Chansons

Look the sun going down

Look the sun going down
Sorry for leaving
Look the sweet stars
Shining your night
Look up to the moon
Spirit of the sea

Open your eyes
See the Love
Listen
Hear the call of freedom

Stars and sun are singing
Melody of life
Rivers are screaming
Beauty of earth
Close your eyes
And dream…

Ecrit et Dédié pour un artiste Jazz toujours en vadrouille.

 

 Cette chanson qui m’appelle

Tes chansons, tes sirènes m’appellent
Comme l’océan, ses fleuves et ses mers
Tu m’attires dans tes rues, et ruelles
Cette mélodie, tes mots me réveillent

Tu vends de l’espoir, des merveilles
Et toujours cette chanson qui m’appelle
Mais regarde moi, je ne bouge pas
Je suis là seul, dans mon désarroi
Je te sens je t’entends, je veux y croire
Mais regarde moi, je ne bouge pas
Je suis attaché par je ne sais quoi
Peut être ce passé, cette page à tournée
J’y crois, mais je ne bouge pas.
Pourtant de vois , au loin la bas
Tes lèvres rire, ton corps danser
Tu es libre, si libre de danser.

Tes chansons, tes sirènes m’appellent
Comme l’océan ses fleuves, et ses mers
Tu m’attires dans tes rues, et ruelles
Cette mélodie, tes mots me réveillent

Tu vends de l’espoir, des merveilles
Et toujours cette chanson qui m’appelle
Mais dis moi quand ce jour viendra
Dis moi quand tu me rejoindras
Je t’attends, mais tu ne viens pas
Je t’attends, tu es toujours là bas
Tu sais je souffre, ne m’en veut pas
le chemin est invisible sans toi
Arrêtons les signes, emmène moi
Le temps me tue, arrêtes toi
tu sais tout de moi
Alors s’il te plait, prends moi

Tes chansons; tes sirènes m’appellent

 

Cela fait longtemps que je t’aime

Cela fait longtemps que je t’aime
Que ton amour m’entraîne,
Que ma folie te malmène,
Et aujourd’hui on sème les graines…

Je t’ai aimé au delà des saisons,
Pour toi au delà de la raison
Et alors tu m’avais dit non.
Mais comme le temps nous changeons
Et mon amour est devenu passion.

Cela fait longtemps que je t’aime…
Que ton amour m’entraîne,
Que ma folie te malmène,
Et aujourd’hui on sème les graines…

De nos souvenirs partagés,
Je vois un avenir où s’engager,
Un univers où nous révéler,
Nous et notre façon d’aimer…

Car pour longtemps je t’aime
Pour toujours ton amour m’entraîne
Au bord de la folie humaine,
Vivons notre amour sans haine.

Cela fait longtemps que je t’aime…
Que ton amour m’entraîne,
Que ma folie te malmène,
Et aujourd’hui on sème les graines…

La légère chanson du bonheur

Je la vie, je la vie
Cette chance qui me sourie
Je la vie, je la vie
Cette chanson infinie
Je le vie, je le vie
Ce souffle mon ami

Et c’est ainsi, c’est ainsi
Ce que je suis
Un amoureux de la vie

Mes folies, mes folies
Me font vivre bien aussi
Mes folies, mes folies
Les autres me les envies
Mes folies, mes folies
Je les chérie ma chérie
Et à elles je dis merci

Je vole et survole
et toujours je souris
Le monde tourne et s’affole
au fil de mes envies

Je suis le carrefour des rencontres
magique de la nuit.
Et je parle et enchante
les oubliés, ceux qui s’ennuient
Ils m’écoutent et adorent
chaque mot de ma philosophie

Je la vie, je la vie
Cette chance qui me sourie
Et partout je pompe, je pompe
Toute leur énergie.
Et ils ne se rendent pas compte
Qu’elle est si belle cette vie

Chaque seconde, chaque regard
Merci je tressaillis

Je la vie, je la vie…

Y a-t-il des amateurs de rap ?

Ou des rappeurs amateurs…

Et maintenant, elle est parti
Cette chance, je dois la prendre et l’écrire
Cette chance, je dois l’assommer et me souvenir
Mais d’où vient son souffle, mais d’où vient son rire
Et enfin c’est fini, je me retire
C’est plus pareille, c’est plus le même sourire
Comme c’est affligeant, ce manque des couleurs d’avant
Comme c’est affligeant ce vide en ce moment
Sans compter des boîtes de médicaments
Alors cette feuille que je prends, et gribouille
C’est cette feuille que je remplie et dérouille
Comme cette femme qui crie, qui miaule
Où sont passés ces battements de cœur
Cette force dont j’ai peur de sa rancœur
J’ai peur qu’elle parte, qu’elle meurt
Alors je la réinvente dans des mots, dans des lettres.


3 responses to “Chansons

  • Dareau Olivia

    Toi qui est tant à l’écoute des autres, qui a eu cette belle initiative de rassembler des êtres uniques, des brebis égarées, ton troupeau ne peut se disperser, je le disais aujourd’hui à l’une d’entre nous, nous nous apprenons de nous et des autres au de la , puis en de ça de nos tourments , peu importe, nous apprenons à nous aimer chaque jour un peu plus. Même la nuit construit des romans qui deviennent vie.
    Pour nous comprendre, puisque c’est un désir puissant pour certains , aux âmes qui s’expriment, cherchant un ciel, un terrain d’accueil. Ou poster nos rêves, où accrocher nos posters de dessins. Que d’en bas nous puissions nous comprendre , nous fait rire comprendre, ce besoin d’exister du plus petit récif de corail , des plaines désertiques, des océans en mouvement, aux cités antiques, aux villages de nos ancêtres, aux mégalopoles infernales, aux vents si délicats , aux tsunamis destructeurs, notre territoire est infini, le territoire de ceux qui pourraient nous comprendre, être touchés, bousculés, ébahis.
    Tant de beauté, et je comprends l’intérêt de disposer d’une boîte à trésor, ce baluchon que l’on traîne depuis petit. Se faire comprendre, comprendre l’autre, savoir qui nous sommes. Une projection ? Un miroir de ce ciel sur l’on dispose , comme de notre corps dans toute sa capacité qu’il aurait choisi.

    • Dareau Olivia

      S’autoriser à revenir sur soi même , sur ses mots, voir plus loin, je prendrais une paire de jumelles pour sans juger , me juger, me proposer un autre angle , je me met dans un autre coin , au petit coin , lol. A priori j’ai besoin d’écrire , je sais que je serai peut être lue . Mes jumelles veulent développer quelques thèmes évoqués dans ces textes, un mot me vient en Boum…
      Et ill revient chez chaque artistes , du troublion inconnu , au danseur étoile ou aux petit vendeur d’images d’Épinal, l’HARMONIE.
      Mais quand celle si trouve son équilibre, elle passe par le coeur. Et c’est sur ce point de vue que je visite l’intention et l’intensité parfois,,
      De ces mots,ou vers , je m’y connais pas assez, l’association de ces mots., de ces textes , poèmes ou chansons sans savoir pour quoi pour qui .. Je relis ces mots, les désolidarise et je les trouve belles ces lignes, beaux ces mots. J’ai connu le pouvoir des mots qui blessent, qui enferment , qui angoissent qui terrorisent . Au point de s’enfermer soi même seule avec les mélodies qui réchauffent le coeur meurtri, figé.
      Je ne lis plus trop, j’ai une montagne de livres qui m’attendent . Alors je pense du coup me mettre à lire.. J’ai entendu parlé des haïkus
      3 lignes ne vont pas m’endormir , je me suis plutôt réfugiée dans la forme , le dessin , en deux dimensions,. J’avoue que lire des poèmes transportent vers le haut comme dirait Renaud . Oh oui sa prose me paraît comme désuète , un joli sac de bonbon. Et je prefere la belle boîte de chocolat. Je dis sûrement n’importe quoi et je parle pour exprimer. Que oui je suis émue par l’Harmonie quand elle est la , chez les artistes poètes , chez les musiciens , les slameurs, les graphistes actuels ou les génies de la renaissance.
      C’est beau de lire, et etre avec son silence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :