Archives de Tag: joie

Consultation chez mon psychiatre

Cher Doc’,

Merci d’accepter cette originale consultation.

Dans trois heures je serai dans votre grand bureau avec ces hauts murs blancs décorés par des grands posters d’affiches de vieux films de cinéma. Avant la consultation, j’aurai certainement attendu un peu dans l’une de vos grandes salles d’attentes à feuilleter un des nombreux grands livres d’arts à disposition, ou un album sur l’Inde, pays que vous appréciez beaucoup pour la spiritualité présente là bas, je crois, bref!

Me voilà devant vous, vous devant moi, m’observant un peu, essayant de déceler en moi par mon comportement l’état de mon humeur. « Hmm, il doit certainement être up avec cette originalité qui me propose » ou peut être suis-je un peu parano.

Docteur, depuis notre dernière entrevue, il y a deux mois, il s’est passé beaucoup de choses. Des rencontres entre hypersensibles, une relation amoureuse, une tournée de théâtre qui a viré court, et dernièrement un séjour entre hypersensible merveilleux. C’est cette dernière expérience qui me donne cet élan de vous écrire.

Depuis que je suis rentré de ce long weekend partagé avec 16 hypersensibles! je suis logiquement un peu déstabilisé. M’enfin, je dors et garde une bonne hygiène de vie, beaucoup de repos, ce qui me permet de vivre le contre coup de cette grande vague sans dommages, pour le moment! Les fortes émotions ont laissé place aujourd’hui à une tête pleine de perspectives, de projets et de réflexions en arborescence du à ce mouvement qui prend toujours un peu plus d’ampleur. Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais à partir seulement de la création de ce blog en novembre 2013, je suis aujourd’hui au centre d’une centaine d’hypersensibles concernés par mon projet d’association.

J’ai rassemblé 17 hypersensibles dans un gîte à la campagne. Un espace ou chacun a pu recevoir une dose de bienveillance, d’écoute, d’espoir. Après notre entretien je vais rejoindre d’ailleurs dans un café une dizaine d’hypersensibles présent ou non de ce séjour.

Plus que jamais, je réalise un monde rêvé, un monde ou des personnes souffrantes psychiquement, comme moi (surtout dans le passé) puissent se libérer petit à petit de leur trouble grâce à la rencontre, l’échange, le ressourcement, la création artistique.

Mon désir d’une pépinière HS (Un centre fixe dans la campagne de ressourcement pour HS et de création artistique) a déjà commencé à être assouvi par ce dernier weekend où il y a déjà eu des belles productions.

Voilà, cher psychiatre, aujourd’hui je me sens:

Fort : je créé un nouveau monde à mon image, des fondements ont déjà été posés, j’ai une équipe d’hs devenus amis à qui je peux déjà déléguer une partie de l’organisation des rencontres parisiennes. Ma (r)évolution intérieur (ce travail acharné que j’ai fait et fais encore sur moi) se reflète plus que jamais à l’extérieur sous forme dans une révolution sociale. Car au final c’est ça ce qui se passe, je créé du lien social entre personnes qui en avaient profondément besoin (comme moi). Je suis créateur.

Fragile : jamais à l’abri d’une exaltation mais tant que je reste en garde et que je suis ouvert à l’observation de mes proches et la votre (même si la dernière fois vous n’avez pas préféré m’hospitaliser alors qu’avec le recul ça aurait été mieux, haha!) tout ira bien. Et comme vous le dites, j’ai beaucoup de ressources, oh oui! Aussi ce monde que j’ai crée et que je co-crée maintenant suscitera des critiques de gens qui ne comprennent pas ce que je vis à l’intérieur. Cet amour que je veux partager. Qui comprennent pas que ce n’est pas tant le pouvoir et l’argent que je cherche mais une vie simple et heureuse faite d’amour inconditionnel. Si les gens ressentaient ce que je ressens ces derniers temps, cette paix, cette joie, cette amour, bon certes, il ferait certainement une crise maniaque pour ceux qui sont hypersensibles, et oui certes à l’inverse, peu de personnes solides pourraient le ressentir car il faut connaître le non-amour pour connaître l’amour, la souffrance pour connaître la Joie, l’agitation pour connaître la paix. Mais je suis certain qu’il y a des millions de gens qui ressentent, qui connaissent, ce que je vis, et qui n’attendent que, que je continue mon chemin toujours dans le travail sur l’égo et l’éclairage de la voie qui va du coeur à la parole sans passer par le cerveau.

Tout ça pour dire, que j’attire parfois des critiques dures, des gens qui me croient mal intentionnés, dangereux. Comme dit Alexandre Jollien : « RAF » : rien à foutre!  Désolé amis dé-traqueurs, c’est trop tard, je suis plus fort que vous, vous me ferez certainement douter une seconde, une minute, une journée mais pas beaucoup plus car j’ai un arsenal d’outils pour me recentrer: un traitement, un bon sommeil, l’écriture, et surtout toute une légion humaine, d’amis, de soutiens anonymes. Mon amour, ce je qu’exprime,  fait résonner tes peurs les plus inconscientes, tu résistes à lumière que regorge certain mots, mais c’est normal étant donnée ce que tu as vécu, ce que tu es devenu, toi et tes blessures, je ne t’en veux pas. Cependant je ne laisserai pas visible ton poison (tes commentaires) dans ce petit monde que je construis.

Fou : En voyant ce que je suis devenu, ce que j’ai fait, ce que j’ai, je me projette dans un futur proche en imaginant l’évolution de ce qui est là déjà, et naturellement mon égo se voit grand, holà très grand! Prenons Gandhi, l’abbé Pierre, Luther King… Mon égo se voit un destin à la hauteur du leur, et encore cet égo là est modeste! Le fond de ma folie se prend pour Dieu, le Dieu créateur, mais cela est-ce même de la folie? Je vois déjà des foules rassemblés par ce que j’ai impulsé. Par contre, mon besoin de notoriété ayant été largement soigné, je n’ai pas tellement envie d’être au centre d’une attention populaire. J’ai plutôt envie de vivre très simplement dans la nature avec une femme et des enfants, et déléguer la gestion de mon monde. Je n’ai pas besoin d’Harley Davidson (désolé doc’, pas pu m’empêcher!), de ferrari, d’habits chers ou de toute cette technologie. Il n’y a qu’à voir mon portable et le trou dans mes chaussettes et mes chaussures.

Sage : Je n’ai plus besoin d’être exalté pour être bien. Je suis sur un chemin ou la Joie et la Paix illimité se trouve et se vit d’abord à l’intérieur. Je peux méditer une heure avec un mental au repos, avec ma conscience seulement focaliser sur la respiration et les battements de mon cœur.

Je m’arrêterai là. J’espère que vous êtes allez jusqu’au bout et que vous ayez fait un dépassement de fonction (pas seulement prescrit un traitement comme la majorité des psychiatres). M’enfin, ça vous le savez, vous êtes un excellent psychiatre. Presque un vieil ami!

Voilà! maintenant on peut parler de comment on va collaborer tous les deux pour révolutionner la psychiatrie française. Envoyer valser les diagnostiques, faire évoluer le langage, et que sais-je encore!

Je vous invite doc’, à mettre votre prescription ou un petit mot en commentaire.

Merci, si j’en suis là, c’est en partie grâce à vous et à la confiance que vous avez eu en mes ressources personnelles et à la décision de ne pas trop m’avoir assommer chimiquement au contraire même!

Voilà ma carte vitale  et surtout…

W

 


La rencontre du coeur

J’hésite à écrire ce qui va venir. J’hésite car j’ai peur de révéler mes expériences en terme de relation, j’ai peur que cela puisse me causer un préjudice si « elle » vient à découvrir cet espace, d’autant que je sais que la lecture des traces du passés laissés ici ont déjà fait peur à « une ».

Mais je dois dépasser cette peur pour partager mon travail dans ma relation à l’autre. J’ai beaucoup travaillé sur moi-même, sur mon mental notamment et l’égo, j’ai acquis une meilleure connaissance du soi -le chemin continue- , je suis ainsi mieux armé pour aborder la relation à l’autre. La vie a répondu présente, comme toujours, en créant une magnifique rencontre.

C’est le commencement d’une nouvelle période: le cœur. Le cœur. LE cœur. LE Cœur. LE CŒUR.  Un nouveau chapitre qui n’aura pas de fin, l’exploration du cœur me paraît intuitivement infini.

Aujourd’hui je vois bien que mon cœur est entouré de murs de protections, des couches de peurs. Je pense que celui-ci s’est refermé à mon entrée au collège dans la cour des grands après une enfance à cœur « ouvert », ces guillemets sont là pour noter mon incertitude quant à cette explication. En vérité, l’état présent de mon cœur  est le résultat de facteurs qui doivent remonter bien loin, bien haut, bien bas, bien derrière, bien devant. Je ne vais pas me perdre ici dans une psychanalyse de l’histoire de mon cœur mais je vais revenir vite à la seule vérité : celle de l’instant présent, celle cachée dans ce que je ressens là, maintenant.

Maintenant que j’ai bien ouvert, soulagé et allégé ma tête, c’est autour de mon cœur. J’ai déjà bien progressé. Jusqu’à récemment, il m’était impossible de mettre ma conscience pleinement  sur les battements de mon cœur, depuis j’y parviens, ce qui me permets d’écouter ce qu’il a à me dire.

La rencontre avec « elle » a remué et a remis à jour les peurs que je n’ai pas encore dépassé. Telle est une des lois de la nature humaine : tant que l’on a pas surmonté une peur, on expérimente en boucle des situations qui nous font affronter celle-ci. Les peurs qui s’interposent entre moi et mon cœur sont : la peur de l’abandon, de ne pas être à la hauteur. Un grand classique, hein? Elles sont toujours intervenus à chaque relation. Aujourd’hui, la grande différence est que j’ai un contrôle mental bien plus fort qu’avant, j’ai trouvé l’arme fatal et sais en user pour vaincre ces peurs : l’instant présent. Je veux bien croire que cela te paraisse flou et fou. Revenir à l’instant, à ce que je ressens là; me permets de vivre pleinement la peur présente, mettre mon attention dessus, la lumière de ma conscience dessus. Ainsi je m’en libère petit à petit. Ainsi je me rapproche du cœur petit à petit. Une bien belle aventure.

De part sa grande dimension spirituelle, « elle » a une connexion à l’Amour et une vibration déjà très élevée. Malgré les nuages autour de mon cœur je l’ai senti, j’ai senti à travers elle l’énergie subtile et si puissante de l’Amour. Pffiou, un moment hors de l’espace temps, merveilleux. Je parle ici de l’Amour divin dont la Femme (le féminin) à l’accès et partage à l’Homme.

Ce n’est pas un hasard cette rencontre, je crois que l’on est complémentaire dans notre travail tout les deux sur soi. C’est très tôt pour l’écrire mais je crois bien que sa force est plus au niveau du cœur ce qui lui permet une certaine sensibilité accrue, une clairvoyance,  un pouvoir guérisseur, alors que ma force est plutôt au niveau mental. Une belle complémentarité.

Il est donc probable que mes doigts dorénavant s’appuient régulièrement sur les touche C-O-E-U-R. J’ai beaucoup à découvrir. « Découvrir », quel joli mot, car il résume bien le sens de la vie humaine et le travail de l’artisan de lumière, le travail sur soi : découvrir tout ce qui empêche le soi de s’exprimer, le cœur de s’exprimer, l’amour de s’exprimer. Découvrir le mental de toutes les pensées, les croyances, les doutes. Découvrir le cœur de toutes les peurs. Est-ce que tu vois ce que je vois? Ce pouvoir d’amour, de paix, de joie qui pourra rayonner sur terre lorsque nous serons découverts.

Découvertes à suivre,

Patience et espoir

W


Une fenêtre d’espoir

Depuis un heureux événement d’hier soir vers 22h22 (heure propice, voir l’article) j’ai pensé cet article là avec excitation. Un souffle puissant de Joie me pousse à ce partage…

Alors que je m’apprêtais à l’écrire, je décide de fumer une cigarette avant. Je sors dans le jardin : grand soleil et ciel bleu. Et là, à ma plus grande surprise, je vois un écureuil grimper agilement et légèrement l’arbre en face de moi. J’ai vécu 15 ans dans cet maison, j’ai profité du jardin plus longtemps que tout autre lieu sur terre ; depuis quelques années, j’ai médité des heures devant cet arbre et jamais je n’avais vu ce petit animal roux. Bref, magique!

Mais cela ne m’étonne pas étant donnée l’événement la veille au soir :

Après avoir regardé 30 minutes l’émission sur la 5 d’hier soir mettant en scène Matthieu Ricard, Christophe André et Alexandre Jollien ; trois personnages dont leur sagesse me séduit quand je les lis ou les écoute, je me suis couché comme d’habitude vers 21h30 (nouvelle résolution). J’ai lu quelques chapitres de Don Quijote et j’ai éteins la lumière vers 22h15. Comment t’expliquer…

J’ai ressenti une joie m’enivrer d’un coup. Allongé dans mon lit les yeux ouverts dans l’obscurité, je me suis laissé emporté par un soulèvement de Grâce intense. J’étais touché par une Grâce foudroyante… je n’avais rien à faire, aucun effort, seulement à vivre ce moment suspendu dans le temps. J’étais porté et je sentais une philosophie de vie qui s’insufflait en moi, je percevais que dans ma vie, malgré tout, je pouvais vivre dans la Joie à chaque moment sans peurs. Je suis sorti dans la nuit fumer une cigarette (aussi bonne qu’après avoir fait l’amour), le ciel était particulièrement clair, les étoiles lointaines rares au dessus de Paris étaient là. Bref, magique!

C’est très riche en enseignement. Je t’ai raconté que mon jour anniversaire, avant hier, avait été le théâtre d’une souffrante mélancolie : Mélancolie et révolte . Aucun sentiment de joie ou de bonheur pour ce jour qui devrait être « joyeux » comme on me l’a souhaité. Je suis resté assis au bord de mon lit la tête dans la main entrain de déguster le désespoir dans une rare intensité. Et voilà qu’un jour après avoir dans mon plus bel enfer, la vie me libère d’un coup de baguette en m’apportant une fenêtre d’espoir sans raison, sans effort de ma part, comme ça gratuitement, d’une manière insoupçonnable.

Je suis heureux de te partager cette preuve que la fatalité n’existe pas, que la vie peut t’apporter un rien qui te fera virer du noire au bleue. Comme un cadeau. Mais surtout que la Joie et la Paix, ne se travaillent pas, ne s’achètent pas mais se rêvent, se désirent, se veulent… et la magie incompréhensible et pratiquement indicible de la Vie s’occupe pour toi du reste. Nous avons seulement à nous ouvrir à cette sensation inconnue qui viendra nous prendre et nous émerveiller.

Hier, j’ai vu par Skype Elise, une amie que je porte très cher dans mon cœur, je suis certain que le seul fait d’avoir échanger un moment avec elle m’a procuré inconsciemment un très grand bien être qui a permis de vivre cette grâce du soir d’avoir lieu.

Elise est une femme merveilleuse qui écrit des textes lumineux porteur d’espoir, de guérison. Ces articles méritent vraiment d’être lu. Voilà le lien vers son dernier:  https://voyageaucoeurdelhumain.wordpress.com/2016/01/11/courage/

Patience et Espoir

W


Une image

Bonjour,

Je n’étais pas adepte jusqu’ici d’illustration de mes partages. Mais j’ai à cœur de t’imager la sensation extraordinaire de ces derniers jours et qui n’a pas fini d’illuminer les joies et les peurs de mon cœur.

ouverture-du-coeur-cosmique-bleu-543

 

Au plaisir d »échanger avec toi ici ou par mail : bipohypermaniac@gmail.com

Pardon, merci, lumière amour.

🙂

Bon dimanche

W.

 


Se vider, avec un soupçon de sincérité

Mon crâne. Il se vide, il se remplit… c’est peut-être ça aussi la bipolarité. D’ailleurs, est-ce que ça se passe à l’intérieur du crâne toute cette activité qui me trouble tant? En tout cas, là, je suis rempli. Sous pression. La cocotte minute est une très belle image à ce sujet. Ma situation actuelle est faite de réalisations (l’Express.fr, Zone interdite) et de répétitions intenses de théâtre en préparation d’une tournée en Juillet. Beaucoup de nouvelles choses, de nouveaux ressentis, de pensées inattendues qui s’entassent dans le sas de mon laboratoire psychique attendant tous leurs assimilations et leur intégration dans ma conscience. Chaque élément venant de ces récentes expériences est amplifié dû à mon trouble sous-jacent. Chaque petite émotion est grossie par le spectre de ma bipolarité. J’ai l’impression d’être traversé par des flux d’énergies difficiles à canaliser. Même si je suis parvenu à construire des canaux relativement forts. Mais, bien que le lit de la rivière s’élargit, le courant ne se des-intensifie pas pour autant. La vie et ses turbulences s’engouffrent partout où il y a de l’espace. C’est un fait. Et cela est une source (décidément!) de doutes qui m’amènent facilement à conclure que je vais souffrir de ce travail de canalisations toute ma vie. Si t’as réussi à t’en sortir avec toutes ces images farfelues, bravo!

Actuellement, j’ai un nœud jusqu’ici inconscient qui me perturbe particulièrement. C’est mon aspiration profonde à la célébrité. Nœud qui me semble exister depuis toujours. Hé bien, cette reconnaissance public, même si dérisoire, se réalise aujourd’hui. Je l’ai toujours voulu et pourtant elle me provoque plus de mal que de bien. Certes, j’éprouve une satisfaction mais elle ne prend pas le dessus sur les doutes qu’elle entraîne. Tout ça est encore flou mais une certitude se dégage : ce n’est pas la renommée qui me rendra heureux. Merde alors! Alors qu’est ce qui me rendra heureux? Je me questionne donc sur ce qui m’apporte de la joie……. Simple question, mais je n’arrive pas à y répondre. Oui, bien sûr, l’amour blablabla mais je te parle ici de choses concrètes (oula, j’ai failli écrire « réelles »!). Non, je crois en l’amour, mais quelle réalisation – vu que la célébrité me paraît plus une source de joie – m’apportera la joie et surtout la paix. Ou quelque chose qui se rapproche de ces états de grâce. Quel travail par exemple? Je vais me pencher sérieusement là dessus tant cela me paraît indispensable de le savoir.

Bref, ce n’est pas le ciel bleu dans ma réalité en ce moment. Rien de tel que de se vider pour écarter quelques nuages. S’exprimer. Sur ce point, je suis bien fortuné d’avoir trouvé mon média. Chacun en a un, connu ou inconnu. En rentrant ce soir, j’ai discuté quelques secondes avec un Malien débarqué par bateau clandestin via l’Italie et qui faisait la manche sur la place de la République (Paris). Pfff, il y a de quoi relativiser ma petite misère. Lorsque je prends du recul sur ma situation, aujourd’hui sur notre planète, je dois malgré tout remercier ma bonne étoile. Merci!

PS: J’ai écrit plus haut « Zone interdite », en effet j’ai été contacté pour témoigner dans le cadre d’une émission sur la bipolarité qui serait diffusée en Octobre. Je ne t’en parle pas plus pour l’instant, ce n’est encore qu’un projet. Mais bon, c’est fou comment les choses se précipitent. Heureusement qu’il reste quelques arbres en Ile-de-France qui peuvent me transmettre l’ancrage sur Terre. Ma relation avec la Nature est une autre histoire!

PS2: mon blog sur l’Express : http://blogs.lexpress.fr/bipolaire/

A bientôt,

W.


Comment les pensées parasitent les émotions / How parasitic thoughts interfere with emotions

Il y a quelque chose qui me trotte dans la tête depuis quelques jours. Comment les pensées viennent-elles parasiter mes émotions?

Quand j’écris « émotions » j’imagine des énergies de couleurs différentes qui me traversent. On les appelle communément : la joie, la tristesse, la colère, etc. Mais je crois que mettre une étiquette à ces énergies est déjà y associer des mots et donc très rapidement des pensées et ainsi engendrer une récupération de ces flux par notre égo ; et ainsi l’alimentation de nos troubles. L’idéal serait alors de ressentir sans penser. C’est un des objectifs de la méditation d’ailleurs.

Cette théorie farfelue est très réelle et concrète dans ma vie en. Je me rends de plus en plus compte que les pensées qui se greffent sur mes émotions représentent le processeur central de mes troubles. En attendant évidemment une autre origine plus profonde, inconsciente que je n’ai pas encore découvert.                                                                                                                                                                                                                                                 C’est donc mon égo qui interprète cette vie (les émotions) qui me traverse plus ou moins intensément en continue. Pour moi, « l’égo » n’est autre que ce qui définit ma personne. Il est le résultat de mon éducation et plus largement de toutes les influences que j’ai reçu, essentiellement par toutes les rencontres que j’ai pu faire. J’aime l’image d’un écran transparent sur lequel de multiples formes et couleurs se sont projetés. Avec le temps, elles se sont accumulées, transformées.

Aujourd’hui ma personnalité est donc représentée par une oeuvre multiforme, multicolore fixée sur cet écran qui était à l’origine sans forme, sans couleur, bref il n’était personne. Voilà pourquoi le mot « personne » me passionne. Dans le bouddhisme, cet écran pur et transparent sous-jacent est la réalité ultime. Tout ce qui se greffe dessus – dû à l’expérience de mes cinq sens avec le monde extérieur- est la réalité relative. Chacun a eu une vie différente donc chacun a un égo différent et ainsi chacun interprète de façon différente l’énergie vitale qui nous traverse. Chacun y met des pensées différentes sur ces émotions et chacun y réagit à sa manière. Bien que nous sommes dirigés communément par des codes d’interprétations établis depuis des siècles : la jalousie, l’angoisse, la tristesse, l’euphorie, etc.

On est d’accord sur ces ressentis seulement parce que l’on vit dans une société qui nous rassemble et qui nous fait vivre plus ou moins les mêmes choses. C’est parce que il y a des choses dans notre environnement qui nourrissent la colère et qui font écho à des éléments de notre égo, que nous éprouvons parfois de la colère. Bref, je m’écarte un peu là.

Soyons plus concret! La bipolarité… Qu’est ce qui provoque la crise maniaque? Hé bien, j’ai pris conscience que ce sont les pensées que j’ai associé à une énergie forte qui m’ont enflammé (c’est le cas de le dire). Face à cette expérience intense de vie, mon égo qui découle largement d’une éducation chrétienne dans une société individualiste compétitive, des pensées prétentieuses et de domination me sont venues spontanément. « Je suis très fort, plus fort que les autres, je suis au dessus des autres, j’ai quelque chose à leur apporter… je suis l’élu…je suis Jésus… je suis Dieu » voilà en gros comment j’interprétais cette forte énergie. Cette forte lumière qui m’a illuminé a éclairé fortement les maux de notre civilisation fixés entre autres vertus (quand même!) sur  l’écran transparent, ma personne. Cela a donné beaucoup de puissance à mes aspirations de réussite professionnelles, sociales et surtout de reconnaissance populaire, plus ou moins inconscientes. J’appelle ça des barrages inconscients qui, confrontés à une forte énergie, créent des troubles, voire des tempêtes.

Etant donné que je suis convaincu par ce raisonnement, c’est pour cela que j’essaie par tous les moyens possibles de prendre conscience de mes propres barrages, de les comprendre afin que lorsque le vent se lève, il puisse souffler en moi naturellement sans rien emporter sur le passage. Aujourd’hui lorsqu’une énergie similaire à celle de mes crises maniaques se fait ressentir, je respire et je tente de mon mieux de ne pas lui assimiler des pensées de toute puissance, de supériorité. Je pense que c’est ainsi que je me rapproche vers une paix intérieure.

Qu’est ce qui provoque la dépression? C’est une énergie de même nature qui va rencontrer des événements que l’on pense triste : la perte d’un proche, une séparation amoureuse, un problème professionnel… Ben oui, au fond, pourquoi ce serait triste tout cela? Encore une fois ce sont des choses ancrées profondément dans notre égo qui le définissent. L’énergie de vie va donc prendre la couleur que l’on donne à ces événements et nous refroidir. Ensuite nous allons assimilés à cette sensation froide des pensées encore plus froides. Et alors, on glisse, on glisse. On se referme, nos barrages inconscients empêchent le courant de passer. L’eau monte jusqu’à, parfois, l’explosion du barrage : le drame. Laisses couler! Facile à dire. Mais je te jure, quand je prends conscience d’un de mes barrages, quelle soulagement, la vie circule! Même si à la découverte d’un barrage, deux autres se dessinent à l’horizon… Quelle aventure!

Mes envies suicidaires. Parfois et récemment d’ailleurs… J’habite au septième étage d’un immeuble parisien avec une fenêtre sur cour… L’autre nuit, j’étais allongé avec ma fenêtre ouverte en ligne de mire. J’ai senti le courant de vie s’intensifier et vu la situation, l’égo du moment, tout de suite des pensées suicidaires sont venues. Pourquoi? Je ne sais pas. Le barrage qui provoque ce trouble est encore très inconscient. Voilà, il y avait quelque chose qui me poussait à sauter. Quelqu’un de très instable sur le moment l’aurait même peut être interprété comme si c’était une voix diabolique. Non c’est juste la vie qui a pris une couleur noire à ce moment. Malgré ces pensées et du coup ce ressenti désagréable, j’ai respiré, attendu et c’est passé. Je te rassure maman si tu lis cet article (aucune chance hein! voilà une raison de l’anonymat), même s’il y avait des mauvaises pensées, mon corps n’était pas du tout d’accord de s’envoler et s’écraser dans une cour du 16e. « Il croyait vraiment savoir voler » aurait été inscrit sur ma tombe. Non, j’ai quelque chose encore plus inconscient que ce barrage et qui est bien plus fort ; une graine à l’origine de ma personne, à l’origine de personne : l’amour.

Comme quoi ça peut sauver une vie de croire en l’amour.

A bientôt, Si tu es arrivé jusqu’ici, bravo, je crois que c’est un de mes articles le plus long sur les 230 publiés (hé oui!)

W.

Et voilà ce que ça donne en anglais ! Merci à Dame5Sterne pour l’excellente traduction.

HOW PARASITIC THOUGHTS INTERFERE WITH EMOTIONS

There is something that has been creeping into my mind for a few days. How do parasitic thoughts interfere with emotions? As I write « emotion » , I can imagine energies of different colours flowing through me. They are commonly called: happiness, sadness, anger, etc. But I think that if we start putting labels on these emotions, then this means that we already associate them with words and therefore thoughts so that our ego can regain these energy flows in order to fuel our inner disorder. The ideal would be to be able to feel without thinking, in fact. This is one of the objectives of meditation by the way.

This silly theory plays a real and concrete role in my life. I am becoming increasingly aware that the thoughts coming to graft themselves on my emotions are in fact the main generator of my inner disorder. Of course, I am still waiting to find a more meaningful origin, that I don’t know yet, that I still haven’t discovered. So this is my ego which interprets this life ( I mean these emotions) that flows continuously through my veins to a greater or a lesser degree. For me, the « ego » is the one thing that identifies who I am. It is the result of the education that I have received and in a broader sense, of everything that has influenced me especially through every personal encounter that I had. I like to imagine it as being various colours and forms projected on a transparent screen. They have accumulated and have changed over time. This is why my personality has now taken the shape of an overall work of art full of coulours that stick to the screen which was formerly shapeless, colourless,in short: it was nobody.This is the reason why I am fascinated by the word « nobody ». In Buddhism, this underlying pure and transparent screen represents the ultimate reality. Everything that comes and sticks to the screen – resulting from my experience of the world through my five senses- represents the inner reality.

Every one of us leads a different life and thus has a different ego and so every one of us attributes a different meaning to the energy that goes through his body. Every one of us associates different thoughts to his emotions and every one of us reacts in his own way.All this despite the fact that we have been influenced by common codes for centuries: jealousy, fear, sadness, euphoria, etc. We all give the same definitions to these feelings but only because we live in a society that brings us together and in which we can all experience the same things, more or less. The reason why we sometimes feel angry is that there are things in our living environment which feed anger and echo elements of our ego. However, I digress.

But let’s be concrete! Bipolarity.. What causes a manic phase? Well, I’ve understood that it’s the thoughts that I had associated to a strong energy that set my mind on fire (believe me, I put it mildly!) As I had to go through this intense life experience, with my ego that is largely based on a Christian education and that I had developed within an individualist and competitive society, I naturally began to have pretentious domination thoughts.  » I am so strong, stronger than anybody else, I am above everyone else, I have something to teach them… I am God’s chosen representative.. I am Jesus.. I am God ». So basically, this was the meaning I gave to this strong energy. This bright radiance that illuminated my mind has shed light on all the ills of our civilisation that started to take shape, among a few qualities (still..) on the transparent screen that would be me. This gave a great boost to my professional and social success aspirations, but above all to my need for recognition of which I was more or less aware. I call them unconscious barriers; when subjected to an intense energy, they generate disorders and even storms.

As I am convinced this kind of reasoning is to some extent true, I try to use all available means to become aware of my own barriers and to understand them so that when the wind starts to blow, then I can let it blow my mind naturally without fear that it may carry anything away.

Today, when I start feeling this energy again that I felt during manic phases, I simply take a deep breath and try my best not to interpret it as if it were an overwhelming power or a sign of superiority. I think this is the only way for me to come closer to a state of inner peace.

What causes depression? It’s an energy of the same nature which collide with what we consider to be sad events: the loss of a close relative, the break-up of a loving relationship, a professional problem..Well yeah, why should all this be sad? Once again, it’s the things that are deeply ingrained in our ego that define it. The life energy will also take the colour that we give to these events and make our blood run cold. Then, we’ll associate this cold sensation with even colder thoughts. And then, the balance is lost.. We tend to lock ourselves up, our unconscious barriers block the vital energy flows. The pressure grows so high that it sometimes tears down the barriers: tragedy! Let it flow! That’s easy to say! But I swear that when I become aware of my own barriers I feel so relieved, I can feel life flowing! Even if two other barriers come up on the horizon when I’ve just torn down the first one. What an adventure!

My suicidal thoughts.. It happens sometimes; and it also happened recently… I live in a flat overlooking a courtyard, on the 7th floor of a parisian building.. The other night I was lying on my bed; the opened window was right in my line of sight. I could feel the flow of life increasing. Given the situation and the then current state of the ego in me, thoughts of suicide immediately occurred. Why? I have no idea. I am still unaware of the barrier that causes this disorder. That’s it, something impelled me to jump. At this point, somebody who would have found himself in an unstable state of mind would even have described it as a devilish voice. But it wasn’t. Life had simply turned black at this moment. In spite of these thoughts, and hence of this unpleasant feeling, I was able to take a deep breath, I waited for a while and it disappeared. Mum, if you read this article ( no chance! This is the principle of anonymity!) there is one thing I want you to know: even though I had negative thoughts my body didn’t agree with flying away and falling back down in a courtyard of the 16th Paris district. I would have had the words « he really thought he could fly » written on my tombstone. But I do have something that’s even more unconscious than this barrier, something that’s even more powerful; a kind of seed that lies at the origin of my existence, at the origin of nobody’s existence: love.

It’s the proof that believing in love can save lives.

Take care

If you have read this far, then great! I think this is the longest article among the 230 (in french, sorry!) I have already posted here! (Yup!)

W.


Joyeux Noël!

Joyeux Noël à tous!

C’est un jour plein de Joie pour moi, je la partage volontiers.

Des hauts et des bas… Et si les personnes en hauts partageaient aux personnes en bas, car c’est les mêmes qui sont exaltées un jour qui seront tristes un autre jour.

Bref!

J’ai une grande pensée à toi qui, peut-être, passe cette journée seul. Tu n’es pas seule, garde espoir, je suis sûr que demain, après demain, bientôt, tu feras la rencontre avec un virage de ton histoire : une personne, un travail, un coucher de soleil, une belle lune, un papillon… c’est surprenant comment quelques fois, il suffit d’un rien pour qu’un rêve se réalise.

Même dans le noir, il suffit seulement d’y croire.

Patience et espoir 😉

A très bientôt,

W.