La famille du bipolaire

Je pense que si l’on déclare de forts troubles de l’humeur, une instabilité mentale, c’est que notre famille n’est pas tout à fait zen… Le sage amérendien Don Marcelino entre autres m’a justement enseigné que notre premier travail sur Terre était de purifier notre arbre généalogique. Prendre conscience de tous les troubles, les nœuds, les souffrances transmises inconsciemment de générations en générations et de les soigner afin de ne pas reproduire les mêmes schémas que nos parents. Ainsi, nos enfants n’hériteront plus de tous ces maux. Dans l’idéal. Bref, je vais écrire sur ma famille ici.

D’abord, ma mère est une hyper sensible. Nulle doute là dessus. Eternelle inquiete pour ces six merveilleux enfants à qui elle est liée affectivement très intensément. Par ce lien elle me partage à moi et à ma fratrie tout son amour mais aussi toute son inquiétude et toute sa souffrance cachée qu’elle a elle même héritée.

Pour le moment je suis l’enfant qui en a souffert le plus visiblement avec ce joli diagnostique et toutes mes crises. Elle est en partie responsable de mes grands troubles passés. Mais attention, elle n’est pas fautive. Je lui pardonne, oh oui je lui pardonne. Persuadé que c’est la première chose à faire. Ce n’est pas facile, car je suis le seul dans ma famille sur ce chemin spirituel que je dissimule en grande partie encore pour ne pas nourrir leur inquiétude. En effet la spiritualité est un terrain non sans risque pour quelqu’un de fragile psychiquement. Je suis donc le seul dans la famille qui a réellement conscience de ces schémas de souffrances qui circulent dans la famille depuis tout temps. Cela m’affecte profondément et explique toute la difficulté que j’ai eu pour trouver ma place dans ma famille.

Aujourd’hui, je parviens à exprimer clairement cela. Le plus difficile appartient au passé. Aujourd’hui je sens, je vois même une transformation plus ou moins consciente qui se vit dans ma famille. C’est magnifique, mais cela ne se fait pas sans résistance. Tant les peurs sont ancrées si profondément. Tout va mieux depuis que j’ai compris que le meilleur moyen d’action étant dans la prière, la méditation et non dans une communication directe. Ces fortes connexions troubles affectives font que la communication est plutôt brouillée. Alors je préfère ne rien dire ou dire peu que dire mal. Je lis d’ailleurs en ce moment un livre sur la communication non violente pour soigner les mots que j’utilise avec eux. C’est un vrai champ de bataille intérieur. Peut être ma dernière grosse épreuve sur mon chemin : me réconcilier profondément avec ma famille. Qui se concrétisera dans le gain de la confiance de ma mère. Car la pauvre, elle subit tellement ce passif de souffrance, que jusqu’ici elle ne parvient pas à avoir confiance en ces enfants. Nous sommes toujours ces petits oisillons et c’est si dur pour elle de nous laisser voler de nos propres ailes. Le fait qu’elle soit infirmière et du coup notre première soignante rend encore plus difficile cette autonomie.

La première semaine en Bretagne se termine ce week end. Cette semaine, nous étions quatre sur six enfants présents. Deux de mes frères sont repartis aujourd’hui. Une sœur arrive demain pour la deuxième semaine avec ma petite nièce. Le dernier ne sera pas de la partie cet été étant donnée qu’il est en Irak. Beaucoup d’émotions pour ma mère… Surtout que ce dernier leur a annoncé hier au téléphone qu’il entendait les bombardements américains! Tout ça pour dire que ce matin, il n’a fallu à ma mère pas grand chose pour pleurer discrètement. Avec mon père ils sont partis tout à l’heure pour la plage et devant le refus de ma dernière petite soeur et moi de les accompagner, les larmes ont coulé. Elle s’est gardée de nous les montrer. Je l’ai senti, et directement, dans ma douche, je me suis mis à pleurer aussi. Voilà, c’est pour t’illustrer, la sensibilité présente.

Je suis heureux aujourd’hui de pouvoir partager à ce sujet. Cela montre bien une évolution, et un mieux être à venir prochainement.

Je part méditer avec ces mots que je répète beaucoup en ce moment : Pardon, merci, lumière, amour.

Et je t’exprime ceux là particulièrement pour toi : Patience et Espoir.

Bon week end

A bientôt

W.

 

Publicités

9 responses to “La famille du bipolaire

  • Calimero Gallettoni

    J’ai un peu la même réflexion sur l’impact de la famille etc, au niveau génétique mais aussi de son vivant, et si on doit essayer d’impacter les autres ou pas.

    Mais, un aveugle ne peut pas en guider un autre.

    Il faut d’abord s’aider soi même.

    Se purifier soi même, et cela passe nécessairement semble-t-il par la souffrance même si ce n’est peut-être pas suffisant.

    Mais une bonne philosophie ne suffit pas, encore faut-il qu’elle soit suivie de bonnes pratiques.

    Je pense que le salut est plus dans la méditation que dans la rumination intellectuelle.

    Dans le fait d’affronter le monde extérieur comme tu le fais, plutôt que de se replier sur soi même.

    Vouloir être « riche » de l’admiration des autres peut-être une motivation au départ, mais on se rend vite compte que ce n’est qu’une illusion de croire qu’on peut peut être apprécié de ceux qui ne nous appréciaient pas déjà au départ.

    Il faut se libérer de toutes ses illusions, et le spirituel ne suffit pas. Cela passe aussi par le matériel.

    Comment dissiper la fumée de son ignorance..?

    En arrêtant véritablement de fumer peut-être.

    Ce qui compte c’est pas vraiment les résultats, c’est le fait d’être en croissance.

    Dès que tu es dans la lutte, tu ravives le feu intérieur, et tu es en paix avec toi même, même dans le doute et la souffrance.

    Mais ce ne n’est rien comparé au désespoir et au mal être profond en vérité;

    Entre deux maux il faut choisir le moindre.

    Je pense que la voie du ciel est dans le ventre de la terre.

  • L.

    Salut W. je suis contente car comme tu l’as dit c’est une évolution. Il y a encore quelques mois tu réfutais complètement la thèse de la génétique chez la bipolarité, sans même aller chercher de ce côté et là tu as essayé de creuser et tu t’es rendu compte au moins de l’impact familial sur notre trouble. Avec le temps et les témoignages d’autres personnes tu verras qu’il y a déjà des liens intrinsèques. Bises

    • bipohypermaniac

      Salut L,
      Oui, je pense que les troubles de nos ancêtres se reproduisent de générations en générations tant qu’ils ne sont pas pris en conscience et soigner. Il y a sans doute une transmission héréditaire des souffrances qui se caractérisent sous formes différentes selon les périodes.

      Par contre, je « refuse complètement » toujours la thèse de la génétique chez la bipolarité. 🙂
      Je continuerai à la combattre car cette croyance engendre facilement le fatalisme de cette maladie « c’est génétique, je peux rien y faire ». Encore une fois, la bipolarité se soigne et l’avenir montrera qu’elle se guérit aussi.
      Merci d’être passé 🙂
      W.

      • L.

        J’en suis plutôt à c’est génétique mais on peut y faire quelque chose 🙂 C’est bien chacun avance de son côté d’une manière différente ! D’ailleurs je sais que ton blog c’est plus pour écrire tes états d’âmes, tu as dû y songer mais parler de l’actualité et des progrès dans la science tu y as pensé ? Peut être aussi dans ta nouvelle Web TV show !

      • bipohypermaniac

        Bien sûr tu es la bienvenue si tu veux t’en charger 😉
        W.

  • Etre

    Cela me fait penser aux bouquins que j’ai lu d’Anne Ancelin Schutzenberger, qui aborde la serendipité notamment mais aussi notre passé généalogique…

  • Etre

    Serendipité: ce que j’en ai retenu dans le bouquin d’Anne Ancelin Schutzenberger: partir à la recherche de quelque chose et en découvrir une autre de manière inattendue ou hazardeuse, comme les 3 princes de Serendip (conte persan)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :