Ça reviendra, oui mais différemment (suite)

Voici la suite de ça reviendra, écrit hier.

Alors, il y aura d’autres aventures, oui ça c’est sûr. J’ai un potentiel énergétique fort, au vu de mes crises maniaques, qui font de ma vie des montagnes russes… Attention, j’ai peur d’être mal compris dans cet article, je ne suis pas en train de plaider pour un fatalisme, une résignation et encore moins en train de dire que je ne peux rien faire face à cette maladie. Je rappelle d’ailleurs, ce que j’ai écrit dans d’autres articles, que je ne me considère pas malade, donc étant bipolaire, la bipolarité pour moi n’est pas une maladie. Je ne défends pas ici les thèses des pessimistes, au contraire…

Oui il y aura encore des envolées mais tout l’enjeu est là : la prochaine hausse d’énergie peut ne pas se caractériser en crise maniaque. Je serai certainement une autre fois up mais ce up peut très bien ne pas avoir les caractéristiques d’une crise maniaque. Il peut être maîtrisé. La folie peut être contrôlée. Déjà dans mon dernier épisode il y a des éléments qui sont contradictoires à la définition de la crise maniaque. Par exemple, c’est la première fois que j’ai accepté d’aller à 2 reprises chez mon psychiatre pour adapter mon traitement mais aussi de passer par Ste Anne pour un avis supplémentaire. Alors que généralement une personne en état maniaque n’est pas consciente qu’elle est dans cet état et refuse de voir un docteur. Avant cette crise, durant tous les épisodes maniaques précédents j’étais loin d’en avoir conscience. En décembre dernier, je savais que j’étais up, c’est le point où j’ai évolué, par contre le délire était tout de même présent.

Le trouble évolue, si on le souhaite. Hier, ma crise maniaque était moins maniaque qu’avant hier, demain elle le sera encore moins et un jour, avec la même énergie qui me traverse, je ne basculerai pas en crise maniaque, ce sera seulement une très grande forme créatrice sans mauvaises conséquences. En tout cas je tends vers ça. Je veux réussir à maîtriser ce feu intérieur lorsqu’il s’enflamme en moi et prends le dessus sur la raison. C’est l’histoire de Dr Jekyll et Mr Hyde. Il me faudra encore quelques pics d’énergie (bouffées délirantes pour certains, pareille je n’aime pas ce mot car il trahit toutes les richesses que l’on peut extraire d’un tel épisode) pour réussir à canaliser cette force qui me dépasse encore largement : en décembre, je me suis encore pris pour le prophète, c’est pour dire que je n’arrive pas à vivre cette énergie tout en restant ancré sur Terre. Mais j’y arriverai.

Je pense que c’est simplement une histoire de canalisation. Comme si ma raison et mes moyens d’expressions étaient les rivières et canaux et que cette énergie, cette force si inspiratrice, était les flots qui coulerait dans les canaux. Et pour ma part donc, une cascade qui déborderait tout et noierai le raisonnable en moi. L’enjeu est là, il faut que j’arrive à canaliser cette énergie lorsqu’elle reviendra, par l’écriture par exemple. Ou n’importe quel autre moyen qui me permettrait de rester ancrer ; les pieds sur Terre.

Pour reprendre l’image des montagnes russes, la crise maniaque serait comme prendre un looping à extrêmes sensations et, à cause de la vitesse très élevée, dérailler à la sortie du looping pour finir dans le décor. Le décor étant ici l’HP. Hé bien, je pense qu’il est possible de prendre le même looping sans chute à l’arrivée. Ce ne serait pas une crise maniaque car la souffrance ne serait pas présente. La souffrance étant un bon indice.

Bon, avec tout ça je ne peux pas m’empêcher de taper le mot interdit : si la bipolarité est une maladie, alors la guérison est possible.

Patience et espoir

W

Publicités

9 responses to “Ça reviendra, oui mais différemment (suite)

  • Madmax74

    Salut W,

    Lorsque je lis tes lignes je sens bien que tu maîtrises peu à peu tes crises maniaques.
    Pour ma part en 22 ans j’ai fait trois crises maniaques et à chaque fois la guérison a été plus rapide.
    Il faut juste se mettre des signaux d’alertes même le plus infime.
    Après chacun est différent…
    A bientôt.
    M.

  • Gilbert FORAY

    Je te conseille d’écrire ; je l’ai fait pendant toutes ces années ou je touchais le fond et ou je ne voulais pas trop prendre de médicaments , ça m’a bien aidé , mais le problème est toujours là , et je me suis résigné (!) à suivre quand même un traitement.
    Je ne pense pas que , comme je le croyais à une certaine époque , je puisse guérir de cette »sale maladie » , qui a ruiné ma vie de famille , ma vie sociale et ma vie professionnelle. Et ça continue , mais je me bats contre la fatalité , c’est dur ! je dois faire « avec » , c’est comme ça

    Allez , courage , tu n’es pas tout seul !

    J’avais un copain quand j’étais en activité qui disait : fou , peut-être , mais pas con ! on se console comme on peut

  • Calimero.Gallettoni

    Très bonne analyse.

    Pour ce qui est de l’« hôpital psychiatrique » c’est une honte de nos sociétés toujours barbare qui envoient dans des prisons des personnes atteintes de maladies qu’elles ne savent pas soigner.

    La planète des singes : c’est la notre.

    Et c’est nous les singes.

  • Michelange

    « c’est pour dire que je n’arrive pas à vivre cette énergie tout en restant ancré sur Terre ».

    Je compare ça à de la plongée sous-marine. Quand on plonge en profondeur, on est sous l’effet de la narcose. A force de plonger, on gagne en contrôle mais on est pas ancré sur terre pour autant.

    Je prétend être l’incarnation de Dieu et je suis bipolaire. Par Dieu, j’entends « l’énergie universelle », certainement pas un homme sur un nuage au jugement arbitraire. L’incarnation c’est la pleine conscience. Faut-il être fou pour prétendre être l’énergie universelle quand l’on sait que le temps et l’espace n’existent pas en soi, à savoir en dehors de la représentation ? Il y a une différence entre prétendre être l’incarnation de Dieu et prétendre être le Messie. Dans le premier cas, on considère que tout le monde peut l’être, c’est-à-dire qu’il s’agit pour chacun de parvenir à la pleine conscience. Dans le second, on prétend qu’on est celui qui a reçu la mission de libérer le monde. Je cherche à ne plus confondre les deux, c’est-à-dire à ne pas associer ma personne à cette puissance impersonnelle. Vivre cette énergie en restant ancré sur terre, ça s’appelle avoir atteint l’Éveil, c’est-à-dire discerner clairement ce qui relève de la personne (propre à chacun) et ce qui relève de l’être (universel).

    Le plongeon conduit à une libération partielle de l’ego, le soi apparent. Celui qui se reconnecte au véritable soi se confond facilement avec sa puissance puisqu’il est traversé par sa magie, une magie qui ne lui appartient pas. Ce n’est pas parce que la confusion associée à cette magie est trompeuse que la magie est elle-même fausse.

    L’homme commun se définit en tant que personne au sein d’une multiplicité apparente mais ni la science ni la philosophie ni la religion ne rejette l’idée qu’en soi rien n’est séparé. Bien au contraire. La « personne » comme l’étymologie du mot le suggère est un masque, une apparence. Elle évolue constamment. Seul l’ignorant peut situer l’être dans ce qui est changeant car l’être est par définition ce qui perdure. Je peux donc dire « je suis Dieu et je ne suis pas fou ». Cela ne signifie pas « je suis le Messie » ou « je suis doué d’une puissance que les autres n’ont pas ». Cela signifie « je suis conscience » car la personne et l’être, c’est deux choses différentes, distinction opérée par tous les philosophes mais par aucun du commun des mortels. Les bipolaires sont plus disposés à saisir le mythe de la Caverne. Saisir n’est pas comprendre. C’est bien plus.

  • Ricolleau

    Je comprends que la crise maniaque est une recrudescence d’énergie qui est difficile à maîtriser. Comme si le bouton « ON » se mettait directement au plus haut niveau du curseur. Tu as un ressenti objectif sur ce qu’il se passe mais c’est comme si rien ne t’atteignait, c’est cela ? Dans ces moments tu ne ressens pas de douleur, tu ne ressens aucunes énergies négatives en fait ? Peux-tu arriver à ressentir de l’empathie envers les personnes qui t’entourent ?
    J’ai la sensation qu’effectivement il s’agit d’une énergie puissante qui demande à sortir d’un seul coup. Elle doit pouvoir servir à quelque chose de grand, de bon, de beau. Si on arrive à la canaliser ! Je sais que ça n’est pas une mince affaire, l’ayant vécu en tant que compagne. Les séparations arrivant toujours à ce moment-là. J’ai la sensation que ce que tu arrives à faire est important ; arriver à les canaliser par l’expression de l’écriture (ton blog est vraiment un « outil » fondamental pour la compréhension des proches sur les ressentis liés à la bipolarité). Personnellement, il m’aide à percevoir un autre monde, différent du mien mais qui fait écho en moi. Je ne sais pas pourquoi ! Je sais que tout n’est pas facile à vivre mais il y a tellement de facultés de perception extraordinaires en parallèle ! Vous avez une hypersensibilité impressionnante qui est une compétence merveilleuse pour la création, entre autre. J’ai envie d’aider à canaliser, à guider. Et tes écris m’aident à comprendre. Je ne sais si c’est une entreprise pertinente ou perdue d’avance…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :