Bipolaire : entre l’humain et le divin

Qu’est-ce qu’être bipolaire? Il y a bien des débats ou des approches scientifiques qui se heurtent à des témoignages humains. J’ai eu ce diagnostique en 2009. Aujourd’hui en 2015, mon trouble a évolué à un point où je ne me sens plus troublé. Mes périodes d’exaltations maniaques dans le temps se sont transformés en des périodes tout autant intense mais une intensité non plus excitante et effrayante mais paisible. Je n’ai plus peur. Ou plus justement, lorsque je rencontre une situation qui engendre de la peur, cette énergie me traverse sans accrocs. J’ai dénoué assez de nœuds pour que la vie circule tranquillement à travers moi. Alors, Alors? Hé bien, je ne suis plus bipolaire. Ma difficulté à gérer mes émotions justifiait ce diagnostique. J’ai résolu ce problème. Je ne suis plus malade. Bien au contraire. J’ai longtemps argumenté ici que la bipolarité n’était pas une maladie. Finalement, toi, qui me contredis, tu as peut être raison, c’est une maladie. Mais alors, je ne suis plus bipolaire.

Aujourd’hui je me pose des questions sur ce qu’est « être humain ». La peur est humaine? les émotions sont humaines? la pensée est humaine? La bipolarité est humaine? Si oui, alors je vais plus loin : je tends à ne plus être humain.

La condition humaine est un stade d’évolution. L’humain est l’évolution de l’animal. L’humain est tiraillé entre son côté animal (la possession, la domination, la peur, le désir, l’envie, la reproduction et que sais-je encore) et un côté divin – je ne trouve pas d’autres mots pour l’instant- ( l’amour, la paix, le vivre ensemble, la liberté, etc…). Mon combat est de me détacher, de maîtriser, de ne plus être esclave de mon côté animal. J’évolue, je transforme la condition dans laquelle je suis né.

L’Homme est le résultat d’une longue évolution qui s’est déroulée sur Terre. Mais l’état humain n’est pas une finalité. Il va évoluer en un autre état ici sur Terre. Existe t-il des humains qui ont déjà évolué et qui vivent sur Terre cachés derrière une apparence physique semblable à l’Homme. Tout n’est qu’apparence dans ce bas monde. Ou suis-je la dernière licorne?, comme dans ce dessin animé qui m’inspire beaucoup. « Il n’y a que ceux qui cherchent les licornes qui peuvent les voir, les autres passent à côté en ne voyant que de vulgaires juments ».

Cela fait des années que je suis à la porte de cette autre dimension, cette autre manière de voir les choses. Jusqu’ici des peurs m’empêchaient d’y entrer. Aujourd’hui je suis prêt pour la prochaine étape. Les pieds ancrés sur Terre, les yeux au ciel. J’ai toujours espérer cela. Et je continue à être patient et garder cet espoir. Car il n’y a pas de fin, pas de banquets finals assis à la table des anges. Mais qu’un éternel mouvement.

Si tu es sur un chemin spirituel similaire, je t’écris tout mon soutien et te souhaite de la patience, du courage et de l’espoir.

Il suffit de si peu de choses : respirer, rêver, espérer, croire et se faire confiance.

A bientôt,

W.

Publicités

15 responses to “Bipolaire : entre l’humain et le divin

  • Solfinia

    Je suis contente d’avoir de tes nouvelles sur ton chemin spirituel. Effectivement à l’échelle de la vie rien n’est immuable tout se transforme, c’est comme ça que je vois les choses également. Cependant selon moi ce n’est pas parce que tu te transforme que tu te coupe de ce que tu étais avant. A l’heure actuelle je ne cherche même plus à savoir si je suis encore bipolaire, animale,…. Tout ce que j’aspire c’est d’avoir le droit d’être tout simplement. Un arbre même centenaire ne serait rien sans cette petite graine qui a germé, cette petite graine est en lui pour toujours et personne ne lui demande de se couper de sa petite graine car sinon il devrait s’attaquer au tronc……. Bref vive les petites graines car elles nous permettent autant de s’enraciner que de se déployer vers le ciel. En quelques sortes ces graines sont bipolaires (racines et tiges) mais elles ne sont pas malade car elles ont compris que les deux côtés se cultivent en même temps. Alors qu’une graine qui ne cultiverait qu’un côté serait destinée à mourir. Bravo à la vie et merci pour ton blog W.

  • Anonyme

    Le désir est purement humain, c’est ce qui nous distingue de l’animal , l’homme est un être de désir , les besoins et instincts, c’est ce qui fait de nous des animaux, mais pas le désir ( du latin desiderare :sans les astres , aporie, sans passage). « La vie oscille de gauche à droit tel un pendule de la souffrance vers l’ennui » Schopenhauer. C’est-à-dire : la condition humaine nous oblige a désirer ce que nous n’avons pas et quand nous sommes satisfaits , nous passons vers un autre désir ainsi de suite, c’est un bonheur qui est éphémère, la plénitude n’existe qu’un court instant comme l’enfant à l’approche de noël, il désire et quand son désir est assouvi, il passe a un autre désir , l’animal n’est qu’instinct, il ne désire pas, il assouvit ses besoins (boire, manger,copuler). Les publicitaires usent de ces termes : plénitude, jouvence éternelle pour arrêter le temps. Le temps qui passe qui est la marque de l’impuissance de l’homme. Mais oui il est important de vouloir, évoluer , grandir, je pense aussi qu’il faut croire que cette maladie évolue dans le temps, c’est positif, j’aimerai juste qu’elle évolue positivement sans traitement.

  • eM

    oula
    cela ressemble à une hypomanie
    ou alors être hypomane, est ce être normal ?
    voila ce à quoi tu ne réponds pas : quelle est la différence entre le normal et le pathologique pour cet état de se sentir fort, quel est ce paisible ? la sensation de garder le contrôle je pense.
    oui c’est un espoir.

    • bipohypermaniac

      L’hypomanie se caractérise par une excitation et une forte exaltation ainsi qu une impatience. Aujourd’hui je vis ubz autre hypomanie ou je cultive la sérénité, la paix et la patience.
      W.

  • pierrôt

    alors ce n’est pas une hypomanie

    • eM

      Sincèrement, c’est la logique que je voulais recevoir : il est donc possible d’être exalté et tranquille à la fois, sans que cela ne soit qu’une extinction médicamenteuse. C’est la différence entre la personnalité, une normalité assumée (même si cette personnalité s’avère en pratique, et potentiellement triste avec la solitude, n’être pas la plus sociable), et une impatience pathologique (l’hypomanie).
      il faudrait faire des leçons : comment ne plus faire peur aux autres !
      mad pride…blogs lus par les proches, souvent…

  • Etre

    Quel est ton besoin? C’est ce qui me semble à moi, non diagnostiquée bipolaire mais proche d’un être qui en souffre, et j’essayé d’appliquer les règles de communication non violente : partant de l’observation puis du ressenti et de l’identification du besoin… le plus difficile étant d’identifier son besoin d’où ma question… Bon courage dans ta quête…

  • Etre

    Tu ne te sens pas entouré via ce blog de personnes ayant leur propre chemin spirituel et tendant vers une évolution de l’humanité.?

  • Etre

    Ah… peut être pourrais tu créer ta troupe de théâtre en alternance avec des groupes de rencontre hebdomadaire? Que peux tu faire pour répondre à ton besoin de partage plus direct, physique et quotidien?

  • pierrôt

    je pense que Will parle de la solitude d’un bipolaire dont les aspirations sont hors du commun, d’où le désire de croiser des routes animées des mêmes aspirations

  • Etre

    Et comment répondre à ce désir ou besoin?

  • Sohan

    Bonjour, j’ai 15 et j’ai été diagnostiquée bipolaire en Mars dernier. Ma bipolarité s’est déclenchée en 2013 suite au décès de 2 personnes proche. Comme toi je me pose beaucoup de questions sur l’être humain. J’analyse tout type de personnes, du moins je suppose les analyser tant bien que mal, mais j’ai toujours cette peur. Parfois, je crois que je comprend une autre personne ce qui me met plus à l’aise mais c’est souvent quand j’ai bu. La bipolarité, à mon âge, est difficile à vivre sachant que je ne vais plus en cours depuis 2 ans et que je vis h24 avec ma mère qui, elle aussi, est bipolaire. J’ai peur du monde exterieur. Comment as tu fait pour « ne plus être malade » malgré que je suis sur à 99,9% que la bipolarité reste une maladie à vie. Est ce les médicaments? Un mode de vie plus saint? Une activité spirituelle comme vous dites, ou non? Comment ne plus ressentir la maladie?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :