Archives de Tag: paix

POWER!

Waaaaaa!

Quelle énergie, quel élan vital, je suis au somment de ma montagne en plein déséquilibre, sur un fil qui me relie à cette douce colline ; la femme de ma vie.

Je l’ai trouvé, c’est fini, je suis soulagé. Mon yang peut se déployer, ma puissance de vie s’expulser dans le monde. Haha! il faut canaliser cette force surhumaine. Je suis bien entouré, j’écris, je parle, j’aime, et les gens qui m’aiment et me comprennent m’apaisent. Surtout elle, la femme de ma vie : flamme, mère de mes filles.

Dans son amour je trouve la paix, nulle exaltation, non je ne l’aime pas à la folie, je ne l’aime pas passionnément, je ne l’aime pas beaucoup, je l’aime sereinement, paisiblement et durablement.

C’est grâce à ce blog que je l’ai rencontré, c’est donc ici que je lui formule : « Veux-tu m’épouser? »

Mes chères lectrices, désolé la place est prise! Mes chers lecteurs en générale, il est possible que le vif qui forme ces phrases va faire écho à certaines de vos souffrances. Car c’est la même énergie que celle en manie. Seulement mon esprit est assez solide pour la faire circuler. Aujourd’hui je la maîtrise mieux, j’use de toutes mes armes et évidemment celles chimiques. Ces jours ci, le Tercian est mon ami!

C’est le plus bel été de ma vie, c’est le plus beau jour de ma vie. Et demain ce sera meilleur encore. Le cercle vertueux est en place. Je n’ai plus besoin de chercher la bonne fréquence d’onde du « bonheur », j’ai juste à faire attention à rester sur la vague, à être attentif à cet instant présent, cet instant merveilleux, celui où j’écris qui je suis.

Je dois aller à la pharmacie.

Toi qui me lis : je t’aime

Patience et Espoir,

W

Publicités

Consultation chez mon psychiatre

Cher Doc’,

Merci d’accepter cette originale consultation.

Dans trois heures je serai dans votre grand bureau avec ces hauts murs blancs décorés par des grands posters d’affiches de vieux films de cinéma. Avant la consultation, j’aurai certainement attendu un peu dans l’une de vos grandes salles d’attentes à feuilleter un des nombreux grands livres d’arts à disposition, ou un album sur l’Inde, pays que vous appréciez beaucoup pour la spiritualité présente là bas, je crois, bref!

Me voilà devant vous, vous devant moi, m’observant un peu, essayant de déceler en moi par mon comportement l’état de mon humeur. « Hmm, il doit certainement être up avec cette originalité qui me propose » ou peut être suis-je un peu parano.

Docteur, depuis notre dernière entrevue, il y a deux mois, il s’est passé beaucoup de choses. Des rencontres entre hypersensibles, une relation amoureuse, une tournée de théâtre qui a viré court, et dernièrement un séjour entre hypersensible merveilleux. C’est cette dernière expérience qui me donne cet élan de vous écrire.

Depuis que je suis rentré de ce long weekend partagé avec 16 hypersensibles! je suis logiquement un peu déstabilisé. M’enfin, je dors et garde une bonne hygiène de vie, beaucoup de repos, ce qui me permet de vivre le contre coup de cette grande vague sans dommages, pour le moment! Les fortes émotions ont laissé place aujourd’hui à une tête pleine de perspectives, de projets et de réflexions en arborescence du à ce mouvement qui prend toujours un peu plus d’ampleur. Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais à partir seulement de la création de ce blog en novembre 2013, je suis aujourd’hui au centre d’une centaine d’hypersensibles concernés par mon projet d’association.

J’ai rassemblé 17 hypersensibles dans un gîte à la campagne. Un espace ou chacun a pu recevoir une dose de bienveillance, d’écoute, d’espoir. Après notre entretien je vais rejoindre d’ailleurs dans un café une dizaine d’hypersensibles présent ou non de ce séjour.

Plus que jamais, je réalise un monde rêvé, un monde ou des personnes souffrantes psychiquement, comme moi (surtout dans le passé) puissent se libérer petit à petit de leur trouble grâce à la rencontre, l’échange, le ressourcement, la création artistique.

Mon désir d’une pépinière HS (Un centre fixe dans la campagne de ressourcement pour HS et de création artistique) a déjà commencé à être assouvi par ce dernier weekend où il y a déjà eu des belles productions.

Voilà, cher psychiatre, aujourd’hui je me sens:

Fort : je créé un nouveau monde à mon image, des fondements ont déjà été posés, j’ai une équipe d’hs devenus amis à qui je peux déjà déléguer une partie de l’organisation des rencontres parisiennes. Ma (r)évolution intérieur (ce travail acharné que j’ai fait et fais encore sur moi) se reflète plus que jamais à l’extérieur sous forme dans une révolution sociale. Car au final c’est ça ce qui se passe, je créé du lien social entre personnes qui en avaient profondément besoin (comme moi). Je suis créateur.

Fragile : jamais à l’abri d’une exaltation mais tant que je reste en garde et que je suis ouvert à l’observation de mes proches et la votre (même si la dernière fois vous n’avez pas préféré m’hospitaliser alors qu’avec le recul ça aurait été mieux, haha!) tout ira bien. Et comme vous le dites, j’ai beaucoup de ressources, oh oui! Aussi ce monde que j’ai crée et que je co-crée maintenant suscitera des critiques de gens qui ne comprennent pas ce que je vis à l’intérieur. Cet amour que je veux partager. Qui comprennent pas que ce n’est pas tant le pouvoir et l’argent que je cherche mais une vie simple et heureuse faite d’amour inconditionnel. Si les gens ressentaient ce que je ressens ces derniers temps, cette paix, cette joie, cette amour, bon certes, il ferait certainement une crise maniaque pour ceux qui sont hypersensibles, et oui certes à l’inverse, peu de personnes solides pourraient le ressentir car il faut connaître le non-amour pour connaître l’amour, la souffrance pour connaître la Joie, l’agitation pour connaître la paix. Mais je suis certain qu’il y a des millions de gens qui ressentent, qui connaissent, ce que je vis, et qui n’attendent que, que je continue mon chemin toujours dans le travail sur l’égo et l’éclairage de la voie qui va du coeur à la parole sans passer par le cerveau.

Tout ça pour dire, que j’attire parfois des critiques dures, des gens qui me croient mal intentionnés, dangereux. Comme dit Alexandre Jollien : « RAF » : rien à foutre!  Désolé amis dé-traqueurs, c’est trop tard, je suis plus fort que vous, vous me ferez certainement douter une seconde, une minute, une journée mais pas beaucoup plus car j’ai un arsenal d’outils pour me recentrer: un traitement, un bon sommeil, l’écriture, et surtout toute une légion humaine, d’amis, de soutiens anonymes. Mon amour, ce je qu’exprime,  fait résonner tes peurs les plus inconscientes, tu résistes à lumière que regorge certain mots, mais c’est normal étant donnée ce que tu as vécu, ce que tu es devenu, toi et tes blessures, je ne t’en veux pas. Cependant je ne laisserai pas visible ton poison (tes commentaires) dans ce petit monde que je construis.

Fou : En voyant ce que je suis devenu, ce que j’ai fait, ce que j’ai, je me projette dans un futur proche en imaginant l’évolution de ce qui est là déjà, et naturellement mon égo se voit grand, holà très grand! Prenons Gandhi, l’abbé Pierre, Luther King… Mon égo se voit un destin à la hauteur du leur, et encore cet égo là est modeste! Le fond de ma folie se prend pour Dieu, le Dieu créateur, mais cela est-ce même de la folie? Je vois déjà des foules rassemblés par ce que j’ai impulsé. Par contre, mon besoin de notoriété ayant été largement soigné, je n’ai pas tellement envie d’être au centre d’une attention populaire. J’ai plutôt envie de vivre très simplement dans la nature avec une femme et des enfants, et déléguer la gestion de mon monde. Je n’ai pas besoin d’Harley Davidson (désolé doc’, pas pu m’empêcher!), de ferrari, d’habits chers ou de toute cette technologie. Il n’y a qu’à voir mon portable et le trou dans mes chaussettes et mes chaussures.

Sage : Je n’ai plus besoin d’être exalté pour être bien. Je suis sur un chemin ou la Joie et la Paix illimité se trouve et se vit d’abord à l’intérieur. Je peux méditer une heure avec un mental au repos, avec ma conscience seulement focaliser sur la respiration et les battements de mon cœur.

Je m’arrêterai là. J’espère que vous êtes allez jusqu’au bout et que vous ayez fait un dépassement de fonction (pas seulement prescrit un traitement comme la majorité des psychiatres). M’enfin, ça vous le savez, vous êtes un excellent psychiatre. Presque un vieil ami!

Voilà! maintenant on peut parler de comment on va collaborer tous les deux pour révolutionner la psychiatrie française. Envoyer valser les diagnostiques, faire évoluer le langage, et que sais-je encore!

Je vous invite doc’, à mettre votre prescription ou un petit mot en commentaire.

Merci, si j’en suis là, c’est en partie grâce à vous et à la confiance que vous avez eu en mes ressources personnelles et à la décision de ne pas trop m’avoir assommer chimiquement au contraire même!

Voilà ma carte vitale  et surtout…

W

 


La rencontre du coeur

J’hésite à écrire ce qui va venir. J’hésite car j’ai peur de révéler mes expériences en terme de relation, j’ai peur que cela puisse me causer un préjudice si « elle » vient à découvrir cet espace, d’autant que je sais que la lecture des traces du passés laissés ici ont déjà fait peur à « une ».

Mais je dois dépasser cette peur pour partager mon travail dans ma relation à l’autre. J’ai beaucoup travaillé sur moi-même, sur mon mental notamment et l’égo, j’ai acquis une meilleure connaissance du soi -le chemin continue- , je suis ainsi mieux armé pour aborder la relation à l’autre. La vie a répondu présente, comme toujours, en créant une magnifique rencontre.

C’est le commencement d’une nouvelle période: le cœur. Le cœur. LE cœur. LE Cœur. LE CŒUR.  Un nouveau chapitre qui n’aura pas de fin, l’exploration du cœur me paraît intuitivement infini.

Aujourd’hui je vois bien que mon cœur est entouré de murs de protections, des couches de peurs. Je pense que celui-ci s’est refermé à mon entrée au collège dans la cour des grands après une enfance à cœur « ouvert », ces guillemets sont là pour noter mon incertitude quant à cette explication. En vérité, l’état présent de mon cœur  est le résultat de facteurs qui doivent remonter bien loin, bien haut, bien bas, bien derrière, bien devant. Je ne vais pas me perdre ici dans une psychanalyse de l’histoire de mon cœur mais je vais revenir vite à la seule vérité : celle de l’instant présent, celle cachée dans ce que je ressens là, maintenant.

Maintenant que j’ai bien ouvert, soulagé et allégé ma tête, c’est autour de mon cœur. J’ai déjà bien progressé. Jusqu’à récemment, il m’était impossible de mettre ma conscience pleinement  sur les battements de mon cœur, depuis j’y parviens, ce qui me permets d’écouter ce qu’il a à me dire.

La rencontre avec « elle » a remué et a remis à jour les peurs que je n’ai pas encore dépassé. Telle est une des lois de la nature humaine : tant que l’on a pas surmonté une peur, on expérimente en boucle des situations qui nous font affronter celle-ci. Les peurs qui s’interposent entre moi et mon cœur sont : la peur de l’abandon, de ne pas être à la hauteur. Un grand classique, hein? Elles sont toujours intervenus à chaque relation. Aujourd’hui, la grande différence est que j’ai un contrôle mental bien plus fort qu’avant, j’ai trouvé l’arme fatal et sais en user pour vaincre ces peurs : l’instant présent. Je veux bien croire que cela te paraisse flou et fou. Revenir à l’instant, à ce que je ressens là; me permets de vivre pleinement la peur présente, mettre mon attention dessus, la lumière de ma conscience dessus. Ainsi je m’en libère petit à petit. Ainsi je me rapproche du cœur petit à petit. Une bien belle aventure.

De part sa grande dimension spirituelle, « elle » a une connexion à l’Amour et une vibration déjà très élevée. Malgré les nuages autour de mon cœur je l’ai senti, j’ai senti à travers elle l’énergie subtile et si puissante de l’Amour. Pffiou, un moment hors de l’espace temps, merveilleux. Je parle ici de l’Amour divin dont la Femme (le féminin) à l’accès et partage à l’Homme.

Ce n’est pas un hasard cette rencontre, je crois que l’on est complémentaire dans notre travail tout les deux sur soi. C’est très tôt pour l’écrire mais je crois bien que sa force est plus au niveau du cœur ce qui lui permet une certaine sensibilité accrue, une clairvoyance,  un pouvoir guérisseur, alors que ma force est plutôt au niveau mental. Une belle complémentarité.

Il est donc probable que mes doigts dorénavant s’appuient régulièrement sur les touche C-O-E-U-R. J’ai beaucoup à découvrir. « Découvrir », quel joli mot, car il résume bien le sens de la vie humaine et le travail de l’artisan de lumière, le travail sur soi : découvrir tout ce qui empêche le soi de s’exprimer, le cœur de s’exprimer, l’amour de s’exprimer. Découvrir le mental de toutes les pensées, les croyances, les doutes. Découvrir le cœur de toutes les peurs. Est-ce que tu vois ce que je vois? Ce pouvoir d’amour, de paix, de joie qui pourra rayonner sur terre lorsque nous serons découverts.

Découvertes à suivre,

Patience et espoir

W


Une fenêtre d’espoir

Depuis un heureux événement d’hier soir vers 22h22 (heure propice, voir l’article) j’ai pensé cet article là avec excitation. Un souffle puissant de Joie me pousse à ce partage…

Alors que je m’apprêtais à l’écrire, je décide de fumer une cigarette avant. Je sors dans le jardin : grand soleil et ciel bleu. Et là, à ma plus grande surprise, je vois un écureuil grimper agilement et légèrement l’arbre en face de moi. J’ai vécu 15 ans dans cet maison, j’ai profité du jardin plus longtemps que tout autre lieu sur terre ; depuis quelques années, j’ai médité des heures devant cet arbre et jamais je n’avais vu ce petit animal roux. Bref, magique!

Mais cela ne m’étonne pas étant donnée l’événement la veille au soir :

Après avoir regardé 30 minutes l’émission sur la 5 d’hier soir mettant en scène Matthieu Ricard, Christophe André et Alexandre Jollien ; trois personnages dont leur sagesse me séduit quand je les lis ou les écoute, je me suis couché comme d’habitude vers 21h30 (nouvelle résolution). J’ai lu quelques chapitres de Don Quijote et j’ai éteins la lumière vers 22h15. Comment t’expliquer…

J’ai ressenti une joie m’enivrer d’un coup. Allongé dans mon lit les yeux ouverts dans l’obscurité, je me suis laissé emporté par un soulèvement de Grâce intense. J’étais touché par une Grâce foudroyante… je n’avais rien à faire, aucun effort, seulement à vivre ce moment suspendu dans le temps. J’étais porté et je sentais une philosophie de vie qui s’insufflait en moi, je percevais que dans ma vie, malgré tout, je pouvais vivre dans la Joie à chaque moment sans peurs. Je suis sorti dans la nuit fumer une cigarette (aussi bonne qu’après avoir fait l’amour), le ciel était particulièrement clair, les étoiles lointaines rares au dessus de Paris étaient là. Bref, magique!

C’est très riche en enseignement. Je t’ai raconté que mon jour anniversaire, avant hier, avait été le théâtre d’une souffrante mélancolie : Mélancolie et révolte . Aucun sentiment de joie ou de bonheur pour ce jour qui devrait être « joyeux » comme on me l’a souhaité. Je suis resté assis au bord de mon lit la tête dans la main entrain de déguster le désespoir dans une rare intensité. Et voilà qu’un jour après avoir dans mon plus bel enfer, la vie me libère d’un coup de baguette en m’apportant une fenêtre d’espoir sans raison, sans effort de ma part, comme ça gratuitement, d’une manière insoupçonnable.

Je suis heureux de te partager cette preuve que la fatalité n’existe pas, que la vie peut t’apporter un rien qui te fera virer du noire au bleue. Comme un cadeau. Mais surtout que la Joie et la Paix, ne se travaillent pas, ne s’achètent pas mais se rêvent, se désirent, se veulent… et la magie incompréhensible et pratiquement indicible de la Vie s’occupe pour toi du reste. Nous avons seulement à nous ouvrir à cette sensation inconnue qui viendra nous prendre et nous émerveiller.

Hier, j’ai vu par Skype Elise, une amie que je porte très cher dans mon cœur, je suis certain que le seul fait d’avoir échanger un moment avec elle m’a procuré inconsciemment un très grand bien être qui a permis de vivre cette grâce du soir d’avoir lieu.

Elise est une femme merveilleuse qui écrit des textes lumineux porteur d’espoir, de guérison. Ces articles méritent vraiment d’être lu. Voilà le lien vers son dernier:  https://voyageaucoeurdelhumain.wordpress.com/2016/01/11/courage/

Patience et Espoir

W


Tu t’es attaqué à W.

« Tu t’es attaqué à W., t’es dans la merde… »

« … » Je pourrais continuer sur ce ton là et publier un texte de rap égotrip à cet effet mais cela ne ferai qu’alimenter un hypothétique ennemi.

« Tu t’es attaqué à W »… Je ne connais pas ce tu, je ne même pas si c’est un humain ou un bug informatique de wordpress, mais cela n’a pas tellement d’importance. J’explique pour les lecteurs de cet article.

Ce matin, tu as pris contrôle de l’outils statistiques de mon blog afin de faire exploser les visites (21 000 vues aujourd’hui pour 300 visiteurs, c’est impossible). Cet outil qui me permets d’avoir pas mal d’information quand aux provenances des visiteurs, voir quelles pages sont les plus lues, etc. je m’y suis habitué depuis deux ans et je l’affectionne. J’assume totalement cette relation avec ce petit robot qui flatte mon égo à chaque fois que je m’y connecte et qui est une source de motivations, parmi d’autres, pour continuer cet belle aventure sur laviedunbipolaire. Tu as donc détracté cela et déséquilibré mon activité sur le blog.

« Tu t’es attaqué à W., t’es dans la merde »  Je reprends ici une réplique d’un rappeur pour te dire que ton attaque ne m’a pas blessé, au contraire elle m’a fortifié et me permets de franchir un cap dans mon aventure web. Que tu sois humain ou bug, ta malfaisance est le reflet de ta souffrance. Dans ton action tu as voulu me fragiliser, me partager ta haine. Il y a quelques années, j’aurais été déstabilisé et tourmenté par une telle chose, aujourd’hui je suis plus fort : tu as échoué. « Tu es dans la merde » car le coup que tu m’as envoyé ne m’a pas atteint et tel un boomerang va se retourner contre toi. Je ne t’en veux pas et cela même va te faire mal, toi qui attendais une réaction agressive de ma part. Je te pardonne.

Je te remercie même. Car tu as déclenché un déclic. Cela fait quelques temps que je songe à migrer sur un site perso. Ce mini événement m’a décidé. Bientôt un réel site va s’ouvrir, et je transfèrerai peu à peu mon activité de ce blog au nouvel endroit. Cela progressivement et en sorte de ne pas perdre le bon référencement de mes articles que j’ai gagné petit à petit depuis deux ans. Car oui j’ai un désir d’être lu par le plus grand nombre. Ce n’est pas nouveau.

Tu as déréglé une partie de mon blog, je suppose que tu peux le bousiller complètement. L’humain ou le bug derrière ce « tu »  peux provoquer la mort de laviedunbipolaire.wordpress.com. Cette énergie négative que tu m’envoies, ce transforme en énergie positive et me donne la force d’avancer, nourrit mon esprit de conquérant, je t’en suis reconnaissant. Je te partage même ces ondes positives pour soulager ta souffrance.

Cet article montre une nouvelle fois ma douce folie. C’est avec une certaine joie que j’utilise ce ton de tragédie. Parce que finalement, j’aime le conflit quand il engendre quelque chose de constructif.

Ma réaction, cette expression, cet article, peut paraître psychotique aux yeux des lecteurs qui tombent dessus. Mais quelque soit la nature de mon comportement face à cette situation, à cet instant je suis calme et confiant. Je n’ai pas peur, je suis prêt à rencontrer d’autres épreuves, d’autres dérives engendrées par la jalousie, l’orgueil des hommes. J’ai aussi un côté orgueilleux, je l’accepte et le maîtrise plutôt bien aujourd’hui. Alors venez venez petits démons que je vous transforme en petits anges! Haha quel prétentieux je fais. La réussite attire bien des choses. J’ai toujours cru profondément en mon succès, à un prochain bonheur et je constate que j’en suis plus proche que jamais.

Je te souhaite une bonne nuit.

Que c’est beau la liberté d’expression 😉

A bientôt

W.


Se vider, avec un soupçon de sincérité

Mon crâne. Il se vide, il se remplit… c’est peut-être ça aussi la bipolarité. D’ailleurs, est-ce que ça se passe à l’intérieur du crâne toute cette activité qui me trouble tant? En tout cas, là, je suis rempli. Sous pression. La cocotte minute est une très belle image à ce sujet. Ma situation actuelle est faite de réalisations (l’Express.fr, Zone interdite) et de répétitions intenses de théâtre en préparation d’une tournée en Juillet. Beaucoup de nouvelles choses, de nouveaux ressentis, de pensées inattendues qui s’entassent dans le sas de mon laboratoire psychique attendant tous leurs assimilations et leur intégration dans ma conscience. Chaque élément venant de ces récentes expériences est amplifié dû à mon trouble sous-jacent. Chaque petite émotion est grossie par le spectre de ma bipolarité. J’ai l’impression d’être traversé par des flux d’énergies difficiles à canaliser. Même si je suis parvenu à construire des canaux relativement forts. Mais, bien que le lit de la rivière s’élargit, le courant ne se des-intensifie pas pour autant. La vie et ses turbulences s’engouffrent partout où il y a de l’espace. C’est un fait. Et cela est une source (décidément!) de doutes qui m’amènent facilement à conclure que je vais souffrir de ce travail de canalisations toute ma vie. Si t’as réussi à t’en sortir avec toutes ces images farfelues, bravo!

Actuellement, j’ai un nœud jusqu’ici inconscient qui me perturbe particulièrement. C’est mon aspiration profonde à la célébrité. Nœud qui me semble exister depuis toujours. Hé bien, cette reconnaissance public, même si dérisoire, se réalise aujourd’hui. Je l’ai toujours voulu et pourtant elle me provoque plus de mal que de bien. Certes, j’éprouve une satisfaction mais elle ne prend pas le dessus sur les doutes qu’elle entraîne. Tout ça est encore flou mais une certitude se dégage : ce n’est pas la renommée qui me rendra heureux. Merde alors! Alors qu’est ce qui me rendra heureux? Je me questionne donc sur ce qui m’apporte de la joie……. Simple question, mais je n’arrive pas à y répondre. Oui, bien sûr, l’amour blablabla mais je te parle ici de choses concrètes (oula, j’ai failli écrire « réelles »!). Non, je crois en l’amour, mais quelle réalisation – vu que la célébrité me paraît plus une source de joie – m’apportera la joie et surtout la paix. Ou quelque chose qui se rapproche de ces états de grâce. Quel travail par exemple? Je vais me pencher sérieusement là dessus tant cela me paraît indispensable de le savoir.

Bref, ce n’est pas le ciel bleu dans ma réalité en ce moment. Rien de tel que de se vider pour écarter quelques nuages. S’exprimer. Sur ce point, je suis bien fortuné d’avoir trouvé mon média. Chacun en a un, connu ou inconnu. En rentrant ce soir, j’ai discuté quelques secondes avec un Malien débarqué par bateau clandestin via l’Italie et qui faisait la manche sur la place de la République (Paris). Pfff, il y a de quoi relativiser ma petite misère. Lorsque je prends du recul sur ma situation, aujourd’hui sur notre planète, je dois malgré tout remercier ma bonne étoile. Merci!

PS: J’ai écrit plus haut « Zone interdite », en effet j’ai été contacté pour témoigner dans le cadre d’une émission sur la bipolarité qui serait diffusée en Octobre. Je ne t’en parle pas plus pour l’instant, ce n’est encore qu’un projet. Mais bon, c’est fou comment les choses se précipitent. Heureusement qu’il reste quelques arbres en Ile-de-France qui peuvent me transmettre l’ancrage sur Terre. Ma relation avec la Nature est une autre histoire!

PS2: mon blog sur l’Express : http://blogs.lexpress.fr/bipolaire/

A bientôt,

W.


2015, l’année de l’ouverture?

Comme une fleur qui s’ouvre aux rayons du soleil

Comme un chercheur qui s’ouvre à ses prochaines découvertes

Comme un malade qui s’ouvre à une possible guérison

Comme un désespéré qui s’ouvre à l’espoir

Comme une porte qui s’ouvre devant un invité

Comme un théâtre qui s’ouvre pour le spectacle

Comme une bouteille qui s’ouvre pour nous désaltérer

Comme un livre qui s’ouvre pour nous raconter une histoire

Comme un magasin qui ouvre pour nous vendre ce que l’on désir

 

Comme une oreille qui s’ouvre à de belles paroles

Comme des yeux qui s’ouvrent à un jour nouveau

Comme une bouche qui s’ouvre pour dire je t’aime

 

Je te souhaite en 2015 que tu t’ouvres encore un peu plus.

Si l’amour frappe à ta porte, je te souhaite d’avoir le courage de l’ouvrir.

 

Il y a un être merveilleux derrière une porte cachée en nous. Qu’attendons-nous pour le faire entrer?

Meilleurs vœux.

W.