Archives de Tag: PSR

L’amour, définition.

Qu’est-ce que l’amour?

On parle d’amour, on échange sur l’amour mais a t-on une définition claire en tête de ce que c’est? Non pas chercher à avoir une définition objective, trouver une vérité universelle sur l’amour, mais avoir sa propre définition issue de notre expérience personnelle. C’est celle-là qui m’intéresse. Les définitions écrites dans les livres ou exprimées par d’éminents philosophes n’ont pas d’intérêts pour moi. Et je ne parle pas des citations toutes faites qui se multiplient dans les publications facebook, publications qui cartonnent généralement en termes de partages (attention ego!). Tu sais, les phrases courtes sur un fond imagé. Alors, oui c’est beau et on a besoin du beau, mais est-ce que c’est vrai? Ou plutôt, est-ce que c’est vrai pour moi?

Je m’exprime ici sur une forme de l’amour : l’amour dans le couple. Et j’ai 1h30 (le temps d’un train, pour rejoindre l’amour, justement!) pour dire ce qui passe dans ma tête sur le sujet. Je ne sais pas réfléchir en amont. J’ai juste deux ou trois idées qui vont se développer seules, instinctivement. C’est comme ça que j’écris tous mes articles d’ailleurs. Cette information est sans intérêt.

L’amour, ce sont des actes. Les paroles d’amour ont le mérite d’exister, pour se déclarer, pour rassurer, pour romancer, pour roucouler mais je pense que l’amour se construit sur des actes. Allez je digresse volontiers car j’ai écrit le mot « construit ».

Je pense que l’amour est une construction à deux. Le sentiment amoureux vient sans effort entre deux personnes qui se plaisent mutuellement mais repartira aussi vite qu’il est apparu s’il n’y a pas eu une volonté de construire, de prendre soin, de faire des choix qui vont permettre à l’amour entre deux personnes de se développer. En gros, être amoureux, c’est facile, mais rester amoureux, c’est plus compliqué!

Je pense que l’amour est un espace voir une troisième personne dans le couple. Une entité qui a besoin d’être nourri et protégé pour vivre. Cette troisième personne, qui pourrait être une sorte de divinité, peut être source d’enrichissement, d’énergie, de bonheur paisible (soyons fou) pour les deux personnes qui y sont attachés. Mais pour cela encore une fois, il faut y mettre les moyens conjointement. Et en premier, il faut y croire (consciemment ou inconsciemment) en cet amour, sinon impossible de le vivre.

La thérapie PSR. Mais qu’est ce que ça vient faire là? Je t’ai mis le lien pour que tu te mettes au parfum. PSR pour Partage Sincère de Ressentis. Je suis l’inventeur de cette thérapie, et je reçois tous les couples, trio, conjoints ou autre relation pour aider à mettre en place dans votre quotidien avec vos proches ce modèle de communication qui me paraît être très profitable pour construire une relation profonde et constructive. Bon, j’ai pas réellement de cabinet hein! Je prends juste un malin plaisir à imaginer. Même si je suis sûr que je ferai un bon thérapeute. Ce qui pourrait arrondir les fins de mois. Pardon, je suis très porté sur l’argent ces derniers temps, ce sont les circonstances et les inquiétudes de mes parents qui sont la source de ces pensées. Allez, encore une petite pub au passage pour mon livre disponible sur Amazon : la vie d’un bipolaire, le livre  un livre d’espoir pour les bipo et proches, je veux croire. Fais tourner! Bref, ça suffit le business personnel, je m’écarte de l’amour!

Alors, l’amour, aaaah l’amour. Le partage sincère de ressentis est à mon avis excellent pour connaître l’autre. C’est en explorant l’autre, en le comprenant qu’on peut tisser une relation profonde. Bon, c’est pas de tout repos, et ça peut engendrer des coups de chaud. Périodes de crises qui sont d’ailleurs très riches en potentiel de développement de l’amour. Haha! on dirait que je parle d’économie. En même temps, j’ai envie de dire : « Investissez sur l’amour à long terme, c’est un placement qui permet de récolter beaucoup de fruits! » M’enfin voilà, la PSR est un choix, une volonté car cela demande pas mal de temps et d’énergie pour entrer dans une communication plus intime. Après dans la pratique, il y a des temps pour partager certaines choses et d’autres temps qui ne sont pas favorables. Surtout quand il s’agit des peurs…

Les peurs de chacun. Je pense que pour bâtir dans l’amour, poser des bonnes fondations, il est important de comprendre ses peurs en matière de relation et celles de l’autre. Par exemple, la jalousie, la peur d’être trompé, la peur de l’abandon, la peur de l’engagement, etc. L’art de cette communication là réside dans le fait de pouvoir parler de ses peurs sans être dans ses peurs. Ça demande un climat paisible dans la relation, le bon moment. Je pense que prendre en considération les peurs de chacun est fondamental dans la construction d’une relation. Car connaître la peur de l’autre permet d’en prendre soin, de le rassurer, d’agir auprès de lui avec considération et bienveillance. Personnellement, lorsqu’elle a pris considération de ma jalousie et a agit pour me rassurer dans une situation qui réveillait ma peur, j’ai ressenti vivement l’amour, j’ai reçu sa volonté de prendre soin d’un mal ancré profondément en moi. Voici un acte d’amour pour moi qui vaut un million de « je t’aime ». Ce sont des actes où l’on ressent la présence de l’autre pour nous, où l’on peut se dire « je ne suis pas seul ».

tree-1160674_960_720

Ça pourrait être une définition de l’amour : la sensation de ne pas être seul.

Il y a deux mecs dans le tgv qui parlent très fort, le sujet de leur discussion : les X-mens, haha! J’ai une capacité de concentration de 900 mots, intéressant. Et sinon l’amour?

L’amour, l’amour, l’amour… l’amour ça fait chier! Parfois c’est pas facile. Je ne vois pas l’amour comme quelque chose de beau ou de bien en soi. Plus comme quelque chose de multi-dimensionnelle qui peut engendrer toute la palette des émotions pour ceux qui y sont attachés : de la joie à la colère. L’amour, c’est comme un esprit qui prend la couleur des personnes qui le construisent. Si les deux personnes souffrent, leur amour souffre, mais peut aussi les soigner. Je ne sais pas en fait, j’écris quelque chose que je n’ai jamais pensé, je vais au delà de mes frontières, hmmmm j’aime ça.

Bref, je pense quand même que

« L’amour entre deux personnes est à imaginer, qu’il prend la force des actes des amoureux, qu’il prend la grandeur de leur engagement, qu’il porte les fruits du temps qu’ils leur donnent. »

Oh c’est beau ça, tu pourrais choisir une belle image et copier cette phrase dessus et partager sur facebook, je suis sûr qu’elle ferait tabac. Quoi que j’ai bien du faire quelques fautes, et elle est trop longue. Ah l’égo, l’égo. Tiens d’ailleurs l’égo aussi c’est un concept qui serait intéressant de définir plus longuement, on en parle beaucoup dans les discussions de développement personnel, mais ça veut dire quoi en fait? « Développement personnel » ça aussi, c’est quoi en fait, ça sert à quoi? Dans beaucoup de discussions, on échange, on parle, on débat, mais souvent à partir de mots dont on a pas une réelle et claire définition en tête. Alors souvent on se sent bien vivant dans nos échanges passionnés, mais tout ça ne sont que des nuages de fumée.

Bon ben écoute, je n’ai pas d’autres conneries à dire. Ah si, je serai curieux de connaître ta définition de l’amour. J’en profite pour remercier ceux qui réagissent par commentaire, je les lit tous, et ils sont très enrichissants pour moi mais aussi pour tous les lecteurs. Je sais qu’il y a même des personnes qui lisent plus les commentaires que les articles!

Patience et amour,

W

Publicités

La thérapie PSR

C’est l’été, la température augmente, les hypersensibles sont en chaleur, attention! Je vois beaucoup d’envies autour de moi, de belles énergies, des libérations, des découvertes de soi, de la magie, du merveilleux, c’est génial mais j’ai quand même envie de dire « Calmez vous! ».

De la joie paisible, durable voilà comment je vois le bonheur et où je vais. Je me méfie de l’excitation, l’exaltation, cela m’a mené hors de moi (hmm plutôt hors du Soi, pour être juste) alors que je cherche à être au profond de moi, là où est le Soi, l’Unité, qui permet la communion avec Tout, avec l’Autre.

Le mental nous joue des tours… Je reviendrai là dessus une autre fois, je n’ai pas d’inspiration. En même temps j’écris allongé dans mon lit, depuis ma sieste. Demain, le tour de France commence, on va à Lyon j’ai hâte de vivre cette aventure. « C’est pas intéressant, ça » Oui c’est vrai, je l’ai senti. Sieste, car en ce moment je me lève tôt, je suis dans une belle période, j’ai presque tous les indicateurs de ma vie en vert. « On s’en fout, c’est du factuel, c’est plat » Oui c’est vrai je l’ai senti, mais c’est comme ça quand je mets à écrire, sans avoir véritablement l’envie et l’énergie.

Hier, nous (la lectrice du blog qui m’héberge dans les Alpes et moi) avons vu  un ange géant crépusculaire, d’ailes de nuages, poser au dessus d’une petite montagne au bout de son jardin. Il y a quelques années, j’aurai pris ça pour un signe divin, mon mental aurait été déstabilisé par cette connexion mystique, et j’aurai facilement dérapé dans la spirale maniaque. Mais aujourd’hui, fort d’un long travail sur moi, j’ai apprécié la beauté de cet instant avec mon amie sans interprétation et jugement, juste pour ce que c’était : merveilleux. Cette perception, cette sensation, cette énergie n’est pas venue s’accrochée quelque part dans mon esprit à je ne sais quel filtre, conditionnement, ou peur. C’est cela la transparence. Ça permet d’être disponible à l’instant qui suit, à rester dans le présent, à ne pas partir dans des pensées, interprétations, hors du Soi. Grand moment pour moi, qui me montre le chemin parcouru. C’est cool.

En même temps, on finit toujours par obtenir ce que l’on cherche. Quelque soit le temps, et la souffrance endurée. Si l’on y croit et que l’on veut, on finit par être qui on veut être, et avoir ce que l’on veut avoir. M’enfin, déjà faut savoir ce que l’on veut et avoir, et au delà de ça, savoir ce qui est juste et bon pour nous. « Seigneur, apporte moi ce qui est juste et bon » voilà, tout à fait. Mais attention, c’est risqué et osé comme demande, car la vie nous en fait baver pour nous libérer de nos peurs, de nos vieux schémas, pour faire émerger nos blessures inconscientes. Aie!

J’en ai chié dernièrement à ce sujet. La vie m’a confronté à une situation où une vielle blessure s’est ré-ouverte. Celle de la jalousie, de la possessivité dans une relation, la dépendance, l’exclusivité, centre de l’attention, bref un mélange de tout ça. Alors, pendant une semaine j’ai senti une douleur aiguë dans le cœur. J’ai médité dessus des heures, j’ai accueilli ce mal en moi qui veut s’exprimer désespérément, et j’ai échangé avec les personnes concernées pas la situation qui a re-déclenché cette blessure.

Ah lala, qui y a t-il de mieux que la permission de pouvoir se livrer à l’autre, de ne pas rester seul avec sa peine. Voilà le soin ultime : Partage-Sincère-de-Ressentis. Le PSR. C’est la nouvelle thérapie qui fait tabac (ça me fait penser qui faut que j’aille en acheter). Tu connais le PSR? Voilà, je vient d’inventer mon métier de thérapeute. Haha, merci à toi de l’avoir permis. Je ne m’y attendais pas.

Aujourd’hui, souvent dans les rencontres ou échanges entre HS, on parle de la Thérapie Cognitivo Comportementale « Moi, je fais une TCC, c’est pas mal… En fait, TCC ça veut dire thérapie etc… Ça aide à mieux comprendre ses émotions… Oui, je te la conseille, je pense ça t’aidera à etc… ». Hé ben demain et dans le futur on entendra « Rho pitain! j’ai découvert la thérapie PSR, ça me libère un truc de ouf… PSR, ça veut dire Partage-Sincère-de-Ressentis… C’est W, un mec qui faisait ça tout seul sur un blog en anonyme, ça l’a éveillé de ouf, et c’est devenu maintenant une thérapie mondiale…. Oui, par contre, le mec, W, il est perché c’est devenu un pitain de Gourou, avec son harem, ses villas, il a même acheté une île dans laquelle il fait vivre ses 22 femmes et 77 enfants… Non, bah en ce moment il est en taule pour pédophilie » haha , bref!   Dérapage contrôlé. On s’en fout c’est du rap! Enfin de l’art, quoi! Liberté d’expression attention j’arrive!

Dans tout ça je retiendrai comme envie, celle d’achetée une île. Après pour les femmes. Déjà que j’en trouve une qui fera l’affaire, ce serait pas mal.

Voilà, voilà.

Tout ça avec patience et espoir, naturellement!

J’allai oublié, j’ai un livre à vendre à moi : la vie d’un bipolaire, le livre, c’est 22 euros c’est cher je sais, il m’est cher aussi, et j’ai une île à acheter.

W

1  2  3  4  5  6  7