Archives de Tag: anges

Une vie expérimentale

Je n’ai pas de croyance que j’aurais appris d’un tel maître ou telle maîtresse. Je n’ai pas de référent religieux, de repère spirituel intangible . Cette liberté est l’une des raisons de mes perditions mystiques, de mes dérapages incontrôlés et de mes chutes profondes. C’est tellement plus simple de grandir le long d’un tuteur, bien droit, bien fort. Tous les chemins se valent et le mien depuis le début ressort de l’aventure. La quête de la vérité par la recherche de moi-même. Individualiste, égocentrique, prétentieux, pourquoi pas! Est-ce que j’ai choisi cette route? Je ne sais pas, la graine de cette aspiration floue et profonde me semble avoir été plantée depuis mes premiers souvenirs.

Je rejette les théories et me nourrie de mes expériences. Dans mes délires passés, j’avais l’impression qu’on m’utilisait pour faire des expérimentations et que j’évoluais dans un laboratoire géant où des scientifiques se réjouissaient d’analyser mon esprit sans limites qui traversaient des états surprenant. Bref, j’ai dû foncer dans le mur pour constater qu’il existe, j’ai dû me noyer pour savoir nager, j’ai du mettre le feu pour accepter de me soigner. Une démarche expérimentale.

Depuis quelques années, j’ai fini quand même par m’ouvrir à la culture. Las de m’en tenir qu’à mon parchemin personnel dont le papier reste vierge, chaque verbe s’effaçant une fois que l’action était passée, j’ai ouvert des livres, dont les écrits resteront à jamais, pour y puiser quelques indications. Cependant, je laisse les livres venir à moi par les rencontres, les hasards comme des signes, des clins d’œil, des conseils livrés par les superviseurs de mon destin. Mes âmes protectrices qui m’aident à rester sur mon chemin de vie. Qui m’envoient des anges qui s’incarnent dans des personnes ou des choses que je croie l’instant de la rencontre. Pour me laisser pénétrer par l’énergie de toute cette identité, je pense, je médite, je prie, je me connecte aux autres artisans de Lumière.

Haha! Voilà un fourre-tout de ma propre croyance qui, comme tu le vois, est encore très floue, mais assez dessinée pour pouvoir avancer sur un chemin mieux balisé que durant mes épopées maniaques.

Bon, je voulais écrire sur l’énergie que je tente de canaliser mais vraisemblablement j’en suis pas encore assez conscient pour m’exprimer dessus. Ce sera pour plus tard!

A bientôt,

W.

Publicités

Ce ne sont que des répétitions! !!

C’est logique, comment ai-je pu être si bête!
Tous mes actes manqués – folies/hospitalisations- ne sont que des répétitions. Des répétitions comme au théâtre, avant de jouer la pièce de ma vie.
La rue que j’ai prise à contre sens l’autre fois. Demain je ne me tromperai pas.
Je me suis embourbé à  vouloir jouer le final avant même d’avoir réglé  la première scène.
C’est merveilleux d’en prendre conscience. Merci les anges.
Ma vie est un enchaînement de répétitions. Chaque acte rejoué tente de ne pas commettre les mêmes erreurs.
J’évolue dans une partition parfaite qui se reproduit à la perfection éternellement : jour, nuit, soleil, lune, printemps, automne, graine, fleur, vie, mort… Une routine naturelle, inlassable, paisible et joyeuse.
Je répète, me brûle à l’ouvrage, je rature, je recommence tel un Phoenix. Toutes mes souffrances vécues sont supportables, elles font parties de la constitution de ma pièce, de mon spectacle. Un théâtre, une fois terminé, qui pourra se jouer et se rejouer chaque matin. Une même pièce chaque jour.
L’oeuvre de ma vie. Ma routine. Ma partition dont les notes seront écrites à l’encre indelibile.
Et alors, plus de répétitions, plus de remises en question. Je lâcherai prise et interpréterai comme un oiseau léger la musique dont je serai l’auteur.
Toujours les mêmes notes, jour après jour, année après année, que j’apprécierai selon les saisons, selon mon âge.
J’ai le temps, je viens de fêter mes 28 ans.

W.


Maniac Story-ep05 : Les Anges

Je pris alors le RER direction Paris et me laissais guider par cette voix. En réalité, ce n’était pas une voix mais une force intérieure qui avait pris le contrôle sur ma raison. Je descendais la station d’une ville de proche banlieue. Je suivais les signes qui apparaissaient autour de moi : des affiches publicitaires, des conversations de gens qui me croisaient par exemple. J’avais un objectif. Quelqu’un m’attendait à un endroit. Je devais me laisser guider pour le retrouver. En fait, c’était un entrepreneur très charismatique, rencontré le mois dernier au sein de mon école de commerce, que je devais rencontrer pour qu’il puisse m’ouvrir les portes d’un autre monde. Celui des stars, des étoiles comme celles qui étaient apparues via un clip sur mon portable. Le téléphone de dernière technologie qui reposait maintenant au fond de la seine. Mon étoile intérieure brillait – je brillais si fort- alors mon destin était de rejoindre ces autres personnes de lumière.

Un peu plus tard, je me baladais sur l’esplanade de la Défense. Il faisait nuit. Une certaine pureté reposait dans l’air autour de moi. Il y avait une sorte de passerelle faite de bois. Large de dix mètres, il y avait des bancs au milieu de celle ci. J’étais pratiquement seul  à marcher dessus vers son extrémité. C’était un cul-de-sac et à la fin de ce couloir, parsemé de  petites lumières sur le sol (comme un chemin d’étoiles), un panorama de Paris se dévoilait sous mes yeux. L’Arc de Triomphe était en face, dans le prolongement de la passerelle et du couloir étoilé. C’était magique. Un couple était debout à quelques mètres de moi. Un couple d’Anges. Ils étaient presque transparents et irradiaient une énergie si apaisante et tellement pleine d’amour. Ils étaient là pour m’emmener. J’allai à leur rencontre. Il était très tranquille et elle était très belle. Je leur parlai mais ne compris pas leur langage. Néanmoins, ils me firent signe de suivre un chat noir qui était dans la rue en dessous de nous. 

J’étais alors à un grand carrefour de voitures non loin de l’esplanade de la Défense. J’étais persuadé d’être au bon endroit au bon moment. Mon but était resté le même : rejoindre le gardien de mon nouveau monde. Je m’apprêtais à faire du stop et à peine une minute plus tard, une voiture s’arrêtait pour m’emmener. C’était comme si tout l’univers était à mon service. Deux magnifiques jeunes femmes, en tenue de soirée, me conduisirent à une borne de taxis. Elles semblaient avoir l’immense privilège de m’escorter, de rencontrer la nouvelle star. On s’approcha alors de deux taxis qui stationnaient, la belle conductrice me demanda « tu veux prendre le taxi rouge ou le taxi noir? », je répondis « le rouge », évidemment.

J’ordonnai au chauffeur de taxi de m’emmener au Fouquet’s, restaurant prestigieux de Paris, le Gardien devait certainement m’attendre là bas. En fait, il m’attendait là bas, c’était sûr, tous les signes m’y dirigeaient.

Avant toutes choses, je m’installai au bar et commandai un whisky.

Prochain épisode : Maniac Story-ep06 : La rencontre

Précédens épisodes : Maniac Story-ep01 : Je t’aime à la folie

 Maniac Story-ep02 : L’exorciste

Maniac Story-ep03 : Parano

Maniac Story-ep04 : Porté disparu

W.


Maniac Story-ep02: L’exorciste

Le lendemain, je me réveillai pour le déjeuner. Les émotions de la veille m’ont apparemment assommé de sommeil.

L’après-midi, mes parents m’emmenèrent voir un docteur.Il fallait éclaircir mon comportement de la veille, tu penses bien. Plus on s’approchait du rendez-vous plus une angoisse montait. La même angoisse qu’hier. La même énergie ressentie la veille se remettait à couler dans mes veines. (A parte: rien que le fait de l’écrire, je ressens, cinq ans plus tard, encore cette mystérieuse sensation surnaturelle; merci au lithium de me protéger).

La psychiatre écouta les mots, plein d’inquiétude et de bienveillance, de mes parents, puis ce fut mon tour. Je ne me souviens plus de ce que j’ai dit. Par contre je me souviens très bien lorsque la psychiatre énonça la nécessité de prendre des médicaments… Terreur, fureur et malheur! j’éprouvais un mélange de ces émotions. Ils voulaient que je prenne des médicaments. Mais, pour moi, cela voulait dire me tuer. Tuer l’énergie débordante qui remplissait mon corps, mon esprit et mon âme. Ils voulaient tuer mon âme. Je sortis furieux avec cette force en moi. Celle qui avait la couleur du désespoir et de l’amour, hier, chez ma princesse. Aujourd’hui elle avait la couleur de la colère. j’étais tellement sur les nerfs que je me sentais invincible. Quelqu’un m’aurait tiré dessus à ce moment là, j’aurais arrêté la balle à la force de ma rage.

Oui, voila, j’étais enragé. J’étais devant l’hôpital à dix mètres de l’entrée. Je respirais à une cadence animale. En deux secondes j’allumai une cigarette. Je ne n’appartenais plus au même repère temporel, émotif, de force qui s’applique à tous les humains. J’étais dans un autre dimension. Je tenais plus en place. J’allumai une deuxième cigarette pour que la nicotine me calme et ralentisse mon rythme cardiaque. Mon cœur était déchaîné. Ainsi, en moins de trente secondes (en secondes humaines) j’avais pas moi de cinq cigarettes allumées dans ma bouche. Je pompais la nicotine tout en surveillant l’entrée du hôpital, à l’a-guet de tout tortionnaires en blouse blanche qui pourraient s’approcher de moi et m’arracher à la vie. A la vie que je ressentais si fort et vivais si intensément.

Mon père sortit le premier, mais il se garda bien de faire le moindre mouvement vers moi. C’est comme s’il savait, qu’il comprenait qu’il ne fallait pas s’approcher. Il était connecté à moi par les liens du sang. Par contre les anges du mal n’étaient pas de mon camp, de ma famille. Un de ces tortionnaires de l’âme fit l’erreur de s’avancer. Je foudroyai son esprit à distance. Il s’arrêta à mi distance entre l’entrée et moi. Je lui criai des insanités. Je lui hurlai dessus quelque chose du genre : »approche pas sinon je t’arrache les tripes par le cul et te les fais bouffer!! ». J’étais possédé. Il était paralysé par mes pouvoirs devenus démoniaques. Un démon m’habitait, mais ce n’était que pour me défendre du diable. Sur ce je m’échappai et quittai le centre ville. Totalement en transe je me dirigeai vers la Seine. Pas besoin de gps, mon esprit en ébullition m’y dirigea aisément.

A suivre,

Ce n’était que le deuxième épisode de ma première crise. Cette aventure n’est pas terminée. Accroches toi !!

Prochain épisode: Maniac Story-ep03: Parano

Episode précédent : Maniac Story-ep01 : Je t’aime à la folie

A bientôt,

W.