Inhalation, amour et dépression

C’est ce qu’on appelle une inhalation. Je détestais ça quand j’étais gamin. Depuis lundi j’en fais deux par jour. En gros c’est des huiles essentielles de thym et autre dans de l’eau bouillante. J’ai l’impression de me shooter, j’aime bien.

Après la dépression, c’est donc la crève qui achève ce mois de septembre plutôt noir. La crève c’est un peu comme la dépression finalement :je suis resté chez moi toute la semaine, j’ai pas fait grand chose de très constructif, j’ai laissé passé le temps avec la télévision et les films téléchargés. Sous cette apparence de glande plaisante, en réalité j’étais plongé dans des peurs, des doutes. J’ai ressenti la fragilité de mon existence, et c’est pas très rassurant comme sensation…

Quelque soit qui je suis devenu, ce que j’ai acquis, ce que j’ai accompli, ce soir, demain ou dans une semaine un événement, un imprévu va finir par arriver, que la nouvelle soit bonne ou mauvaise, mon avenir va être conditionné par celle-ci. Le passé aussi fort soit-il va laisser la place en une seconde a une nouvelle forme de vie, de personnalité. Quand je regarde derrière, je vois les différentes phases de ma vie, et je vois bien que j’ai changé de personnalités en personnalités très différentes (ce que j’étais au collège, n’a rien avoir, avec ce que j’étais au lycée, qui n’a rien avoir de qui j’étais en école de commerce, qui n’a rien avoir de qui j’étais dans l’animation, qui n’a rien a voir de qui je suis, qui n’a rien avoir de qui je serai demain).

Je vais remettre l’eau à bouillir …

Tout ça pour dire, qu’il n’est pas bon d’être malade, ça fragilise et lorsqu’on est déjà fragile par nature ça fragilise la fragilité, et ça donne des états d’esprits pas très serein. Cependant cette brumeuse solitude est propice à l’inspiration, au génie. Après, en faire quelque chose, c’est une autre affaire. Le génie est très proche de la folie, c’est comme ça que je le ressens, et lorsque je suis dans les sombres territoires de la psychose, c’est pas très agréable. Tout cela est bien intérieur, et toi qui me connaît, tu ne peux le voir de l’extérieur. Tout comme moi qui ne peux voir, tes peurs tes plus profondes, les parties sombres de ton esprit dont tu n’as pas conscience. Je m’adresse là aux personnes qui n’ont jamais expérimenté la psychose. Je crois que l’on a tous une partie irrationnelle, psychotique mais on est très peu à l’exprimer. Enfin très peu… De plus en plus à voir les chiffres et prévisions de la Santé Mentale en France. 1 personne sur 4 en 2050 sera atteint d’un trouble mentale, haha! Trop cool plein de copains à venir.

La vapeur me monte à la tête, j’ai des sensations d’évanouissement, ce que tu ne sais pas c’est que j’écris cet article la tête dans l’inhalateur. J’essaierai de mettre une photo.

Trop cool… Enfin pas tellement pour les personnes qui s’apprêtent à cheminer sur les routes sinueuses des peurs, de l’isolement, de l’incompréhension. Mais bon, c’est un mal pour un bien. Et puis il y a l’Association des HyperSensibles qui sera là pour créer du lien entre personnes isolées et les aider!

D’ailleurs si j’ai plongé ce mois de septembre c’est à cause de la pression et du travail que je me suis mis tout seul sur l’association.

Je suis défoncé.

Je me suis vu trop fort, mais mes épaules n’étais pas assez solides j’ai coulé. Faut que je délègue parce que seul je ne pourrais pas porter seul ce mouvement. J’ai déjà Bakuman, le vice président qui fait beaucoup. Là où j’aurai besoin d’un coup de main, c’est au niveau de la communication. Le jour où je trouve une personne qui s’occupe de la communication des actions de l’association, ce sera un grand soulagement. Sinon petit info pratique, les adhésions seront ouvertes la semaine prochaine. 22 euros par an pour soutenir l’association et faire partie d’un réseau bienveillant de partages et d’échanges, bref, je te laisse emprunter les liens vers la page facebook ou le forum ou le site qui va s’épanouir bientôt. Je te rappelle juste le but de l’association : reprendre une vielle ferme et en faire un centre de ressourcement pour hypersensibles. Ce but sera atteint, l’incertitude c’est juste quand? M’enfin l’objet et l’action numéro un de l’AHS reste de créer et d’entretenir des liens entre HS grâce notamment aux rencontre.

Dans les eaux troubles de ce septembre, ma relation amoureuse a perduré . Je ne sais trop quoi te dire dessus, sachant que tout comme toi, M lit ces lignes… Enfin si, je peux te dire que c’est pas facile. Depuis le début je me suis engager à être dans le partage sincère de mes ressentis, de mes peurs liées à la relation, de mes faiblesses, de ma fragilité et elle m’a suivi dans cet engagement et me livre aussi ce qui la trouble. C’est pas toujours facile d’accueillir les pensées et ressentis que d’habitude l’autre nous cache.  Entendre ces vérités peut faire mal, hein! Tu penseras peut-être que ce sont des choses qui existent dans les têtes d’un grand nombre de couple mais qui ne se partagent pas, question de survie du couple! Oui bah moi grand fervent supporter de l’expression sincère des sentiments, je lui remercie de sa sincérité malgré la douleur passagère que ces affirmations ont commises.

J’ai choisi la sincérité, je vais pas me plaindre maintenant. C’est vrai que ce niveau de partage rend difficile la légèreté. Même si ce n’est plus aussi intense maintenant, on passe beaucoup de temps à échanger  sur ce qu’on ressent profondément, les doutes, les peurs. On est loin de l’illusion, de la passion qui ne dure pas et qui se finit souvent mal. La transparence fait que la séparation se passe avec douleur mais sans souffrance car on comprend le choix de la personne, vu qu’on la connaît ( et non pas une projection de nos attentes ). Je l’ai expérimenté lorsque M m’a quitté en Juillet. J’ai eu mal 2 jours mais ensuite j’ai compris sa décision, elle avait du sens et pfffuit je m’en suis remis. 2 semaines après elle est revenue.

Tout ça pour dire que l’échange sincère des sentiments est un bon investissement à long terme. Hélas, l’expression des sentiments pour beaucoup se résume à : « je t’aime, tu me manques, j’ai envie de toi… » c’est très bien, mais si à côté de ça on ose pas exprimer le côté plus sombre, nos peurs sur la relation, nos faiblesses, ce que l’on aime pas chez l’autre, et ben la relation sera certes légère et bien belle, une part de la vérité sera refoulé jusqu’au jour ou un événement fait sortir la vérité et la, stupeur, horreur, la séparation est très douloureuse car en fait la relation n’était qu’une belle illusion.

Tout ça pour dire, que oui c’est pas facile de faire vraiment la connaissance d’une femme (parce que par nature on est déjà très différent!), de la considérer comme un être indépendant « autre » épuré de toutes attentes qu’on projette si facilement. C’est très surprenant d’ailleurs, plus je fais la connaissance de M moins j’ai l’impression de la connaître. Et plus je la trouve belle, c’est fou ça… J’ai l’impression d’expérimenter la liberté de l’autre. C’est assez nouveau pour moi comme relation, d’où ces phrases et pensées farfelues.

Bref! au final je me suis exprimé sur ma relation avec M, à la manière habituelle. Je suis désolé ma … (on aime pas les surnoms affectifs) … « sorcière » c’est très bizarre comme surnom mais ça lui va bien, pas pour le physique, hein, mais pour ces pouvoirs magiques.

A la lecture de cet article, ma relation amoureuse va peut-être te sembler être une grande prise de tête. Oui c’est vrai par moment, mais à ressentir l’émotion qu’elle m’a offert lorsqu’elle m’a dit je t’aime, je veux bien continuer à me prendre la tête, si l’amour est au bout!

J’arrête l’inhalation, j’ai une barre dans la tête, ça me rappelle le pétard mais un pétard bio! ça suffit les conneries…

snapshot_2016930-3

Patience et Espoir,

W

bipohypermaniac@gmail.com

Publicités

9 responses to “Inhalation, amour et dépression

  • bakuman

    Trop belle article ! je te vois évolué depuis bientot 1 an et demi. Tu es sur le bon chemin frangin que puis je dire d’autre que je t’aime de tout mon coeur ! La vie m’a fait te rencontrer et tu as changé ma perception, dire les choses avec le coeur quoi de plus beau ?

    Aimer aimer sans culpabilité !

    Je comprend ta souffrance pour la phrase de M. ce sont des choses difficile !
    Si j’avais la maille mec je vous aurais pris un putain de lit avec écrit  » douceur d’interieur « . C’est une chouette fille cette M.

    Et toi tu es un sacré frangin !

    T’aime , plein d’amour !

    Tous ensemble on y arrivera, le p=mv (en physique c’est l’impulsion) est lancé ! Laissons la nature faire les choses !

    avec m la masse et v la vitesse !

  • elise9

    😀 toujours autant d’humour dans ton écriture, de recul et de légèreté, avec un contenu pourtant a priori lourd et compliqué.Merci W. 🙂 Les amoureux, la sincérité dans un couple ne réside pas forcément dans le fait de dire toutes nos psychoses intérieures, pour moi (qu’on est amené à mettre en lumière certes, mais pas à nourrir) mais bien plutôt dans une intimité et proximité du Coeur, dans une intention consciente de faire du bien, à soi et à l’autre. Nos blessures egotiques peuvent ressortir certes mais pour moi plutôt par accident et elles le peuvent parce qu’elles sont bercées d’amour, de gentillesse et de mots doux, tout à fait sincères qui, eux ont une puissance guérisseuse et libératrice fantastique!!!! (comme tu le dis si bien avec ce « je t’aime » magique et authentique qui fait l’effet d’une bombe 😊)

  • Lilou1

    Vos lectures me font du bien. Je suis folle amoureuse d’un homme bipolaire. Notre relation est atypique parsemée d’embûches et de bonheur incroyable. Actuellement il est en phase dépressive, veut me quitter pour partir à l’étranger, il ne se supporte plus dans cet état et veut arrêter de me faire souffrir. C’est vrai que s’entendre dire « je n’en peux plus de toutes ces souffrances, je veux me pendre » est difficile à entendre. Je ne veux pas le perdre. Notre situation de couple n’est pas ordinaire. On ne peut pas vivre ensemble car j’ai deux jeunes enfants (d’une autre relation) à qui je ne veux pas imposer son état de santé fragile et difficile à comprendre pour leurs âges. Nous souffrons tous les deux de cette situation, lui plus que moi car il se retrouve tout seul la semaine où j’ai mes enfants. Il prend correctement son traitement mais malgré cela il ne se sent pas mieux. Il aurait besoin d’être hospitalisé en ce moment car les idées suicidaires sont très présentes en ce moment mais il refuse catégoriquement de retourner en HP. Il se sent en prison. Comment l’aider ? Je lui ai fait part de votre blog des sites où il peut échanger mais n’a pas envie d’y aller. Il n’a plus aucune envie en ce moment, sauf celle de se tuer ou de fuire à l’étranger… Ma famille est inquiète pour moi. Elle dit qu’il me « bouffe » tout mon temps, que je l’idéalise, que je ne m’occupe pas de moi. Mais je l’aime, et ça ma famille ne le comprend pas. Merci d’être là.

    • bipohypermaniac

      Salut!
      Merci pour ton témoignage. C’est vrai que tu ne peux pas prendre de décision à sa place. L’accompagner comme tu le fais est déjà génial. Maintenant il n’y a que le temps qui peut faire évoluer les choses. Patience et espoir
      W

    • L.

      Bonjour Lilou1,

      Es-tu sûre que son traitement est adapté ? Apparemment non, il est censé atténuer les dépressions, et « je veux me pendre » atteste bien qu’il n’est pas bien adapté. Peut-être faut-il changer ou bien augmenter la dose.

      Fuir à l’étranger je l’ai fait, on ne fuit pas sa bipolarité… Dans mon cas ça l’a aggravé et je suis revenue en urgence 2 fois : ma plus grosse dépression et ma crise maniaque.

      Après dans ces périodes-là on n’a envie de rien, et parfois malheureusement, pas envie de se faire aider. Comme a dit W. tu l’entoure et c’est important même si pour le moment il ne l’appréciera pas à sa juste valeur (il se sent comme un boulet pour toi) , et il est normal que ta famille réagisse pour te protéger, elle se dit certainement « elle pourrait sortir avec un homme qui ne soit pas malade ».

      L’amour ne se décide pas. Je suis bipolaire et mon homme est schizophrène. Il a fait une dépression pendant plusieurs fois et je me suis posé la question « pourrais-je supporter ça toute ma vie alors que je suis-moi même en fragilité ? »

      Je ne suis jamais allée en HP, en général tout le monde en retire une mauvaise expérience. Je pense dans ma naïveté qu’il y a quand même du positif : on ne peut pas se faire du mal, et on est suivi le temps de trouver un traitement efficace.

      Bonne chance et courage.

      L.

  • L.

    Ah la la, tu renforces les préjugés comme quoi quand un garçon est malade, c’est la fin du monde (pour un rhume évidemment). La preuve : tes deux seules photos de toi sont quand tu es malade, une fois par an à cette période.

    Courage dans cette rémission difficile 😉

    Oh ça va, je plaisante…

    • bipohypermaniac

      Héhé oui c’est voulu!
      Hé oui, j’ai tendance à dramatiser une petite crève et dire que je suis en train de mourir.
      Mais c’est si bon un pépin physique quand on est habitué à la souffrance psychique!
      W

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :