Mon maître Kubo

Dimanche soir, j’ai regardé « Kubo et l’armure magique ». Ce dessin animé à l’allure commerciale m’a illuminé. L’effet ressenti de la super lune de la nuit dernière est minime comparé à la portée qu’a eu l’aventure du petit bonhomme à la guitare magique sur moi. Je te laisse le téléch… heu pardon ! te le procurer.

Ce film m’a envoyé dans les coins les plus perchés de mon esprit. Là où sont cachés les secrets existentiels, un territoire inexploré où un mélange de folie/génie/sagesse fait autorité. Un territoire où je me suis perdu plus d’une fois, une partie de moi où il n’y a pas encore de lois, de raisons. Un paradis dangereux. Pour accéder à ce monde, parallèle à celui dans lequel j’évolue au quotidien, il faut montrer « patte blanche ». Haha! Mais à qui? Qui est le gardien de ce lieu? Là est la question! Au stade de mon avancée, je dirai que c’est moi-même, ou plutôt une partie de Soi, une sorte de protection inconsciente qui m’empêcherait de pénétrer le mystère si je ne suis pas prêt.

« Oublie tout ce que tu crois savoir » : voilà la seule condition pour entrer dans cette autre dimension. C’est simple, le poids de l’ego est incompatible avec ce voyage. C’est comme lorsqu’on prend l’avion, on ne peut prendre la maison avec soi. Comparaison grotesque? Pas vraiment. Je ne peux prendre avec moi le passé pour embarquer vers quelque part où le temps psychologique n’existe pas. Et ce qui fait exister le passé à cet instant : ce sont nos croyances, ce que l’on pense… qui sont le résultat de tout ce qu’on a vu, entendu, lu dans notre vie. « Oublie tout ce que tu crois savoir », réussir à être dans cet état de légèreté dépend de notre pouvoir à remettre en question, en suspend en tout cas, les plus profondes croyances qui nous structurent.  Bref!

L’histoire de Kubo a été un bon stimulant et m’a permis d’être en condition pour regagner le palier de ce monde. C’est comme dans les jeux vidéos qui fonctionnent en « niveau ». Lorsque tu perds, tu recommences au début, tu essayes de revenir au niveau où tu as perdu, pour tenter d’aller plus loin. Hé bien, je me suis retrouvé au même niveau, dans ce monde perdu. Le problème c’est que j’ai du mal à maintenir cet état de légèreté dans ma progression. Pour garder l’équilibre dans ces hautes montagnes de mon esprit il est absolument nécessaire de rester neuf, vierge. C’est à dire d’explorer sans interpréter. Car le fonctionnement de mon mental, mes pensées, mes croyances qui constituent le prisme avec lequel je perçois la vie, empêche de voir cette nouvelle réalité telle qu’elle est. Dans mon expérience, c’est même dangereux. Lorsque je m’enfonce dans ces nouvelles contrées et que l’ego réapparaît, cela créé un déséquilibre, et entraîne la chute. Deepak Chopra l’écrit très bien : « on ne peut pas faire du nouveau avec l’ancien ». Par exemple, tu ne peux pas aller dans l’eau si tu n’as pas changer de tenue. Si tu le fais, ça va être désagréable.

Tout ça pour dire, que dans l’exploration de ces zones sensibles, presque interdites de mon esprit mais si riches en pouvoirs et promesses, hé ben je n’ai jamais été vraiment aidé!! Ce qui est difficile dans cette petite vie, c’est que je n’ai pas eu de mode d’emploi. Si à la place de ma maîtresse de CM2, j’avais eu un véritable maître qui m’aurait mis sur les rails, ou plus tard, à 18 ans, une lettre qui m’aurait appris comment je fonctionnais, oh j’aurais été épargné de tant de souffrances!

Mais non! Je dois cheminer seul, expérimenter la souffrance, le doute, la peur sans avoir une sorte de maître qui m’apprendrait à découvrir mon pouvoir. Comme on le voit dans les contes, les films, tous les mythes, pourquoi ça existe pas pour moi! Oui, je sais, quelque part c’est moi qui l’ai voulu…

Bon j’ai quelques amis qui m’éclairent parfois, certes mais la plupart du temps je galère seul ! Je monte comme un pionnier cette falaise qui m’appelle sans cesse et dont je sais qu’au dessus il y a quelque chose à découvrir, quelque chose de très simple mais de très troublant. Rien que de l’écrire là je sens un étourdissement. Et qu’est-ce que je me blesse dans cette aventure… Aventure où je suis le héros. Où je suis le maître par défaut. Je te parlais du problème de l’égo. C’est réel, j’ai bien du mal à lâcher prise, et parfois le conflit entre l’égo et cette dimension engendre des angoisses et crise de panique.

Tout ça pour dire que j’y vais à l’aveugle. Tout cela est très invisible d’ailleurs, pour moi et du coup j’imagine que pour toi ce que je raconte ça doit être bien farfelu!

Sinon, sans déconner, le premier livre de « La vie d’un bipolaire » est bientôt à disposition sur ce blog. Oui, j’ai choisi de l’auto-éditer. J’ai fait moi même la mise en page, un ami va faire la couverture, et je paierai un imprimeur. D’ailleurs je pense à 100 exemplaires… Ma mère ne croit pas que j’arriverai à les vendre, que les gens qui lisent des blogs ne lisent pas des livres. Moi je pense, qu’il y a bien 100 d’entre vous qui lisent aussi des livres et qui l’achèteront, non?

De toute façon, je vais pas commencer aujourd’hui à douter. Si il y a bien quelque chose que j’ai appris (sans mode d’emploi!) c’est qu’il faut aller au bout de ces envies malgré ce que disent les autres. Facile à dire, mais pas si simple en fait!

Ça fait longtemps que je t’ai pas donné mon mail si tu as envie de correspondre : bipohypermaniac@gmail.com.

Patience et espoir

W

Publicités

2 responses to “Mon maître Kubo

  • flotografille

    J’achète ton livre dès qu’il est disponible & j’embrasse ta maman au passage 😉 J’adore ton univers..Je me décris souvent comme les pieds sur terre mais la tête dans les étoiles, assez perchée pour te comprendre!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :