La Peur n’est pas bonne pour la santé

Rha!

Voilà, je suis à ma place, là maintenant, là où je m’ancre, là où je me ré-équilibre, là où je me stabilise. Cette place, c’est assis, face à la page blanche de wordpress, à écrire. Si j’ai retrouvé mon chemin depuis trois ans, c’est premièrement grâce à ce lieu où je m’exprime, où je me vois tel que je suis où je me découvre. C’est d’abord ça, toi, lecteur tu viens après, et tu fais exister mon monde grâce à l’altérité que tu m’offres. D’ailleurs, ma seule rechute ces trois dernières années est arrivée juste après que j’avais décidé de fermer ce blog: The end.

Je n’ai écris que 3 articles ce dernier mois. Alors que ce dernier mois beaucoup de choses se sont passées, beaucoup de pression pour peu d’ex-pression, je suis un perdu et submergé. En regardant de plus près mon activité ici, il y a un lien flagrant entre la fréquence d’écriture et ma stabilité. Bref! tout ça pour dire que je vais tâcher de garder le cap la main sur mon clavier quelque soit l’intensité que je traverse.

Si je suis instable et connecté à ma fragilité depuis cette rentrée, c’est que je vis une nouvelle vie, si nouvelle que je n’ai pas encore de repères. Depuis septembre, je peux le dire, j’ai un métier. L’association entre HyperSensibles emploie largement 35 heures de mes semaines. Je n’ai aucun repère en tant que président d’association, je me créée mon propre emploi, ce que j’ai toujours voulu. Cependant poser les rails, une routine a été plutôt déroutant. J’écris « a été » car je pense que le plus dur a été fait et que maintenant mon travail est surtout de temporiser et trouver mon rythme. D’ailleurs ça y est, il est possible d’être membre de l’asso!

Et bien sûr, vu qu’un changement ne vient jamais seul, il y a un autre domaine que j’explore et où je n’ai pas de réels repères : la relation amoureuse. Avec M, je découvre avec bien plus de conscience qu’avant ce qu’est la relation à l’autre, la vie de couple. La particularité de cette relation est que dés le départ on a choisi d’exprimer sincèrement nos peurs, nos angoisses. Jusqu’ici ça a été à double tranchant, d’un côté : rien de tel pour découvrir l’autre sans le masque de l’illusion, des projections, rien de tel pour faire vraiment connaissance (peut être a-t-on appris l’un sur l’autre trop, trop vite), voir l’autre vraiment dans tout ce qu’il est c’est génial dans l’absolu, mais à quel prix…

Entendre les peurs de l’autre, c’est pas facile et encore moins rassurant. Déjà un réflexe bien ancré nous malmène à prendre personnellement les peurs de l’autre et à culpabiliser, à douter, à tout remettre en question, juste à cause d’un ressenti, et prendre le risque de prendre une décision sous la coupe de la peur.

Ah les peurs, les peurs… En ce moment la peur est beaucoup présente, chez les autres chez moi, ça va de paire. Je pense que la peur est la résistance à quelque chose de nouveau. Je travaille la lumière, et lorsque celle-ci éclaire plus loin, des ombres plus grandes se manifestent.

Je n’ai pas peur de la peur. La peur est obscure, et « la lumière finit par chasser l’obscurité « (M. L. King).

Par contre la peur des autres m’inquiètent. Ce qui m’inquiète c’est surtout ce que l’ont dit sous l’effet de la peur. Car en exprimant la peur maladroitement on la propage, on la fait exister.

Je me suis vu le faire la semaine dernière, en exprimant trop tôt, trop fort un mauvais ressenti, une angoisse, une peur. J’ai soulagé ma peur par l’expression mais j’ai animé des peurs chez elles : De l’importance des ressentis.

Dans la relation à l’autre, il y a une gros travail de communication non violente à faire. Aujourd’hui ce travail est bien plus devant moi que derrière moi, et il me paraît colossal. Comment exprimer une peur sans faire peur à l’autre? Comment gérer la peur ensemble, vu qu’elle à l’air toujours d’être partagé ou en tout cas de résonner quelque part. Un grand combat s’ouvre à moi. Un combat qui me dépasse largement étant donnée que les peurs que  je ressens en ce moment sont des peurs collectives, je ressens dans mon entourage proche mais aussi dans les médias des peurs très communes et synchro en ce moment.

J’ai l’impression d’être témoin de quelque chose qui se passe à un autre niveau. Une lumière qui jaillit et s’étend sur les ténèbres et leurs ombres révélés « juste avant » d’être éclairé. Je suis dans le ressenti qui se trouve dans le « juste avant ».

L’association pour laquelle je travaille, participe au développement de l’amour, de la lumière, mais alors en même temps elle se confronte aux peurs. Ou plutôt anime des peurs chez les acteurs et observateurs de ce mouvement. C’est à ce sujet que je suis perplexe.

Il faut faire attention lorsqu’on agit avec un public fragile, je le sais, je l’ai en tête de puis juin 2014 et la première rencontre entre bipolaires. Mais est-ce la peur qui me pousse à faire attention? Où est-ce l’amour de l’autre qui m’inspire à faire les bons choix pour le protéger?

Je ne crois pas que la peur soit bonne, en aucun cas même. Faisons les choses par amour et désir et non par peur. Je l’écris pour le penser plus fortement.

I’m back

W

Publicités

4 responses to “La Peur n’est pas bonne pour la santé

  • L.

    Welcome back bro’ !

    J’ai une vision différente. La peur est « bonne » : elle nous averti du danger et a permis à nos ancêtres de ne pas se faire tuer par exemple. Ma croyance est que la peur est une émotion au même titre que les autres, aucune n’est mauvaise, ce sont des indications à écouter. C’est un travail douloureux que tu connais bien. En plus il y a peur, anxiété, angoisse, stress, que je trouve tous liés à la peur mais de manière différente.

    Pour le parti d’exprimer sa peur : T. me dit que parfois je devrais ne pas tout dire. Je m’exprime de manière brute, je lâche mes angoisses, et lui s’inquiète. Et pourtant, souvent, on dénoue des situations très vite. Surtout que tu vois que les couples se disputent souvent pour « pas grand-chose »…..

    Pour le blog et ses proches : j’avais 3 proches qui lisaient mon blog au départ, dont T. évidemment qui écrivait même. Depuis que je les vois toujours les jours, c’est fini ! Pire T. et Cha ont décrochés depuis longtemps ! XD Parfois j’ai la flegme de leur dire une théorie, je leur fait : cf mon dernier article… ah ah ah.

    Je fais en sorte de dévoiler certaines choses et pas d’autres, ou de manière subtile (j’espère)… Mais sous le coup de sang je comprends bien c’est incontrôlable !

    A toi de voir mais tu vas trouver ta manière de gérer les deux, blog et proches 🙂 . Je communique beaucoup avec mes proches, donc ils savent tout de ce que j’écris. C’est peut-être pour ça ?si tu dis tout à tes proches, ils ne seront pas angoissés de lire des informations qu’ils n’ont pas eu tout de suite ?

    L’avenir nous le dira.
    Bisou bisou
    L.

  • Vulcania

    Derrière la colère se trouve souvent la peur… et ça c’est pas bon du tout, du tout comme énergie pour notre équilibre…

    « Faites l’Amour pas la guerre » un vieux proverbe de mes années collège, un peu gnan gnan c’est certain mais pourtant il m’a marqué…
    Il est tellement évident que presque personne l’applique !
    Et pourquoi donc ? A cause de la fameuse équation :
    Grosse Peur de l’Autre = Grosse Colère = Guerre.

    Bon c’est peut-être une équation un peu grossière, je ne suis pas très bonne en maths… mais je pense quand même résumer pas mal de situations de guerres conjugales, familiales, de voisinage, ethniques, religieuses, régionales, nationales etc. avec cette équation de la Peur.

    Aussi, de mon côté, je limite de plus en plus mes longues conversations à n’en plus finir avec mon cher et tendre pour ne pas trop activer nos peurs inconscientes l’un de l’autre et donc notre colère (surtout la mienne pour être franche…).
    Oui la communication est importante en règle général entre les personnes et pour qu’un couple ait plus de chance de durer mais à mon avis dans une communication orale, il faut des messages les plus clairs possibles car trop d’informations tuent l’information ! 😉

    D’ailleurs très souvent on parle, on parle, et on se rend même pas compte que l’autre ou nous-même, ne sommes pas forcément disponibles pour écouter et parler (fatigue, préoccupations mentales diverses, bruit extérieur, casserole sur le feu, envie de pisser ;-), au volant de la voiture, devant une émission de télé, enfants qui interpellent (ça c’est le pire !), ect.).

    Bon week-end et à ta santé W. !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :