Lettre à Monsieur Hollande

Monsieur le Président,

Vous écrire formellement ce que j’ai à vous communiquer n’est pas un exercice facile, ce n’est qu’une première lettre ; le message qui vous est destiné s’aiguisera au fur et à mesure des copies.

Monsieur, vous êtes à la tête d’un système qui étouffe la plus belle partie de moi-même. Vous culminez en haut d’une société qui fait souffrir tout ce qu’il y a de plus humain en moi. Ces mots viennent certainement d’un monde étranger au votre… Derrière ce concept vague « humain », je veux parler de sensibilité, d’émotivité, de créativité ainsi que de valeurs humaines telles que la tolérance, l’ouverture vers l’autre, la compassion, bref tout ce qui permettrai de vivre ensemble en harmonie, vous voyez ?

Hé bien, je porte ces valeurs, elles me sont chères. Ces principes essentiels alliés à ma sensibilité font de moi une personne qui a bien du mal à intégrer cette société.

Une société où il est préférable d’être individualiste, compétitif, insensible et surtout pas fragile.

Monsieur, je n’ai pas choisi d’être fragile, hypersensible et si attaché aux valeurs humaines. Je n’ai pas choisi d’être intéressé avant tout par l’être et non l’avoir. Je n’ai pas d’effort à faire pour être une personne généreuse, empathique, humaine. Je suis un enfant qui refuse de devenir adulte dans cette société de consommation. Je suis un rêveur, un utopique, une force d’amour qui s’est fait brûlé les ailes dans cette société si troublée.

Malgré moi, j’ai tant de choses à offrir pour améliorer ce système. Tant d’amour à donner, tant de personnes différentes que je peux comprendre. Mon hypersensibilité est à l’origine d’une énergie intense. Mais jusqu’ici, cette force s’est toujours retournée contre moi. J’avais le cœur sur la main, la société l’a fait exploser. Naturellement je me suis renfermé, j’ai dressé des murs pour protéger ce que j’ai de plus précieux. N’est-ce pas un grand gâchis ?

Je n’attends rien de vous. Vous n’êtes pas l’entier responsable de l’état de la société, vous êtes un maillon d’un mécanisme qui vous dépasse. Moi, le petit gravier, je tente de m’adapter. Je peine à concilier mon monde intérieur, ma fragile richesse avec la dureté du monde extérieur. Mais j’avance, j’avance avec patience et espoir.

Monsieur le Président, je suis loin d’être le seul HS. Hyper-Sensible, Hors-Système. Nous sommes des millions qui ne se retrouvent plus dans cette société. Des millions en marges à lutter pour trouver une petite place. Je n’ai aucune haine envers vous ou envers d’autres haut fonctionnaires et dirigeants, je ne suis pas révolté envers des hommes et des femmes. Je suis en révolution contre une société déshumanisée.

Voilà la première lettre à de longs maux que je vous adresserai.

Cordialement,

W.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :