Dépression en direct

Je viens canaliser ma lourdeur. Ma joie de vivre masquée par un voile de plomb. Métaphore à la con. Mettre une image sur l’article… pff non.

Ce n’est pas tant que j’ai quelque chose de plus mais plutôt qu’il me manque… J’ai un manque profond. J’ai envie de l’écrire, ce manque affectif racine de mon hypersensibilité, terreau de mes projets mégalo, douleur célibataire.

Mais comment décrire un manque essentiel.

Ce sont les liens affectifs avec les autres qui me portent. Le lien amoureux plus que tout. Le lien amical aussi, mais rare sont mes amis qui comblent ce manque. J’ai beaucoup de camarades hs, j’ai beaucoup de lien qui vont bien quand je vais bien, ce n’est pas la même chose. Lorsque je vis ce manque, je m’isole et attend un autre plus spécial, j’en reviens à ma femme et attends qu’elle revienne avec un nouveau visage.

Et ça me plombe d’écrire ça, car je sens déjà quelques lecteurs qui m’ont connu interpréter ça.

Cet article, comme aucun autre, n’est pas un message à quiconque ni un appel à l’aide, c’est juste une expression déjà satisfaite. Une photo d’un état que je traverse là mais lorsque ces mots seront sous tes yeux, il sera parti. Tout n’est que mouvement dans ma vie, peu reste figée, une humeur en chasse une autre parfois même à l’heure. Alors ce texte ne m’appartient plus, s’il fait écho en toi, je n’y suis pour rien. C’est juste un miroir éphémère, une rencontre.

Je suis un handicapé de la relation à l’autre. Alors lorsque la relation devient affective, cet handicap devient chaotique.

Au quotidien, quelque soit l’autre, je ne sais communiquer avec lui. En sa présence, je ne sais comment exprimer conventionnellement (pour être compris) tout ce que j’aurai à lui dire. C’est comme si la communication entre nous deux était une petite porte alors que j’aurai besoin d’abattre le mur entier pour faire part de ce que j’ai à  lui dire.

« nous deux », ce nous est imaginaire, il ne représente personne de ma vie en particulier, et toutes en même temps. Ca me fait chier de préciser mais depuis que ce blog n’est plus tout à fait anonyme depuis les rencontres organisées depuis 2014, plusieurs personnes ont été blessées. Ce qui complique encore plus ma relation à l’autre.

La tête lourde dans mes mains. Tout est compliqué lorsqu’il manque cette sécurité affective. J’ai besoin de toi, âme sœur reviens dans ma vie avec un énième nouveau visage. Un nouveau test, une nouvelle chance.

La lourdeur. Pourtant c’était bien ce weekend, au delà de toutes attentes. Mais en quelques heures les couleurs changent. Quand tu auras réagi, je ne saurai quoi te répondre, car les couleurs auront encore changé.

J’ai du mal à communiquer avec l’autre, quelque soit l’autre. Tu vois je recommence à l’écrire car je n’y arrive pas. C’est l’envie de m’exprimer sur le rapport à l’autre frustrée par l’incapacité à trouver les mots qui… Je résiste, je sais, je ne devrais pas, je devrais juste me laisser au repos, mais les pensées émergent et essaient de comprendre, de lutter, et je résiste… J’ai envie de me réapproprier mes pensées, apprivoiser ma pensée, je sens que c’est la suite de mon aventure, me construire une pensée, une arme pour contrer les vents trop forts pour les autres corps. Mais, je ne sais que penser de moi, de la vie… alors je relâche très vite le gouvernail de mon mental et laisse tout mon être voguer d’est en ouest, de haut en bas.

Même ce mouvement qui me pousse à me soulager ici, me peine. Cette dépendance, les conséquences pour ceux qui comprennent pas ce double-moi.

La sincérité est à exprimer mais pas à communiquer.

Patience et Espoir

Ps : le symptôme le plus révélateur de mes dépressions :

je me connecte dix fois par jours sur facebook…
C’est dire…

W

 

Publicités

10 responses to “Dépression en direct

  • Sylvie MASQUELIER

    Coucou Will, idem pour moi, en ce moment. …..en pleine dépression.
    Trop empathique, à l’écoute et donnant mon amour comme je pense en recevoir aussi. ….bref. ….victime d’un pervers narcissique qui m’à menée en bateau depuis 2 ans 1 / 2 parce que j’ai voulu y croire.
    La chute est cruelle.
    …….un petit café, l’un de ces jours. ….pour parler, si tu veux
    Gros bisous.

  • Sandra

    Ah ce double moi!! Me parle trop…
    Difficile de vivre avec me concernant, difficile de voir l’impuissance dans les yeux et les actes de l’autre!
    Ainsi soit il.. Ca vient, ca repart et ça recommence..
    Courage

  • Olivier

    Quand tu parles de manques profonds, de manque affectif, de liens affectifs qui te portent, de besoin de sécurité affective, je te comprends et même, je me sens proche de toi, même si nous sommes probablement très différents. Moi, déjà j’aimerai bien avoir ton talent et pouvoir m’exprimer comme tu le fais, exprimer notre complexité d’être humain, exprimer de la richesse.
    Je te trouve très riche et cette expression qui décrit tes états d’esprit heureusement que tu l’as, c’est vraiment génial, bravo 
    Moi, j’ai l’impression en ce qui me concerne qu’à travers cette recherche affective continue, insatiable, je recherche une caution, la permission d’exister, j’ai envie de dire, regardez comme je suis beau, aimez-moi parce que je suis beau, le chemin que je veux vous montrez, c’est celui de l’amour, amour dont notre monde a tant besoin. Un peu prétentieux tout ça, qui suis-je pour m’exprimer ainsi, suis-je à la hauteur ? En tout cas, j’ai le sentiment que peu de personnes n’accordent de réel intérêt à ce que je suis.
    Je ne suis pas bipolaire, je n’ai pas l’extrême sensibilité que je perçois chez certains, autant de ressentis que je ne comprends pas vraiment car je ne les vis pas Et pourtant, parfois, j’ai l’impression d’être une parcelle de Dieu qui voudrait dire qui elle est.
    En tout cas, j’aimerai pouvoir me passer de l’affection des autres, juste cheminer en étant persuadé que cœur est la meilleure voie et tracer un sillon envers et contre tous. Mais, c’est juste trop dur seul.
    Je pense que ta quête d’un havre de paix qui permettra à toutes les âmes sensibles de se ressourcer, de se sentir en sécurité, d’exprimer leurs talents divers et variés, leurs émotions, est formidable.
    Je pense que tu dois poursuivre ce but pour t’accomplir mais également par amour pour ces êtres qui s’ils étaient mieux intégrés et compris constitueraient un exemple et pas un phénomène humain qu’il faut cacher et exclure. Au contraire, ce sont peut-être eux qui constituent la voie, l’avenir.
    Continue sur ce chemin, au bout, il y a la lumière.

  • céline

    Du vin, de la weed, de la musique, dormir, du sex si l’on peut et on attend que ça passe. Aller ! Hop hop hop! 🙂
    Même avec ce qu’on pense vouloir, on ne sera jamais comblé. On a besoin de quelque chose qui soit plus fort que tout ce qu’on ressent déjà pour le mettre au dessus du reste du coup, c’est un peu la quête du Graal.
    Envois toi en l’air, c’est le meilleur des remèdes. Rien que d’y penser je vais mieux.

  • MMM

    Merci pour ton article. Et courage. Bipolaire comme toi, je traverse aussi cette phase en ce moment. Chaque jour est un nouveau défi et c’est dur de se battre et de garder la volonté d’avancer malgré la fatigue, une mélancolie sourde qui nous envahit sans raison. Et ce sentiment de solitude alors que pourtant tant de gens nous aiment. Et ce sentiment d’incompréhension et d’être en marge. Le sentiment parfois de ne plus savoir dissocier la maladie de ton vrai moi. Bref pour finir sur une note plus positive, pour ma part ce sont surtout les projets de voyage que je mène chaque année qui m’aident à avancer, à me projeter. J’adore voyager. Ça me donne un but. J’ai découvert ton blog ce soir et merci car grâce à toi j’ai l’idée maintenant d’en ouvrir unaussi. Et puis en tant que littéraire, ma plume devrait facilement se délier … peut-être cela s’avérera t-il « thérapeutique  » ou tout du moins mon expérience pourra en toucher voireaider certains. Bonne suite dans tes écrits.

    M

  • Elo

    Ton article est beau et émouvant, courage à toi et à tous ceux qui endurent cela… sache que je suis là si tu veux parler je viens de commencer ici alors je ne sais pas trop comment ça marche, je ne sais pas trop ce que je recherche ici mais être avec des gens comme moi me fait déjà le sentir moins seule alors libre à vous de venir à moi et si l’envie ne vous vient pas, courage à tous !

  • Sylvie MASQUELIER

    Coucou Will,
    Comme je te comprends…..je souffre aussi, énormément, du manque des bras de mon dernier chéri et ma blessure ne cicatrise pas.
    Certes, il m’a menti, certes, il m’a trompée, et…..je cherche à expliquer pourquoi et…..finalement, je parviens à pardonner tant son absence à créé, en moi, un vide sans fond !
    Je compte avec le temps qui, j’espère, pourra atténuer ma souffrance, me permettre de solidifier mes failles, m’autoriser à rechercher la une sérénité. ….moi, face à moi. …mais…..aujourd’hui, je doute.
    Je t’embrasse fort et suis à tes côtés par la pensée.
    On peut aussi se voir, si tu es ouvert à cette proposition puisque nous n’habitons pas loin, l’un de l’autre.
    Sylvie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :