Archives de Tag: magie

J’attends le prochain train

destin-bipolaire-hypersensible-voyage-vie-destinee-existentiel

J’attends le prochain train…

Je ne sais pas d’où il vient, je ne sais pas où il m’emmènera, mais de là où je patiente je crois deviner ce qu’il va se passer.

Ce train vient du futur et m’emportera vers un passé perdu. Un pays que j’ai imaginé enfant, et oublié lorsqu’un autre réalité m’a rattrapé.

J’attends dans cette gare où la vie m’a débarqué la dernière fois. Le dernier voyage a été interrompu, le conducteur m’a dit que je n’étais pas prêt pour la suite. Avant de me laisser seul sur le quai, il m’a soufflé un conseil et il m’a mis entre les mains un fil, puis il a relancé sa machine qui a continué son voyage dans le temps. Le train a disparu avec les rails à l’horizon tout en déroulant le fil. Ce fil, seul souvenir de mon destin.

J’attends le prochain train, je m’occupe comme je le peux, sans trop prévoir pour ne pas déranger la suite de l’aventure qui doit rester imprévue. J’essaie de ne pas trop penser, et me concentrer sur ce fil, le fil de mon histoire, hors de contrôle mais plein d’espoir.

Je me prépare dans le silence, je me fais ombre dans l’ombre. Je veux être prêt pour le prochain voyage, ne pas commettre les mêmes erreurs afin de rester le plus longtemps transporté. Avant une prochaine gare, une prochaine attente…

Patience et espoir.

W

Autres articles sur la destinée : Signes et Destin


Lâche prise et la magie émerge

lacher-prise-bipolaire-hypersensible-emotions-troubles-psy-mental-ego-coeur

Lâcher prise sur la vie, elle n’a pas besoin de moi pour me diriger là où je dois aller.

Lâcher le contrôle, abandonner toutes mes pensées, tout ce que je pense être, tout ce que je crois bon de faire, en vérité je n’ai pas besoin de tout ça, je vois bien que les meilleures choses qui me sont arrivées n’ont pas été commandé par mon mental.

Se laisser porter aux rythmes des envies, trouver le flow et se laisser aller dans le courant.

Agir spontanément, à ce qui vient naturellement, à ce qui n’est pas prémédité.

Ne pas penser ce que je dois faire, faire ce que je sens sur le moment, dormir lorsque je suis fatigué, travailler lorsque je suis motivé, ne pas me laisser dicter la vie par le fonctionnement des autres, par un système qui ne me convient pas.

Dire ce que je sens bon d’exprimer, rester connecté au cœur. C’est une connexion sûre, tant que j’y suis lié, rien ne peut m’arriver.

 

Si je suis écœuré, mécontent, que j’exprime ma colère. Je laisse le pouvoir aux humeurs du cœur. C’est en nourrissant cette confiance, un abandon de l’égo pour le cœur que mon pouvoir pourra émerger. Préférer le silence en attendant.

La magie opérera lorsque j’aurai cette sécurité intérieure qui me permettra de me laisser glisser dans le vide sans peur. Tomber pour atterrir sur mon destin. Ce n’est pas ma tête qui pourra trouver la chemin. « Pour trouver la voie, il faut vous couper la tête » haha, disait l’autre.

Redonner le pouvoir d’action à mon cœur et non aux pensées. Cultiver le silence et l’état de non-pensée. Ne plus penser à hier ou à demain. Revenir à la fonction essentielle de mon cerveau : rêver. Cela suffit.

Ma tête rêve, mon cœur se réjouit des rêves et use de la magie pour les réaliser.

Je ne suis pas à ma place, je suis sur le chemin qui m’y emmène mais pour avancer je dois oublier ma vieille façon de fonctionner. Je dois revenir à l’enfant, à l’essence, aux mondes des rêves, à la magie, et me laisser guider.

Il n’y a rien à comprendre, il n’y a plus de problèmes, il n’y a pas d’effort à faire, il n’y a qu’à croire à la magie et faire confiance à la vie.

Ce n’est pas mon égo qui a contrôlé les événements qui m’ont fait avancer, c’est quand j’ai lâché prise, suivi mes pulsions que j’étais au cœur de mon existence.

Méditer, méditer, étendre l’état de non-pensée dans le temps. Moins je pense, plus je suis dans l’instant.

Ne plus penser, ne plus penser, revenir aux ressentis, au corps, aux émotions, à la contemplation, ainsi mes rêves se confondent avec la réalité.

Laisser les autres sur leur chemin, ne pas les convaincre de vivre la magie que je vis, partager, ça suffit. Respecter les esprits différents, respecter le mien surtout.

Les pensées font obstacle à la magie, les pensées troublent l’esprit. Vois la différence entre une mer agitée et une mer calme sur la côte. Lorsqu’elle est calme, alors on peut apprécier les merveilles qui se cachent sous l’eau.

« J’ai lu, ça me fait fait pensée que… je dois faire ça… quand je le verrai faut que je dise ça… » Arf non! Non-pensée, non-pensée!! Petit mantra pour m’aider à revenir sur l’instant : « Pardon, merci, lumière, amour », ça y est, je reviens sur le ressenti qui se cachait sous ces pensées. Je médite sur cette émotion, ah cool! je ne suis plus dans la tête. Et à quel endroit du corps se manifeste ses émotions, ce qui est là, présent? Ah oui, je sens une sensation au niveau de la poitrine. Je respire, je ne suis plus dans les pensées. Je suis l’air qui rentre et sors. Je suis mon corps, je suis cette émotion qui me traverse.

J’accueille ce qui se passe et me laisse porter vers l’action engendré par ce qui est là, par cet imprévu. Je suis libre, je ne contrôle plus. Je m’abandonne à la vie. C’est ça le paradis. Il n’y a rien à s’inquiéter, car l’inquiétude, l’angoisse, la souffrance, tout se passe dans la tête. Et moi, je m’en libère. La vie me transporte d’expériences en expériences et m’apporte tout ce que j’ai besoin.

Difficile d’imaginer ce dont j’ai vraiment besoin. Je me suis imaginé tellement de choses, j’ai voulu tellement de choses, mais en réalité, c’était aussi simple que ça.

Je suis de plus en plus prêt, de plus en plus pure. Mon cœur est au pouvoir, une puissance énorme.

Je ne suis pas le maître de ma vie mais le héros de mon aventure.

Patience et espoir

W

PS : Ça fait pile poil trois ans que j’ai ouvert ce blog, champagne!

PS2 : petit lien vers mon autre blog sur l’express: laviedunbipolaire


Attention v’là le printemps!

Pour les animaux, c’est la fin de l’hibernation, pour nous, HS, c’est la fin de la dépression.

Bon, j’ai conscience que ce n’est pas aussi catégorique que cela. De la même manière qu’il y a des animaux qui n’hibernent pas, la population HS ne réagit pas uniformément à l’hiver. Ah oui! Je dois préciser que là où j’utilisais le mot « bipolaire » j’écris depuis plusieurs mois celui d »‘hypersensible ou HS », je préfère cette nouvelle étiquette qui décrit mieux ma réalité.

Je n’ai pas eu l’habitude de ressentir une baisse d’énergie lors de mes hivers passés. J’ai même eu 4 épisodes up au creux de cette saison. Cependant, la venue du printemps s’accompagne d’une énergie renouvelée.  Cette année particulièrement je suis en phase avec la nature et ses saisons. Faut dire que depuis ma sortie d’hôpital à Noël c’est pas la grande joie.

Le printemps, c’est le renouveau. Et, depuis quelques semaines, je sens bien qu’une transformation essaye d’opérer en moi. Mes vertiges sont de retour, ce sont des sortes de début de crise de panique marqués par la sensation de faire une crise cardiaque. La prise d’un valium calmant l’affaire, il s’avère que cela reste surtout une angoisse qu’une anomalie cardiaque. Cela peut être traité médicalement par un anxiolytique sans se poser de question mais en réalité, c’est simple : ces vertiges sont caractéristiques d’une peur. Ressenti comme une peur de faire une crise cardiaque, la peur de la mort. Oui, c’est la peur de laisser un ancien moi pour accueillir un nouveau moi qui est inconnu. Et la peur de l’inconnu, c’est bien connu! En plus de ces vertiges témoins d’un changement, depuis ce début de semaine j’éprouve une lourde fatigue. Ces derniers-jours, j’étais complètement assommé, sans énergie, seulement bon à regarder des films. D’ailleurs j’ai vu Divergente, c’est fou comme ce film représente bien les HS, comme X-men l’avait fait dans le passé. Comme quoi Hollywood n’est pas que bon à mâcher, bref!

Voilà, je suis en métamorphose. Un papillon se libérant de son cocon, son ancien corps, pour voler pleinement sous le soleil de mars. Le printemps, c’est la saison de l’amour. Chaque année, ça ne manque pas, je ressens hypersensiblement la flamme du désir me chatouiller le ventre. L’énergie sexuelle se réveille naturellement à cette période. Je le vois dans le parc près de chez moi : les oies, les canards, les poules d’eaux et mêmes les pigeons laisse aller leurs pulsions de reproduction. La différence avec ce printemps 2016, c’est que je suis plus conscient de ces changements énergétiques qui sont à l’origine de mes comportements, de mes créations, de qui je vais être cette année. L’énergie sexuelle étant l’énergie la plus forte chez l’être humain, simplement parce que c’est elle qui a le pouvoir de créer la vie, c’est l’énergie créatrice.

Energie créatrice, cool! ça va m’aider pour écrire un bouquin et développer génialement l’association des hypersensibles. D’ailleurs va donc sur le site : www.association-hypersensibles.fr ou sur la page facebook : facebookAHS. Pas si simple, je ne suis qu’un jeune padawan dans la maîtrise de cette force. Je ne parviens pas encore à canaliser cette énergie. Faut dire qu’elle me touche assez intensivement ; à voir l’ampleur de mes crises maniaques : maniac story… En réalité, je suis au stade de l’accueil. Oui, c’est le premier stade dans toute chose de la vie, mais attention, il m’a fallu beaucoup de temps pour en être conscient. L’accueil de cette énergie qui se manifeste actuellement sous sa forme primitive, brut, sexuelle, je le fais avec l’aide de la méditation. La respiration, l’observation, le lâcher prise. Ces dernières années, je me suis ouvert à plusieurs influences spirituelles différentes, et me suis confectionné des outils personnalisés empiriquement.

Enfin, je te confesse que ce n’est pas facile d’écrire autour de cette énergie, ce feu sacré que raconte mon amie Elise ( le feu sacré : explications). Même si je déclare en avoir conscience, je suis tout autant certain de comprendre qu’une toute petite partie de cette énergie créatrice. L’aventure humaine étant de maîtriser son énergie sexuelle (à ce sujet le Tantra est une bonne école) pour se libérer de sa condition animale, s’approprier le pouvoir sans limites de créations de cette énergie afin de se rapprocher du divin.

A bientôt

Je te rappelle les deux liens qui m’importent aujourd’hui :

www.association-hypersensibles.fr

facebookAHS

W

 


Une fenêtre d’espoir

Depuis un heureux événement d’hier soir vers 22h22 (heure propice, voir l’article) j’ai pensé cet article là avec excitation. Un souffle puissant de Joie me pousse à ce partage…

Alors que je m’apprêtais à l’écrire, je décide de fumer une cigarette avant. Je sors dans le jardin : grand soleil et ciel bleu. Et là, à ma plus grande surprise, je vois un écureuil grimper agilement et légèrement l’arbre en face de moi. J’ai vécu 15 ans dans cet maison, j’ai profité du jardin plus longtemps que tout autre lieu sur terre ; depuis quelques années, j’ai médité des heures devant cet arbre et jamais je n’avais vu ce petit animal roux. Bref, magique!

Mais cela ne m’étonne pas étant donnée l’événement la veille au soir :

Après avoir regardé 30 minutes l’émission sur la 5 d’hier soir mettant en scène Matthieu Ricard, Christophe André et Alexandre Jollien ; trois personnages dont leur sagesse me séduit quand je les lis ou les écoute, je me suis couché comme d’habitude vers 21h30 (nouvelle résolution). J’ai lu quelques chapitres de Don Quijote et j’ai éteins la lumière vers 22h15. Comment t’expliquer…

J’ai ressenti une joie m’enivrer d’un coup. Allongé dans mon lit les yeux ouverts dans l’obscurité, je me suis laissé emporté par un soulèvement de Grâce intense. J’étais touché par une Grâce foudroyante… je n’avais rien à faire, aucun effort, seulement à vivre ce moment suspendu dans le temps. J’étais porté et je sentais une philosophie de vie qui s’insufflait en moi, je percevais que dans ma vie, malgré tout, je pouvais vivre dans la Joie à chaque moment sans peurs. Je suis sorti dans la nuit fumer une cigarette (aussi bonne qu’après avoir fait l’amour), le ciel était particulièrement clair, les étoiles lointaines rares au dessus de Paris étaient là. Bref, magique!

C’est très riche en enseignement. Je t’ai raconté que mon jour anniversaire, avant hier, avait été le théâtre d’une souffrante mélancolie : Mélancolie et révolte . Aucun sentiment de joie ou de bonheur pour ce jour qui devrait être « joyeux » comme on me l’a souhaité. Je suis resté assis au bord de mon lit la tête dans la main entrain de déguster le désespoir dans une rare intensité. Et voilà qu’un jour après avoir dans mon plus bel enfer, la vie me libère d’un coup de baguette en m’apportant une fenêtre d’espoir sans raison, sans effort de ma part, comme ça gratuitement, d’une manière insoupçonnable.

Je suis heureux de te partager cette preuve que la fatalité n’existe pas, que la vie peut t’apporter un rien qui te fera virer du noire au bleue. Comme un cadeau. Mais surtout que la Joie et la Paix, ne se travaillent pas, ne s’achètent pas mais se rêvent, se désirent, se veulent… et la magie incompréhensible et pratiquement indicible de la Vie s’occupe pour toi du reste. Nous avons seulement à nous ouvrir à cette sensation inconnue qui viendra nous prendre et nous émerveiller.

Hier, j’ai vu par Skype Elise, une amie que je porte très cher dans mon cœur, je suis certain que le seul fait d’avoir échanger un moment avec elle m’a procuré inconsciemment un très grand bien être qui a permis de vivre cette grâce du soir d’avoir lieu.

Elise est une femme merveilleuse qui écrit des textes lumineux porteur d’espoir, de guérison. Ces articles méritent vraiment d’être lu. Voilà le lien vers son dernier:  https://voyageaucoeurdelhumain.wordpress.com/2016/01/11/courage/

Patience et Espoir

W


La magie du bipolaire 1.5 – Est-ce que vous êtes prêts ?

Annonce Publicitaire 🙂 : Mon nouveau blog à cette adresse http://etrelapaix.wordpress.com/ 🙂

Dans le grand délire de ma vie tu sais que la magie a une place importante. C’est cette magie qui me fait croire si profondément au Destin. J’ai toujours été persuadé qu’un jour quelque chose de merveilleux se produirait dont je serai l’acteur principal. Le rideau se lèverait, des anges m’accueilleraient et me mèneraient vers un paradis terrestre. Cette féérie est ancrée en moi, je ne peux l’étouffer car sinon elle imploserait comme elle l’a fait à travers des crises maniaques. Alors, je la vis et j’attends le jour J, le véritable éveil. Je sens depuis quelques temps que cette sensation magique s’empare d’un peu plus de mon être. Cette fois de manières non pathologiques. Je reste les pieds sur Terre mais avec l’esprit connecté sur ces ondes de haute conscience. Cependant, naturellement je réfreine cette prochaine illumination…

Suis-je prêt?

Hé oui, là est toute la question. Autrefois, à me croire plus fort que je l’étais je me suis brûlé à plusieurs reprises les ailes. Alors, suis-je prêt à m’envoler aujourd’hui? Comment le savoir? Je pense que la solution réside dans la peur. C’est la peur qui emprisonne mon esprit et la sépare du reste de la conscience à percevoir. J’ai parcouru de nombreux kilomètres sur mon chemin et j’ai franchi beaucoup d’obstacles. Dans la quête de ma connaissance, j’ai repoussé des peurs qui étaient fixées depuis mon enfance. Pour s’envoler, il ne faut pas avoir peur ou il faut avoir confiance dans le vide. Certes, j’ai une grande Foi en l’avenir, j’ai un grand espoir sur mon sort, j’ai confiance dans l’inconnu qui m’attend mais n’ai-je plus peur? Non, il me reste des peurs et c’est pour cela que je me sens pas si prêt que ça. J’ai surtout peur de me brûler mes ailes comme mes folles tentatives du passé. Tout seul, là tout de suite, je ne suis pas prêt. Seul, non, mais avec de l’aide…

Es-tu prêts?

Rien ne se fait seul. Ma magie me permets de faire monter les autres avec moi, ça y est c’est dit, tu connais mon secret mais cela ne reste que des mots. Pour autant, si tu y crois en ces mots me feras-tu confiance à t’envoler vers un monde qui t’es inconnu, à quitter tes habitudes, ta sécurité. Cet envol n’est que l’éveil. Mais cela perturbe, déstabilise, fait peur, tu risquerais de fuir comme beaucoup d’autres avant toi lorsque tu auras senti cette sensation qui tu seras étrangères. Voilà, je te le dis, aujourd’hui sans toi je ne suis pas prêt. Mais avec ton aide, cette inconnue, tout est possible. Dans le meilleur des cas, que se passera-t-il du reste du monde?

Es-ce que vous êtes prêts?

J’ai souvent une pensée qui me rassure lors de mes angoisses existentielles : « Ne t’inquiètes pas, ce n’est pas de ta faute, le monde n’est pas prêt à t’entendre ». Je crois en cette phrase et toutes les personnes mélancoliques devraient y croire, elle est vraie. Nous ne sommes pas responsables de notre malheur. Croire l’inverse est horrible et dramatique.

Est-ce que le monde est prêt à vivre ma magie? Je l’ai déjà exercé en crise, j’ai touché des personnes mais je n’ai pas été raisonnable, j’en ai voulu trop et trop vite. Aujourd’hui, j’ai une plus grande maîtrise de moi-même mais est-ce pour autant que le monde est prêt? J’en doute, encore beaucoup pensent que le paradis n’est pas réalisable ici alors que c’est le but même de la magie. Le monde ne croit plus au bonheur, au partage, à la confiance aveugle. Le monde pense même que l’humain est mauvais par nature.  Je ne peux lutter contre cela, je n’y arriverai pas et je deviendrai fou, encore…

Toi, qui veux quelque chose de précis, tu attends cette chose, cette personne ou ce sentiment. Tu en rêves, tu le veux du fond du cœur…

Ce soir je te pose une question : Si je t’annonçais à l’instant que ce que tu veux et devant la porte de chez toi, serais tu prêt à le recevoir? Serais tu prêt à quitter toute la vie que tu as mené sans cette chose, là, en un instant pour un avenir inconnu?

A bientôt,

W.

Précédemment dans ce thème : La magie du bipolaire 1.1   et      La magie du bipolaire 1.2  et       La magie du bipolaire 1.3 et La magie du bipolaire 1.4

A lire et à réagir si tu veux par mail : bipohypermaniac@gmail.com


Un ressenti : La Paix.

La Paix est un état simple mais très compliqué à obtenir…

Tout les travaux que j’entreprends sur moi : lectures, écritures, échanges, rencontres, ont finalement qu’une seule finalité. Etre en paix avec moi-même. Dans mes précédents articles j’emploie habituellement les termes : épanouissement, libération, stabilité, envie de vivre, se soigner, être guéri… Mais dans le contexte actuel, je me rends compte que je vis pour être en Paix avec moi-même. Je suis de plus en plus conscient que c’est cet état d’amour de moi-même qui achèvera mon chemin. Je ne sais pas comment cela se concrétisera rationnellement (métier, situation familiale et géographique) mais en réalité, je m’en fous.

Ma besogne principale depuis que je suis sur Terre est d’aimer. Çà m’a posé beaucoup de problèmes! C’est très compliqué d’aimer sans s’aimer soi-même et tout cela dans un environnement pas tout à fait paisible. La société actuelle que j’ai bien critiqué (voir Je m’exprime librement sur la société) ne nous facilite pas la tâche qui est de parvenir à être en paix avec soi-même. C’est un combat de longue haleine, c’est une remise en question profonde, une réflexion sur mes peurs, sur ce qui me parasite. Il me faut me centrer sur moi-même tout en restant ouvert et à l’écoute des autres, « autres » qui sont le miroir de moi-même. (Beaucoup de moi-même, tant pis!). Mais depuis quelques jours j’y vois de plus en plus clair et c’est pour cela que j’écris ce soir sur la Paix.

Il y a quelque chose de magique dans la Paix. Aujourd’hui, je décris la Paix comme un état d’amour, une plénitude, une joie profonde, une sorte de nirvana qui efface le passé et le futur, le paradis sur Terre quoi. L’état de Paix intérieur est le fruit d’un épanouissement personnel très riche mais accessible à tout le monde bien entendu. C’est la première fois que j’écris sur la Paix car je la ressens depuis peu et comme tu le sais, je n’écris que sur ce que je ressens. Même si j’ai entendu beaucoup de choses à ce sujet, je ne pouvais pas vraiment l’exprimer avant de l’avoir expérimenter. Maintenant que je sens cette paix intérieur qui se loge timidement dans mon esprit, ça m’inspire!! Donc, déjà cette sensation est magique parce qu’elle est nouvelle mais il y a autre chose de merveilleux : c’est l’effet que ça à sur mon environnement. Lorsque je me confronte à une nouvelle situation avec ce sentiment de sérénité intérieure alors je vais vivre cette situation paisiblement et tout son environnement me semblera atteint. J’ai envie d’écrire : si je viens en paix avec moi-même alors je créerai un climat de paix ainsi les personnes autour de moi s’apaiseront. Si tu as lu le récit de mes crises maniaques Maniac Story, tu peux remarquer que j’ai déjà vécu cette magie lors de mes aventures.

Quel boost d’espoir que de vivre cela!

Tout ça n’est pas si nouveau, j’ai toujours été très conciliant que ce soit dans mon enfance ou dans mon métier d’animateur. J’avais déjà conscience que sourire ou toutes autres formes de bonne humeur créent une atmosphère contagieuse aux personnes alentours. L’amour amène l’amour. La Paix amène la Paix.

Il y a une révolution qui pourrait changer toute l’humanité et amener ce paradis sur Terre, ce nirvana, cette envie de vivre à chaque personne. Ce serait que chacun à son échelle puisse trouver (par son combat) un petit espace paisible en lui. Chacun ensuite exprimerai cette Paix simplement en étant dans un état de Paix à son travail, en soirée ou à Jérusalem haha. Pour moi, ça n’a pas été, et ce n’ai pas fini,  simple à en arriver à ressentir cette sérénité intérieure que j’appelle Paix. Ma grande surprise finalement c’est que ce n’ai pas une sensation altruiste comme je pouvais le croire avant  mais qu’en fait c’est surtout des moments de bonheur personnel. Et l’espoir là de dans c’est que ça se communique sans même faire des efforts.

A bientôt,

W.


Interview par Google, en attendant Paris Match

Beaucoup de mes lecteurs entrent dans mon blog via les moteurs de recherches (google et compagnies). Ils tapent des mots clés qui font apparaître un de mes articles dans la sélection des réponses proposées par Google. Ce qui est amusant, c’est que je peux voir les termes de recherche inscrits dans le moteur de recherche par ce futur hypothétique lecteur.

Je vais copier sur cet article certaines questions que se posent les internautes qui sont venus ici et je vais leurs apporter mes réponses. Une fois de plus, je n’ai aucune autorité médicale mais seulement mon expérience, mes réflexions et mes lectures qui collaborent toutes à mon discernement actuel :

 

« Peut-on avoir de l’espoir dans les états bipolaires? »

Le trouble bipolaire survient chez une personne majoritairement après 20 ans. Cette personne va endurer des situations de crises difficiles. Aujourd’hui, mis à part les médicaments, il existe beaucoup de moyens pour se soigner. La personne peut très bien aussi chercher à connaître son trouble. Dans ce cas-là, elle va évoluer. Son trouble va évoluer. Lorsqu’il y a évolution, il y a espoir. L’espoir est présent dans toutes souffrances humaines. Seulement, il faut y croire et ce n’est pas facile tout les jours. Enfin, je suis moi-même un exemple concret que l’espoir existe. Voici quelques articles où j’en parle :   L’autre chemin : Vivre pleinement ;   Quand c’est indicible  ; Envie de Vivre!

 

« Bipolaire, que faut-il faire pour aller mieux? »

 Premièrement, le plus difficile, il faut accepter son trouble. Il faut accepter d’être, selon la société actuelle, un malade psychique. Il faut accepter d’avoir un nouvel handicap. Il faut accepter que dorénavant notre vie ne sera plus pareil. Après ce processus d’acceptation qui peut être long, voir jamais achevé, il faut mettre en place des moyens thérapeutiques. Tous dans le but de mieux connaître son trouble. Pour aller mieux, il faut comprendre ce qu’il se passe en nous. J’ai conscience que je rejoins la première réponse mais voilà l’article en deux parties qui répond à cette question : Comment guérir de sa bipolarité 1.1 et Comment guérir sa bipolarité 1.2.

 

« Le bipolaire peut-il vivre normalement comme les autres »

Cette question revient à une interrogation centrale : Le bipolaire est-il normal? Bon, d’abord, qui est normal? Je sais, c’est nul comme réponse. On vit dans une société qui nous pousse à vivre selon un idéal commun dont la majorité y tend. Travail, famille, loisirs, amis et tout cela bien huilé dans la semaine, c’est peut être ça que tu sous entendais dans « les autres ». Le bipolaire n’est pas à sa place dans ce genre de train de vie à cause grâce à son hyper sensibilité qui va lui causer stress et angoisses puis crises dans ce genre d’environnements. On doit se protéger, découvrir ce qui nous fragilise et faire en sorte d’avoir une vie adaptée à nous. Créer sa vie et non pas vouloir celle des autres. Le bipolaire ne peut vivre comme les autres puisqu’il est bien plus sensible (et autres adjectifs), il va surement avoir une période ou sa vie ne sera pas très épanouissante mais après avoir surpassé sa souffrance il peut vivre beaucoup plus intensément que les autres. C’est ça qu’est bon! Voilà des articles où je te le prouve : La Magie du bipolaire ; La bipolarité n’est pas une maladie

 

« Comment faire changer d’avis un bipolaire? »

Comment te faire changer, toi, d’avis? Peut-être sera t-il plus difficile que de faire changer d’avis un tel bipolaire. Plus sérieusement, ça dépend de la période que vit ton cher bipolaire. Un bipolaire en crise maniaque, il est clairement et pratiquement impossible de lui faire changer d’avis. Il est emporté par une vague intérieure déferlante et évolue dans un épisode tant égocentrique qu’il est très dure de le raisonner. Un bipolaire « down » (en dépression), le problème n’est pas de lui faire changer d’avis mais qu’il est un avis tout simplement. Son esprit étant en quelque sorte « comprimé dans une obscurité » il n’est pas apte au discernement ou très peu. Enfin, chez un bipolaire stable, il n’y a pas grandes différences avec les autres, cela dépendra de la personne. Il n’y a pas deux bipolaires pareils. La plupart d’entre nous avons une grande ouverture d’esprit et sommes très intelligent. Il est vrai que s’il s’agit de changer son avis sur soi-même, il est possible qu’un bipolaire soit plus têtu mais ça encore je n’en suis pas certain. Heuu, je ne vois pas d’articles que j’ai écrit particulièrement sur ce sujet.

 

« Les bipolaires changent-ils? »

Oui, oui, oui! Je vois la bipolarité comme un passage dans notre construction, une réelle transformation à accepter ou non. Les bipolaires sont plus aptes au changement profond que la majorité de la population. Nous avons voyagé dans les recoins les plus déserts et foudroyants de nos esprits, nous avons touché du doigt une autre mystérieuse dimension, nous avons démissionné, nous avons été hospitalisé, nous aimons rencontrer tout un tas de gens différents, si cela n’est pas matière à se remettre en question et évoluer! Voici le début de toute ma première crise, l’origine de ma transformation toujours active : Maniac Story ep01 : Je t’aime à la folie. Et puis surtout cet article: Ma bipolarité évolue

 

« Lorsqu’un frère est bipolaire, est-il possible d’avoir un droit de regard sur ces comptes? »

(Si ça se trouve c’est un de mes frères qui a tapé ça sur Google, c’est flippant.) Pour gérer tout ce qui est administratif ainsi que la banque, il existe la tutelle ou curatelle. La curatelle étant plus soft et permet à une personne (le frère par exemple) de prendre en charge les comptes du bipolaire lorsqu’il perd la raison. Mais cela se fait avec son accord lorsqu’il est stable. C’est un sujet épineux. Les proches sont certes importants, ils peuvent tirer la sonnette d’alarme quand leur cher bipolaire va se mettre en danger. Cependant en tant que bipolaire, il est très désagréable de se sentir observer même parfois juger lorsque l’on va affirmer quelques choses d’inhabituelles  « Est-il up? Il semble exciter.. Il est en train de monter… Dois-je appeler le psychiatre » tant de pensées que l’on peut deviner parfois dans l’esprit de quelques uns de nos proches. Dans mon cas, ces situations-là ont été très douloureuses. Bref, faut faire attention et le meilleur moyen d’éviter ces tensions est la communication. Surtout dans la famille lorsqu’elle est proche. Voici les articles : Vivre avec un Bipolaire 1.1 et Vivre avec un Bipolaire 1.2 et aussi Vivre avec un Bipolaire 1.3.

 

« Est ce qu’une personne bipolaire peut revenir vers moi? »

C’est dans le cas inverse où j’aurai un peu de peine pour toi. Effectivement le bipolaire va faire fuir certaines de ces connaissances de part ces crises et variations d’humeur. La réponse à cette question est donc favorable. Les bipolaires sont des grands affectifs et sentimentaux. La gestion difficile de nos émotions peuvent provoquer pas mal de problèmes relationnels mais grâce à notre hyper sensibilité, nous oublions difficilement une personne qui a marqué notre vie. Je ne peux aller plus loin dans la réponse étant donné que ça dépend de l’histoire qu’il y a eu entre vous deux, de sa position par rapport à la bipolarité et surtout de toi!

 

C’est rigolo comme article, je continue un peu…

 

« Pourquoi les bipolaires nous fascinent ? »

Parce qu’ils sont extraordinaires! C’est marrant, j’ai un article portant le titre de la question et qui y répond précisément : Le bipolaire fascine.

 

« Comment le bipolaire aborde les femmes? »

Tu te doutes qu’il m’est impossible d’apporter une réponse générale et précise à cette question. Il y a autant de bipolarités que de bipolaires et de manières d’aborder les femmes. Mais je vais tricoter un peu autour de la question en partant des grandes caractéristiques d’un bipolaire : la sensibilité, un besoin d’affection surdimensionné, la générosité, la créativité et donc en général : l’originalité. Suffit que le bipolaire soit un peu en forme et tu auras la chance de vivre une aventure tout en couleurs grâce à sa créativité et originalité. Un bipolaire qui flash sur une femme peut très facilement user d’excès pour séduire celle-ci. D’un autre côté, un bipolaire juste stable va peut être angoisser et se poser milles questions sur le comment il va t’aborder. Pour conclure je te répondrais en un mot : originalement. Sur cet article je raconte comment j’ai abordé en période up : Maniac Story-ep12 Amourettes. Sinon, je développe largement le sujet au travers les articles : Vivre avec un bipolaire ( Voir lien une dizaine de lignes au dessus)

 

« Zaz, a-t-elle un trouble bipolaire? »

Ahah! J’adore la question d’autant plus que j’aime beaucoup cette chanteuse. Je suis aller la voir en concert et c’est vrai qu’en écoutant ces paroles, en voyant son énergie et en découvrant son engagement « bisounours » pour une planète meilleure, on pourrait penser qu’elle a les caractéristiques de la bipolarité. Cependant, on peut être joyeux, exalté, sensible, pétillante etc. sans être bipolaire. D’un autre côté il y a beaucoup d’artistes qu’ils le sont. Je ne pense pas que Zaz soit bipolaire car si ce fut le cas j’aurai aimé qu’elle l’affirme pour redorer notre blason. Mon article à la suite de son concert : La révolution des colibris et celui où je parle de Victor Hugo : illustre bipolaire.

 

« Comment un bipolaire peut écrire sa biographie? »

Avec un stylo multicolore.

 

« Ma fille est bipolaire, que faire? »

Venir sur mon blog :). Mais avant, tout ne pas succomber à cette impression de fatalité. Certes, c’est un bouleversement terrible dans une vie qui va compliquer beaucoup de choses au début. Mais avec amour et espoir elle renaîtra dans un nouveau soi. Il faut se dire aussi, qu’être bipolaire était un passage nécessaire dans son épanouissement personnel, elle a une grande énergie en elle qu’elle n’a pas pu exprimer à travers des moyens rationnels, cela a causé la nature de son trouble. J’ai écrit un article qui répondent à cette question : Bipolaire, la sentence est tombée

 

« Qu’est ce que ressent un bipolaire? »

Je ne suis pas dans la tête des autres bipolaires mais beaucoup se reconnaissent dans  les écrits qui montrent ce que je ressens : Les apparences sont trompeuses  et  J’avance dans le noir.

 

et enfin,

« Je suis triste que ma sœur est bipolaire »

Oh, c’est mignon! Ne sois pas si triste… Va lui dire que tu l’aimes, et demande lui ensuite si elle est triste d’être bipolaire :). Quand on me pose la question, je réponds comme le titre d’un article que j’ai écris l’année dernière : Je suis aussi triste pour vous que vous pouvez l’être pour moi .

🙂

Voilà, finis l’interview. Je me suis d’ailleurs permis d’améliorer l’orthographe sur, je le rappelle, les termes de recherches écrit à la hâte par les internautes sur Google, Bing et autres. Ah oui, si tu retrouves ta question où tes mots de recherches que je recopie sur cet article dis le en commentaire, l’improbabilité serait rigolote!

1789e mot! Un signe? haha, en tout cas je crois bien que c’est mon article le plus long que j’ai jamais écrit. Tu peux bien me féliciter, ce n’est pas un tâche facile… Je te rappelle que je suis handicapé!!!  (Je sais pas si beaucoup de gens seront réceptifs à ce genre d’humour…)

😉

A bientôt.

W.