médiatisation. Le reste viendra après.

    L’aspect mystique est une réalité, et je suis d’accord il ne concerne pas que la bipolarité. Mais de telles crises sont tellement impressionnantes à vivre qu’il est normal de se questionner.

    Là où je ne suis pas d’accord, ce sont les « super pouvoir ». Nous ne sommes pas des super héros, mais des êtres humains comme les autres, différents pour plusieurs raisons, dont la bipolarité. Alors on a des caractéristiques communes parfois (originalité, hyper sensibilité, « intelligence »…) parfois pas.

    Douance et bipolarité ont une corrélation, mais comme le dit Pierrôt, pas à chaque fois. Et on peut être surdoué et con. Il faudrait pouvoir maîtriser les sens exacts des termes bipolarité, douance, intelligence avant de pouvoir avoir un avis tranché. Voilà pourquoi je ne tranche jamais un avis, j’émets des hypothèses avec un savoir actuel qui sera réfuté ou complété plus tard par l’actualisation des connaissances et des expériences.

    Les derniers articles peuvent faire penser à une montée maniaque. Surtout dans les idées de grandeur (mégalomanie). « Je suis un pionner, crise mystique, pouvoirs, expérience révolutionnaire d’amour et d’énergie… »

    La société aurait effectivement beaucoup à apprendre en s’intéressant à la dimension spirituelle, mais étant une grande lectrice, je constate que c’est le cas, sans parler forcément de bipolarité. Méditation, médecine chinoise, physique quantique, reïki, magnétisme, hypnose, relaxation, sophrologie, bouddhisme, pouvoir du mental, effets paranormaux, et j’en passe… Sont en train de revenir en force face à l’impuissance du côté uniquement pharmaceutique de nos sociétés occidentales. Nous sommes en train de replacer le bien-être au centre de l’humain, la guérison par lui-même.

    Dans notre trouble, à l’heure actuelle il est essentiel d’allier les deux (en tout cas c’est ce qu’on préconise ) : médicamentation et suivi psychologique. On peut pourquoi pas allier la dimension spirituelle, des études ont été faites sur le lien entre avoir « la foi religieuse » et guérir plus vite. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

    En ce qui concerne le handicap, c’est un terme qu’on ne peut pas expliquer en 3 lignes. Je l’ai étudié dans mes études paramédicales, il a une définition précise. Dans les maladies mentales, c’est plus compliqué encore. Il invite plus à la réflexion qu’à l’affirmation. Je ne me présente en aucun cas comme handicapée. Pourquoi ? Définition : « Le terme handicap désigne la limitation des possibilités d’interaction d’un individu avec son environnement, causée par une déficience provoquant une incapacité, permanente ou non, menant à un stress et à des difficultés morales, intellectuelles, sociales et/ou physiques. Le terme de handicap renvoie également aux difficultés de la personne handicapée face à son environnement en termes d’accessibilité, d’expression, de compréhension ou d’appréhension. Il s’agit autant d’une notion sociale que d’une notion médicale. Ces limitations d’activité et de participation restent variables selon les contextes nationaux ou sociétaux. »

    La bipolarité limite-t-elle actuellement tant que cela ma vie ? La réponse est non. Je l’ai acceptée, pas comme une fatalité, mais comme ce qu’elle est : elle est là, elle existe, donc je m’adapte. Je pourrais avoir une autre maladie, un autre handicap. La bipolarité est reconnue comme un handicap, mais il diffère en degrés, certains ne pourront plus travailler, toucheront des allocations, etc. Certains comme moi auront (pour le moment, on croise les doigts), un traitement et des ajustements d’hygiène de vie à faire.

    Mais dormir convenablement, ne pas abuser de l’alcool, ni des drogues, respecter une hygiène de vie et prendre des médicaments me semble bien moindre qu’alterner des phases maniaques et dépressives toute ma vie.
    Je me considérerais handicapée le jour où je ne pourrais plus faire ce que je souhaite à cause uniquement de ce trouble. Ce n’est pas le cas.
    Bipolaire oui, victime non.

    Et à ma connaissance je n’ai pas non plus côtoyé de secte bipolaire prônant de super pouvoir. Cela impliquerait une dimension surnaturelle, alors qu’elle ne serait que naturelle. Le cerveau a des possibilités infinies, et ce qui est accessible à certains pourrait être accessible à d’autres. Si je regarde du côté de ma douance, on pourrait alors penser que j’ai des pouvoirs, or je ne l’ai jamais vu de cette manière. C’est un fonctionnement différent, qui a un rapport avec notre cher cerveau, tout comme la bipolarité.

    Ce n’est pas simple à expliquer et malgré le long message que je viens d’écrire, il y aurait encore beaucoup de choses à dire.

    Bonne journée à tous

    • L.

      Le lunatisme au sens strict du terme s’ apparenterait plus à de la cyclothymie. Enfin j’appelle pas un chat un chien, il faut bien mettre un mot sur des notions. Je commence à avoir l’habitude de ce genre de réaction mais je ne souffre pas d’infériorité c’est gentil ni ne me définit par deux étiquettes. Par contre bipolarité et douance existent, si tu as des arguments autre qu’un ressenti personnel je suis toute ouïe.

      • bipohypermaniac

        Pas sûre que le lunatisme soit de la cyclothymie…
        W.

      • L.

        C’est bien pour cela que j’ai introduit la nuance dans la phrase « s’apparenterait plus » qui signifie « ressemblerait plus » à la cyclothymie qu’au trouble bipolaire. Je m’explique, quelqu’un de lunatique est quelqu’un dont les humeurs changent brusquement et fréquemment. La cyclothymie est désormais inclue dans le spectre du trouble bipolaire, on la juge parfois comme une « bipolarité légère ». Ma mère en est atteinte, je le vois au quotidien, l’humeur varie tout au long de la journée et en excès.

        Tout ça pour dire que la bipolarité s’éloigne à mon avis fort du lunatisme (trait de caractère) mais je comprends qu’on puisse confondre quelqu’un de lunatique et quelqu’un de cyclothymique.

  • calimeromcmlxxxiv

    Arrêtez avec cette histoire de douance qui n’est qu’un témoignage d’une forme de complexe d’infériorité, qui est lui même le reflet d’un manque certain d’amour propre.

    Je n’aime pas le terme de bipolaire, je préfère celui de lunatique.

    Et on est tous lunatiques à différents degrés.

    Il ne faut pas s’enfermer soi même dans une petite case car ensuite il est bien difficile d’en sortir.

    • bipohypermaniac

      Oh… je ne me considère pas lunatique. C’est vrai que marteler le terme bipolaire peut être agaçant.
      W.

      • pierrôt

        Je voudrais simplement souligner que le terme bipolaire a été mis en place pour permettre une approche globale des troubles de l’humeur, notamment par l’octroi de fonds aux laboratoires de recherche, il ne s’agit donc pas qu’un confort syntaxique ou de « mode ». Je pense que la terminologie des mots »du psychiatre » relève d’étude spécifiques et se limite au champs d’action concerné. Ainsi, dire que la psychose est présente ou non dans la bipolarité relève de professionnel. En l’occurrence si la symptomatologie de la psychose est présente, au plan clinique, le bipolaire n’est pas psychotique. Pour l’aspect de l’intégration la référence sociale reste le travail, ainsi on peut vivre correctement sa bipolarité sans pour autant travailler, mais dans une intégration limitée. Ce qui est curieux c’est que l’on s’aperçoit que l’intégration sociale est un facteur de « réalisation » c’est à dire qu’il permet au bipolaire, à la fois de s’identifier personnellement et de relativiser une approche trop égocentrique de sa maladie, dont il fait sa seule raison d’exister.

  • L.

    Je suis d’accord avec Pierrôt, et pour la douance c’est pareil, ce n’est pas une fumisterie mais bien une donnée prouvée par la science qui n’en est encore qu’à ses débuts.

    Si on a distingué les termes « lunatique » et « bipolarité » c’est qu’il y a une raison. La bipolarité est considérée comme une maladie, le lunatisme comme un trait de caractère, il y a un gouffre immense qui sépare ces deux termes. Suivre ton raisonnement ce serait à mon sens appeler un chat un chien. Non, un chat est un chat, un chien est un chien.

    Mais je te rassure, que ce soit pour la bipolarité ou la douance les réactions au départ sont les mêmes. Une fois que les personnes commencent à creuser leurs recherches, croiser les témoignages, etc. ils se rendent compte de la réalité. C’est ce que je te souhaite. Je ne sais pas qui tu es ni où tu en es au niveau de ta découverte de la bipolarité (toi-même, tes proches, curieux…) mais je serais intéressée de savoir 🙂

    Tu trouveras beaucoup de réponses à tes questions (si tu en as) via ce blog et via le forum qui a été créé à son initiative http://bipolaire-et-alors.forumactif.org/

  • pierrôt

    Je n’ai rien appris. Je suis un habitué des discours de la psychiatrie sur la bipolarité pour avoir beaucoup lu et entendu déjà ces informations.///

    W alors là franchement tu pousses !!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :