Une vie meilleure

C’est difficile de détendre tous les nœuds qui encombrent mon esprit. Il m’arrive, comme hier, de voir clair, parfois. De goûter pendant un petit moment l’état ultime de mon évolution. Cette sensation de légèreté, d’unité. Ce sentiment de ne plus être un poids qui combat contre soi-même mais une plume qui se fond dans le monde.  Plus d’ego plus de séparation entre moi et l’autre. Je fais partie d’un tout. Les soucis et souffrances personnelles s’évaporent car dans ces instants, ma vie n’est pas une affaire personnelle.

J’aime cet état là, tout est simple, tout est facile. Je suis dans une dimension où tout n’est qu’un où les choses se font par amour naturellement. C’est enivrant, c’est ce qui m’a déjà exalté et propulsé dans des énergies qui m’ont fait perdre le contrôle. Je travail maintenant à pouvoir vivre cet état de conscience tout en restant ancré dans ce que je fais et où je suis.

J’ai mis toutes ces années pour découvrir en moi cette petite fenêtre qui donne vue sur une vie meilleure. Pas meilleure dans le sens que mes projets se réalisent, que j’accomplisse des choses, non. Meilleure dans le sens où je traverse l’espace temps d’une manière totalement différente que mes habitudes profondes. Jamais je n’aurai pu imaginer cet état d’esprit, il est insoupçonnable. J’ai appris, pour savourer cette légèreté de vie, qu’il fallait abandonner toutes images, comparaisons, désirs, stratégies, connaissances du monde matériel, dans le but de cultiver un espace vierge en soi dans lequel peut s’installer doucement cette autre chose. Une connexion avec la source, peut-être.

Cette récente éclaircie qui fait suite à un séjour bonifiant en Bretagne, met une lumière sur tous ce qui encombre la traversée de celle-ci. Les désirs, les pulsions, le mauvais rapport à l’autre, tout ce qui pèse en moi et dont je n’ai pas encore la maîtrise. En moi car tout ce que j’écris, tout ce que je vis n’est qu’une impression de ma cuisine intérieure. D’ailleurs la lecture du livre « le livre des secrets » de Deepak Chopra, m’éclaire beaucoup à ce sujet là.

Plus que jamais, j’expérimente et me prouve à moi que le bonheur auquel j’aspire est en moi. Tout est en moi, mes expériences, mes écrits en attestent, il n’y a qu’à continuer le voyage.

Ce qui est le plus difficile, c’est de cesser de comparer ma vie avec celle des autres, à désirer la vie qu’ont certain autres, de m’identifier par rapport à quelque chose de connu. Même si je le sais en théorie, j’ai bien dû mal à étendre dans tous mon système de pensée et comprendre, le fait que je suis unique. Nous sommes tous uniques. Je suis unique mais je ne cesse de vouloir être meilleur que les autres, c’est totalement contradictoire. J’ai bien du mal aussi à m’extraire du jugement et du regard de l’autre. Alors que je sais bien que c’est une peur personnelle, un égo trop important, un manque de confiance.

Voilà, voilà.

Patience et espoir

W

Publicités

One response to “Une vie meilleure

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :