Archives de Tag: dépression

Qu’est-ce que le mal?

Le mal en soi n’existe pas. Nulle personne, nul objet sont mal en soi. C’est le regard que l’on porte dessus qui est à l’origine du mal. Pas de la douleur, hein, je parle du mal être.

Je l’ai vu la semaine passée. Cinq jours noirs. Paralysé par un profond mal être. Pas de la dépression avec ses doutes et culpabilités, mais plutôt de la mélancolie. Je ne pouvais parler, l’isolement était la seule solution, être ombre dans l’ombre. Et puis je voulais épargner les autres de mes pensées venimeuses.

Il y a des parties de moi que je trouve malsaines. Je ne peux pas les affirmer, leurs donner une place dans ma personnalité « visible », car ces pensées, ces envies sont contraires à mes valeurs. C’est mon auto-jugement qui me fait mal. Exemple avec mon amie. Si je partageais telle envie, elle réagirait certainement mal, elle penserait que je lui manque de respect. Voilà le conflit entre une envie et la peur qu’elle soit réprimée par l’autre car je la considère mauvaise, car j’ai l’impression qu’elle est considérée indigne par la majorité des gens. Alors je réprime cette envie moi-même.

Et me réprimer me fait mal. Penser qu’une partie de moi est intolérante, irrespectueuse, égoïste, me fait mal. C’est le jugement que je me porte qui fait mal, ce n’est pas l’envie ou l’objet en question. Car s’il y a amour et bienveillance, l’autre peut tout entendre, sans pour autant être d’accord avec notre pensée ou dire « oui », évidemment. Mais vaut mieux un désaccord paisible, un « non », que une non expression.

J’ai réussi depuis à avouer à mon amie ce qui me paraissait inavouable et j’ai été heureusement surpris par sa réaction. Rien que le fait d’exprimer sans être juger est un début de soin sur ma blessure à l’origine de ce mal. Ce n’est qu’un début, mais c’est déjà très libérateur.

La liberté, c’est pouvoir exprimer ce qui est emprisonné en soi, ce qui nous paraît mal, ce qui est enfermé au plus profond de soi.

Aujourd’hui, cette partie considérée indigne, irrespectueuse, intolérante serait peut-être notre partie animale que l’on réprime. Des envies et pensées que l’on juge mauvaises mais qui font partie de notre humanité. A trop les refouler, un jour cela explose et provoque des dégâts pour soi et les autres. A l’extrême, je pense aux crimes, viols, meurtres, suicides. Tout autant d’horreurs qui auraient pu être évitées s’il y avait eu ex-pression dans un cadre bienveillant avant que ce qui soit jugé mal à tort gangrène…

La liberté c’est pouvoir exprimer ce qui est emprisonné en soi. Nous sommes notre propre prison.

Pour se libérer : oser! Choisir la bonne personne, le bon espace, le bon outil. Exprimer ce qui nous semble mal, irrespectueux, sur twitter n’est peut-être pas une bonne idée. Les personnes qui font du mal publiquement n’ont peut-être pas d’entourage proche, suffisamment d’amour, qui puisse entendre sans jugement leur côté noir.

Tout le monde à un côté « noir » là encore je juge… Un côté qui nous paraît noir.

Si on en a conscience, celle-ci nous permet de maîtriser et attendre et choisir d’exprimer ce mal dans les bonnes conditions. L’inconscience va nous faire exprimer notre mal dans un moment non choisi, il y aura dégâts. Et lorsque ceux-ci seront très violents et coûteux, il y aura peut-être prise de conscience!

Bref!

Patience et espoir

Si tu n’étais pas au courant, hé bien, je vends mon livre sur la Fnac ou Amazon. Si tu le savais, hé bien, je te le répète et répéterai jusqu’à mort s’en suive, et si tu l’as acheté, oh merci! pour moi et l’asso qui prend 50% des droits d’auteurs, maintenant tu peux mettre un avis sur la Fnac ou Amazon, j’apprécierai beaucoup quelque soit l’avis, et si tu es au courant, que tu l’as acheté, que tu as mis un commentaire, hé ben, je sais pas… c’est peut-être à ton tour d’écrire un bouquin!

Ps : Je peux aussi te le vendre directement lors d’une rencontre de l’asso. J’en ai commandé un carton, du coup physiquement je peux te le vendre moins cher. Dis moi sur bipohypermaniac@gmail.com . Tu peux m’écrire pour raconter ta vie aussi, hein!

Allez, et tant que j’y suis dans cette fin d’article à informations multiples. La journée portes ouvertes de l’association des Hypersensibles a lieu le 28 Octobre à Paris, détails sur le lien. Une occas’ de se rencontrer aussi!

W

Publicités

Liberté illusoire

Je suis fatigué du monde que je me crée. Une voix me dit qu’il n’y a rien à créer, rien à contrôler. Alors, qu’est-ce que je suis censé faire? Voyager. Voyager en moi, voyager à l’extérieur de moi. Mais je suis coincé, comme toi sûrement, par la pensée « il faut de l’argent », « il faut travailler pour se nourrir, avoir un toit ». C’est le début de tous les problèmes : trouver ce que je peux faire qui ne soit pas un boulet à traîner.

L’expérience m’a fait croire que je ne pouvais pas travailler dans le système. Alors j’ai crée mon travail, j’ai choisi d’œuvrer pour la cause hypersensible. Mais je ne vis pas de ce travail, il n’y a pas d’argent qui circule. Je travaille à voir comment mon travail peut me faire vivre, moi et ma famille à venir. C’est cela mon boulot, ce travail en plus du travail.

J’exerce alors un grand contrôle sur ma vie. Et la petite voix est toujours là :  » lâche prise, il n’y a rien à faire, la vie n’a pas besoin de ton contrôle ». En réalité, c’est une peur qui se cache et qui est à l’origine de ce travail. La peur de manquer, d’être dans le besoin. Ça me limite car quelque chose me dit que c’est lorsque je serai dans le besoin que la vie me porterait secours d’une manière ou d’une autre. Mais je suis un homme et je veux garder la main mise, quitte à m’épuiser dans tous mes travaux qui promettent une indépendance. Indépendance ou liberté illusoire, vu depuis mon regard obscure.

Comment se libérer d’un conditionnement qui n’est pas seulement personnel mais largement répandu?

Autour de moi, tout le monde travail, tout le monde exerce son contrôle pour trouver l’argent, source de survie. Je ne suis pas et tu n’es pas libre. Est-ce que l’autre peut être libre si je ne le suis pas? Ceux qui sont libres de ce que je ne suis pas, libre de ne pas se soucier d’argent et de survie, ne sont pas autour de moi. Je ne peux pas voir la liberté que je n’ai pas. Nous vivons ensemble, ce qui nous rassemble sont nos croyances communes, nos enfermements. La misère extérieure conforte cette idée que l’on a de la chance de travailler pour ne pas manquer.

Ce texte est totalement irresponsable. Evidemment puisque je veux être libre de toutes responsabilités. Aux hommes et femmes qui aiment contrôler et avoir des responsabilités, je vous laisse tous mes pouvoirs. Je veux juste me reposer et vivre en paix. Voyager.

Ps : Mon premier livre La vie d’un bipolaire qui montre l’évolution du trouble bipolaire. 50 % des droits d’auteur sont reversés à l’Association des HyperSensibles.

Patience et espoir

W


Impression Dépression Diversion

Je voudrais écrire « dépression » simplement mais ce que je vis n’a rien d’une maladie ou alors ce serait la condition humaine qui est une maladie? Je ne suis pas d’humeur à jouer sur les mots mais les mots sont importants car les mots qu’on pense conditionne notre état. « La tristesse est la résistance à quelque chose de nouveau » écrit R.M Rilke. Ce n’est pas ce que je vis qui est noir mais c’est ma manière d’accueillir ce nouveau qui me pèse. C’est ma façon de percevoir la vie qui n’est pas adaptée à ces nouveaux jours.

Voilà comment on peut vivre difficilement l’amour de quelqu’un, et harmonieusement la perte d’un être cher. C’est une question de perception. Alors je pourrais remettre tout en question, douter là où avant je me réjouissais. Ce n’est pas la vie qui a des couleurs définis : ça c’est rouge, ça c’est bleu, ça c’est noir… Une chose peut être vécue d’une infinité de manières différentes. Tout dépend du regard que l’on a au moment où l’on vit cette chose, tout est relatif à notre perception, à notre humeur du moment, à notre énergie. Voilà pourquoi je fouille au fond de mon être, pour trouver la paix. En moi. Car tout dépend de moi. C’est là que ça se passe. C’est de là que j’apprécie ou non l’extérieur. C’est de là que je crée.

Alors chercher la paix ou la créer. Existe-t-elle en moi ou dois-je l’inventer? Comme j’ai inventé mon monde ici. Créer la paix. Ou alors la recréer, ça fais déjà moins prétentieux. J’y avais jamais pensé, comme tout le reste d’ailleurs, je voulais parler de mon état en  » dépression  » au départ, mais je me laisse aller au jeu du clavier libre, et je me fous, désolé, de si tu vas comprendre ou pas. Je viens ici m’exprimer et non communiquer.

Comment on fait pour créer la paix? On se fout la paix? Pas loin, je dirai qu’on est en paix lorsqu’on parvient à vivre hors de soi. Hors de moi. Quoi qu’il m’arrive, rien ne s’accroche, tout glisse, me transperce. De l’air à la place de l’ego, et la vie qui continue est vent, et moi comme l’arbuste, j’accueille sans bouger.

Tout ça pour dire que pour se relever vite d’une dépression, il ne faut pas mettre des mots, il ne faut pas penser. Accueillir ce repos forcé sans le juger. Car le mental est en retard, le système d’exploitation est dépassé, il ne peut pas interpréter justement le présent. Le corps a besoin de ce repos pour se mettre à jour. Il n’y a rien à penser. Le mental doit être hors-je, le temps que l’énergie revienne. Diversion

C’est de cet état que j’écris. Car, étant dans le vif du sujet, je veux prouver de mon expérience que l’espoir est possible là où les pensées malades veulent nous dire l’inverse, que tout est noir, etc. Mais voilà le problème au fond, c’est qu’automatiquement on s’identifie à nos pensées, alors si nos pensées sont malades on dit qu’on est malade. Hé non non non! On peut choisir nos pensées, on peut même créer nos pensées, créer des pensées paisibles, c’est peut être un bon début pour se créer la paix.

Patience et Espoir

W


Crise hyper-Mélenchonite aigue

Melenchon-hypersensible-vote-depression-bipolaire-abstention-melenchonite-aigue-presidentielle-temoignage-bipolarite-association

D’abord : là où la dépression durait des mois, elle n’a duré que deux jours cette semaine. De quoi prendre conscience que le trouble évolue, que la « bipolarité » n’est pas une « maladie » figée. Bref, c’est un autre débat!

Aujourd’hui, ça repart! Des envies se libèrent, des peurs s’effacent et des nouveaux intérêts me stimulent. D’où le titre. J’aurais pu titrer aussi : De l’abstention à Mélenchon.

Ça fait 12 ans que je m’abstiens les jours J. Jusqu’ici, j’ai toujours été désintéressé de la politique, enfin d’ « une » politique, parce qu’en réalité, que ce soit dans mon ancien travail dans l’éducation populaire ou dans mon engagement actuel associatif, je prétends faire de la vraie politique : j’agis, je fais ma petite part dans le boulot de transformation sociale nécessaire en France et au delà, d’ailleurs, bref!

Monsieur Hollande a eu raison et a eu une certaine influence dans ma vie avec son  » le changement c’est maintenant ». Effectivement, la fin de son règne marque un grand changement pour moi : je vais voter. Mais bien plus que voter, depuis un mois je suis dans une boulimie d’information politique, économique, etc. Je suis en perfusion, branché sur la chaine parlementaire (LCP) en particulier. Je lis les programmes, regarde et écoute de multiples opinions, raisonnements différents. Une obsession! J’ai un avantage pour pouvoir faire tout cela : le temps!!

Ben oui, il en faut du temps pour s’intéresser, creuser, commencer à se forger une propre opinion, et se libérer du phénomène automatique pour presque tous qui est de répéter l’opinion de ses parents ou celle d’un candidat et de se laisser séduire, émotionnellement, au lieu d’être convaincu, par un cheminement de pensée. Il faut du temps et de l’énergie. Ce que très peu de gens ont une fois qu’ils sont libérés de leur travail, de leurs responsabilités familiales et du temps qu’ils mettent à récupérer avec leurs loisirs. Dans l’idéal, il faudrait qu’une semaine soit banalisée avant les élections pour que tout le monde puisse se poser, lire, écouter, discuter, s’exprimer sur le débat d’idées. Je pense qu’une après-midi suffirait pour prendre conscience, par exemple, que le programme de Macron est plus une stratégie de communication qu’une vision de société… Ah! Comment je me mouille!!! Haha, non mais vois-tu, c’est très bizarre pour moi de m’exprimer ainsi alors qu’il y a deux mois je pensais à peu près que c’était tous les mêmes, y compris Le Pen. « Le changement c’est maintenant! ».

Voilà donc, je suis atteint du fléau de la « Mélenchonite » qui fait des ravages ces derniers temps. Je l’ai écouté, je l’ai lu, et pour faire court, c’est celui qui défend des idées qui me semblent les plus justes. C’est celui qui parle le plus de Paix, si je devais choisir un seul argument. Je me surprends à être même fan du bonhomme et à croire vraiment qu’il peut y arriver. Mais c’est pas tout.

Mon engouement, cet intérêt explosif sur le monde extérieur, qui d’ailleurs me permets d’oublier un peu mon monde intérieur beaucoup plus complexe et pénible, ne s’arrête pas à étudier les projets des candidats et à en choisir un comme champion, mais aussi à me projeter moi dans l’univers politique. Bah oui, moi aussi, j’ai des idées, j’ai des valeurs, j’ai envie de représenter des réalités qui ne sont pas prises en compte (le monde du travail et la société de consommation actuels qui sont mauvais pour notre santé mentale, notamment) j’ai envie de changer les choses. Alors je m’enflamme, je pense loin, trop vite. C’est très émotionnel. Beaucoup d’agitations dans l’esprit. Alors je pense : « je vais créer une chaine youtube où je m’exprimer sur ma vision de la société, du monde! »  et je pense aussi : « Bah pourquoi pas me présenter pour être député, et siéger à l’assemblée », alors je regarde comment faire, et je découvre que c’est très simple de se présenter, et…

… et je réfléchis deux secondes… « Je vais pas un peu trop vite là, non? ». Je respire, je vais me coucher au lieu de candidater par internet aux législatives, je me raisonne et décide de laisser passer un peu de temps. Et je me félicite, quelle sagesse!!

J’étais à deux doigts de rejoindre des réunions de campagne de Mélenchon, mais au final, j’ai assez respiré dans cette intensité, pour prendre la décision de ne rien faire et voir après les élections et son effervescence si ces envies d’engagement demeurent. Quelque part je fais l’effort de faire comme tout le monde, seulement suivre ce qui se passe et voter à la fin. Même si, je le fais avec plus d’intérêt et d’énergie que la majorité, parce qu’encore une fois : j’ai le temps!

Cependant, j’ai écrit déjà pas mal d’articles sur la société sur mon autre blog, ex : « 1 chance sur 6 de me suicider » mais aussi lui et lui et lui et lui et lui!

Voilà, voilà ! Et sinon c’est le printemps et son renouveau, sa poussée de sève, de désir de vivre, désir de l’autre, et tout le tralala qui se bouscule dans mon petit être hypersensiblement humain. Printemps qui fait fleurir des belles rencontres entre hypersensibles, en ce qui concerne l’association. La prochaine aux Butte Chaumont à Paris, mercredi 12 Avril. Un site pour tout ça : www.association-hypersensibles.fr

Aussi, grande nouvelle, j’ai créé une page facebook pour mes 2 blogs, la vie d’un bipolaire, pour un accès plus simple vers moi.

Enfin c’est toujours un plaisir de correspondre avec toi : bipohypermaniac@gmail.com.

Patience et Espoir.


Dépression, encore.

bipolaire-W-la-vie-d-un-livre-journal-blog-crise-maniaque-illumination-folie-Dieu-eveil-peur-liberation-association-hypersensible

Mon compagnon durant un mois sur mon île

Entre deux mondes.

Le retour à la normale, comme prévu, est dur. Dépression.

Il y a beaucoup de dépressions différentes. Au fil des ans, les miennes évoluent. Ce ne sont plus des longs mois pire que la mort. Mais des séjours, encore douloureux, mais plus intéressants déjà. Comme celle-ci où j’observe que la souffrance vient du contraste entre le manque d’énergie et les fortes envies et projets à réaliser. Pas mal de choses à faire mais pas l’énergie pour, c’est frustrant. Voilà ce que je peux observer mais je sais très bien que sous cet état d’épuisement général, il y a des causes inconscientes. Des transformations en coulisses. Des choses subtiles qui se passent en moi que je ne peux distinguer. Ça me donne de l’espoir. Enfin… de l’espoir vécu de manière théorique.

Quelque part ça m’énerve de te faire part de cette dépression, et la rendre publique, car elle peut donner raison aux fatalistes du trouble. « T’es malade et tu vas en chier toute la vie ». Non! Même dans mon sale état de solitude, loin de la solitude que je vivais sur mon île, je conteste ce fatalisme.

Cette expérience d’un mois sur une île seul, a été riche, et a bousculé mon esprit sur pas mal de choses. Finalement c’est normal qu’il y ait une dépression après coup. C’est difficile à admettre, même pour moi, mais je crois que c’est aussi simple que ça. On a encore tant à apprendre de ce qui se cache sous la souffrance. J’aime bien la phrase de Rilke « la tristesse est le fait de résister à quelque chose de nouveau », on peut transposer ça à la souffrance.

Accepter, accueillir ce qui est là, ce qui vit là maintenant en soi.

Aujourd’hui, j’accepte en vivant dans un laisser aller presque total. Je dors, regarde la télé, je fais le moins d’effort. Chaque pensée inquiète si courte soit-elle épuise déjà l’énergie que je n’ai pas.

J’ai des nouvelles inspirations, nouveaux projets ces dernier-temps qui submergent mon esprit. Peut-être que cette dépression est nécessaire pour que le brouillard se disperse, pour que les moyens pour ancrer ce renouveau se manifeste.

Autre raison de la dépression. Je ne pensais pas être seul une semaine de plus à mon retour. Et être isolé quand il fait beau, en plus.

Tout ça pour dire que j’en chie. L’écrire, le partager pour peut-être s’en libérer. Mais surtout pour écrire que la dépression n’est pas une maladie. C’est une période de souffrance qui a un sens. C’est plus simple de trouver le sens après coup, certes!

Mais si on a les moyens pour vivre cette dépression pleinement sans dommages collatéraux, et qu’on sait les raisons de cette tempête, et enfin qu’on est convaincu qu’elle aura une fin…

… Alors la « dépression » qui définissait une période terrible de souffrance, de mal être, pourrait être définit un jour comme : « un repos au calme bien mérité ».

Et depuis le marécage douteux dans lequel je suis, je t’écris : Si je souffre, c’est parce que j’ai la maladie de vouloir vivre une vie qui n’existe pas. Je pense que ça résume bien.

Voilà c’est de ce genre d’articles qu’est composé mon premier bouquin commandable en librairie ou sur : la vie d’un bipolaire, le livre, m’enfin je sais pas si ça vaut vraiment le coup, je t’avouerai!

Allez!

Patience et espoir…

W

1   2   3    4   5   6   7


Assumer sa folie, c’est tout

Je suis le premier à écrire qu’il faut accepter son trouble, accueillir qui on est avec patience et espoir…

attention-love-bouffon-bipolaire-vivre-avec-symptome-fou-folie-psy-psychiatrie-crise-maniaque-accepter-trouble-depression

Mais je m’interroge sur le sens de cela, où va-t-on par exemple lorsqu’on dit qu’il faut « accepter son trouble » ou même « accepter sa bipolarité »?

Bien que j’ai eu un diagnostique de bipolaire en 2008, je n’accepte pas le terme de malade cependant j’accepte de dire que je traverse des périodes de trouble, ceux là sont plus forts que la norme mais au final, tout le monde un tant soit peu en vie fait face aux turbulences de l’expérience humaine…

Voilà, c’est fou ça! je me perds dans ce genre d’explication, j’avais une énergie, un élan d’écriture qui s’est dissipé dans ces creuses justification. Je voulais tout simplement écrire :

Mais qu’est-ce que j’attends pour vivre?

Je suis en révolte dans ma dépression. J’ai envie de hurler. Je suis un troubadour enchaîné. Le système réussit son coup et perdure dans sa stabilité en culpabilisant les instables et les poussant à se stabiliser.

Comment je peux accepter que je sois instable, accepter ma folie et la faire taire en même temps avec tous les moyens, tout ça pour rester en contact, en communication avec la norme?

Je suis en train de passer à côté de ma vie en essayant de jouer l’équilibriste entre ces 2 camps. J’ai beau méditer, plus je suis lucide, plus je me rends compte de la réalité qui m’entoure. Pas étonnant, que je cultive rapidement des illusions, que je fuis les autres et préfère la folie, je ne suis pas en accord avec cette réalité que la majorité des gens, la norme, accepte et s’épanouisse dedans à coup de consommations, et de plaisirs palliatifs.

Le problème est que j’ai ce désir, ce plan (destin?), ce rôle à jouer pressenti, d’évoluer au sein des autres et non me retirer là où je suis compris, dans ma solitude. Je suis piégé a vivre sans cesse décalé, car je suis différent, bien trop différent pour être sur la même longueur d’onde et pouvoir avoir une communication. Au fond de moi, je sais que ce n’est pas ma place d’être en communication avec l’autre, dés que je vais contre cette nature, je resserre les chaînes qui étouffent le bouffon en moi.

Ma place sociale est celle du clown, celui qui s’exprime et qui émeut par son comportement décalé, spontané, sans prismes. C’est la place que je tenais enfant, dans ma famille, ou en classe, je ne prenais la parole que pour sortir un trait d’humour. J’étais heureux. Cette place, je l’ai perdu. J’ai perdu ma légèreté pour un sérieux lourd. « Accepter sa bipolarité », trop sérieux, « psycho éducation » trop sérieux, « échanges de témoignages entre hypersensibles » trop sérieux, « diriger une association » trop sérieux. Tout ce sérieux me plombe et m’éloigne du clown en moi.

J’ai fait partie d’une troupe de clown, ironie du sort, je n’arrive pas à faire le clown sur scène, mais lorsque je le faisais hors de scène dans le groupe, je perturbais la classe, et je me suis fait gentiment remettre à ma place. Je n’arrive qu’à être en phase avec ma folie, à être moi, lorsque une multitude de facteurs sont là pour mettre en confiance mon clown qui s’exprime brutalement : « Je suis un prophète! » par exemple. Et dans ce monde sérieux, c’est pris au sérieux, du coup je le prends au sérieux, en oubliant que je suis fou que je ne suis pas sérieux, que je n’y crois pas, que seulement ça me met en joie de le proclamer. On appelle ça une crise maniaque… Mais la crise maniaque n’est pas la folie, c’est la résistance mentale à la folie, la peur de la folie, c’est ça la crise maniaque, c’est prendre au sérieux la folie.

Et on prend tout ça au sérieux, et vient l’arsenal thérapeutique pour se soigner. Pitain, on est parti loin…

Et je réfléchis, et j’écris, et je débats sur la bipolarité, le sens dans tout ça, l’hypersensibilité, et ça me rend encore plus sérieux, et plus je mets en oeuvre des moyens qui sont censés me faire accepter qui je suis, me recentrer, plus en réalité je m’éloigne de ma légèreté, et de mon rôle, celui dans lequel je me sens bien : le troubadour, le clown, le bouffon.

O toi qui me connais, qui me vois si sérieux, tu auras du mal à l’admettre.

Diriger l’AHS en attendant un remplaçant, je veux bien, mais L’AHS c’est très sérieux, c’est un mouvement qui fait partie d’un mouvement plus grand de révolution de la société française. Ce mal-être mental de plus en plus grand en France va…

Bref!

Accepter sa bipolarité? Non. Accepter sa folie? oui. Et vivre sa folie. Assumer sa folie. Assumer d’être en décalage. Ne pas résister à sa différence. Ne pas aller contre nature et s’insérer dans un rôle qui n’est pas le sien. Ne pas se taire. Je suis fou et c’est en étant fou que je suis heureux.

Elle est où ma souffrance? Elle est dans ma résistance à ma folie. Tant que je n’accepterai pas et n’assumerai pas à vivre ma folie avec toutes les révolutions qu’elle apportera dans ma vie, pour le meilleur et le pire, je souffrirai et me rassurerai avec ces termes: « bipolaires » hypersensibles »psy »troubles.

Mais qu’est ce que j’attends pour vivre pleinement ma folie?

Et de répondre au sérieux :

« Je m’en fous, je suis fou! »

Patience et Espoir, mon cul!

W


Après la tension, la détention

Après la tension, la détention

Autrement dit, quand je n’ai pas maîtrisé la haute vague, je plonge ensuite dans les profondeurs. Autrement dit, quand je me suis trop fatigué, je suis coincé ensuite dans un repos trop dense dans lequel je suis paralysé et le peu d’énergie à mon actif se disperse dans les doutes et les peurs.

Je sors de trois jours de détention, de cette prison qu’on appelle dépression. Dépression étrange car j’ai eu des moments de grande activité. J’étais tout de même lié avec mes doutes récurrents sur l’association, l’angoisse qui précède ce weekend de rencontres à Rennes. Anxieux devant le nombre incertain de participants, particulièrement pour la rencontre de dimanche que j’ai rajouté à l’arrache, vu que je prends un train de retour dimanche soir. J’ai peur de me retrouver dans la même situation qu’à Lyon, dans cette attente solitaire avant le retour. Même si je sais très bien que cela se passera tout autrement, et même bien car le weekend dernier était particulièrement intense avec une rencontre le samedi à Paris avant l’aller retour à Lyon. La déception d’être trois personnes dimanche m’a tendu aussi, alors que malgré ce petit nombre la rencontre c’est très bien passé, et des liens plus étroits se sont créés. Maladroit dans la communication par mail de la rencontre à Rennes, une potentielle participante m’a livré que j’étais inquiétant et se demandait si je ne dissimulais pas une secte. Des petites choses comme ça qui touchent d’autant plus quand on est au creux de la vague. M’enfin!

Ce que j’ai appris dans tout ça, c’est que j’ai fait pas mal de mauvais choix en termes d’organisations, de planifications et de communications des rencontres. Et plus le mouvement prend de l’ampleur plus j’ai du mal à gérer tout ça. Voilà pourquoi, l’association des hypersensibles va recruter un coordinateur ou coordinatrice bénévole pour structurer tout ça. Voilà un petit bout de la fiche de poste que je dévoile en premier lieu ici (à la source de l’asso) :

Rôle :
1) Structurer les actions diverses déjà existantes (rencontres, événements associatifs,
communications) ;
2) Mettre en oeuvre les décisions du Bureau et favoriser le développement de l’association dans le
respect du projet associatif ;
3) Mettre en place les moyens nécessaires à la réalisation des diverses actions et activités.

D’ailleurs je voulais remercier l’autre de donner un coup de main efficace sur les écritures administratives de l’asso ainsi que dans la recherche d’un local, ça me fait du bien.

A part ça, ça y est j’ai signé la location d’une maison pour un mois en mars sur une île bretonne, un exil nécessaire, expérimental. Un mois seul où j’ai le désir d’écrire un livre ou en tout cas des pages d’humeurs qui seront dédiés à ce qui me traversera durant ce séjour. Impossible de savoir donc aujourd’hui ce qui en sortira, même si je me doute bien que ce sera des écritures torturées comme je sais le faire .

Enfin bref voici un article qui relève du domaine de « l’échange d’informations », comme dirait l’autre, rien de très intéressant, donc.

Ps: j’utilise depuis quelques articles l’appellation « l’autre » dés qu’il s’agit de citer une personne qui partage un bout de ma vie. Nulle offense.

Ça suffit.

Patience et espoir, avec une pensée pleine d’amour et d’empathie pour ceux qui n’ont pas l’envie de vivre. Ça leur fera sûrement une belle jambe, m’enfin je suis touché par leur état et je pense particulièrement à elle.

Patience et espoir

W