Etat d’âme

Ce texte n’est pas pour toi mais j’ai besoin de toi pour me l’adresser.

Il n’y pas de mot pour les tourments de l’âme, pas de mot pour le cœur, mais moi pauvre fou je les utilise comme des armes pour me trahir, toi et mes ressentis. Je suis pris dans un filet. Plus j’y pense, plus les mailles se resserrent. Tu n’es pour rien, tu n’as fait qu’éclairer l’ombre. Les territoires infernaux qui s’animent lorsque la femme revient avec son nouveau visage, une beauté mise à jour, une noirceur plus à vue, une compréhension plus large de mon être. Une nouvelle rencontre, une nouvelle chance d’être moi-même.

Une nouvelle chance de montrer ma faiblesse. D’être à nu, peur de ce qui va en advenir. Je me fous de ce que tu en penses, ce n’est pas un texte à commentaire, pas un texte pour plaire, c’est un texte de survie. Lâcher du plomb, ne pas retomber sur terre, rester à hauteur d’oiseau, dans ma montgolfière.

C’est un fantôme d’elle qui a pris possession de ma tête. J’étais bien tranquille, et pourtant la vie m’a mis en relation avec cet ange aux ailes déchirées, une souffrance incarnée. La vie, cet éternel miroir qui se nourrit de la dualité terrestre pour nous connecter à ce que l’on voit pas en nous ; je ne l’insulterai pas, je ne me plaindrai pas, car elle a ses raisons présentes, que l’avenir m’expliquera.

Je veux me marier pour en finir, ça te fais marrer. Comment partager mon cœur étroitement à une femme, si celui-ci est encore terroriser de peur d’être incompris. Ça m’énerve d’être amoureux toujours si vite quand elle apparaît, et ça m’énerve d’être aveuglé par cette sensation que je vis seule . Chaque fois que la femme revient, avec sa nouvelle couleur, toujours âme sœur, mon cœur s’enflamme et je suis ailleurs, je crois être deux, mais en fait je suis seul. Et à chaque fois que ma femme revient, car oui c’est ma femme. La femme qui m’est destinée qui vient du futur échec après échec pour m’apprendre toujours un peu plus à l’aimer. Elle prend la peau de multiples personnalités, incarnent multiples peurs seulement pour m’aider à voir les miennes et à m’en libérer. Je croyais être prêt pour la prochaine mise à jour, oui j’étais prêt mais pour souffrir un peu plus. Cette fois très fort, c’est de la colère qui remonte, de l’impuissance, de la frustration, et qui tentent de se libérer. Cela mêlé avec des étoiles très distinctes qui scintillent parfois dans nos discussions.

Que je suis faible face à elle. Si le diable existait, il aurait utilisé mon amour pour la femme, pour me faire abandonner mes projets. Ma relation avec la femme est mon talon d’Achille. Qu’est ce que je suis fort sans elle. Qu’est ce que je suis faible devant elle.

Je me demande si la vie finira par m’apporter une apparence finale à ma femme. Une relation dans laquelle je pourrais m’ancrer. Un port d’attache. Ou alors est-ce que la vie m’envoie depuis le début sans cesse des nouveaux visages d’elle, pour m’améliorer. Et que chacune d’entre elles ne sont que de courtes expériences afin de me faire progresser et tendre vers l’Amour désincarner. Tu ne peux pas répondre à cette question, en vérité c’est à moi de choisir. Mais ce « moi » je n’ai pas d’influence dessus.

La tête entre les mains, je regarde ce nouveau territoire inconnu.

Patience et espoir.

W

Publicités

6 responses to “Etat d’âme

  • françoise

    C est très bien vu !
    L Amour est Un sous de multiples visages de femmes (ou réciproque).
    Voici un extrait de R.M.Rilke qui me touche profondément par sa justesse et sa force:
    « L Amour c ‘est l occasion unique de prendre forme,
    de devenir soi-même un monde,pour l’ amour de l ‘être aimé.
    C est une haute exigence,une ambition sans limite,
    qui fait de celui qui aime un élu qu ‘appelle le large. »
    Toujours l’amour s incarne vers un idéal désincarné…

    Courage ,force et abandon au vivre 🙂

  • J- PHILIPPE REYNAL

    Tout a été ressenti, pensé, réfléchi, intégré chez toi. Il te reste à décider de celle qui sera la » bonne » pour continuer à grandir alors à deux, sauf si le chemû de l’ermite te convient encore.😊
    Et un jour on se re découvre personnellement non bipolaire…. et la responsabilité totale de sa vie revient avec les bas et les hauts inhérents à la vie  » matérielle ».

  • Annick Raïssa

    C’est à la fois beau, triste et attachant. Je n’ai pas saisi le sens profond mais il est évident que tu souffres. Que faire pour apaiser cette douleur? J’aurais vraiment aimé savoir de quoi tu parles exactement. Peut-être que je me suis précipitée dans ma lecture.

    • eM

      c’est tellement ça, le deuil impossible, celui qui persistera au delà du temps raisonnable. « avec le temps… » qui a beau s’en aller mais cela ne suffit plus. la blessure de l’âme qui ne cicatrise pas. la cure existe, qui devient une drôle de muse.
      Alors, en lisant cela, si c’est trop vif, la lecture est trop sensible, comme toujours avec W. le survol est plus facile.
      son oeuvre est à relire quand nous irons mieux ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :