Archives de Catégorie: f – Inclassable

Un article pour du beurre

Suite au dernier, cet article est attendu par d’autres. Je n’ai pas l’habitude. J’ai écrit plus de 300 articles, ils sont destinés à personne, c’est un acte de d’expression qui me permet de canaliser la pression quelle qu’elle soit sa couleur.

Dans Power!  exceptionnellement je communique mon Amour pour une autre (j’utilise ce même mot pour toutes les personnes que je cite sur ce blog anonyme). Le moment où j’ai écrit cette déclaration, je ressentais une énorme force d’amour. Vu que j’écris ce que je ressens sur l’instant, voilà ce que cela a donné. Et là, je me justifie, j’aime pas ça. Mais c’est ça qui me vient, alors j’ai pas le choix.

Je suis désolé mais ici je n’écris jamais pour toi. J’écris pour moi. Et quelque fois tu te retrouves dans quelques morceaux de ce « moi » libéré, disséqué. Je ne me soucie pas de l’écho que peuvent faire mes textes. Je continue ma thérapie personnelle P.S.R (partage sincère de ressenti) ultime moyen pour se libérer et s’éveiller : partager Soi avec l’autre.

Vu les circonstances, je t’avoue que je ne suis pas tout à fait libre dans l’écriture de cet article, je pense et je sens déjà le regard de quelques autres et je pense à leurs réactions. Mais ça va, ce n’est qu’un doux frein peut contraignant. Ma puissante envie continuelle de liberté d’expression sincère terrasse ces petites voix qui jugent dans ma tête ce que j’écris.

Bref!

Après la toute puissance, c’est le temps du repos. Le temps de travailler la patience physiquement à travers des impatiences aux jambes, insupportables! Et puis il y a le couple, des nouvelles épreuves, des nouveaux défis, des nouvelles peurs mais de la magie à venir…

Patience et Espoir

PS : Ça suffit ! Il est temps que t’achètes mon bouquin maintenant : La vie d’un bipolaire, le livre.

W

Publicités

Mon premier bouquin est réel!

IMG_0402

La vie d’un bipolaire, le livre.

Hé ben voilà, cela fait 3 ans que je traîne ce projet… Je m’abstiendrai pour le moment de commentaires sur tous les ressentis  qui me traversent : joie, peur du jugement, dégoût, etc. et je resterai sur un ton informatif :

Mon premier livre est disponible!

Actuellement sur le site de l’imprimeur : https://www.bod.fr/livre/w-w/la-vie-dun-bipolaire/.html

Et bientôt commandable en librairie.

Le prix? 22,22 euros évidemment!   Et 50 % des droits d’auteur reversés à l’Association des Hypersensibles, naturellement!

PS : 20 jours que je suis sur mon île, l’expérience est très riche. Seul hic, j’ai bien du mal à allier pour le moment le vent, la mer, les solitudes particulières que je vis ici avec l’activité sur Internet.

Mais j’écris, j’écris beaucoup.

Et je reviendrai vite ici pour partager les vents contraires qui me traversent notamment avec la venue de ce fichu bouquin!

Ces dix dernières années, je ne compte plus le nombre de projets inachevés. Ce livre, c’est la première fois que j’ai concrétisé dans la matière un rêve qui semblait bien loin à l’époque. Qu’est ce qui a fait que je l’ai terminé ce projet? Je pense que j’y ai cru, et lorsqu’il n’avançait pas, je continuais d’y croire même s’il n’y avait pas de raisons extérieurs d’y croire. Haha, je suis en train de m’auto interviewer là… Bref!

Tout ça pour te dire, pour tes projets, tes désirs, nos rêves : il suffit d’y croire, avec

Patience et Espoir.

W


100 articles pour le prix d’1!

Ha l’enfoiré! le seul conseil qu’a donné Mon maître Kubo c’est : » Pense à ta gueule! » Je m’attendais à quelque chose de plus relevé comme  » L’enfer, c’est les autres ».

Je suis rentré chez moi déçu…  Malgré tout, les rencontres continuent, et ça me remont le moral, d’ailleurs, où est la prochaine ? Dans mon côté obscur! haha.

J’ai préparé un nouveau slogan pour le prochain rassemblement : » Bipolaire, humain en colère!!! Amour, trahison, colère » Oui, un peu de violence! C’est bien beau les messages de paix, la méditation, etc.Mais La spiritualité est un outil, pas plus… 

Un HS connu grâce aux rencontres m’a révélé qu’il était Inquiet en amitié et en amour, il m’a dit ça  En direct du séjour HS, vendredi… J’ai été touché par sa sincérité, je n’ai pas trouvé mieux à lui répondre que : » La Peur n’est pas bonne pour la santé« , il n’a pas compris, c’était maladroit.

 De l’importance des ressentis…, et surtout de l’importance de les partager comme il l’a fait. Bref!! en rentrant de chez mon Maître Kubo, j’ai acheté un bouquin qu’il m’a conseillé : » Inhalation, amour et dépression« d’un auteur qui a une grande Expérience de la dépression. J’espère qu’il m’aidera plus que les conseils de Kubo, sinon la soirée va se finir sur le minitel : 3615 Souffrance psychique, allo?

Et dire qu’il y a à peine dix ans je ne connaissais même pas le mot « dépression », j’étais Heureux comme jamais! …et maintenant : J’organise des séjours pour dépressifsasfghjpkjbvcfv , pardon je me suis énervé sur mon clavier!

M’enfin, ses séjours sont une étape avant Une maison HS dans la prairie, je pourrais enfin vivre dans un environnement que j’aurai choisi, plus de Consultation chez mon psychiatre, je m’en vais au fin fond dans la nature, retiré dans une maison de campagne, En mode : écrivain!

J’attends que ça, de me tiré loin du système, parce que je le rappelle C’est eux qui ont un problème! Et puis, le métier d’écrivain est plutôt à ma porté car ça y est, c’est le premier, Mon bouquin arrive! 

Je ne me retirerai pas seul, j’attends une femme, la femme qui sera d’accord pour vivre d’Amour et Livres. Pas tellement de livres hein! Oui c’est pas toujours cohérent comme phrases,  j’écris ce texte avec les titres d’article de la dernière année dans l’ordre déchronologique En vrac!  Bref!

En fait, je ne t’ai pas dit la vérité, je ne suis pas parti de chez mon Maître Kubo, Je me suis évadé. Il s’est passé un truc inimaginable chez lui, que ça m’a fait pété les plombs, j’ai foutu le camp. Trop bizarre, comment l’écrire… Quelque chose en moi à exploser, je ne sais pas… peut être que j’ai fais l’expérience de La rencontre du coeur

Aussi, avant que je détale, Kubo m’ a dit simplement que je devais être Acteur de ma vie plutôt qu’acteur de cinéma, et ça a fait un bel écho en moi, mais quand il m’a dit : « Méditons ensemble et envoyons notre lumière sur ce  forum révolutionnaire en pleine émulsion qu’est ton coeur » 

Bref, je me souviens avoir parlé ici sur Les auteurs qui m’ont tant apportés, hé ben Kubo, même si ça été brutale, en quelques minutes a apporté la touche finale de mon éveil spirituel.

M’enfin, je fais le malin en écrivant un texte composé de 100 titres (qui font des liens sur les articles en question, normalement!) mais il y a une vérité que je n’exprime pas trop sur le blog, mais depuis quelques temps, vraiment  Je suis en manque! Oui je suis censé être sincère dans ce que je ressens ici, ça va aussi à ce niveau là. Drôle de blog! hein? Le truc c’est que je ne suis pas un garçon facile, même pour une relation la plus légère soit elle, j’ai besoin d’une complicité. Ce n’est pas que le Petit trait clignotant me mette Sous pression non, tout ça C’est invisible de toute façon tant qu’il nous reste des habits.

Voilà, à bon entendeuse qui veut que je lui partage Ma façon de méditer, mon mail n’a pas changé. En attendant, pour toutes les autres, je vous écrit mon conseil, bien meilleurs que ceux de Kubo, il est simple mais d’une profondeure inouie, c’est :  » Respire! » Je ne vois pas mieux pour avoir Une vie meilleure. D’ailleurs j’ai lu un bouquin à ce sujet sur Montaigne avec pour titre How to live?  de Sarah Bakewell, si tu veux pratiquer ton anglais, j’ai bien aimer. Je suis embêté le prochain mot à caler est SEXE, je pense avoir était clair à ce sujet, bien que je ne soit pas un Surdoué en communication, surtout avec vous ou enfin toi quand je suis seule face à vous, j’ai déjà passer une Nuit Debout à essayer de me faire comprendre sur un seul sujet comme « La case hypersensible« , sans parler du casse tête pour lui raconter mon passé sans lui faire peur, hé oui Comment faire son coming out de bipolaire? à une nouvelle rencontre, qu’on a pas envie de faire fuir. « Si elle a peur, c’est que c’est pas la bonne » haha, ta gueule!

Ça commence à me fatiguer tout ça, j’espère avoir bientôt une Nouvelle routine faite de Signes et Destin, m’enfin, Bonne journée!!!

PS : Attention v’là le printemps! Je ne suis pas si en avance que ça, il a déjà commencé, je le sens, sisi.

J’en peux plus, il me reste des titres à caler, ma psycho rigidité m’empêche d’assouplir la fin de l’article, mon ego serait parfois comme La France, insensible? Ce n’est pas tellement à propos, m’enfin je vais déroger à ma règle initiale et les banlancer brutalement :

L’hôpital psy ou le début d’un art, la psychiatrie pourrait faire naître du beau… Comme quoi On ne souffre pas pour rien. Facile à dire parce qu’en matière d’art c’est Pas facile de s’exprimer. Heureusement une asso magnifique a été créé pour aider à ça, c’est  l’Association D’HyperSensibles. Sur la page facebook par exemple j’incite d’autres HS à partager, je leur dit : A toi d’écrire! Ya tellement à écrire, à condamner comme par exemple le Non respect de la dignité humaine qui sévit actuellement dans beaucoup d’HP en France.

Moi ça va, en 2017, une année sans HP ! Et si je vais mal, bah c’est Dépression en musique! Je la vis à fond. Je n’exclu pas dans mon avenir l’hp, mais cela ne me fait pas peur. Avec 7 hospitalisations je commence à être habitué. Et aujourd’hui je connais mon equilibre Etre, Faire et Avoir, j’ai un Code de conduite en HP.

Voilà, ce petit texte qui devait être un amusement au départ, est devenu très fatigant sur la fin, m’enfin, je suis content ça change! D’ailleurs je pense à continuer l’écriture de mes Maniac Story S6 ep-03 Voyage et amour. J’ai pas fini de raconter mes folies Ça reviendra!!

Je vais m’écrouler, je te laisse corriger les fautes d’orthographes,

Patience et espoir

W

Pour avoir le contact de Maître Kubo ou autres requêtes

bipohypermaniac@gmail.com


La souffrance mentale a encore tué

« Personnellement je me suis détaché de la connerie générale et je me moque éperdument d’adhérer ou non au modèle social ».

tiré d’un des nombreux commentaires que Pierrôt à écrit sur mon blog.

C’est la première personne avec qui j’ai été en contact qui se suicide.
La souffrance mentale a tué une nouvelle fois. Je ne peux m’empêcher de penser à notre société qui a une part de responsabilité dans toutes ces disparitions de personnes ayant eu un diagnostique psy.
Bref, je ravale ma colère, je vous retranscrit ci-dessous une compilation des nombreux commentaires que Pierrôt a publié sur mon blog. Mon modeste geste en sa mémoire. Que son âme repose en paix.

W

Introduction de son ex-femme

Pierrot a mis fin à ses jours le 29/12/2016 avec son fusil de chasse… les dernières vidéos qu’il avait regardée sur youtube et derniers articles consultés sur le web concernaient la procédure qu’il a suivie avec son fusil de chasse chargé d’une cartouche pour sanglier…

La police a osé me dire qu’il n’avait pas souffert…

La souffrance psychique est invisible c’est vrai…

Sa compagne qui était en déplacement n’arrivant pas à le joindre, a appelé la Police qui s’est rendue chez lui et l’a trouvé mort dans son jardin…

Il avait été hospitalisé d’office en Juillet, sorti fin septembre, il y retournait pour
injection d’abilify jusque début décembre.

Nous n’avons trouvé aucun écrit expliquant son geste… Souffrance
intolérablement invisible semble-t-il.

Les obsèques ont eu lieu le 13 janvier, il est enterré dans le caveau
familial avec ses parents et grands parents paternels. Il était le 4e fils de ce mariage d’amour entre une ukrainienne et un français, qui s’étaient rencontrés sur un camp de travail pendant la guerre.

La dernière fois que j’ai essayé de communiquer avec lui c’était la veille de la fête des pères en juin 2016, mais ce fut un échec supplémentaire pour moi de communication avec le père de ma fille, et ex mari, le seul mari et homme avec qui j’ai vécu près
de 11 années.

J’ai encore beaucoup de colère contre le corps médical, de tristesse de n’avoir pas écouté mon intuition et de retenter une communication avec lui depuis octobre…

Je peux lui parler maintenant en regardant les étoiles ou en allant au
cimetière… je n’ai plus peur de sa réaction… mais j’ai tant de peine.

Sirène.

Compil’ de commentaires de Pierrôt sur mon blog entre le 05/11/2014 et le 21/07/2015 :

inspire-blog-bipolaire-vivre-avec-hypersensible-association-souffrance-mentale-psy-suicide

« Je pense que W parle de la solitude d’un bipolaire dont les aspirations sont hors du commun, d’où le désire de croiser des routes animées des mêmes aspirations.

Je voudrais simplement souligner que le terme bipolaire a été mis en place pour permettre une approche globale des troubles de l’humeur, notamment par l’octroi de fonds aux laboratoires de recherche, il ne s’agit donc pas qu’un confort syntaxique ou de « mode ».
Je pense que la terminologie des mots »du psychiatre » relève d’étude spécifiques et se limite au champs d’action concerné. Ainsi, dire que la psychose est présente ou non
dans la bipolarité relève de professionnel. En l’occurrence si la symptomatologie de la psychose est présente, au plan clinique, le bipolaire n’est pas psychotique. Pour l’aspect de l’intégration la référence sociale reste le travail, ainsi on peut vivre correctement sa bipolarité sans pour autant travailler, mais dans
une intégration limitée. Ce qui est curieux c’est que l’on s’aperçoit que l’intégration sociale est un facteur de « réalisation » c’est à dire qu’il permet au bipolaire, à la fois de s’identifier personnellement et de relativiser une approche trop égocentrique de sa maladie, dont il fait sa seule raison d’exister.

Il n’y pas de gène à être handicapé, c’est seulement une posture d’acceptation de la différence . Vois tu la normalité prône l’homogénéité, ce qui est un leurre, le handicap n’est qu’une réalité différente.

Il ne faut pas entrer dans la posture de l’oiseau blessé qui nourrit une forme de mégalomanie, mais rester serein: la bipolarité revêt des formes d’expressions variées parfois extravagante mais reste une maladie, elle n’a rien à voir avec une forme quelconque de génie.
Que certaines intelligences en soient atteintes, c’est vrai. La réciproques pas forcément.
Je connais beaucoup de bipolaires qui s’en sortent et croyez moi l’aspect mystique de leur anciennes crises les laissent totalement indifférents.

Se restreindre à une approche chimique est curatif mais n’engage que difficilement un processus de guérison qui, à mon avis passe par la reconstruction de soi, au travers de notre réalité, c’est à dire de la relation sociale et avec soi-même. L’amour est
effectivement un élément central. On le trouve dans le couple, la paternité, la
maternité. Le désamour dans les violences, les abus, la toxicomanie. La recherche « d’amour enfui » dans la manie, l’exacerbation, la compulsion, le déficit affectif
dans la dépression, la mélancolie la dés-estime de soi. C’est donc une maladie psychosociale. Il est notable que nos choix de société ont une incidence sur son émergence, le consumérisme notamment et l’isolement des individus pris dans une course matérialiste, valorisant la compétition. La sollicitation quasi perpétuelle de
nos sens, de nos affects.

J’ai vécu l’autre coté puisque ma conjointe n’était pas bipolaire.
Cette maladie est traître parce qu’on ne la sent pas arriver, elle s’installe au gré des tensions, boulots etc…Ma conjointe n’était pas stable mais savait récupérer rapidement sa stabilité, la différence qui marque la maladie est que l’instabilité bipolaire peut évoluer vers une instabilité plus grande. Cela pourrit la vie de tout le monde, avec une incompréhension qui va croissante dans le couple. Jusqu’au clash, situation particulièrement critique pour un bipolaire qui va perdre tous ses repères dans l’aventure.

Il y a beaucoup d’envie dans le regard d’un bipolaire pour atteindre une stabilité mais en même temps cette instabilité est riche si elle n’est pas colorée de souffrance.

Si l’on se contente de stabiliser par médicament la situation n’évoluera pas beaucoup. Il y a un coté castrateur et aplanissant qui est peu tolérable et très mal toléré. Abrutissement, prise de poids, autant de facteurs dé-socialisants et qui brisent l’estime de soi donc le rapport à l’autre.

J’avance donc que la solution est ailleurs, médicamenteuse mais pas uniquement,
avec une réelle intention à la fois de comprendre les mécanismes , particulièrement les déclencheurs.

C’est pourquoi je suis si « chatouilleux  » lorsque l’on présente la bipolarité comme une réalité qui est figée. Mais peut être est ce effectivement de l’optimisme injustifié.

Je suis contre la violence parce que je ne suis pas un animal mais un être raisonnant.
Je pense que la bipolarité sous des formes multiple et les maladies psychiques
(versus mentales) sont des indicateurs de la santé morale d’une société.

Je crois en l’esprit créatif (ou esprit saint, à noter, dans l’Eglise, lui-même créateur) en cela il y a rapprochement  de Dieu, lui même Amour. L’Amour, ou condition de l’âme, aussi appelé Spiri d’où la spiritualité est une dimension capable d’agir sur la matière, laquelle est inerte, stable.

La bipolarité est une forme de spiritualité, son inconvénient est qu’elle est
détachée du plan matériel. Le spirituel, si on le dissocie du matériel ressemble à un oiseux, ou à une taupe.
Soit il s’envole, soit il s’enfonce
Je pense que l’avenir montrera que pour certains esprit il est nécessaire que leur environnement soit amical. Or nous vivons une ère de haine et d’individualisme.
En conséquence, apparaît la bipolarité qui exprime une incapacité à admettre des schémas sociaux agressifs et ultra-matérialistes.

Peut être faudrait-il laisser la société où elle est.
Personnellement je me suis détaché de la connerie générale et je me
moque éperdument d’adhérer ou non au modèle social. J’aime les gens,
la communication mais je ne vois pas pourquoi je devrais supporter la connerie locale.
Je ne suis pas un enseignant, je n’entends convaincre personne, ce mal être que l’on nomme bipolarité est parfois une simple réaction à la bêtise des groupes d’individus qui se disent être la normalité; en effet la normalité n’existe pas, c’est un leurre.
Seule la douleur est signe de mal-être.

Chaque être possède ses différences, moins il y en a et plus il est con.
Le summum est l’imbécile heureux tels les gros vautrés devant leur écran, une bière à la main.

That’s all, vive l’anormalité, vive l’individu, entier et différent, voilà la vrai richesse, le reste n’est qu’illusions et modèle social pour mieux faire consommer. »

Pierrôt


…et maintenant : J’organise des séjours !

Tout à fait exceptionnel pour ce blog, cet article contient des photos!

J’ai tellement envie de te partager le bonheur que j’ai vécu lors de ce dernier séjour entre hyper sensibles. J’ai surtout tellement envie que tu viennes au prochain. Parce que, pour les nouveaux arrivants sur le blog, ces séjours entre hypersensibles que j’organise existe grâce à toi qui me lit, enfin… plutôt « toi » qui m’a lu. Je te refais un bref historique:

20160826_190356

le jardin du gîte juste pour nous!

2013: création du blog, très vite des correspondances se multiplie avec mes lecteurs.

Juin 2014 : je co-organise avec une lectrice une première rencontre entre bipolaire. A partir de septembre, j’organise une rencontre par mois, et cela jusqu’en fin 2015. Des liens se créent se développent, des amitiés même!

Janvier 2016: face au nombre grandissant de participants des rencontres parisiennes, j’organise désormais une rencontre toutes les deux semaines. Le partage allant bien au delà de l’étiquette « bipolaire », j’appelle les rencontres

20160830_134938

Sans cacher le côté rustique

« rencontres entre hypersensibles » car ce terme relie des personnalités qui se retrouve sur cette fameuse hypersensibilité.

Avril 2016 : un bureau et des statuts sont préparés pour officialisé l’association des hypersensibles. (note: ce sera pour Octobre 2016)

Mai 2016 : le premier weekend à la Ferté (77) rassemblant 10 personnes (pas que Paris!)

Aout 2016: premier séjour HS de cinq jours au même endroit, d’où ces photos ont été prises.

BREF!

Tout ça pour dire : Tout à commencer ici, et même si il y a un forum, une page facebook, pour l’association, je reviens ici pour faire le point. « . »

Mais tout ça surtout pour t’annoncer les deux prochain séjours entre hypersensibles :

20160828_193216

… j’assume pas tellement les deux bouteilles, m’enfin, il y avait une promo sur les 6 achetés

-du 14 au 19 octobre 2016

– et du 18 au 23 novembre 2016

  • budget : 20 euros par jours / personnes (ça comprend l’hébergement et la nourriture) avec la possibilité de rester le nombre de nuits que tu veux, juste le weekend par exemple!
  • Une aide au transport pour les non parisiens est prévue à mesure du possible

Pour les rencontres à Paris je vais de moins en moins les communiquer ici, étant donnée qu’il y en a au moins une par semaine! La prochaine vendredi et ensuite le samedi 17 octobre.

Par contre! Grande nouveauté : la première rencontre hors de Paris aura lieu à Nancy, le 1 et le 2 octobre 2016. Je la co-organise avec une participante qui avait fait le déplacement pour le séjour dernier.

Plus d’infos sur le forum et par moi par mail : contact@association-hypersensibles.fr

img_0262

W

Tu te doutes bien qu’il y a plein d’autres photos et des magnifiques mais le partage de celles ne se fait qu’entre participants, tu comprendras bien!


Consultation chez mon psychiatre

Cher Doc’,

Merci d’accepter cette originale consultation.

Dans trois heures je serai dans votre grand bureau avec ces hauts murs blancs décorés par des grands posters d’affiches de vieux films de cinéma. Avant la consultation, j’aurai certainement attendu un peu dans l’une de vos grandes salles d’attentes à feuilleter un des nombreux grands livres d’arts à disposition, ou un album sur l’Inde, pays que vous appréciez beaucoup pour la spiritualité présente là bas, je crois, bref!

Me voilà devant vous, vous devant moi, m’observant un peu, essayant de déceler en moi par mon comportement l’état de mon humeur. « Hmm, il doit certainement être up avec cette originalité qui me propose » ou peut être suis-je un peu parano.

Docteur, depuis notre dernière entrevue, il y a deux mois, il s’est passé beaucoup de choses. Des rencontres entre hypersensibles, une relation amoureuse, une tournée de théâtre qui a viré court, et dernièrement un séjour entre hypersensible merveilleux. C’est cette dernière expérience qui me donne cet élan de vous écrire.

Depuis que je suis rentré de ce long weekend partagé avec 16 hypersensibles! je suis logiquement un peu déstabilisé. M’enfin, je dors et garde une bonne hygiène de vie, beaucoup de repos, ce qui me permet de vivre le contre coup de cette grande vague sans dommages, pour le moment! Les fortes émotions ont laissé place aujourd’hui à une tête pleine de perspectives, de projets et de réflexions en arborescence du à ce mouvement qui prend toujours un peu plus d’ampleur. Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais à partir seulement de la création de ce blog en novembre 2013, je suis aujourd’hui au centre d’une centaine d’hypersensibles concernés par mon projet d’association.

J’ai rassemblé 17 hypersensibles dans un gîte à la campagne. Un espace ou chacun a pu recevoir une dose de bienveillance, d’écoute, d’espoir. Après notre entretien je vais rejoindre d’ailleurs dans un café une dizaine d’hypersensibles présent ou non de ce séjour.

Plus que jamais, je réalise un monde rêvé, un monde ou des personnes souffrantes psychiquement, comme moi (surtout dans le passé) puissent se libérer petit à petit de leur trouble grâce à la rencontre, l’échange, le ressourcement, la création artistique.

Mon désir d’une pépinière HS (Un centre fixe dans la campagne de ressourcement pour HS et de création artistique) a déjà commencé à être assouvi par ce dernier weekend où il y a déjà eu des belles productions.

Voilà, cher psychiatre, aujourd’hui je me sens:

Fort : je créé un nouveau monde à mon image, des fondements ont déjà été posés, j’ai une équipe d’hs devenus amis à qui je peux déjà déléguer une partie de l’organisation des rencontres parisiennes. Ma (r)évolution intérieur (ce travail acharné que j’ai fait et fais encore sur moi) se reflète plus que jamais à l’extérieur sous forme dans une révolution sociale. Car au final c’est ça ce qui se passe, je créé du lien social entre personnes qui en avaient profondément besoin (comme moi). Je suis créateur.

Fragile : jamais à l’abri d’une exaltation mais tant que je reste en garde et que je suis ouvert à l’observation de mes proches et la votre (même si la dernière fois vous n’avez pas préféré m’hospitaliser alors qu’avec le recul ça aurait été mieux, haha!) tout ira bien. Et comme vous le dites, j’ai beaucoup de ressources, oh oui! Aussi ce monde que j’ai crée et que je co-crée maintenant suscitera des critiques de gens qui ne comprennent pas ce que je vis à l’intérieur. Cet amour que je veux partager. Qui comprennent pas que ce n’est pas tant le pouvoir et l’argent que je cherche mais une vie simple et heureuse faite d’amour inconditionnel. Si les gens ressentaient ce que je ressens ces derniers temps, cette paix, cette joie, cette amour, bon certes, il ferait certainement une crise maniaque pour ceux qui sont hypersensibles, et oui certes à l’inverse, peu de personnes solides pourraient le ressentir car il faut connaître le non-amour pour connaître l’amour, la souffrance pour connaître la Joie, l’agitation pour connaître la paix. Mais je suis certain qu’il y a des millions de gens qui ressentent, qui connaissent, ce que je vis, et qui n’attendent que, que je continue mon chemin toujours dans le travail sur l’égo et l’éclairage de la voie qui va du coeur à la parole sans passer par le cerveau.

Tout ça pour dire, que j’attire parfois des critiques dures, des gens qui me croient mal intentionnés, dangereux. Comme dit Alexandre Jollien : « RAF » : rien à foutre!  Désolé amis dé-traqueurs, c’est trop tard, je suis plus fort que vous, vous me ferez certainement douter une seconde, une minute, une journée mais pas beaucoup plus car j’ai un arsenal d’outils pour me recentrer: un traitement, un bon sommeil, l’écriture, et surtout toute une légion humaine, d’amis, de soutiens anonymes. Mon amour, ce je qu’exprime,  fait résonner tes peurs les plus inconscientes, tu résistes à lumière que regorge certain mots, mais c’est normal étant donnée ce que tu as vécu, ce que tu es devenu, toi et tes blessures, je ne t’en veux pas. Cependant je ne laisserai pas visible ton poison (tes commentaires) dans ce petit monde que je construis.

Fou : En voyant ce que je suis devenu, ce que j’ai fait, ce que j’ai, je me projette dans un futur proche en imaginant l’évolution de ce qui est là déjà, et naturellement mon égo se voit grand, holà très grand! Prenons Gandhi, l’abbé Pierre, Luther King… Mon égo se voit un destin à la hauteur du leur, et encore cet égo là est modeste! Le fond de ma folie se prend pour Dieu, le Dieu créateur, mais cela est-ce même de la folie? Je vois déjà des foules rassemblés par ce que j’ai impulsé. Par contre, mon besoin de notoriété ayant été largement soigné, je n’ai pas tellement envie d’être au centre d’une attention populaire. J’ai plutôt envie de vivre très simplement dans la nature avec une femme et des enfants, et déléguer la gestion de mon monde. Je n’ai pas besoin d’Harley Davidson (désolé doc’, pas pu m’empêcher!), de ferrari, d’habits chers ou de toute cette technologie. Il n’y a qu’à voir mon portable et le trou dans mes chaussettes et mes chaussures.

Sage : Je n’ai plus besoin d’être exalté pour être bien. Je suis sur un chemin ou la Joie et la Paix illimité se trouve et se vit d’abord à l’intérieur. Je peux méditer une heure avec un mental au repos, avec ma conscience seulement focaliser sur la respiration et les battements de mon cœur.

Je m’arrêterai là. J’espère que vous êtes allez jusqu’au bout et que vous ayez fait un dépassement de fonction (pas seulement prescrit un traitement comme la majorité des psychiatres). M’enfin, ça vous le savez, vous êtes un excellent psychiatre. Presque un vieil ami!

Voilà! maintenant on peut parler de comment on va collaborer tous les deux pour révolutionner la psychiatrie française. Envoyer valser les diagnostiques, faire évoluer le langage, et que sais-je encore!

Je vous invite doc’, à mettre votre prescription ou un petit mot en commentaire.

Merci, si j’en suis là, c’est en partie grâce à vous et à la confiance que vous avez eu en mes ressources personnelles et à la décision de ne pas trop m’avoir assommer chimiquement au contraire même!

Voilà ma carte vitale  et surtout…

W

 


Keep calm and carry on

images

J’ai vu ce drapeau dans un film regardé hier soir Le Grand Homme et je le trouve très à propos dans ce que je vis. « Reste calme et continue…  »

Avec le printemps, pas mal de choses sont arrivées et se serait facile d’en être déstabilisé. C’est le bon moment pour te faire une petite mise à jour sur ce qui se passe dans ma vie de bipolaire.

Je suis toujours l’arsenal thérapeutique que j’ai mis en place il y a deux ans à la sortie de ma dernière hospitalisation. Tant de moyens qui structurent mes semaines et qui n’ont qu’un seul objectif : le soin. En novembre 2013, à la suite d’un échec cuisant en tant que pion, j’ai choisi de ne pas revenir dans le monde professionnel et me focaliser sur un travail sur moi. Combattre mon trouble, maîtriser mes humeurs, entreprendre le grand voyage vers le centre de moi-même. Je suis un grand individualiste et égocentrique. Cela ne me gène pas étant que je suis persuadé que pour faire le bien, il faut être bien soi-même.

Je me rappellerai toujours le jour en HP,  en mars 2013, où je me suis dit à moi même « Ça suffit les conneries, à partir de maintenant, la priorité est de me soigner ». Deux mois auparavant, j’avais mis le feu à mon appartement…

Je suis content d’avoir été fidèle à cet engagement. Qu’est ce que j’en ai fait du chemin depuis ce jour-là. Faut dire qu’en matière de soin j’ai mis le paquet. Je dois préciser que je n’aurai jamais pu sans ma famille qui est un inestimable soutien.

Tout ce que je fais est thérapeutique. Ce qui me prend le plus de temps est l’écriture, notamment sur ce blog (lancé en novembre 2013) mais aussi au sein d’un atelier d’écriture dans lequel je publie entre autre ma poésie. Car avant tout je suis poète (compris ou incompris) et sans prétention aucune (pas de projet de recueil pour le moment mais pas loin de 150 poèmes écrits depuis 2009!). Mon salut dépend plus que jamais de mon expression à travers cet art. S’exprimer est la clé.

Ensuite c’est le théâtre qui m’occupe le plus. J’ai commencé en septembre 2013 dans deux ateliers amateurs. La motivation principale n’étant plus de nourrir mes rêves d’acteur mais encore de m’exprimer avec un outil différent. Il s’avère qu’aujourd’hui je répète deux spectacles dont un avec lequel je tourne dans 11 villages dans le sud en Juillet. Les répétitions s’intensifient depuis cette semaine. C’est devenu plus qu’une activité thérapeutique. Je me suis fixé la fin de l’été pour décider si je me lance à fond ou non dans le projet d’être comédien.

Aussi, je me suis introduit dans une troupe de clown depuis deux mois. Je l’ai écrit dans cet article : le grand cirque bipolaire, les bienfaits du clown pour une personne ayant un trouble psychique. Un véritable travail sur le corps très bénéfique lorsque l’on a une énergie qui fume dans le cerveau et qui n’attend que de circuler dans le reste du corps. Chacun a un clown en soi, qui n’est que sensibilité, fragilité et spontanéité et cela fait un bien fou de le libérer. Ça me demande beaucoup d’effort, entre ce travail là et l’intégration dans un groupe soudé de bons comédiens. Mais quoi de plus thérapeutique!

J’ai commencé le yoga en septembre 2014. C’est à peu près à cette période que j’ai senti la nécessité d’investir ma dimension spirituelle. Je n’ai pas fini d’en parler ici. Il s’agit d’entreprendre un chemin vers une réalité ultime qui se cache derrière tout les nœuds d’émotions, de pensées dans lequel notre esprit patauge. Depuis je pratique la méditation de plus en plus régulièrement et de plus en plus longuement. Sans parler de toutes les lectures qui m’aident sur ce chemin. Krishnamurti, James Redfield, Eckhartt Tolle, Don miguel Ruiz, Jon Kabat Zinn, Rinpoche, Jacques Ferber, Doreen Virtue, Frederic Lenoir, autant d’auteurs que je t’encourage vivement à découvrir. Des retraites chez les moines ou sage amérindien m’ont beaucoup apporté et je compte en faire régulièrement tellement que je suis convaincu des bienfaits. J’ai lancé un deuxième blog : Etre la paix, dans lequel je m’exprime sur ce champ là.

La semaine dernière j’ai lu Sur la voie de Bouddha de Rinpoche, cela a été la confirmation de beaucoup de mes croyances mystiques, j’ai l’impression que le bouddhisme va beaucoup m’inspirer dans mon combat contre ma bipolarité et mes maux en général.

Ah oui, je suis suivi par un psychiatre et une psychologue TCC (analyse des émotions) et je prends toujours un traitement qui diminue au fil des mois. Un cocktail de lithium, lamictal, xeroquel. Cela est aussi thérapeutique mais en termes de temps ça n’a pas beaucoup d’importance finalement. Le but étant à long termes de diminuer jusqu’à 0 ce traitement « conventionnel » est de laisser tout la place à ses traitements « véritables ». Attention, le traitement chimique me paraît essentiel au départ et je n’aurai jamais pu faire tout le reste sans cette base là.

Aujourd’hui, j’ai une copine (depuis 3 semaines). Là aussi, il y a quelque chose de thérapeutique parce que grâce à cette relation je travail sur mes vieux penchants d’attachement, de dépendance, de jalousie, de « trop » d’intensité et aspire à quelque chose de plus calme, de plus paisible. C’est aussi avec elle que je pratique une sexualité plus riche qu’avant grâce à la découverte du tantra, dont j’avais beaucoup de préjugés alors qu’il ne s’agit de quelque chose de très simple. Je te laisse découvrir par toi même si t’en as la curiosité.

J’ai quitté le cocon familiale dans lequel je m’étais réfugié après mes longs mois d’hospitalisation. Là aussi la vie en solitaire est un sacré travail sur moi même. Difficile au début de se retrouver seul…

Le fait que l’Express.fr m’a témoigné leur intérêt pour ce blog dernièrement est une grande satisfaction car d’une manière c’est une récompense du combat que je mène. Encore une fois, cela est très individualiste. Mais comme beaucoup me l’on dit via ce blog, témoigner ici de mes états d’âmes de mes ressentis, de ce que je comprends sur moi même, cela les aide aussi.

Et quand des bonnes choses arrivent, cela me déstabilise. Des nouveaux projets font ébullition, des nouvelles craintes, angoisses, peurs alors je respire et me dis: Keep calm and carry on!

images

A bientôt,

W.