Reculer pour ne pas sauter?

Depuis peu, le soir, une énergie étrange m’habite. Des pensées parasites s’agrippent dessus et le résultat est une sorte d’envie suicidaire. Je n’ai pas la moindre du monde volonté de me tuer mais la pensée de me jeter de mon septième étage m’habite. Qu’est ce que c’est que ce bordel? C’est un peu désagréable. Je ne comprends pas d’où vient cette angoisse. Peut-être que les grands changements dernièrement (ah oui! en plus de l’Express, c’est maintenant M6 qui s’intéresse à mon cas…) provoque une sorte de funérailles d’une partie de moi. Un passé à enterrer pour un futur tout propre. Je ne sais pas en tout cas c’est pas cool. En d’autres termes c’est mon esprit troublé qui accueille d’une mauvaise manière ce que la vie m’adresse.

Bref, je suis en ce moment même en plein combat avec ce démon passager (soyons optimiste). Comme moyen de défense j’ai fermé ma fenêtre, je respire (j’ai tendance à l’oublier sur ces moments) et comme armes de combats : la symphonie 6 de Beethoven et l’expression! grâce à ce blog. Sans oublier le petit valium si ça se calme pas. J’ai aussi demandé une amie maîtrisant le reiki de m’envoyer quelques bonnes ondes. L’important est ne pas rester seul avec ça. Bon, ne t’inquiète pas, je t’écris cela surtout pour partager en direct cette expérience intéressante.

Je pense aussi à rentrer dormir chez mes parents en banlieue demain, c’est peut être préférable. Mais ça m’ennuie car ce serait perdre le combat quelque part. M’enfin, reculer pour ne pas sauter, c’est pas mal aussi. Le soucis aussi c’est de dire ça à mes parents sans les inquiéter. Voilà, cela faisait longtemps que je ne t’avais pas ouvert mon esprit. C’est un peu le bazar, hein?

Sinon, voilà l’adresse de mon blog qui vient d’être mis en ligne sur l’Express : http://blogs.lexpress.fr/bipolaire/. Je sais c’est pas très pratique pour toi fidèle lecteur de me suivre sur deux blogs différents, c’est même une sorte d’affront mais comprend moi : je ne voulais pas rater cette opportunité en or et d’un autre côté surtout pas fermé ce blog là auquel je me suis attaché. Cette situation reste provisoire. L’idée pour l’instant est d’écrire un article par semaine sur l’Express et les autres ici. Petite nouveauté, les articles sur l’Express seront traduits en anglais grâce à une lectrice de ce blog qui a la gentillesse et générosité de prêter ces compétences en traduction au service de mes écrits. Mille merci à toi. Le monde est à nous!! haha!!

Deuxième sinon, une journaliste missionnée par l’émission Zone Interdite va me suivre dans mes activités pour proposer à M6 un petit reportage sur la bipolarité. Le but étant de montrer que l’on peut s’en sortir. Une bonne étape vers la destigmatisation!

Voilà, voilà!

Je te souhaite une meilleure semaine.

Patience et espoir 🙂

A bientôt,

W.

Publicités

13 responses to “Reculer pour ne pas sauter?

  • fleuretbambou

    W. prends soin de toi surtout

  • elise9

    Merci W. de partager ce sentiment si difficile et si intime que peu pourront partager…!
    Oui, pour moi tout ce que tu dis est juste. Reculer pour ne pas sauter, respirer (ô que oui, déterminant !), moi aussi j’ai remarqué que dans ces moments je ne respire plus. J’ai comme la sensation qu’il y a des forces en moi alors qui résistent et « bloquent » en quelque sorte le flux naturel de renouveau qui coule en moi et qui cherchent à se frayer en chemin.

    « Un passé à enterrer pour un futur tout propre. » Oui, oui oui ! 😀

    « En d’autres termes c’est mon esprit troublé qui accueille d’une mauvaise manière ce que la vie m’adresse. »
    Oui, moi je crois aujourd’hui que nous percevons des choses (de nous, en nous, de l’extérieur) et que nous les interprétons de manière erronée ou en tous cas biaisée par nos croyances et nos peurs.
    Et tout notre travail se situe là : dépouiller les interprétation du mental pour en recueillir juste la sensation, l’information, à l’état pur ou en tous cas à la lumière d’un nouveau socle et de nouvelles croyances que tu auras choisis cette fois.
    Par exemple, imagine tu sens une partie de toi qui te quitte dans les moments de ton chemin où tu libères et renouvelle pas mal de choses.
    Et bien ton mental, avec ton passé et tes peurs associe cet état à : « sauter par la fenêtre, en finir ».
    Je ne sais pas grand chose mais c’est une des réflexions que je me fais à ce sujet.
    Et il en faut de la force pour ne pas sauter. Et tu l’as, et honorons cette force, c’est un sacré travail que nous faisons là…!

    « Je ne sais pas en tout cas c’est pas cool. »
    Bien franchement, bien d’accord avec toi là dessus…!
    Mais heureusement nous sommes ensemble, toi, moi et tant d’autres et nous avançons à pas de géants (et même quand nous pensons que nous reculons ).

    Énormes bises et continue de te faire confiance, continue de partager, encore !!

    Elise

  • mke06

    Super ! Mais en effet, va voir tes parents. Ça fait un moment que j’y pense, depuis que tu as déjà eu ce délire à propos de la fenêtre. Puisque c’est la deuxième fois que je le lis, je vois que ça se confirme. Ton objectif n’est pas de faire semblant pour ne pas inquiéter tes parents, c’est de régler les problèmes chaque fois que tu en vois un poindre, quoi que ça engage. Un problème non réglé et c’est le risque de faire plus qu’inquiéter tes parents mais leur faire du mal durablement.
    Tes succès n’en auront qu’une meilleure assise. J’imagine comme ils doivent être fier de toi, maintenant que ton message au monde a une plus grande portée ! Alors, prends soin de toi pour faire leur bonheur également au-delà de tout succès médiatique.

  • psiam

    C’est juste l’appel du vide, l’inverse du vertige. Tu devrais habiter moins haut…

  • L.

    C’est joli ce qu’a écrit Psiam dans un sens, et en même temps libre de plusieurs interprétations, tout dépend de quel côté on voit le verre. J’ai l’impression que la bonne amie qui t’envoie des ondes me dit quelque chose 🙂 De mon côté hier soir j’aurais bien pris un cachet, mais je n’en ai pas, pour dormir. Je n’ai dormi que deux heures… Puis heureusement après je me suis rattrapée mais j’ai flippé, et en même temps hors de question d’alarmer le psy qui va me doubler ma dose et me rendre comme un légume. Difficile de ne pas s’alarmer soi-même pour le moindre changement de rythme ! Mais je crois que la conscience de ces changements est déjà la preuve qu’on peut s’en sortir.

    Tu n’es peut être pas obligé d’inquiéter tes parents mais prétexter une visite, une fatigue passagère ? Je sais que je préfère venir ici, sur le forum, ou te parler qu’en parler autour de moi. J’ai trop peur d’alarmer et de finir en hôpital alors que j’avais juste besoin d’écoute, de conseils que seuls les bipolaires peuvent comprendre. Pourtant pas faute d’avoir un entourage compréhensif.

    Accepter l’aide, c’est gagner le combat, au contraire. C’est à partir du moment où j’ai laissé mon ego (toujours celui-là!) persuadé qu’il fallait serrer les dents, lutter contre, retenir ses larmes, avancer, en le troquant contre le lâcher-prise que j’ai tout compris. Accepte-donc l’aide, et demande-là, à tes lecteurs, aux amis, à ta famille, aux anges s’il le faut 😉

    Je ne m’inquiète pas, tu ne disparaîtras pas, comment ferait-on sans toi ? Rien que pour ça t’es obligé de rester même si ton âme a envie de s’envoler. L’amour comme tu dis fait rester, l’amour est multiforme, et celui de tes lecteurs est là aussi.

  • Martha

    Garde confiance W.

    Tu es un Phenix comme la plupart des « Bipolaires », et même comme tous les êtres humains.

    Tu as de toute façon accompli quelque chose de grand avec ce blog.

    C’est juste un passage comme tu dis désagréable.

    Tout mon soutien.

    Martha

    • bipohypermaniac

      Merci merci pour tous vos soutiens, je fais en sorte de me ménager du temps pour me reposer et traverser cette turbulence en gardant le cap! Qui s’est traduit hier par un retour chez mes parents et une longue méditation dans un parc.
      🙂
      W.

  • M

    Merci à tous, pour cette discussion entre personnes « dans nos peaux ». J’ai remarqué pour moi aussi, dressé à craindre les « idées noires », ces afflux de pensées à la mort et leur effet de chasser les angoisses arrivant aux moment des phases d’actions et des enjeux. Evidemment, la sécurité affective et la méditation font passer tout cela très vite jusqu’à la fois suivante. Ce qui compte dans cet article c’est d’évoquer une hypomanie morbide mais pas inssuportable, comme pour dire « j’ai eu le trac, à en mourir »

  • Aline

    Coucou W, et toute monde
    Vous me touchez beaucoup vraiment. J’ai pris la courage pour écrire ça. Vous allez trouver peut être ridicule mais parfois, le soir je suis comme un enfant. Je regarde la porte et je crois qui va apparaître un monstre derrière. Tout monde s’endort, sauf moi que regarde la porte et pense que un monstre va venir me faire mal…Tu sais qu’est-ce que je fais? Je prends une abeille, un doudou de ma fille (elle m’a pretê) 🙂 je ferme les yeux, je me sens encore mal, je prie a Dieu pour que les monstres s’en vont et aussi pour que je puisse m’endormir.
    C’est une sorte de torture mentale et je suis sur que ça va passer un jour.
    W. , je vais dire la meme chose que mon père m’avait dit: Beaucoup de monde veux ton bien et est avec toi. Tu n’est pas seule.
    Souviens-toi! Ton blog pour moi c’etais une porte ouverte pour n’est plus jamais me sentir seule. J’ai gagné de force, je viens ici presque tous les jours. Je sais que vous tous sont lá et cela me rassure. Merci.
    J’ai toujour prends de recul aussi. Pour moi c’est la meilleure façon de trouver une solution quand je sens que ça va venir une crise.
    Je pleure beaucoup, ça soulage, je prie. Ta santé c’est plus important que tout.
    Tu es une persone avec beaucoup d’amour pour la vie. La ‘nuit’ ne va pas nous vaincre.
    Je crois en Dieu et j’ai la fois que Il est avec nous dans cette turbulance.

    Aline

    • bipohypermaniac

      Merci pour ton passage, je penserai a toi ce soir si mes demons reviennent et ont combattra ensemble. Ce n’est qu’une epreuve que l’on va passé. Patience et espoir. Bize Aline. W.

  • celiacdrd

    Bonjour,
    Je suis un peu ton site depuis que j’avais vu une interview dans une émission sur la bipolarité.
    J’ai été diagnostiqué depuis mes 17 ans mais cela s’aggrave.
    En une semaine, en essayant d’arrêter mon traitement j’ai vécu l’enfer, j’ai perdu mon boulot, des amis et fait beaucoup de bêtises.
    J’aimerais discuter avec toi pour avoir des conseils et te poser quelques questions.
    Merci d’avance,
    Célia
    FB: Celia Cdrd

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :