Je m’ennuie

J’ai failli titrer : Les autres m’ennuient, mais alors j’aurais exclu les rares êtres qui m’intéressent. D’une manière générale, ces jours-ci, le monde qui m’entoure m’ennuie. Ce monde des apparences que j’endure. Depuis plusieurs mois, c’est le théâtre qui m’occupe et, mise à part le temps où je suis en scène, même ce milieu artistique déconnecté des intérêts communs m’ennuie. En fait, c’est les gens et leurs intérêts qui m’ennuient. Je ne supporte plus les pots et les soirées en groupe qui se déroulent banalement. Les discussions où les personnes échangent leur culture, la légèreté souvent propulsée grâce à l’alcool, les témoignages de quelques expériences de vie… tout ça m’ennuie. Tiens, tout à l’heure, un stage sur des œuvres de Shakespeare s’est terminé avec un pot. Encore une fois je ne suis pas resté longtemps.

Ce n’est pas une sorte de dépression qui me tombe dessus. C’est la suite logique de mon évolution. Les intérêts, les émotions, la pensée commune m’ont toujours ennuyé. Mais aujourd’hui, je ne fais plus semblant d’avoir un quelconque intérêt en écoutant les gens parler de politique, d’objets, de travail, de leurs vies. Je ne tente plus de m’intégrer dans ces « ambiances » de groupe qui ne m’apporte rien fondamentalement. Je ne me laisse plus aller à des recours artificiels comme l’alcool ou autres excitants pour vivre une exaltation qui je sais est éphémère et me décentre. Je suis seul. Spirituellement seul.

Là est mon seul intérêt en ce moment : mon chemin spirituel, mon évolution non-apparente, la compréhension de mon destin, mon rôle ici sur Terre. Je veux être avec des humains et non pas avec ceux qui font semblants. Je veux parler d’amour, de paix, de doutes, de Dieux, d’anges, d’artisans de lumières. Mais surtout je cherche des personnes qui auraient du répondant, qui eux aussi évolue dans cette dimension.

Je vis un renouveau. J’ai beaucoup travaillé sur moi. Je ne suis plus malade. Mais je suis un homme nouveau dans un monde ancien. Les êtres de ce monde que je fuis ne peuvent plus me comprendre parce que je ne veux plus m’adapter à eux. Alors je suis entre deux mondes. Sur le palier de ma prochaine étape, prochaine épreuve, de mes prochaines rencontres. Je suis dans une salle d’attente. J’attends. J’attends ces rares personnes aux intérêts similaires. Des personnes qui vivent pour l’évolution humaine, qui n’ont que comme préoccupation le progrès humain. Des personnes qui m’ont longtemps attendu, aussi, peut-être. Ironie du sort. Je suis prêt à quitter cette dimension matérielle, individuelle. Je me fous d’avoir quoi que soit, d’être dans quelle situation professionnelle que ce soit, tant que j’oeuvre,  tant que je sois avec les personnes qui m’aideront à agir humainement. Qui comprendront et m’aideront à mieux comprendre ma mission.

Alors, pour le moment je préfère être seul que mal accompagner. Expression facile, mais si difficile à vivre. Je n’ai rien à vivre aujourd’hui, alors je ne vivrai rien. Je ne ferai pas semblant de vivre. Je ne resterai pas avec des personnes qui m’obligeront à remettre ce vieux masque. Comme cela, hier j’ai erré dans paris. J’ai marché sans but, en suivant des signes. Signes et coïncidences qui me rendaient fou jadis. Ceux-là m’ont emmené jusqu’à Montparnasse voir une pièce de théâtre. Je suis rentré chez moi fatigué. C’était le seul but en fait : me fatiguer pour dormir, pour vivre un autre jour qui m’emmènerait à en vivre un autre jusqu’au prochain dénouement. S’il y a un goût d’amertume dans ce récit, c’est que cette solitude est nouvelle pour moi et je dois la vivre comme une marche dans mon escalier. Ma solitude sera bientôt brisée par une prochaine rencontre. La prochaine intersection de deux âmes en manque de communication. La rencontre de deux étrangers voulant agrandir leur frontière. La rencontre de deux artisans qui travaillent pour la lumière.

Si tu te reconnais dans ces mots, je te souhaite ce qu’il me sauve : de la patience, de la confiance et de l’espoir.

A bientôt,

W.

Publicités

52 responses to “Je m’ennuie

  • Nelly

    J aurais pu ecrire les memes mots car c est exactement ce que je ressens… En plus cette incapacité a communiquer… Je suis mieux avec les thaïs. Les Francais expat que je peux rencontrer ici… Je les supporte mal.. Comme je te comprend…

  • Solfinia

    W, il me semble que tu manques d’ancrage. Travaille le tu ne le regretteras pas 😉

  • eM

    j’ai pris le temps de réfléchir longtemps. Pourquoi n’y a t-il que la famille très proche qui me donne cette sécurité (force du lien affectif) ? Pourquoi un tel ennui avec d’autres personnes ? Pour moi, c’était comme ce que tu racontes avant le diagnostic. Puis la maladie s’est déclenchée sur une séparation (une désintégration), un sel de la Terre m’a rendu comme avant. Voila pourquoi nous resterons probablement différents, ou nous l’exprimons avec plus d’acuité. Ton chemin, c’est cela pour le moment, de t’exprimer, de nous témoigner ce que les rencontres réalisent sur ton existence, et d’organiser les « rencontres ». Encore une fois, je ne pourrais pas venir (province), pourvu que cela continue, j’attends les dates de la 12ième, de la 13ième…

  • d

    Alors comme ça on s’ennuie ? N’y a t-il pas un projet de vie merdique que vous devez préparer? Ne seras tu pas préparateur de sandwichs le jour pour gagner ta vie et comédien la nuit pour le plaisir ? 🙂
    Tant de projets à faire vivre et tant de lecteur à t’encourager.
    Je vous dis ça parce que la galère je connais et je n’aurai jamais cru m’en accommoder. En effet, le verre d’eau est toujours à moitié plein. A votre santé.

  • elise9

    Bonjour W.,

    oui par moments ce n’est vraiment pas facile, chez moi c’est souvent quand je manque de nourriture spirituelle.
    Parce que quand j’ai ma dose suffisante d’échange et de pratique spirituelle, je partage avec joie ces discussions de vie qui sont tellement appréciables aussi !
    Et même je peux alors sentir le coeur de l’autre, l’appeler, par le regard ou par les mots et sentir qu’il s’éclaire, la discussion prend alors un tournant plus intime ou pas. Ce ne sont pas vraiment les mots qui comptent finalement mais il y a ce quelque chose qu’on sent et dont nous avons besoin, oui.
    Il y a du spirituel dans toutes les situations, dans tous les lieux, je me suis même surprise récemment à me sentir bien au cœur du grand grand Auchan à côté de chez moi, en restant centrée et en croisant, de temps à autre des regards éclairés.
    Mais c’est vrai que c’est pas évident, ça demande du temps, de la patience et de la nourriture spirituelle.
    Y a des choses qui vont se mettre en place, patience et confiance, tu as raison :-).

    à très très bientôt, bisous,

    Elise

    • bipohypermaniac

      Oui, c’est très juste. Cela correspond à un besoin du moment. Mais ce qui est certain, c’est que cette nourriture spirituelle a pris une place plus importante dans mon régime humain. Et je sens que ça n’a pas fini d’évoluer.
      Merci beaucoup de partager ici.
      🙂
      W.

  • Lanig

    Bonjour W,

    Je comprends en te lisant que je ne suis pas isolé dans cet ennui. En attendant la prochaine rencontre, le prochain désir, la prochain conversation intéressante mais tout cela ne vient pas.
    Moi aussi on m’a conseillé l’ancrage.

  • Calimero Gallettoni

    Tu es complètement à côté de la plaque.

    Reprends-toi.

    • bipohypermaniac

      Haha merci Calimero. Tout avis est bon 🙂
      W

      • Calimero Gallettoni

        Il faut faire attention au syndrome Eckhart Tolle.

        J’ai prit du recul avec toute sa philosphie depuis que j’ai apprit qu’il avait monté un empire financier grâce à son bisness.

        Hélas, ô hélas.

        A te lire, il y a une chose évidente.

        Un besoin d’être adulé, admiré, d’être lu, d’être encensé.

        On ressent tous cela à des degrés divers, preuve en est cet étalage ridicule de soi même sur les réseaux sociaux en se montrant sous son meilleur jour (souvent imaginaire).

        Mais, si tu prétends être un pionnier, alors tu dois te détourner de cela.

        Ta quête spirituelle ne peut en aucun cas être une source de gloire, de satisfaction ou de plaisir.

        De l’eau, du pain, et de la souffrance, voilà tout ce qui t’attends, rien de plus, rien de moins.

      • bipohypermaniac

        « Un besoin d’être admiré… » oui c’est évident en me lisant parce que je l’ai ecrit ici plusieurs fois. C’est une partie de moi. Pour le reste, j’essaie d’être sincère et je vois bien que c’est une voie, pas facile, qui fait ses preuves et apportent malgre tout beaucoup de satisfaction et même de plaisir.
        😉
        W.

      • Calimero Gallettoni

        Avoir besoin d’être admiré, est symptomatique d’un manque d’amour propre.

        Ce qui est équivalent au fait de ne pas être « présent », connecté à soi même, et un obstacle à toute quête spirituelle, qui est un voyage intérieur par nature.

        On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

        Ou la gloire et l’admiration des autres, ou la paix intérieure.

        Je te laisse à ta réflexion.

  • A

    T’enferme pas la dedans W, attention ça n’est pas bon.
    Laisses les gens te saouler (je m’auto saoule des fois aussi c’est dire) 🙂
    J’espère que la journée du 14 a été cool.
    @++

    • bipohypermaniac

      Se laisser saouler… avec très grande moderation alors!
      W

      • A

        lol c’est ironique. Fais de l’ancrage

      • bipohypermaniac

        Qu’entends tu par ancrage?

      • bipohypermaniac

        Qu’entends tu par ancrage?

      • A

        Trouvé sur un site : ces mots ne sont donc pas les miens mais reflètent complètement ce que je souhaite dire.

        L’ancrage :
        C’est sortir du monde des rêves, des pensées, de l’imaginaire, du spirituel… et revenir dans le monde terrestre, réel, corporel, le monde de la matière. C’est être pleinement là, dans le monde physique.

        Car plus on est dans sa tête, plus on pense.
        Et plus on pense, plus on est dans sa tête.
        Et plus on est dans sa tête, moins on est ancré.
        Et moins on est ancré… moins on est heureux …
        Medites là dessus même si ton article ne va pas dans ton sens.

      • d

        La confiance que tu te donnes à t’exprimer sincèrement c’est déjà ce que je peux voir comme de l’ancrage. Et ainsi tu ne fais pas de tort à toi même et personne n’a le droit de te juger alors pourquoi se soucier des autres. Ainsi tu ne recherches aucune sorte d’admiration mais tu te confies comme un ami. C’est pourquoi personnellement j’y suis réceptif et si tu veux te limiter c’est ton droit aussi.

  • A

    dans ce sens* pardon pour la bourde finale

    • eM

      La question, c’est : ancrages, spiritualité, mais en même temps sortir du « monde des pensées », attention à un egocentrisme. La réponse est : amour bienveillant, discret, intime. Voila pourquoi ce sont surtout les proches, parents, frères et soeurs, ex conjoint ou conjoint avec ou sans enfant en commun, les enfants, les petits enfants : les racines et les branches. Ces liens peuvent être très distants, même douloureux, cela devient de la spiritualité. Mais ce sont des liens profonds, loin de la superficialité. J’ai besoin d’attaches affectives, pour mon amour propre…cela renforce ma bienveillance.

  • d

    Comment en est on venu à parler d’ancrage d’ailleurs? Se poser des questions fondamentales et chercher à en parler à quelqu’un de confiance, ce n’est pas une instabilité. Ce n’est pas une prise de tête, tu cherches à comprendre, à progresser. Et tu n’es pas le seul. C’est les vacances, on va dire que tu as le temps pour cela , après ce sera l’heure de la rentrée et tu auras d’autres préoccupations comme tout le monde.:)

  • mi

    on vit dans un monde d’apparences, ou il y a des conventions sociales à respecter : dire bonjour, aller diner au resto avec des amis, etre invité a un repas chez des connaissances, rendre l’invitation …. 90% du temps, ces activités sociales me soulent, m’ennuient …. mais 90% du temps, on vit dans un monde tel que celui ci. parfois, de facon innatendu, par un échange de regard dans une soirée, se déclenchera une conversation plus profonde, avec une personne qui ressent la meme chose que soi …. il faut vivre ces 90% d’ennui pour avoir 10% de profondeur.

    il faut aussi savoir se mettre en retrait quand on n’a pas envie de faire de la figuration sociale. on a le droit de faire son hermite. mais il ne faut pas négliger sa vie sociale pour autant, car arrivera le moment ou on aura a nouveau envie de plus de légereté, on sera d’humeur pour le futile. il faut préserver les autres de nos variations d’humeur, tout en se préservant soi meme en prenant soi de nos envies et de nos désenvies.
    l’ancrage , je ne connaissais pas mais ca m’interesse, je vais me renseigner dessus.

    pour le moment, je vis un début d’agoraphobie, et je me documente dessus. je ne vous raconte pas l’enfer que j’ai vécu au feu d’artifice du 14 juillet tiré dans une grande ville du sud de la France , avec la foule et le bruit …. j’y suis allé pour faire plaisir a mon mari et aux amis avec qui j’étais en vacances. ca a été très dur, tres stressant, mais je suis fiere d’avoir réussi a le faire, et que mon mari ait pu comprendre ce que je vivais, j’ai trouvé les mots pour l’exprimer. moment de stress qui finalement s’est transformé en un moment de communion avec mon mari, ou je l’ai senti vraiment la pour moi, tandis que nous traversons une période difficile a cause de ma phase dépressive …

    bref tout ca pour dire que les bonnes surprises se trouvent parfois dans les mauvaises situations, donc restons ouverts aux surprises de la vie

  • Dawann

    Bonsoir W.

    Ta quête est juste d être toi même tant que tu te mets pas en danger. Pour ma part, je me cache de personnes travail, famille, enfants tout le monde le sais plus qu une devise un mode de vie je suis malade différente et alors je le vis relativement bien car les gens adhèrent à ma philosophie ou plutôt celle de ma mère d ailleurs un grand merci elle m a dit ma fille les personnes qui t’aimeront pas pour ce que tu es « bipolaire  » continue ta route et la une évidence maman a raison je reste respectueuse et je fais ma vie c est tout. Je m éloigne est ce que les gens t ennuient parce que tu leur accordes peut être de l importance en fin de compte du moins c est ce que je ressens à travers tes lignes pour moi c est différent cela m amuse de pousser la psychanalyse a l extrême et je me trompe rarement. Reste toi même ta personne entière n est pas cette maladie mais une infime partie. Bien à toi,:)

  • Seron

    Va à la rencontre de Jéhovah,c est la plus belle des rencontres que tu puisses faire.Dieu saura te guider sur le chemin du bonheur intérieur et de la vérité. La Bible est un trésor, il te suffit de l ouvrir pour en découvrir les merveilles. 😉

  • Kariane

    C’est tout moi (bien que, je tiens à préciser, je ne sois pas bipolaire), d’ailleurs si j’ai fais des recherches sur le sujet « la vie m’ennuie », c’est très certainement pour me prouver que je ne suis pas seule et pour trouver ces autres idéalistes comme moi, en quête de leur alter ego et dégoûtés de la fade réalité et de l’hypocrisie omniprésente dans les rapports humains.
    Je n’en peux plus de me retrouver entourée de gens qui me font me sentir seule et d’avoir toujours les yeux dans le vague à cause de l’ennui ! L’ennui d’avoir l’impression que les relations sociales sont codées, monotones, sans cesse répétées et puis de me rendre compte qu’au final, il y a si peu de personnes qui m’apportent quelque chose
    Que des discussions creuses ; ils parlent de foot et elles de maquillage et moi je m’imagine la Terre au milieu d’un Univers peut être infini, je me demande où va l’homme…
    Je ne supporte plus cet ennui ! Mais je n’ai pas non plus la force de faire de ma vie une aventure telle que je la souhaite car ce serait faux, faux ! Cela ne peut venir de moi.
    Je trouve la vie si belle, ou du moins passionnante, mystérieuse, et je suis collée à une société qui me cloue au sol.
    Et je cherche, je cherche avec un espoir infini d’autres comme moi, sachant que eux aussi me reconnaitront du premier coup d’oeil… a part si…a part si ils ont décidé de jouer le jeux, d’être comme les autres…ce que je fais aussi à force, pour ne pas être totalement seule.
    Comment ne pas les mépriser tous, les « masses » les « groupes » où l’attraction principale sont les personnes et non la vie…
    C’est si fatiguant. La vie sociale me fatigue et me rend creuse. Mais la solitude me torture.
    Nous sommes peut être des aliens…
    Merci beaucoup pour ce témoignage, ca fait du bien de se sentir moins seule.

  • iris

    je suis encore dans cette espace alors que je n’ai que 13 ans et encore j’ai commencer a m’ennuyer a 12 ans je voulais demander si pour vous aussi et tous les autres qui envoyer des messages si sa vous est arriver trés tau et si sa va vite se finir, par ce que je ne pence pas pouvoir le supporter longtemp.

  • Vulcania

    L’ennui fait partie de la vie et il est même très bon pour retrouver notre capacité d’imagination et de création…

    Nous vivons dans une société sur-stimulée qui ne laisse pas la place à l’ennui, il faut vite meubler le vide, c’est trop angoissant le vide…

    J’ai remarqué que les enfants s’ennuient vite dès qu’il n’ont pas d’écran numérique à regarder. Eh bien ce sentiment de vide leur permet de réfléchir à ce qu’ils pourraient bien faire de leur temps libre sans numérique et les poussent à inventer leurs propres jeux avec deux bâtons et un bout de ficelle

    Selon moi, l’ennui n’est donc pas à fuir à tout prix, c’est une émotion naturelle, désagréable certes, mais qui nous apprend à développer notre être intérieur pour ne pas s’ennuyer avec soi-même, si l’on ne veut pas que le sentiment de vide perdure.

    Guidée par l’ennui, j’ai pu découvrir là où n’était pas ma place et ainsi aller vers des centres d’intérêt et une vie plus en adéquation avec moi-même.
    C’est en m’ennuyant aux fameux repas entre « amis » du dimanche que j’ai compris sur le tard, que ce qui me ressourçait finalement véritablement le week-end c’était de me retrouver seule à marcher ou à lire dans le silence…

    Céline.

  • Lou Soreda

    Ok j’me suis arrêté après le 3eme paragraphe tellement j’tiens plus là, c’est abusé j’ai l’impression de me lire, qui es tu, need qu’on se parle

  • Benny

    Je comble ce vide spirituel par un mode de vie qui se consacre depuis ma jeunesse à la composition musicale, par une consommation d’alcool, régulière, mais je sais toujours toucher mes limites pour avoir un bon travail, un équilibre correct va t’on dire, de ma vie, de la vie. Mais ce vide me fait rester seul, je suis une catastrophe sentimentale alors que j’ai eu le bonheur de croiser de si belles personnes mais qui n’ont peut être pas su m’attraper…. ou c’est peut être moi qui m’échappe !

    En tout cas, si je ne crée pas, je ne vie pas, mais créer fait que je reste seul avec moi même et ma représentation musicale de ‘ma vie’, je la vois par des notes, par des sons, par des mélodies, mais je me suis laissé dépasser, maintenant, je suis seul, avec moi, mes pensées, mes réflexions, mes petits plats que je me prépare et que je partage rarement.

    Dodo, travail et hop, dans mon monde musical, quitte à éviter ma famille comme mes amis, jusqu’aux limites, ou là, je regarde plus loin que ce que ‘j’écoute’, jusqu’au moment ou je repars seul, avec moi, finalement, j’ai l’impression d’être mon propre ami…. bizarre. Au bilan ?

    beaucoup de souffrance que j’évacue par mon hobby, je me demande parfois pourquoi je ne suis pas ‘un cerveau vide’, pas de réflexion, pas de questions, pas d’hésitation, j’aimerais y arriver un jour…. à ce jour, inaccessible !

  • Bodillard

    J’ai l’impression que vous avez su traduire tout ce que je ressens… Merci.

  • Chloé

    Putain moi aussi je me fais CHIER

  • loletis

    C’est beau ce que tu a écris et plein de poésie.
    Tu sembles une ame vagabonde ,déçue d’etre là où elle a été placée.

  • Marcy

    J’aurais pu écrire exactement la même chose je me retrouve dans ton discours étrangement .

  • Benny

    Hello tout le monde, bien depuis mon dernier écrit, en plus de cet ennui qui m’isole complètement, je me suis mis à boire depuis quelques mois, ce qui me permet de ‘tuer’ mon temps libre par un sommeil forcé dé retour du boulot, par exemple, solution qui m’évite la déprime, mais qui me rends encore plus seul, ‘tuer’ le temps…. je n’ai pas de but, outre la musique, mais je ne peux composer tout le temps ! voila, courage, un monde sacrément virtuel, pour moi, l’ancrage est loin ! vraiment très loin……

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :