La case hypersensible

Je n’ai pas encore trouvé ma case. Tous les cadres qui existent autour de moi m’ennuient. Case, cadre ou boîte, j’entends par là un espace où je puisse être bien, faire des choses qui me plaisent avec des personnes que j’aime. Par « des personnes que j’aime » j’entends par là des gens avec qui je puisse être un minimum moi-même sans avoir le sentiment d’être jugé et avec lesquelles le mot « partage » prennent tout son sens.

Comme si notre société était un grand village africain, j’ai voyagé de case en case sans jamais pouvoir m’installer dans une. Ça à commencer par l’école puis les études, puis le travail et en parallèle, les hobbies, les addictions, les filles. Dans tout cela je n’ai jamais trouver une stabilité, j’ai toujours papillonné d’un employeur à un autre, d’un hobbie à un autre, d’une addiction à une autre. En ce qui concerne l’expression « être casé » même là,  je peux pratiquement ne pas prétendre d’avoir pu jouir de cette case.

Ici, le terme de case a plutôt une connotation positive. Puisque je recherche une case, un foyer dans lequel je puis poser bagage et profiter du cadre qu’il me donne. Un cadre qui me convient dans lequel je peux m’épanouir au quotidien. Ça peut être un travail, un lieu de vie, une bande d’amis.

J’ai multiplié les tentatives mais je n’ai pas encore trouvé. Face à cet échec, je me demande souvent si je suis fait pour ce monde vu que je ne fais rien comme tout le monde. Vu que toutes les cases, dans lesquelles les gens se donnent, m’ennuient. Les différents groupes sociaux m’ennuient. Toutes les routines expérimentées m’ont ennuyé si sérieusement que j’ai toujours dû changer.

T’étonne pas si tu comprends pas bien le fond de ma pensée dans cet article. Je suis flou pour moi-même.

J’ai une solution pour trouver une case qui me convient. Créer cette case.

Créer cet espace dans lequel je me retrouverai. Et espérer que d’autres sans-cases que je ne soupçonnais pas se plaisent dans ma case. La case des hypersensibles!

Je ne me suis jamais senti libre en appartenant à aucune case. Plutôt perdu. Je crois que c’est inhérent à la condition humaine que de faire des groupes, des boîtes, des étiquettes. Sans-case-fixe, je suis devenu fou alors la société m’a mis dans une case, une étiquette : bipolaire. Mais c’est pas une case qui me rend libre au contraire, elle m’emprisonne.

Par contre, la case hypersensible, je l’a choisi comme un espace de liberté. Je pense que je ne suis pas seul à être attiré par celle-ci, je pense qu’au fond nous sommes mêmes beaucoup trop.

Voilà tout ça pour dire que l’association des Hyper Sensibles veut organiser cette nouvelle case de façon à ce qu’elle soit multicolore et avant tout un espace où l’on peut être un minimum qui l’on est et l’exprimer.

Cette association organise des rencontres un samedi sur deux à Paris. Mais aussi des week end dont le premier est en mai. 3 liens :

page facebook de l’association

www.association-hypersensibles.fr

associationhs2016@gmail.com

Hypersensiblement,

W

Publicités

One response to “La case hypersensible

  • MASQUELIER Sylvie

    Coucou Will,

    Oh là là !!!!! Comme je te rejoins sur le thème que tu viens de développer !!

    Moi non plus, je n’ai toujours pas trouvé ma bonne case….à mon âge !
    …..je ne désespère pas de la trouver un jour, cependant, certains moments sont très douloureux à vivre.

    D »ailleurs, j’ai plutôt le sentiment que la vie glisse sur moi en attendant de s’arrêter un beau jour plus que celui de vivre vraiment.

    Très amicalement.

    Sylvie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :