Archives de Tag: up

Calme-toi cousin!

« Calme-toi cousin! ». C’est ce que m’a dit au tel tout à l’heure l’autre quand il a entendu l’état dans lequel je suis.

L’énergie remonte en moi. J’étais plutôt « middle » ces derniers temps avant d’avoir été down en fin 2016. Là je suis up. Mais c’est un up plutôt tranquille pour le moment. Mon état d’humeur n’est pas un hasard chimique, où je ne sais quelle autre explication médicale. Je le rappelle car pour moi il n’y a rien de pathologique, il n’y a que la vie et la résistance qu’on lui oppose. A méditer..

vague-up-exaltation-intense-energie-bipolaire-symptomes-crise-maniaque-vivre-avec-delire-association-hypersensibles-temoignage-blog

Bref! ce sursaut d’énergie survient aujourd’hui après des heures de travail sur le site de l’association qui va bientôt « s’upgrader ». Et se libérer de la forme actuelle qui existe depuis des mois. Ça fait depuis des mois qu’avec un autre j’ai pensé et travaillé sur ce fameux réseau de rencontres entre hypersensibles, dont une première version va apparaître la semaine prochaine. Grande satisfaction pour moi.

Dorénavant, lorsqu’il s’agit de parler d’un ami, de la famille ou de toutes autre personnes j’emploierai toujours le même mot : l’autre, ainsi leur anonymat sera préservé. Enfin, j’aurai fait ma part!

Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas accompli quelque chose d’aussi important à mes yeux et d’aussi concret. Et ce n’est qu’un début, les jours à venir vont être un véritable décollage pour moi et pour l’asso. Car dans les jours à venir, je vais apparaître dans un mini reportage dans un journal télé de France 2 ou 3. Un sujet sur les conditions d’hospitalisations dans lequel je témoigne. Sur la vidéo sera affiché l’adresse du site web de l’asso. Sacré coup de com’! C’est pourquoi je tiens à ce qu’une première version du site soit prête pour accueillir les nouveaux curieux.

Tu verras donc peut-être ma gueule, ce sera certainement pas l’image de W que tu t’es fait. Désolé pour la désillusion. T’es pas obligé d’aller voir. M’enfin, d’autres vidéos vont sortir, et le monde la verra de plus en plus, ma gueule!

Déjà tout ça c’est source de fortes émotions, mais c’est pas tout! Car comme rien ne vient seul, ce weekend je vais avoir 30 ans, précisément le vendredi 13, haha! Le soir même j’ai invité pour un petit restau raclette des vieux amis que je ne vois plus mélangés avec les nouveaux amis issus de ce blog pour la grande majorité. Le choix de la raclette est stratégique. A une bonne dose, elle permet l’ancrage.

Voilà, puis je vais le fêter avec ma famille le samedi, super aussi. Et pour couronner le tout, dimanche, je suis invité au mariage d’un vieux pote. Premier mariage d’un ami. Je pense que c’est le weekend le plus intense de ma vie.

C’est marrant parce que pas plus tard qu’hier j’étais en train de commencer un article angoissant, plein de doute, de fragilité, de peur comme j’en ai le secret, sur mon handicap relationnel qui me faisait mal ces derniers temps, accentué surtout par le fait qu’un autre ne répondait pas à mes messages et coup de tel. J’ai ruminé que je l’étouffait, qu’il en avait marre que je le contact. Je l’ai vu finalement lundi soir et il m’a rassuré.

Aujourd’hui je suis à dix mille lieues de cette blessure intérieure, cette insécurité affective. Je vole, comme dans ces rêves récurrents. D’ailleurs le dernier c’était il y a deux nuits. J’étais avec deux autres, et je leur montrait fièrement mon don : voler. Haha! même mes rêves sont up!

Je me baladais tout à l’heure, comme je le fais quotidiennement, et oui hygiène de vie : prendre l’air, exercice physique, dormir, bien manger, bien respirer, bien fumer. Très important le tabac. Toutefois je soutiens de tout cœur deux autres qui essaient d’arrêter, spécial dédicace à vous le noyau dur. Coïncidence, à l’instant je reçois un message d’une autre du noyau qui est down et que j’aime fort.

Synchronicité! je suis connecté!! Mais connecté à quoi en fait? Connecté à la vague, ou plus précisément à l’énergie qui engendre la vague. Je suis dans le courant, à moi de bien surfer. Alors serai-je connecté à la Lune, vu que c’est la planète qui régule les marées. La Lune, les étoiles. D’ailleurs dans mes méditations avant de me coucher je vois des étoiles dans ma chambre. Elles sont la projection de ce que je ressens au fond de moi. Projection qui peut se faire lorsque le calme mental est absolu. Les étoiles sont en moi, alors la boucle est bouclée, je suis connecté avec moi, ou plutôt le Soi qui est dépouillé d’égo.

L’écriture paraît frénétique, excitée, exaltée. Mais en réalité je surjoue pour me moquer de mes états de débuts de délire dans lesquels je me suis tant perdu dans ma vingtaine. Hé oui! Je vais avoir 30 ans, hyper symbolique, c’est la fin de 10 ans de psychiatrie (7 hospi, plusieurs dépressions, et 7 crises maniaques, hmm le chiffre 7..). Le chiffre 7, chiffre divin. Hmm 30 ans un vendredi 13. Je suis le centre du monde.

L’écriture redevient frénétique, excitée, exaltée. Non, sérieusement je suis calme, j’ai aujourd’hui beaucoup de distance avec toutes ces croyances qui nous rendent fou.

D’ailleurs si tu es up et que mon article te upitise encore plus, sache que tous ce que j’ai écris n’a rien de véritable. Ce n’est que le produit de mon imaginaire. Oui, l’imaginaire est vrai même s’il est irrationnel et subjectif, mais la réalité à laquelle je mets le plus de mon énergie est celle de l’instant présent : je suis assis, les doigts un peu froid sur le clavier, les jambes croisés, la bouche sucrée, la tête calme un peu fatigué, j’écoute du gainsbourg. Après avoir publié cet article, j’étendrai mon linge, répondrai à quelques mails et regarderai la télé. Voilà la réalité à laquelle je donne le plus d’importance actuellement. Ce soir je méditerai, et là je mettrai mon attention sur quelque chose de plus imaginaire, de plus irrationnel. Mais pas plus magique. La magie s’offre à nous lorsqu’on est dans l’instant présent, et ça c’est le travaille de tout une vie! Pile poil milles mots! Enfin.. Mille six maintenant… mille neuf…

Patience et espoir,

W

bipohypermaniac@gmail.com

Publicités

Ça reviendra, oui mais différemment (suite)

Voici la suite de ça reviendra, écrit hier.

Alors, il y aura d’autres aventures, oui ça c’est sûr. J’ai un potentiel énergétique fort, au vu de mes crises maniaques, qui font de ma vie des montagnes russes… Attention, j’ai peur d’être mal compris dans cet article, je ne suis pas en train de plaider pour un fatalisme, une résignation et encore moins en train de dire que je ne peux rien faire face à cette maladie. Je rappelle d’ailleurs, ce que j’ai écrit dans d’autres articles, que je ne me considère pas malade, donc étant bipolaire, la bipolarité pour moi n’est pas une maladie. Je ne défends pas ici les thèses des pessimistes, au contraire…

Oui il y aura encore des envolées mais tout l’enjeu est là : la prochaine hausse d’énergie peut ne pas se caractériser en crise maniaque. Je serai certainement une autre fois up mais ce up peut très bien ne pas avoir les caractéristiques d’une crise maniaque. Il peut être maîtrisé. La folie peut être contrôlée. Déjà dans mon dernier épisode il y a des éléments qui sont contradictoires à la définition de la crise maniaque. Par exemple, c’est la première fois que j’ai accepté d’aller à 2 reprises chez mon psychiatre pour adapter mon traitement mais aussi de passer par Ste Anne pour un avis supplémentaire. Alors que généralement une personne en état maniaque n’est pas consciente qu’elle est dans cet état et refuse de voir un docteur. Avant cette crise, durant tous les épisodes maniaques précédents j’étais loin d’en avoir conscience. En décembre dernier, je savais que j’étais up, c’est le point où j’ai évolué, par contre le délire était tout de même présent.

Le trouble évolue, si on le souhaite. Hier, ma crise maniaque était moins maniaque qu’avant hier, demain elle le sera encore moins et un jour, avec la même énergie qui me traverse, je ne basculerai pas en crise maniaque, ce sera seulement une très grande forme créatrice sans mauvaises conséquences. En tout cas je tends vers ça. Je veux réussir à maîtriser ce feu intérieur lorsqu’il s’enflamme en moi et prends le dessus sur la raison. C’est l’histoire de Dr Jekyll et Mr Hyde. Il me faudra encore quelques pics d’énergie (bouffées délirantes pour certains, pareille je n’aime pas ce mot car il trahit toutes les richesses que l’on peut extraire d’un tel épisode) pour réussir à canaliser cette force qui me dépasse encore largement : en décembre, je me suis encore pris pour le prophète, c’est pour dire que je n’arrive pas à vivre cette énergie tout en restant ancré sur Terre. Mais j’y arriverai.

Je pense que c’est simplement une histoire de canalisation. Comme si ma raison et mes moyens d’expressions étaient les rivières et canaux et que cette énergie, cette force si inspiratrice, était les flots qui coulerait dans les canaux. Et pour ma part donc, une cascade qui déborderait tout et noierai le raisonnable en moi. L’enjeu est là, il faut que j’arrive à canaliser cette énergie lorsqu’elle reviendra, par l’écriture par exemple. Ou n’importe quel autre moyen qui me permettrait de rester ancrer ; les pieds sur Terre.

Pour reprendre l’image des montagnes russes, la crise maniaque serait comme prendre un looping à extrêmes sensations et, à cause de la vitesse très élevée, dérailler à la sortie du looping pour finir dans le décor. Le décor étant ici l’HP. Hé bien, je pense qu’il est possible de prendre le même looping sans chute à l’arrivée. Ce ne serait pas une crise maniaque car la souffrance ne serait pas présente. La souffrance étant un bon indice.

Bon, avec tout ça je ne peux pas m’empêcher de taper le mot interdit : si la bipolarité est une maladie, alors la guérison est possible.

Patience et espoir

W


Quand l’HP devient un hôtel

Mon nouveau blog à cette adresse http://etrelapaix.wordpress.com/

 

C’était en 2009 à la sortie de ma deuxième hospitalisation à l’asile Théophile Roussel (A l’asile chez Théophile Roussel). Délivré de cet enfer, je suis entré dans la maison de repos Bellevue de Meudon afin de continuer de me soigner dans un environnement plus agréable que les murs et le personnel de Théophile.

J’étais redescendu de mon délire ( Maniac Story saison 2) mais une certaine euphorie demeurait. C’est un projet de création d’entreprise qui a été l’élément principal de la cause de cette deuxième crise maniaque. Le passage à l’asile n’avait pas effacé ma volonté de créer cette entreprise  Stars in Arts. Le confort de l’hôpital de Meudon m’a aidé à me redonner confiance sur ce projet. Peut-être un peu trop…

Je garde un souvenir très agréable de mon séjour à la maison de Bellevue. J’avais une chambre tout confort, un grand lit, une salle de bain, une télévision, bref une chambre d’hôtel avec une terrasse privée dans laquelle je recevais chaque jours des amis. Poker, playstation et tennis de table avec mes potes occupaientune bonne partie de mes journées.

Tu t’en doutes, il y a eu aussi des rencontres :

– la jeune patiente de 20 ans styliste de formation et dépressive qui me donna l’idée de créer une ligne de vêtement rattachée à Stars in Arts .

– Adriana, l’amie de la styliste. Lors d’une après midi ensoleillée sur ma terrasse, entouré de mes amis, je parlais de mes croyances, de Dieu, des anges, du Soleil. Un discours un peu perché… et là, Adriana, que je n’avais jamais vu de ma vie, se pointe sur ma terrasse et me donne sans raisos une carte du tarot sur laquelle est dessinée un grand soleil. Une coïncidence troublante vu que j’étais déjà up et conscient que j’ai rayonnais comme un Soleil… Adriana était donc un ange qui me maintint sur la longueur d’ondes des anges pendant plusieurs semaines. La nuit suivante de notre rencontre, elle revint dans l’hôpital. Je ne sais plus quelle passage elle avait trouvé pour se faufiler de la rue jusqu’à ma chambre m’enfin, je me souviens bien par contre qu’elle se faufila jusque dans mon lit. Il y a pire comme hospitalisation…

– Charlotte, la patiente du dessus. Elle avait dix ans de plus que les précédentes et souffraient d’une sorte de cirrhose qui avait atteint son psychisme. Elle était généreuse, très généreuse. Elle se disait la fille du numéro deux d’Areva. Une relation intense nous lia plusieurs semaines après notre sortie de Bellevue. C’était la belle vie. J’étais alors un ange entretenu par une âme généreuse. Elle m’offrait des cigarettes, restaurants, taxis, voyage et même un tatouage. Elle me maintenait dans un rêve en me disant qu’elle connaissait des célébrités et qu’elle me ferait rencontrer Charlotte Gainsbourg que j’apprécie particulièrement. Pendant presque deux mois je l’ai cru aveuglé par tout son argent jusqu’au jour où je mis en doute sa parole… Je me suis rendu compte que c’était une mythomane. Elle le vécu très mal et se transforma en une femme démoniaque. Dés lors, elle m’envoya des messages de haine et m’assura qu’elle obtiendrait facilement le licenciement de mon père grâce à ses relations.

Je coupai donc toutes relations avec elle et Adriana, je revins à la réalité et tournai la page…

A bientôt,

W.


Interview par Google, en attendant Paris Match

Beaucoup de mes lecteurs entrent dans mon blog via les moteurs de recherches (google et compagnies). Ils tapent des mots clés qui font apparaître un de mes articles dans la sélection des réponses proposées par Google. Ce qui est amusant, c’est que je peux voir les termes de recherche inscrits dans le moteur de recherche par ce futur hypothétique lecteur.

Je vais copier sur cet article certaines questions que se posent les internautes qui sont venus ici et je vais leurs apporter mes réponses. Une fois de plus, je n’ai aucune autorité médicale mais seulement mon expérience, mes réflexions et mes lectures qui collaborent toutes à mon discernement actuel :

 

« Peut-on avoir de l’espoir dans les états bipolaires? »

Le trouble bipolaire survient chez une personne majoritairement après 20 ans. Cette personne va endurer des situations de crises difficiles. Aujourd’hui, mis à part les médicaments, il existe beaucoup de moyens pour se soigner. La personne peut très bien aussi chercher à connaître son trouble. Dans ce cas-là, elle va évoluer. Son trouble va évoluer. Lorsqu’il y a évolution, il y a espoir. L’espoir est présent dans toutes souffrances humaines. Seulement, il faut y croire et ce n’est pas facile tout les jours. Enfin, je suis moi-même un exemple concret que l’espoir existe. Voici quelques articles où j’en parle :   L’autre chemin : Vivre pleinement ;   Quand c’est indicible  ; Envie de Vivre!

 

« Bipolaire, que faut-il faire pour aller mieux? »

 Premièrement, le plus difficile, il faut accepter son trouble. Il faut accepter d’être, selon la société actuelle, un malade psychique. Il faut accepter d’avoir un nouvel handicap. Il faut accepter que dorénavant notre vie ne sera plus pareil. Après ce processus d’acceptation qui peut être long, voir jamais achevé, il faut mettre en place des moyens thérapeutiques. Tous dans le but de mieux connaître son trouble. Pour aller mieux, il faut comprendre ce qu’il se passe en nous. J’ai conscience que je rejoins la première réponse mais voilà l’article en deux parties qui répond à cette question : Comment guérir de sa bipolarité 1.1 et Comment guérir sa bipolarité 1.2.

 

« Le bipolaire peut-il vivre normalement comme les autres »

Cette question revient à une interrogation centrale : Le bipolaire est-il normal? Bon, d’abord, qui est normal? Je sais, c’est nul comme réponse. On vit dans une société qui nous pousse à vivre selon un idéal commun dont la majorité y tend. Travail, famille, loisirs, amis et tout cela bien huilé dans la semaine, c’est peut être ça que tu sous entendais dans « les autres ». Le bipolaire n’est pas à sa place dans ce genre de train de vie à cause grâce à son hyper sensibilité qui va lui causer stress et angoisses puis crises dans ce genre d’environnements. On doit se protéger, découvrir ce qui nous fragilise et faire en sorte d’avoir une vie adaptée à nous. Créer sa vie et non pas vouloir celle des autres. Le bipolaire ne peut vivre comme les autres puisqu’il est bien plus sensible (et autres adjectifs), il va surement avoir une période ou sa vie ne sera pas très épanouissante mais après avoir surpassé sa souffrance il peut vivre beaucoup plus intensément que les autres. C’est ça qu’est bon! Voilà des articles où je te le prouve : La Magie du bipolaire ; La bipolarité n’est pas une maladie

 

« Comment faire changer d’avis un bipolaire? »

Comment te faire changer, toi, d’avis? Peut-être sera t-il plus difficile que de faire changer d’avis un tel bipolaire. Plus sérieusement, ça dépend de la période que vit ton cher bipolaire. Un bipolaire en crise maniaque, il est clairement et pratiquement impossible de lui faire changer d’avis. Il est emporté par une vague intérieure déferlante et évolue dans un épisode tant égocentrique qu’il est très dure de le raisonner. Un bipolaire « down » (en dépression), le problème n’est pas de lui faire changer d’avis mais qu’il est un avis tout simplement. Son esprit étant en quelque sorte « comprimé dans une obscurité » il n’est pas apte au discernement ou très peu. Enfin, chez un bipolaire stable, il n’y a pas grandes différences avec les autres, cela dépendra de la personne. Il n’y a pas deux bipolaires pareils. La plupart d’entre nous avons une grande ouverture d’esprit et sommes très intelligent. Il est vrai que s’il s’agit de changer son avis sur soi-même, il est possible qu’un bipolaire soit plus têtu mais ça encore je n’en suis pas certain. Heuu, je ne vois pas d’articles que j’ai écrit particulièrement sur ce sujet.

 

« Les bipolaires changent-ils? »

Oui, oui, oui! Je vois la bipolarité comme un passage dans notre construction, une réelle transformation à accepter ou non. Les bipolaires sont plus aptes au changement profond que la majorité de la population. Nous avons voyagé dans les recoins les plus déserts et foudroyants de nos esprits, nous avons touché du doigt une autre mystérieuse dimension, nous avons démissionné, nous avons été hospitalisé, nous aimons rencontrer tout un tas de gens différents, si cela n’est pas matière à se remettre en question et évoluer! Voici le début de toute ma première crise, l’origine de ma transformation toujours active : Maniac Story ep01 : Je t’aime à la folie. Et puis surtout cet article: Ma bipolarité évolue

 

« Lorsqu’un frère est bipolaire, est-il possible d’avoir un droit de regard sur ces comptes? »

(Si ça se trouve c’est un de mes frères qui a tapé ça sur Google, c’est flippant.) Pour gérer tout ce qui est administratif ainsi que la banque, il existe la tutelle ou curatelle. La curatelle étant plus soft et permet à une personne (le frère par exemple) de prendre en charge les comptes du bipolaire lorsqu’il perd la raison. Mais cela se fait avec son accord lorsqu’il est stable. C’est un sujet épineux. Les proches sont certes importants, ils peuvent tirer la sonnette d’alarme quand leur cher bipolaire va se mettre en danger. Cependant en tant que bipolaire, il est très désagréable de se sentir observer même parfois juger lorsque l’on va affirmer quelques choses d’inhabituelles  « Est-il up? Il semble exciter.. Il est en train de monter… Dois-je appeler le psychiatre » tant de pensées que l’on peut deviner parfois dans l’esprit de quelques uns de nos proches. Dans mon cas, ces situations-là ont été très douloureuses. Bref, faut faire attention et le meilleur moyen d’éviter ces tensions est la communication. Surtout dans la famille lorsqu’elle est proche. Voici les articles : Vivre avec un Bipolaire 1.1 et Vivre avec un Bipolaire 1.2 et aussi Vivre avec un Bipolaire 1.3.

 

« Est ce qu’une personne bipolaire peut revenir vers moi? »

C’est dans le cas inverse où j’aurai un peu de peine pour toi. Effectivement le bipolaire va faire fuir certaines de ces connaissances de part ces crises et variations d’humeur. La réponse à cette question est donc favorable. Les bipolaires sont des grands affectifs et sentimentaux. La gestion difficile de nos émotions peuvent provoquer pas mal de problèmes relationnels mais grâce à notre hyper sensibilité, nous oublions difficilement une personne qui a marqué notre vie. Je ne peux aller plus loin dans la réponse étant donné que ça dépend de l’histoire qu’il y a eu entre vous deux, de sa position par rapport à la bipolarité et surtout de toi!

 

C’est rigolo comme article, je continue un peu…

 

« Pourquoi les bipolaires nous fascinent ? »

Parce qu’ils sont extraordinaires! C’est marrant, j’ai un article portant le titre de la question et qui y répond précisément : Le bipolaire fascine.

 

« Comment le bipolaire aborde les femmes? »

Tu te doutes qu’il m’est impossible d’apporter une réponse générale et précise à cette question. Il y a autant de bipolarités que de bipolaires et de manières d’aborder les femmes. Mais je vais tricoter un peu autour de la question en partant des grandes caractéristiques d’un bipolaire : la sensibilité, un besoin d’affection surdimensionné, la générosité, la créativité et donc en général : l’originalité. Suffit que le bipolaire soit un peu en forme et tu auras la chance de vivre une aventure tout en couleurs grâce à sa créativité et originalité. Un bipolaire qui flash sur une femme peut très facilement user d’excès pour séduire celle-ci. D’un autre côté, un bipolaire juste stable va peut être angoisser et se poser milles questions sur le comment il va t’aborder. Pour conclure je te répondrais en un mot : originalement. Sur cet article je raconte comment j’ai abordé en période up : Maniac Story-ep12 Amourettes. Sinon, je développe largement le sujet au travers les articles : Vivre avec un bipolaire ( Voir lien une dizaine de lignes au dessus)

 

« Zaz, a-t-elle un trouble bipolaire? »

Ahah! J’adore la question d’autant plus que j’aime beaucoup cette chanteuse. Je suis aller la voir en concert et c’est vrai qu’en écoutant ces paroles, en voyant son énergie et en découvrant son engagement « bisounours » pour une planète meilleure, on pourrait penser qu’elle a les caractéristiques de la bipolarité. Cependant, on peut être joyeux, exalté, sensible, pétillante etc. sans être bipolaire. D’un autre côté il y a beaucoup d’artistes qu’ils le sont. Je ne pense pas que Zaz soit bipolaire car si ce fut le cas j’aurai aimé qu’elle l’affirme pour redorer notre blason. Mon article à la suite de son concert : La révolution des colibris et celui où je parle de Victor Hugo : illustre bipolaire.

 

« Comment un bipolaire peut écrire sa biographie? »

Avec un stylo multicolore.

 

« Ma fille est bipolaire, que faire? »

Venir sur mon blog :). Mais avant, tout ne pas succomber à cette impression de fatalité. Certes, c’est un bouleversement terrible dans une vie qui va compliquer beaucoup de choses au début. Mais avec amour et espoir elle renaîtra dans un nouveau soi. Il faut se dire aussi, qu’être bipolaire était un passage nécessaire dans son épanouissement personnel, elle a une grande énergie en elle qu’elle n’a pas pu exprimer à travers des moyens rationnels, cela a causé la nature de son trouble. J’ai écrit un article qui répondent à cette question : Bipolaire, la sentence est tombée

 

« Qu’est ce que ressent un bipolaire? »

Je ne suis pas dans la tête des autres bipolaires mais beaucoup se reconnaissent dans  les écrits qui montrent ce que je ressens : Les apparences sont trompeuses  et  J’avance dans le noir.

 

et enfin,

« Je suis triste que ma sœur est bipolaire »

Oh, c’est mignon! Ne sois pas si triste… Va lui dire que tu l’aimes, et demande lui ensuite si elle est triste d’être bipolaire :). Quand on me pose la question, je réponds comme le titre d’un article que j’ai écris l’année dernière : Je suis aussi triste pour vous que vous pouvez l’être pour moi .

🙂

Voilà, finis l’interview. Je me suis d’ailleurs permis d’améliorer l’orthographe sur, je le rappelle, les termes de recherches écrit à la hâte par les internautes sur Google, Bing et autres. Ah oui, si tu retrouves ta question où tes mots de recherches que je recopie sur cet article dis le en commentaire, l’improbabilité serait rigolote!

1789e mot! Un signe? haha, en tout cas je crois bien que c’est mon article le plus long que j’ai jamais écrit. Tu peux bien me féliciter, ce n’est pas un tâche facile… Je te rappelle que je suis handicapé!!!  (Je sais pas si beaucoup de gens seront réceptifs à ce genre d’humour…)

😉

A bientôt.

W.