Comment les pensées parasitent les émotions / How parasitic thoughts interfere with emotions

Il y a quelque chose qui me trotte dans la tête depuis quelques jours. Comment les pensées viennent-elles parasiter mes émotions?

Quand j’écris « émotions » j’imagine des énergies de couleurs différentes qui me traversent. On les appelle communément : la joie, la tristesse, la colère, etc. Mais je crois que mettre une étiquette à ces énergies est déjà y associer des mots et donc très rapidement des pensées et ainsi engendrer une récupération de ces flux par notre égo ; et ainsi l’alimentation de nos troubles. L’idéal serait alors de ressentir sans penser. C’est un des objectifs de la méditation d’ailleurs.

Cette théorie farfelue est très réelle et concrète dans ma vie en. Je me rends de plus en plus compte que les pensées qui se greffent sur mes émotions représentent le processeur central de mes troubles. En attendant évidemment une autre origine plus profonde, inconsciente que je n’ai pas encore découvert.                                                                                                                                                                                                                                                 C’est donc mon égo qui interprète cette vie (les émotions) qui me traverse plus ou moins intensément en continue. Pour moi, « l’égo » n’est autre que ce qui définit ma personne. Il est le résultat de mon éducation et plus largement de toutes les influences que j’ai reçu, essentiellement par toutes les rencontres que j’ai pu faire. J’aime l’image d’un écran transparent sur lequel de multiples formes et couleurs se sont projetés. Avec le temps, elles se sont accumulées, transformées.

Aujourd’hui ma personnalité est donc représentée par une oeuvre multiforme, multicolore fixée sur cet écran qui était à l’origine sans forme, sans couleur, bref il n’était personne. Voilà pourquoi le mot « personne » me passionne. Dans le bouddhisme, cet écran pur et transparent sous-jacent est la réalité ultime. Tout ce qui se greffe dessus – dû à l’expérience de mes cinq sens avec le monde extérieur- est la réalité relative. Chacun a eu une vie différente donc chacun a un égo différent et ainsi chacun interprète de façon différente l’énergie vitale qui nous traverse. Chacun y met des pensées différentes sur ces émotions et chacun y réagit à sa manière. Bien que nous sommes dirigés communément par des codes d’interprétations établis depuis des siècles : la jalousie, l’angoisse, la tristesse, l’euphorie, etc.

On est d’accord sur ces ressentis seulement parce que l’on vit dans une société qui nous rassemble et qui nous fait vivre plus ou moins les mêmes choses. C’est parce que il y a des choses dans notre environnement qui nourrissent la colère et qui font écho à des éléments de notre égo, que nous éprouvons parfois de la colère. Bref, je m’écarte un peu là.

Soyons plus concret! La bipolarité… Qu’est ce qui provoque la crise maniaque? Hé bien, j’ai pris conscience que ce sont les pensées que j’ai associé à une énergie forte qui m’ont enflammé (c’est le cas de le dire). Face à cette expérience intense de vie, mon égo qui découle largement d’une éducation chrétienne dans une société individualiste compétitive, des pensées prétentieuses et de domination me sont venues spontanément. « Je suis très fort, plus fort que les autres, je suis au dessus des autres, j’ai quelque chose à leur apporter… je suis l’élu…je suis Jésus… je suis Dieu » voilà en gros comment j’interprétais cette forte énergie. Cette forte lumière qui m’a illuminé a éclairé fortement les maux de notre civilisation fixés entre autres vertus (quand même!) sur  l’écran transparent, ma personne. Cela a donné beaucoup de puissance à mes aspirations de réussite professionnelles, sociales et surtout de reconnaissance populaire, plus ou moins inconscientes. J’appelle ça des barrages inconscients qui, confrontés à une forte énergie, créent des troubles, voire des tempêtes.

Etant donné que je suis convaincu par ce raisonnement, c’est pour cela que j’essaie par tous les moyens possibles de prendre conscience de mes propres barrages, de les comprendre afin que lorsque le vent se lève, il puisse souffler en moi naturellement sans rien emporter sur le passage. Aujourd’hui lorsqu’une énergie similaire à celle de mes crises maniaques se fait ressentir, je respire et je tente de mon mieux de ne pas lui assimiler des pensées de toute puissance, de supériorité. Je pense que c’est ainsi que je me rapproche vers une paix intérieure.

Qu’est ce qui provoque la dépression? C’est une énergie de même nature qui va rencontrer des événements que l’on pense triste : la perte d’un proche, une séparation amoureuse, un problème professionnel… Ben oui, au fond, pourquoi ce serait triste tout cela? Encore une fois ce sont des choses ancrées profondément dans notre égo qui le définissent. L’énergie de vie va donc prendre la couleur que l’on donne à ces événements et nous refroidir. Ensuite nous allons assimilés à cette sensation froide des pensées encore plus froides. Et alors, on glisse, on glisse. On se referme, nos barrages inconscients empêchent le courant de passer. L’eau monte jusqu’à, parfois, l’explosion du barrage : le drame. Laisses couler! Facile à dire. Mais je te jure, quand je prends conscience d’un de mes barrages, quelle soulagement, la vie circule! Même si à la découverte d’un barrage, deux autres se dessinent à l’horizon… Quelle aventure!

Mes envies suicidaires. Parfois et récemment d’ailleurs… J’habite au septième étage d’un immeuble parisien avec une fenêtre sur cour… L’autre nuit, j’étais allongé avec ma fenêtre ouverte en ligne de mire. J’ai senti le courant de vie s’intensifier et vu la situation, l’égo du moment, tout de suite des pensées suicidaires sont venues. Pourquoi? Je ne sais pas. Le barrage qui provoque ce trouble est encore très inconscient. Voilà, il y avait quelque chose qui me poussait à sauter. Quelqu’un de très instable sur le moment l’aurait même peut être interprété comme si c’était une voix diabolique. Non c’est juste la vie qui a pris une couleur noire à ce moment. Malgré ces pensées et du coup ce ressenti désagréable, j’ai respiré, attendu et c’est passé. Je te rassure maman si tu lis cet article (aucune chance hein! voilà une raison de l’anonymat), même s’il y avait des mauvaises pensées, mon corps n’était pas du tout d’accord de s’envoler et s’écraser dans une cour du 16e. « Il croyait vraiment savoir voler » aurait été inscrit sur ma tombe. Non, j’ai quelque chose encore plus inconscient que ce barrage et qui est bien plus fort ; une graine à l’origine de ma personne, à l’origine de personne : l’amour.

Comme quoi ça peut sauver une vie de croire en l’amour.

A bientôt, Si tu es arrivé jusqu’ici, bravo, je crois que c’est un de mes articles le plus long sur les 230 publiés (hé oui!)

W.

Et voilà ce que ça donne en anglais ! Merci à Dame5Sterne pour l’excellente traduction.

HOW PARASITIC THOUGHTS INTERFERE WITH EMOTIONS

There is something that has been creeping into my mind for a few days. How do parasitic thoughts interfere with emotions? As I write « emotion » , I can imagine energies of different colours flowing through me. They are commonly called: happiness, sadness, anger, etc. But I think that if we start putting labels on these emotions, then this means that we already associate them with words and therefore thoughts so that our ego can regain these energy flows in order to fuel our inner disorder. The ideal would be to be able to feel without thinking, in fact. This is one of the objectives of meditation by the way.

This silly theory plays a real and concrete role in my life. I am becoming increasingly aware that the thoughts coming to graft themselves on my emotions are in fact the main generator of my inner disorder. Of course, I am still waiting to find a more meaningful origin, that I don’t know yet, that I still haven’t discovered. So this is my ego which interprets this life ( I mean these emotions) that flows continuously through my veins to a greater or a lesser degree. For me, the « ego » is the one thing that identifies who I am. It is the result of the education that I have received and in a broader sense, of everything that has influenced me especially through every personal encounter that I had. I like to imagine it as being various colours and forms projected on a transparent screen. They have accumulated and have changed over time. This is why my personality has now taken the shape of an overall work of art full of coulours that stick to the screen which was formerly shapeless, colourless,in short: it was nobody.This is the reason why I am fascinated by the word « nobody ». In Buddhism, this underlying pure and transparent screen represents the ultimate reality. Everything that comes and sticks to the screen – resulting from my experience of the world through my five senses- represents the inner reality.

Every one of us leads a different life and thus has a different ego and so every one of us attributes a different meaning to the energy that goes through his body. Every one of us associates different thoughts to his emotions and every one of us reacts in his own way.All this despite the fact that we have been influenced by common codes for centuries: jealousy, fear, sadness, euphoria, etc. We all give the same definitions to these feelings but only because we live in a society that brings us together and in which we can all experience the same things, more or less. The reason why we sometimes feel angry is that there are things in our living environment which feed anger and echo elements of our ego. However, I digress.

But let’s be concrete! Bipolarity.. What causes a manic phase? Well, I’ve understood that it’s the thoughts that I had associated to a strong energy that set my mind on fire (believe me, I put it mildly!) As I had to go through this intense life experience, with my ego that is largely based on a Christian education and that I had developed within an individualist and competitive society, I naturally began to have pretentious domination thoughts.  » I am so strong, stronger than anybody else, I am above everyone else, I have something to teach them… I am God’s chosen representative.. I am Jesus.. I am God ». So basically, this was the meaning I gave to this strong energy. This bright radiance that illuminated my mind has shed light on all the ills of our civilisation that started to take shape, among a few qualities (still..) on the transparent screen that would be me. This gave a great boost to my professional and social success aspirations, but above all to my need for recognition of which I was more or less aware. I call them unconscious barriers; when subjected to an intense energy, they generate disorders and even storms.

As I am convinced this kind of reasoning is to some extent true, I try to use all available means to become aware of my own barriers and to understand them so that when the wind starts to blow, then I can let it blow my mind naturally without fear that it may carry anything away.

Today, when I start feeling this energy again that I felt during manic phases, I simply take a deep breath and try my best not to interpret it as if it were an overwhelming power or a sign of superiority. I think this is the only way for me to come closer to a state of inner peace.

What causes depression? It’s an energy of the same nature which collide with what we consider to be sad events: the loss of a close relative, the break-up of a loving relationship, a professional problem..Well yeah, why should all this be sad? Once again, it’s the things that are deeply ingrained in our ego that define it. The life energy will also take the colour that we give to these events and make our blood run cold. Then, we’ll associate this cold sensation with even colder thoughts. And then, the balance is lost.. We tend to lock ourselves up, our unconscious barriers block the vital energy flows. The pressure grows so high that it sometimes tears down the barriers: tragedy! Let it flow! That’s easy to say! But I swear that when I become aware of my own barriers I feel so relieved, I can feel life flowing! Even if two other barriers come up on the horizon when I’ve just torn down the first one. What an adventure!

My suicidal thoughts.. It happens sometimes; and it also happened recently… I live in a flat overlooking a courtyard, on the 7th floor of a parisian building.. The other night I was lying on my bed; the opened window was right in my line of sight. I could feel the flow of life increasing. Given the situation and the then current state of the ego in me, thoughts of suicide immediately occurred. Why? I have no idea. I am still unaware of the barrier that causes this disorder. That’s it, something impelled me to jump. At this point, somebody who would have found himself in an unstable state of mind would even have described it as a devilish voice. But it wasn’t. Life had simply turned black at this moment. In spite of these thoughts, and hence of this unpleasant feeling, I was able to take a deep breath, I waited for a while and it disappeared. Mum, if you read this article ( no chance! This is the principle of anonymity!) there is one thing I want you to know: even though I had negative thoughts my body didn’t agree with flying away and falling back down in a courtyard of the 16th Paris district. I would have had the words « he really thought he could fly » written on my tombstone. But I do have something that’s even more unconscious than this barrier, something that’s even more powerful; a kind of seed that lies at the origin of my existence, at the origin of nobody’s existence: love.

It’s the proof that believing in love can save lives.

Take care

If you have read this far, then great! I think this is the longest article among the 230 (in french, sorry!) I have already posted here! (Yup!)

W.

Publicités

14 responses to “Comment les pensées parasitent les émotions / How parasitic thoughts interfere with emotions

  • elise9

    Bonjour W., ton texte est magnifique, il marque un tournant il me semble, très net. 🙂
    J’aime beaucoup tout ce que tu dis sur les émotions, les mots, l’énergie et les couleurs.

    Tu as même réussi à me faire rigoler sur le coup du suicide (et je connais ce genre d’épisode)… « il croyait vraiment savoir voler » ah non mais franchement, y a que toi pour écrire ça, avec autant d’humour, de recul, de sincérité et d’amour ! 😀

    Continuons à faire tomber les barrages, ensemble, nous sommes plus forts!!

    Merci merci merci !

    • bipohypermaniac

      D’une manière ce texte t’appartient aussi. Pas facile de trouver les mots, je suis content d’avoir pu réussir un peu sur celui-là.
      Merci!
      W.

      • elise9

        Ce texte nous appartient, il est le patrimoine de notre humanité, de notre liberté. 🙂
        Il est vrai qu’il y a une synchronicité entre ce que tu vis et ce que je vis, justement en ce moment (depuis le début je cherche à le faire mais ça se fait vraiment en ce moment), je cherche à dépouiller mon ressenti de toutes les pensées qui peuvent se greffer dessus, je découvre la sensation pure, et j’entre alors au contact de « la source », c’est juste merveilleux. 🙂
        Bon d’autres fois ça dérape et je me retrouve noyée sous les pensées et les émotions qui les accompagnent ! 😀
        Mais à nouveau, je regagne la maîtrise, ce va et vient défait chaque jour un peu plus mes habitudes ancrées depuis tant d’années…!!! Et recrée un monde nouveau, mon monde.

        Je ne comprends pas pourquoi tu parles d’avoir « réussi un peu celui-là »?
        Quand je parle de tournant, je parle comme d’un pilier fondamental qui aurait pris corps en toi, sur lequel tu allais te baser pour découvrir (nous faire découvrir) ce que tu as à transmettre, Toi.
        Pour moi il ne s’agissait pas de trouver ce texte meilleur qu’un autre, je les aime tous, pour la sincérité, l’humilité et l’amour (l’humanité !) qui s’en dégagent, toujours.

        Je te souhaite un merveilleux dimanche W.

  • psiam

    Intéressant, très instructif même sur ta philosophie empreinte de bouddhisme, que j’ai aussi (mais a une dose plus infime que toi) tenté d’intégrer dans mes « déraillements ». Mais la ou je ne te suis pas, c’est quand tu dis que des événements précédent les émotions (notamment quand tu évoques la dépression). Chez moi, l’humeur chagrine arrive sans que rien ne la convoque, c’est comme un souffle, une flamme qui s’éteint sans aucune manifestation extérieure…

  • Martha

    Bonjour W.

    Ton blog est pour moi une source incroyable d’informations, livrée avec ton coeur. J’ai vraiment envie de relire un à un tes articles, prendre un stylo et faire des fiches : ça me fera des cours de psycho-éducation 🙂
    En effet, la lecture de ton blog me provoque des prises de conscience inestimables.
    Tu donnes beaucoup d’espoir à de nombreuses personnes, dont je fais partie.
    Tu décris tellement bien le trouble. Reste en vie, pour toi et pour nous, je t’en supplie!

  • mi

    superbes réflexions, superbes analyses, bravo. Elise dit qu’elle sent un tournant, moi je sens une progression, une meilleure connaissance de toi meme, une meilleure capacité à prendre du recul, à comprendre ce qui t’arrive . je ne sais pas si tu prends un tournant, mais en tout cas, tu avances. encore bravo.

  • elise9

    Oui je suis tout à fait d’accord Mi, tournant dans le sens progression qui n’est pas forcément linéaire mais peut « tourner » par moments, comme dans une spirale. 😉

  • pierrôt

    Sauf que sans pensée aucune émotions , donc ……….

  • Kira

    Hallo, I like the image of the screen but in my case, the ego is the one thing that I try to get away from. I would say that my ego is my personal prison because my illness appears through my ego. A prison that is only mine. So for me my ego is a kind of enemy. It is very difficult to do but I try that the experience of my life « through my five senses » lead my life in a good way, far away from what my ego was at the origin. But perhaps it is normal because I am not a bipolar, but I suffer from a « cousin illness » 🙂 But I like what you write much. I think it is a good thing to try to understand your problem and to share it. I know that your articles are in englisch somewhere (the translator told me and say I should read) but I don’t find where. I understand french but the kind of texts are too difficult for me in french. Also my question: where can I find you in English? LG- Kira

  • pierrôt

    c’est vraiment de la généralisation pseudo scientiste, sans aucun intérêt
    Mais bon, si ça fait plaisir, pourquoi se priver
    On retrouve ce type d’approche dans les soins dits paramédicaux, reiki , et toute la bande
    Enfin cela permet de canaliser certains esprit
    Personnellement cela me laisse un arrière goût onanique, mais on fait avec ce que l’on peut, le mysticisme séduit toujours les faibles d’esprit

  • pierrôt

    http://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=INPSY_8302_0107

    eh bien si c’est bien identifiable en IRM, une déformation du cortex, rien de bien divin, une maladie comme Parkinson ou autres troubles psychiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :