Une journée, 6e partie

Début de la journée

Je continue mon marathon d’écriture. Première fois que j’écris autant sur le blog en une journée. C’est important pour moi d’y parvenir, car je rêverai d’être capable un jour d’écrire un livre en une semaine. Un gros travail de concentration pour moi.

Je reviens d’une pause de cigarettes qui a duré 20 minutes car le vice président de l’asso a eu la bonne inspiration de m’appeler entre deux articles. Comment développer des rencontres entre habitués ou membre est la question qu’on se pose en ce moment. Bref! J’ai pas envie d’écrire là dessus, j’ai du mal à exprimer le factuel. Mon moteur est le ressenti. Quand je parlais tout à l’heure, de cette personnalité sérieuse qui a pris le dessus sur l’enfant intérieur, je pense que la responsabilité que j’ai adossé avec cette association fait barrage a cette légèreté que j’aimerai retrouver.

Faut dire que j’ai ce projet, ou plutôt obsession, pour l’association: créer la pépinière HS, un centre de ressourcement et de projets artistiques pour les hypersensibles. Un grand projet ambitieux, novateur, révolutionnaire, génial, etc. Pour y arriver, je ne peux me passer de la pression qui va avec, et cet état d’esprit sérieux, conscient, raisonnable, patient. J’aimerai pouvoir allier responsabilité et légèreté, mais non, ce n’est pas ce que je suis aujourd’hui et je dois l’accepter.

Accepter… Comme accepter cet égo dont je parlais à la fin du précédent article. Cet égo qui m’a fait croire que j’étais Dieu. J’ai un égo surdimensionné. Je ne pense pas avoir rencontré quelqu’un de plus mégalo que moi. Si peut être en hôpital psychiatrique, mais à la différence d’eux, j’ai la chance de pouvoir vivre dehors. Par exemple dernièrement on m’a proposé de mettre le regard de David Bowie comme logo de l’asso. Idée originale mais c’est mal me connaître. Je ne place aucun grand artiste ou génie au dessus de moi, quelque chose en moi est persuadé que je n’ai rien à envier aux grands personnages de l’Histoire et ce que j’apporterai au monde n’est pas comparable. Tu vois un peu l’égo. Je dis « quelque chose en moi » parce que cette sensation d’être le meilleur, au dessus de tous, roi de l’univers, n’est qu’une partie de ma personnalité qui cohabite mystérieusement avec une autre partie d’une grande humilité, très à l’écoute de l’autre, qui aime tout le monde. Pffff, pas facile de vivre avec mes paradoxes.

J’ai du mal à assumer mon égo car je ne veux pas qu’on me perçoive comme quelqu’un qui se croit supérieur. Du coup, je suis en train de l’exprimer ici, maintenant, et déjà des peurs d’être jugés et mal compris s’animent.

Supérieur en quoi? C’est une bonne question, car en effet il y a des aspects de la vie où je me sens moins doué que les autres. La relation à l’autre par exemple! Supérieur aux autres dans ma capacité d’aimer. A tous les autres? C’est une bonne question, non, seulement à la grande majorité des personnes que j’ai connu. C’est à dire qu’à l’échelle de l’humanité, c’est égal à approximativement personnes! Haha, c’est ça qu’est bon dans l’expression, je me rends compte en écrivant que cette sensation de supériorité est fumeuse. C’est terrible de se comparer. j’ai beau travailler dessus, ça ne s’efface pas, désolé je pense bien que c’est humain. Alors rien ne sert de se flageller, vaut mieux accueillir cette part d’humanité.

Continuons la dissection de mon ego… le téléphone sonne… c’est un ami qui propose de venir dans ma banlieue pour manger ce soir… arf! l’enfoiré! je peux difficilement refuser c’est tellement rare qu’une personne s’aventure au delà du périf pour me voir! Bref, cela fera une grosse pause avant un dernier article, alors, avant de me coucher. Ce qui fera 7 parties. J’aime le chiffre 7. … Bon mon égo…

Je refoule automatiquement les côtés de mon ego qui ne sont pas à la mode. Je suis imprégné de beaucoup d’enseignement sur le développement personnel, et je vois autour de moi beaucoup de choses, messages qui culpabilisent… heu où je vais là? Bref, je refoule automatiquement les côtés de mon égo qui je pense ne sauront pas acceptés. Si je t’avais dit en vrai de façon maladroite, parce que je suis maladroit dans ma relation à l’autre, que j’étais supérieur, je ne pense pas que tu aurais compris la nuance que j’ai écrite un peu plus en haut.

Je m’exprime beaucoup moins bien tout d’un coup, c’est pas un sujet où je suis à l’aise. Peut-être que le mot « ego » ne m’aide pas à comprendre. Dans la plupart des situations que j’ai traversé dans ma vie, je me suis senti plus éveillé, plus conscient que les personnes qui m’entouraient. Ce n’est pas la sensation le problème, c’est cette interprétation de supériorité qui est une souffrance. Car profondément dans mon cœur, je sais que je ne suis pas supérieur, qu’il n’y a pas de hiérarchie entre les humains dans le cœur, mais les pensées de supériorité sont là. Tant que je n’ai pas trouvé une interprétation plus juste à cette sensation. Une sensation qui vient sûrement d’une blessure profonde, d’un complexe d’infériorité! C’est bien, je me fais une auto-analyse, pas cher!

Comme le mot bipolaire, je pense que je ne devrai plus écrire le mot égo. Il y a des mots comme ça qui trahissent ma pensée, des mots creux. Pas de chance pour :laviedunbipolaire. M’enfin je ne peux pas changer maintenant, j’ai pour projet futur de créer un nouveau blog avec un autre titre. Mon nom tout simplement par exemple. C’est terrible l’obligation qu’on s’inflige à être anonyme. On croit que c’est une protection, mais en réalité c’est une souffrance. Bref!

Sur mes parts sombres que j’ai du mal à assumer. J’ai un conflit quasi permanent entre la personne que je suis c’est à dire les ressentis et pensées présentes, et la personne que je voudrais être. Attention c’est du lourd, ce que je suis en train d’exprimer. Voilà, un de mes modes de dysfonctionnement pris sur le vif! A chaque fois que j’ai une pensée ou un acte qui fait preuve d’un minimum d’affirmation de soi, j’ai une pensée qui se déclenche automatiquement pour juger la précédente pensée insolente et rebelle. C’est exprimé. Je l’ai déjoué, enfin on verra… C’est un défaut majeur de fabrication de mon cerveau. Cet espèce de hyper contrôle, sur chaque petite liberté que prend mon esprit, impulsion qui doit provenir du cœur. Ça me fait penser au truc de fioul qui tombait tout le temps en panne dans un gîte. Le propriétaire m’avait expliqué qu’il fonctionnait mal car le système de sécurité se mettait sans cesse en marche. Voilà, c’est pareil, j’ai un système de sécurité qui contrôle mon esprit, qui le bride beaucoup trop. Mais il y a une raison à cela, et une plutôt bonne raison :

Mon esprit est parti à la dérive, hors de contrôle, prophète, Dieu, centre de l’Univers, je suis invisible, ils m’attendent tous, je suis sur écoute, et j’en passe. Bref, j’ai failli me tuer sans la sécurité. Logiquement par instinct de survie je me suis inconsciemment bridé pour ne pas revivre les expériences passées.

Voilà, pause forcée maintenant, je dois rejoindre la personne en question qui a perturbé mon marathon. Je l’écris car je sais qu’elle le lira. Tu fais chier, mais je t’aime. Ce que tu sais pas c’est que je vais exercer mon affirmation de soi avec toi ce soir. La suite et dernière partie avant de me coucher.

 Suite

Publicités

2 responses to “Une journée, 6e partie

  • eM

    pour que cela soit suprême avec toute la fusion, comme une soupe bien riche, il faut lire bien vite gloutonnement, pour rattraper le temps de ses pensées (qu’il perd à écrire, et à faire des pauses).
    je ne m’inquiète en aucun cas d’une éventuelle hypomanie, vu que ce n’est pas si grave à l’échelle d’une vie, d’avoir brillé bien fort, et d’avoir fait cet exploit unique d’écrire EN DIRECT !!
    mais après, repos repos repos, à Treg, par exemple.
    je ne dis pas bravo avant la fin, laquelle ?
    mais allez, continu, c’est dément !

  • OLIVIER

    Ego, pas ego, pas bien grave tant que cela ne te conduit pas à mépriser les autres… En tout cas, il me semble que toute cette expression, ce dénuement, entraîne du respect de la part des autres. Tout le monde, ne peut pas s’exprimer comme toi, tu sais le faire 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :