Journal – De l’amélioration

Elle est partie de chez moi pour une soirée ailleurs, comme hier, alors que je m’attendais à vivre ces derniers jours intensément avec elle avant de partir pour un mois sans se voir. Sensation d’abandon. Pas si mal car celle-ci me pousse à écrire. Ça va, je ne suis pas non plus dans un sentiment de solitude comme j’ai pu le vivre souvent. Ce mécanisme « situation-émotion-pensée-comportement » est maintenant beaucoup plus conscient chez moi, je le vis moins inconsciemment, donc j’en souffre beaucoup moins. C’est passionnant même. A la place de me laisser envahir par cette tristesse et solitude, j’accueille cette énergie en moi, je l’observe, je l’accepte avec bienveillance, je respire, j’y apporte toute ma conscience et pouf! ce qui était troublé se dénoue et laisse place à une légèreté et sérénité.

Bon, j’ai tout de même un sentiment d’injustice sur cette situation. Privilégier intensément notre début de relation (Charlotte et moi) ces jours – ci en sachant que l’on ne se verra pas pendant un mois me paraissait juste. J’avais donc rien prévu et laisser tout mon temps pour elle. Elle, non. Bien sûr ce qui me paraît juste, n’est pas forcément ce qui lui paraît juste pour elle, haha!  C’est tout de même un bon exemple pour me rendre compte de mon hyper sensibilité. Cette sensation d’abandon est très exagérée par rapport à la situation. M’enfin, je m’en sortirai hein!

En parlant d’elle… J’ai parfois l’impression qu’elle a trouvé ce blog parce qu’elle me parle de sujets que j’ai évoqué ici dernièrement. Simple coïncidence? Hé bien, si tu lis ceci Charlotte, saches que si je ne t’ai pas parlé de mon diagnostic c’est qu’il me semble qu’il ne représente pas ma réalité d’aujourd’hui. Oui, j’ai souffert de la bipolarité dans le passé. Mais aujourd’hui, même si je prends encore des médicaments (parce qu’on peut pas tout arrêter d’un coup, je diminue progressivement avec mon doc), je me suis sorti des profondeurs de ce trouble, j’ai appris à nager dans les turbulences de mon lac intérieur, j’ai construit un radeau pour naviguer sur la rivière vivante qui me traverse. J’ai même acquis une certaine maîtrise des énergies plus intenses qui peuvent troubler l’humain. Et ce n’est qu’un début. Le plus dure est passé, voilà. C’est vrai que je te cache une grande partie de mon histoire et que c’est un manque pour comprendre qui je suis, mais si je le fais, c’est que jusqu’ici j’ai senti que ce n’était pas le moment. Tu pourrais avoir peur. Tu pourrais mal interpréter beaucoup de choses, et ce serait normal. Je préfère, et c’est ce qu’il se passe, que tu me découvres à travers les moments que l’on partage. Si je te dissimule mon passé, j’essaye d’être le plus vrai possible au présent. Etre sincère avec toi. Grâce à cette sincérité que ton écoute et ouverture favorise, tu as pu découvrir en moi une certaine instabilité, ma petite folie, mon génie, ma fragilité. (Elle me dit que je suis fascinant! 🙂 ) Je pense que c’est mieux de me découvrir ainsi que part le partage de mon diagnostic. Diagnostic qui n’a plus tellement de valeur aujourd’hui. Et puis, le récit de mes crises pourraient pour le moins inquiéter.

Sinon, tout va bien dans le meilleur des mondes. Je me suis jamais aussi senti bien de toute ma vie. Je n’ai aucun problème à résoudre. Je me laisse porter par le temps jusqu’en septembre. Septembre étant l’inconnu. Je ne sais pas encore ce que je fais en septembre. Travail? formation? théâtre? coloc? Tant de questions qui se résoudront naturellement cet été. Je ne suis pas inquiet là-dessus. Ma vie m’a montré, et vraiment depuis deux ans, que ce qui est juste pour moi arrive sans que j’ai besoin de le chercher. Ce sera une rencontre peut-être ou autres choses, qui me décideront à m’orienter vers telle direction. J’ai souffert des années pour me recentrer, retrouver mon chemin, mon destin mais maintenant que je suis parvenu, ou presque, à recoller avec mon fil d’Ariane, la vie est simple. Ça coule comme un fleuve sans barrage. Je sais que beaucoup et sans cesse, il y aura des épreuves sur ma route mais je suis armé, je me connais, le combat sera facile. Un jour, je suis sûre, je pourrais, seulement avec un regard, traverser les épreuves qui me sont destinées.

Je n’ai pas de grandes idées sur ce que l’avenir me réserve, surtout au niveau des apparences : métier, famille, ami, pays… Mais plus que jamais j’ai cette confiance, cet Foi, cet espoir inaltérable. Confiance en moi, oui, mais pas seulement, en la vie aussi, en l’évolution humaine.

Enfin, afin de tenter de rester sincère ici sur ce qui m’arrive. Dernièrement j’ai rencontré la Franc Maçonnerie. C’est au détour d’une conversation qu’une amie m’en à parler. Curieux, et assoiffé de nouvelles rencontres humaines et humanistes je me suis renseigné et ai découvert ce que c’était cette société « secrète ». Fascinant! Ça m’a permis à l’occasion, de dépasser un préjugé. C’est toujours ça de gagné. Je suis allé, accompagné de Charlotte, à une conférence donnée dans le Temple de la Grande Loge de France sur le thème : Construire et se construire. D’ailleurs j’en ai fait un article sur le blog de l’express.fr : http://blogs.lexpress.fr/bipolaire/2015/07/15/construire-et-se-construire-cours-de-maconnerie/ 

Voilà au delà de vouloir intégrer la franc maçonnerie, cette rencontre est tombée à point nommée à une période où je recherchais des personnes avec des intérêts spirituels et humaniste. Si tu veux commenter cette expérience, j’espère seulement que tes arguments seront nourris par une critique personnelle et non pas par la reproduction de pré jugés. M’enfin, je dis ça…

Allez c’est à peu près tout ça ma vie en ce moment,

Je te souhaite un très bel été.

A bientôt,

W.

Publicités

18 responses to “Journal – De l’amélioration

  • d

    Salut
    Est ce que le seul nœud qui reste à démêler c’est ta sincérité parce que tu crains qu’on ne t’acceptes pas avec « tes troubles » ou façon de faire différentes ? Ben, franchement ceux qu’on peur de la différence devraient déjà avoir peur de leur ignorance.

    • bipohypermaniac

      Je connais la peur de la différence, je ne leur en veux pas.
      W.

      • d

        Ceux qui ne veulent pas être proches de toi parce que t’as un passé trouble, des troubles présents ou à disparaître, ne te méritent pas. Même Dieu pardonne le passé et les fautes à venir, alors que plus précisément dans ton cas c’est des troubles que tu subis plus ou moins malgré toi. Dis moi t’as pas un cadavre planqué dans ton placard alors pourquoi tu dis qu’elle va avoir peur ? 😉 lâche prise t’as tellement d’autres projets à développer ou à foirer 😉

      • bipohypermaniac

        J’ai quelques cadavres oui. Un immeuble brulé par exemple. Ca viendra naturellement comme le reste. C’est pas un soucis. Merci pour tes réactions
        W.

      • r

        Je crois que le pire c l’indiff errance. Quand on cherche désespérément à cloner ses sentiments parce qu’on cherche une raison à son épreuve ,une raison pour laquelle elle devait exister . Cela ne concerne que moi bien sûr.

  • eM

    salut « w ». je suis très heureux d’avoir des nouvelles de « Charlotte ». C’est le prénom d’une de mes filles, et c’est leur fête sur le calendrier aujourd’hui.
    je suis à la fois d’accord avec « d » et toi. Cette maladie n’est pas si facile à présenter à ceux qui ne savent pas. Dans un commentaire précédent, « bakuman » sur « je vais et je viens » disais que « les femmes ont un 6ième sens » pour détecter les hypersensibles.
    Ce qui m’amuse dans ton article, c’est ton écriture de femme : « je suis sûre », « cet Foi », qui caractérise ta nature androgyne. Alors, est tu parvenue à lui faire l’amour ?
    Le préjugé que je pourrais avoir contre la franc maçonnerie serait leur échec à obtenir une parité homme/femme, je me trompes ?
    Sinon, c’est la première fois que mon psychiatre me trouve correct, et justement parce que je suis enfin équilibré, 5 mois après la GRANDE crise. Merci de m’avoir donné espoir, tout au long de ton blog, sur la patience d’obtenir une rémission. OUF !
    Oui, bon été, rdv le 1er septembre, et avant sur le blog.

    • bipohypermaniac

      Oh merci ca fait chaud au coeur. Pour ce qui est de la franc maconnerie, les loges mixtes se developpent. Comme dans tous les domaines int revient de loin sur l’inégalité entre les deux sexes. Ca avance, ca va prendre du temps, ne soyons pas trop severe sur notre temps.
      W.

      • d

        La non parité pour une organisation qui se déclare progressiste? Mais qu’est ce c ce non sens! Depuis la nuit des temps la femme est l’égal de lhomme , ce n’est pas une question d’évolution on est en 2015.! La femme nattend pas une époque pour la parité c un combat de tous les jours
        Pourquoi une telle organisation pourquoi des codes ne peut on pas s’assembler pour ce que nous sommes. Même lorsqu’on se convertit à une religion on garde son prénom. On ne s’accapare pas le progrès sous le nom d’une organisation ou alors c cultiver l’art de la dispersion pour encore plus se perdre dans la divergence.

    • dbis

      écriture féminine ?, as t-on besoin d’un alter égo réel ou supposé pour s’exprimer sans fard…cela ne fait pas peur puisqu’un jour ou l’autre on a besoin de vivre sans masque 😉

  • Lulette

    Bonjour eM,
    Tu te trompes sur la parité en Franc-Maçonnerie. Même s’il reste quelques irréductibles qui estiment que les femmes n’y ont pas leur place, du sang nouveau est arrivé et les hommes plus jeunes acceptent pleinement les femmes. La majorité des villes ont des loges mixtes, voire exclusivement féminines. Les femmes FM sont très nombreuses et plutôt bien acceptées par leurs Frères.

  • dmaské

    « Tu pourrais mal interpréter beaucoup de choses, et ce serait normal. »
    L’interprétation doit laisser place à la vérité qu’elle qu’ elle soit si on est assez ouvert d’esprit pour accepter la vérité. On n’avance pas dans le déni. J’ai l’instinct positif (naïf pour certains) alors je laisse l’imaginaire emporter l’interprétation m’emmener dans un rêve éveillé. Enfin j’y pense et puis j’oublie. C ainsi que les petites surprises peuvent devenir de grand joies et un apaisement quand on recherche la vérité. La paix à qui sait voir le verre à moitié plein et le vase sans débordement.

  • Calimero Gallettoni

    MDr Mdr Triple MDr !

    Merci pour ce grand moment de littérature humoristique !

    Déjà, sur la question du doit on parler de ses antécédents « psychiatriques » ou non, avec tout ce que ça comporte de stigmatisant, c’est une question ouverte qui n’admet pas de réponse générique je crois.

    Pour ma part j’en parler systématiquement, un peu trop et à tout le monde histoire de me simplifier la vie, mais c’est à double tranchant.

    Je ne pense pas qu’on puisse te reprocher de ne pas en avoir parlé en début de relation, mais ça reste à discuter.

    Pour ce qui est de vouloir convaincre ton lecteur, ou plutôt te convaincre toi même que tu vas bien, cela ressemble plus à de la méthode coué.

    Un homme en paix avec lui même n’a pas besoin de le crier sur tous les toits, et tu es comme nombre d’entre nous qui arpentent encore le chemin qui mène à la sagesse sans l’avoir véritablement emprunter pour autant, hélas ô hélas.

    Pour finir avec cette chute formidable, le calembour franc-maçonique, je crains hélas que le mélange des styles puisse prêter à confusion !

    Mais merci pour la bonne tranche de fou rire, c’était c0llect0r !

  • Sandy

    Bipolaire c’est le nom de la maladie qu’à inventé un laboratoire pharmaceutique pour définir les êtres qui ouvrent un peu plus les yeux que les autres, non ?

  • Calimero Gallettoni

    Une intervention plus tempérée à froid, car je crains que la précédente au delà de son éventuel divertissant ne soit hélas parfaitement inutile.

    J’ai un exemple en tête pour illustrer le propos que je vais tenter d’argumenter te concernant.

    Grothendiek, un mathématicien de génie tenait une conférence sur je ne sais quoi, et dans son élan lumineux voulant illustrer par un exemple une de ses théories absolument géniales (véritablement géniales en faite), il se servit du nombre premier 51.

    Timidement, un de ses auditeurs lui fit remarquer que 51 n’était pas un nombre premier puisque c’était le produit de 17 et de 3.

    Bref, c’est un fait connu que quand on creuse trop en profondeur on manque souvent des choses en surface.

    Et parfois cela rend caduque tout le reste, parfois pas.

    Je pense que tu devrais reprendre tous les nombres premiers que tu utilises pour établir tes démonstrations et vérifier s’il sont véritablement premiers.

    Je ne suis pas meilleur que toi, certainement pire.

    Mais quand je lis tes derniers articles il y a beaucoup de choses qui me font tiquer, qui font vibrer mes propres névroses, car les tiennes s’expriment.

    Je ne sais pas si je me fais comprendre.

    Enfin, j’me comprends !

    (Bon, je m’en vais pour de bon cette fois !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :