Archives de Tag: vivre avec

Conférence « Bipolaire y’a de l’espoir! » ce dimanche à Paris

Ce dimanche 2 Décembre à 14h30 à Paris.

Loin d’exprimer un avis médical sur le trouble bipolaire, je serai là pour vous parler de mes 10 ans d’ expérience de de « diagnostiqué » mais aussi celle d’accompagnant de personnes souffrantes de ce trouble psychique. Notamment des épisodes dits de « crise maniaque »qui ont ponctué une partie de ma vie et de celles de quelques amis.

Les familles et proches sont les bienvenus, c’est important pour moi de tenter de les aider à comprendre ce qui se trame dans la tête de leurs êtres chers et de donner quelques conseils dans la relation à avoir avec eux lors des périodes difficiles. Tout cela, je le répète, aux vues des mon expérience personnelle et des nombreuse rencontres entre bipolaires que j’ai organisé depuis 2014.

Aussi, j’aborderai le lien entre la bipolarité et l’hypersensibilité. Et quelques mots sur l’association des hypersensibles que j’ai créé en 2016 : www.association-hypersensibles.fr

Enfin, je serai heureux de présenter mon livre pour ceux qui le veulent : La vie d’un bipolaire, le livre

Merci de signaler votre venu avec un petit mail sur bipohypermaniac@gmail.com

Rendez vous donc ce dimanche 2 Décembre à 14h30 au GEM « Étoile Polaire » (Local ARGOS 2001),

119 rue des Pyrénées, rez de chaussée légèrement en retrait et en contre-bas de la rue des Pyrénées,

métro Pyrénées sur la ligne 9, 2 stations après Nation.

 

IMG_0402
Publicités

Qu’est-ce que le mal?

Le mal en soi n’existe pas. Nulle personne, nul objet sont mal en soi. C’est le regard que l’on porte dessus qui est à l’origine du mal. Pas de la douleur, hein, je parle du mal être.

Je l’ai vu la semaine passée. Cinq jours noirs. Paralysé par un profond mal être. Pas de la dépression avec ses doutes et culpabilités, mais plutôt de la mélancolie. Je ne pouvais parler, l’isolement était la seule solution, être ombre dans l’ombre. Et puis je voulais épargner les autres de mes pensées venimeuses.

Il y a des parties de moi que je trouve malsaines. Je ne peux pas les affirmer, leurs donner une place dans ma personnalité « visible », car ces pensées, ces envies sont contraires à mes valeurs. C’est mon auto-jugement qui me fait mal. Exemple avec mon amie. Si je partageais telle envie, elle réagirait certainement mal, elle penserait que je lui manque de respect. Voilà le conflit entre une envie et la peur qu’elle soit réprimée par l’autre car je la considère mauvaise, car j’ai l’impression qu’elle est considérée indigne par la majorité des gens. Alors je réprime cette envie moi-même.

Et me réprimer me fait mal. Penser qu’une partie de moi est intolérante, irrespectueuse, égoïste, me fait mal. C’est le jugement que je me porte qui fait mal, ce n’est pas l’envie ou l’objet en question. Car s’il y a amour et bienveillance, l’autre peut tout entendre, sans pour autant être d’accord avec notre pensée ou dire « oui », évidemment. Mais vaut mieux un désaccord paisible, un « non », que une non expression.

J’ai réussi depuis à avouer à mon amie ce qui me paraissait inavouable et j’ai été heureusement surpris par sa réaction. Rien que le fait d’exprimer sans être juger est un début de soin sur ma blessure à l’origine de ce mal. Ce n’est qu’un début, mais c’est déjà très libérateur.

La liberté, c’est pouvoir exprimer ce qui est emprisonné en soi, ce qui nous paraît mal, ce qui est enfermé au plus profond de soi.

Aujourd’hui, cette partie considérée indigne, irrespectueuse, intolérante serait peut-être notre partie animale que l’on réprime. Des envies et pensées que l’on juge mauvaises mais qui font partie de notre humanité. A trop les refouler, un jour cela explose et provoque des dégâts pour soi et les autres. A l’extrême, je pense aux crimes, viols, meurtres, suicides. Tout autant d’horreurs qui auraient pu être évitées s’il y avait eu ex-pression dans un cadre bienveillant avant que ce qui soit jugé mal à tort gangrène…

La liberté c’est pouvoir exprimer ce qui est emprisonné en soi. Nous sommes notre propre prison.

Pour se libérer : oser! Choisir la bonne personne, le bon espace, le bon outil. Exprimer ce qui nous semble mal, irrespectueux, sur twitter n’est peut-être pas une bonne idée. Les personnes qui font du mal publiquement n’ont peut-être pas d’entourage proche, suffisamment d’amour, qui puisse entendre sans jugement leur côté noir.

Tout le monde à un côté « noir » là encore je juge… Un côté qui nous paraît noir.

Si on en a conscience, celle-ci nous permet de maîtriser et attendre et choisir d’exprimer ce mal dans les bonnes conditions. L’inconscience va nous faire exprimer notre mal dans un moment non choisi, il y aura dégâts. Et lorsque ceux-ci seront très violents et coûteux, il y aura peut-être prise de conscience!

Bref!

Patience et espoir

Si tu n’étais pas au courant, hé bien, je vends mon livre sur la Fnac ou Amazon. Si tu le savais, hé bien, je te le répète et répéterai jusqu’à mort s’en suive, et si tu l’as acheté, oh merci! pour moi et l’asso qui prend 50% des droits d’auteurs, maintenant tu peux mettre un avis sur la Fnac ou Amazon, j’apprécierai beaucoup quelque soit l’avis, et si tu es au courant, que tu l’as acheté, que tu as mis un commentaire, hé ben, je sais pas… c’est peut-être à ton tour d’écrire un bouquin!

Ps : Je peux aussi te le vendre directement lors d’une rencontre de l’asso. J’en ai commandé un carton, du coup physiquement je peux te le vendre moins cher. Dis moi sur bipohypermaniac@gmail.com . Tu peux m’écrire pour raconter ta vie aussi, hein!

Allez, et tant que j’y suis dans cette fin d’article à informations multiples. La journée portes ouvertes de l’association des Hypersensibles a lieu le 28 Octobre à Paris, détails sur le lien. Une occas’ de se rencontrer aussi!

W


Je veux l’équilibre

energie-crise-maniaque-bipolaire-hypersensible-anormale-extra-terrestre-x-men-trouble-depression-equilibre-instable-psychique-guerir-vivre-avec

Un article par jour jusqu’à la fin de mon exile, ça continue :

Je cherche mon équilibre. J’ai toujours été dans cet optique mais depuis que j’en ai conscience, le chemin est moins chaotique. Voilà le travail de ma vie : être en équilibre.

Pourquoi est-ce un travail pour moi alors que la majorité des gens n’ont pas besoin de se soucier de leur équilibre ou même conscientiser la chose? Je pense que le système en place permet à cette majorité d’être stable et de vivre sans trop se poser de questions. Eux, sont la norme. Et moi? un être hypersensible anormal puisque le système en place ne suffit pas à mon équilibre. Pourquoi suis-je anormal et ai-je besoin de travailler personnellement à mon équilibre?

Parce que j’ai accès à une énergie illimitée. J’ai accès à une intensité beaucoup trop ingérable par rapport aux outils proposés par le système (traitements, thérapies, etc. ne sont pas suffisants). C’est cette intensité qui a explosé lors des périodes dites « crises maniaques » et qui a engendré des dépressions. Cette énergie phénoménale, cette intensité m’ont amené à souffrir terriblement, mais cela est parfaitement logique. D’où l’immense travail d’équilibre à effectuer pour canaliser, ancrer, gérer, ralentir, cette énergie.

Globalement, l’Homme cherche l’énergie, pour l’exploiter et en tirer des richesses matérielles, à l’extérieur. Il creuse, creuse plus profond, invente, maîtrise la nature, la science et ensuite fait circuler, étire des câbles sous les océans pour commercialiser ces richesses.

Bref, autour de moi je les vois, tous ces Hommes, dans cette quête effrénée de toujours plus d’énergie, de vitesses à l’extérieur de lui-même, pendant que moi, petit être en quête d’équilibre, j’explore avec ma lampe de poche Espoir et ma carte Patience un minerai sans fond intérieur.

J’ai abandonné pour le moment la 4G sur mon portable pour me concentrer sur le travail de ma 22G morcelée dans les parties obscures de mon esprit. Pourquoi 22? Oh, tu sais pourquoi ! (22h22 voyons!).

Certes c’est une énergie illimitée qui me fait vivre parfois des sensations aériennes au parfum de pouvoir divin. Vu de l’extérieur, ce serait considéré comme de la magie ou de la folie religieuse. L’accès est illimité, c’est ce qui fait que dans le passé quand je n’étais pas préparé à autant d’intensité, de pouvoir de création, cela m’a rendu fou. Mais moi je suis limité. La condition humaine a ses limites. C’est ce que j’essaie de clarifier ces derniers temps, mes limites. Pour continuer à vibrer selon mes capacités à vibrer, en restant connecté au sol. Cette énergie, cette force, il faut que je contrôle son flux, parce que lorsque je me crois trop fort, je décolle et ensuite je chute. La maîtrise de la force…

Voilà, voilà et sinon tu sais quoi!? Mon premier bouquin est en vente ici : BoD la vie d’un bipolaire le livre.

Ah oui, j’allai oublié : ce soir c’est Radio HS à partir de 21h, la rencontre en ligne entre hypersensibles, c’est trop coool!

Et puis parce qu’il faut du lien : 1   2   3   4   5    6   7

W

 


Fichu bouquin

Ça y est! L’expérience de la solitude dans un environnement naturel et isolé est terminée. Mon retour sur mon blog et ma reconnexion à internet me le prouve. Suis-je un nouvel homme? Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que j’ai pu explorer des territoires solitaires en moi et que j’ai pu y apporter un peu de paix, simplement par le fait de les reconnaître. J’ai écrit tout un journal manuscrit de cette expérience, mais je ne pense pas qu’il soit intéressant vu qu’il est très factuel. Peut être seulement les quelques poésies et prières pourraient faire écho à quelques âmes sensibles.

Bref, me revoilà de retour ici avec le principe d’écrire un petit article par jour qui me reste sur mon ex’île. J’ai l’impression d’avoir perdu mes repères d’expression sur mon blog après cette retraite mais certainement aussi avec la mise en vente de mon livre. C’est ici, sur le site de l’imprimeur qu’il est disponible : la vie d’un bipolaire, le livre. Je médite à ne pas trop cogiter sur le succès ou non de ce premier bouquin. M’enfin, beaucoup de personnes qui ont lu quelques articles de ce Journal m’ont répété que cela leur avait aidé à mieux se comprendre, eux ou un proche. Donc, j’imagine que je peux avoir la prétention de dire que ce livre aide au moins les personnes concernées par la bipolarité à comprendre. Voilà! le gros de ma communication est faite ici, puisque c’est à moi de faire de la pub. N’hésites pas à faire tourner l’info, c’est le bouche à oreille qui fera connaître ce bouquin. Fichu bouquin que je n’arrive pas à approcher sans qu’il me brûle les doigts de peur de découvrir une faute ou une phrase bancale, bref, oui, c’est vrai… il ne m’appartient plus! C’est très difficile pour moi de me vendre, même si je suis curieux de savoir si le succès d’un blog fait le succès d’un livre, rien est moins sûre!

Et pour ajouter de l’anxiété à tout ça, j’ai peur que 22,22 euros soit trop cher, mais c’est important le nombre 22, c’est comme 22h22, l’heure de l’Amour!  J’ai peur que les rares internautes qui me lisaient tous les jours de 2013 à 2014 me disent « mais il y a rien de nouveau! ». Ce qui est assez vrai dans le fond mais ce livre est destiné à tout le monde. Et les textes qui font la matière du bouquin étaient apprécié à l’époque où ils étaient visibles mais depuis ils sont tombés dans l’oubli derrière 200 plus récents articles. 95 % du contenu du livre n’est d’ailleurs plus en ligne. Seul ce bouquin permet de lire les « origines » du journal d’un explorateur de l’Etre. Vois comment je me justifie!

Aussi, la réaction de ma mère résonne dans ma tête « Normalement, on ne publie pas le journal de quelqu’un de son vivant » ou quelque chose comme ça que moi j’entendais comme ça : « Espèce de prétentieux, tu te prends pour qui! ». Le pire c’est que ça me touche et je donnerai toujours un peu raison à cette voix négative tant que la vie d’un bipolaire, le livre ne soit pas un putain de bestseller! Oh, je pense que je pourrais me délivrer de ça avant, c’est un nouveau travail sur soi… Tu as vu, j’ai remis un lien vers le site de l’imprimeur, je fais du marketing sur mon blog arrrg… il y a une partie de moi qui aime pas du tout ça. J’ai, à l’image de la société, un problème avec l’argent. Encore du travail de libération à faire.

Je m’arrête là pour rester dans un format de petit article. Je ne voulais pas parler du livre mais  il faut que j’exprime tout ça pour qu’ensuite des nouvelles choses émergent.

Et merci pour tous vos gentils messages! D’ailleurs, la page de remerciements dans le livre vous est uniquement dédiée, à vous tous lecteurs de ce blog : c’est en grande partie grâce à vous que ce fichu bouquin existe 🙂 .


100 articles pour le prix d’1!

Ha l’enfoiré! le seul conseil qu’a donné Mon maître Kubo c’est : » Pense à ta gueule! » Je m’attendais à quelque chose de plus relevé comme  » L’enfer, c’est les autres ».

Je suis rentré chez moi déçu…  Malgré tout, les rencontres continuent, et ça me remont le moral, d’ailleurs, où est la prochaine ? Dans mon côté obscur! haha.

J’ai préparé un nouveau slogan pour le prochain rassemblement : » Bipolaire, humain en colère!!! Amour, trahison, colère » Oui, un peu de violence! C’est bien beau les messages de paix, la méditation, etc.Mais La spiritualité est un outil, pas plus… 

Un HS connu grâce aux rencontres m’a révélé qu’il était Inquiet en amitié et en amour, il m’a dit ça  En direct du séjour HS, vendredi… J’ai été touché par sa sincérité, je n’ai pas trouvé mieux à lui répondre que : » La Peur n’est pas bonne pour la santé« , il n’a pas compris, c’était maladroit.

 De l’importance des ressentis…, et surtout de l’importance de les partager comme il l’a fait. Bref!! en rentrant de chez mon Maître Kubo, j’ai acheté un bouquin qu’il m’a conseillé : » Inhalation, amour et dépression« d’un auteur qui a une grande Expérience de la dépression. J’espère qu’il m’aidera plus que les conseils de Kubo, sinon la soirée va se finir sur le minitel : 3615 Souffrance psychique, allo?

Et dire qu’il y a à peine dix ans je ne connaissais même pas le mot « dépression », j’étais Heureux comme jamais! …et maintenant : J’organise des séjours pour dépressifsasfghjpkjbvcfv , pardon je me suis énervé sur mon clavier!

M’enfin, ses séjours sont une étape avant Une maison HS dans la prairie, je pourrais enfin vivre dans un environnement que j’aurai choisi, plus de Consultation chez mon psychiatre, je m’en vais au fin fond dans la nature, retiré dans une maison de campagne, En mode : écrivain!

J’attends que ça, de me tiré loin du système, parce que je le rappelle C’est eux qui ont un problème! Et puis, le métier d’écrivain est plutôt à ma porté car ça y est, c’est le premier, Mon bouquin arrive! 

Je ne me retirerai pas seul, j’attends une femme, la femme qui sera d’accord pour vivre d’Amour et Livres. Pas tellement de livres hein! Oui c’est pas toujours cohérent comme phrases,  j’écris ce texte avec les titres d’article de la dernière année dans l’ordre déchronologique En vrac!  Bref!

En fait, je ne t’ai pas dit la vérité, je ne suis pas parti de chez mon Maître Kubo, Je me suis évadé. Il s’est passé un truc inimaginable chez lui, que ça m’a fait pété les plombs, j’ai foutu le camp. Trop bizarre, comment l’écrire… Quelque chose en moi à exploser, je ne sais pas… peut être que j’ai fais l’expérience de La rencontre du coeur

Aussi, avant que je détale, Kubo m’ a dit simplement que je devais être Acteur de ma vie plutôt qu’acteur de cinéma, et ça a fait un bel écho en moi, mais quand il m’a dit : « Méditons ensemble et envoyons notre lumière sur ce  forum révolutionnaire en pleine émulsion qu’est ton coeur » 

Bref, je me souviens avoir parlé ici sur Les auteurs qui m’ont tant apportés, hé ben Kubo, même si ça été brutale, en quelques minutes a apporté la touche finale de mon éveil spirituel.

M’enfin, je fais le malin en écrivant un texte composé de 100 titres (qui font des liens sur les articles en question, normalement!) mais il y a une vérité que je n’exprime pas trop sur le blog, mais depuis quelques temps, vraiment  Je suis en manque! Oui je suis censé être sincère dans ce que je ressens ici, ça va aussi à ce niveau là. Drôle de blog! hein? Le truc c’est que je ne suis pas un garçon facile, même pour une relation la plus légère soit elle, j’ai besoin d’une complicité. Ce n’est pas que le Petit trait clignotant me mette Sous pression non, tout ça C’est invisible de toute façon tant qu’il nous reste des habits.

Voilà, à bon entendeuse qui veut que je lui partage Ma façon de méditer, mon mail n’a pas changé. En attendant, pour toutes les autres, je vous écrit mon conseil, bien meilleurs que ceux de Kubo, il est simple mais d’une profondeure inouie, c’est :  » Respire! » Je ne vois pas mieux pour avoir Une vie meilleure. D’ailleurs j’ai lu un bouquin à ce sujet sur Montaigne avec pour titre How to live?  de Sarah Bakewell, si tu veux pratiquer ton anglais, j’ai bien aimer. Je suis embêté le prochain mot à caler est SEXE, je pense avoir était clair à ce sujet, bien que je ne soit pas un Surdoué en communication, surtout avec vous ou enfin toi quand je suis seule face à vous, j’ai déjà passer une Nuit Debout à essayer de me faire comprendre sur un seul sujet comme « La case hypersensible« , sans parler du casse tête pour lui raconter mon passé sans lui faire peur, hé oui Comment faire son coming out de bipolaire? à une nouvelle rencontre, qu’on a pas envie de faire fuir. « Si elle a peur, c’est que c’est pas la bonne » haha, ta gueule!

Ça commence à me fatiguer tout ça, j’espère avoir bientôt une Nouvelle routine faite de Signes et Destin, m’enfin, Bonne journée!!!

PS : Attention v’là le printemps! Je ne suis pas si en avance que ça, il a déjà commencé, je le sens, sisi.

J’en peux plus, il me reste des titres à caler, ma psycho rigidité m’empêche d’assouplir la fin de l’article, mon ego serait parfois comme La France, insensible? Ce n’est pas tellement à propos, m’enfin je vais déroger à ma règle initiale et les banlancer brutalement :

L’hôpital psy ou le début d’un art, la psychiatrie pourrait faire naître du beau… Comme quoi On ne souffre pas pour rien. Facile à dire parce qu’en matière d’art c’est Pas facile de s’exprimer. Heureusement une asso magnifique a été créé pour aider à ça, c’est  l’Association D’HyperSensibles. Sur la page facebook par exemple j’incite d’autres HS à partager, je leur dit : A toi d’écrire! Ya tellement à écrire, à condamner comme par exemple le Non respect de la dignité humaine qui sévit actuellement dans beaucoup d’HP en France.

Moi ça va, en 2017, une année sans HP ! Et si je vais mal, bah c’est Dépression en musique! Je la vis à fond. Je n’exclu pas dans mon avenir l’hp, mais cela ne me fait pas peur. Avec 7 hospitalisations je commence à être habitué. Et aujourd’hui je connais mon equilibre Etre, Faire et Avoir, j’ai un Code de conduite en HP.

Voilà, ce petit texte qui devait être un amusement au départ, est devenu très fatigant sur la fin, m’enfin, je suis content ça change! D’ailleurs je pense à continuer l’écriture de mes Maniac Story S6 ep-03 Voyage et amour. J’ai pas fini de raconter mes folies Ça reviendra!!

Je vais m’écrouler, je te laisse corriger les fautes d’orthographes,

Patience et espoir

W

Pour avoir le contact de Maître Kubo ou autres requêtes

bipohypermaniac@gmail.com


Dépression en direct

Je viens canaliser ma lourdeur. Ma joie de vivre masquée par un voile de plomb. Métaphore à la con. Mettre une image sur l’article… pff non.

Ce n’est pas tant que j’ai quelque chose de plus mais plutôt qu’il me manque… J’ai un manque profond. J’ai envie de l’écrire, ce manque affectif racine de mon hypersensibilité, terreau de mes projets mégalo, douleur célibataire.

Mais comment décrire un manque essentiel.

Ce sont les liens affectifs avec les autres qui me portent. Le lien amoureux plus que tout. Le lien amical aussi, mais rare sont mes amis qui comblent ce manque. J’ai beaucoup de camarades hs, j’ai beaucoup de lien qui vont bien quand je vais bien, ce n’est pas la même chose. Lorsque je vis ce manque, je m’isole et attend un autre plus spécial, j’en reviens à ma femme et attends qu’elle revienne avec un nouveau visage.

Et ça me plombe d’écrire ça, car je sens déjà quelques lecteurs qui m’ont connu interpréter ça.

Cet article, comme aucun autre, n’est pas un message à quiconque ni un appel à l’aide, c’est juste une expression déjà satisfaite. Une photo d’un état que je traverse là mais lorsque ces mots seront sous tes yeux, il sera parti. Tout n’est que mouvement dans ma vie, peu reste figée, une humeur en chasse une autre parfois même à l’heure. Alors ce texte ne m’appartient plus, s’il fait écho en toi, je n’y suis pour rien. C’est juste un miroir éphémère, une rencontre.

Je suis un handicapé de la relation à l’autre. Alors lorsque la relation devient affective, cet handicap devient chaotique.

Au quotidien, quelque soit l’autre, je ne sais communiquer avec lui. En sa présence, je ne sais comment exprimer conventionnellement (pour être compris) tout ce que j’aurai à lui dire. C’est comme si la communication entre nous deux était une petite porte alors que j’aurai besoin d’abattre le mur entier pour faire part de ce que j’ai à  lui dire.

« nous deux », ce nous est imaginaire, il ne représente personne de ma vie en particulier, et toutes en même temps. Ca me fait chier de préciser mais depuis que ce blog n’est plus tout à fait anonyme depuis les rencontres organisées depuis 2014, plusieurs personnes ont été blessées. Ce qui complique encore plus ma relation à l’autre.

La tête lourde dans mes mains. Tout est compliqué lorsqu’il manque cette sécurité affective. J’ai besoin de toi, âme sœur reviens dans ma vie avec un énième nouveau visage. Un nouveau test, une nouvelle chance.

La lourdeur. Pourtant c’était bien ce weekend, au delà de toutes attentes. Mais en quelques heures les couleurs changent. Quand tu auras réagi, je ne saurai quoi te répondre, car les couleurs auront encore changé.

J’ai du mal à communiquer avec l’autre, quelque soit l’autre. Tu vois je recommence à l’écrire car je n’y arrive pas. C’est l’envie de m’exprimer sur le rapport à l’autre frustrée par l’incapacité à trouver les mots qui… Je résiste, je sais, je ne devrais pas, je devrais juste me laisser au repos, mais les pensées émergent et essaient de comprendre, de lutter, et je résiste… J’ai envie de me réapproprier mes pensées, apprivoiser ma pensée, je sens que c’est la suite de mon aventure, me construire une pensée, une arme pour contrer les vents trop forts pour les autres corps. Mais, je ne sais que penser de moi, de la vie… alors je relâche très vite le gouvernail de mon mental et laisse tout mon être voguer d’est en ouest, de haut en bas.

Même ce mouvement qui me pousse à me soulager ici, me peine. Cette dépendance, les conséquences pour ceux qui comprennent pas ce double-moi.

La sincérité est à exprimer mais pas à communiquer.

Patience et Espoir

Ps : le symptôme le plus révélateur de mes dépressions :

je me connecte dix fois par jours sur facebook…
C’est dire…

W

 


Etre amoureux

Etre amoureux… Ce titre est insupportable. Cette formule est traître. Elle véhicule du plaisir, de l’excitation, du rêve, de l’affection. Je ne suis pas à l’aise avec cet état. Depuis 5 jours il m’a procuré 5% de bien être pour 95 % de chaos. Et pourtant au plus profond de moi je ne veux pas le quitter.

Cette écriture est impossible, mon visage est fermé, je ne comprends pas ce qu’il se passe. Les mots qui avaient un sens avant pour moi, ne sont pas habilités pour décrire ce présent. Et mes tentatives de pensée et d’écriture me font souffrir. Amoureux, c’est l’amour, l’amour c’est le cœur, alors pourquoi mes tripes sont saisies, pressées, tordues. J.M Rilke me chuchotte à l’oreille : « la souffrance n’est que la résistance à quelque chose de nouveau ». Je ne devrais rien écrire de plus, et tâcher de ne pas résister. C’est plus fort que moi. La pression monte, je dois bien l’évacuer, survivre.

Chaque mot que j’écris trahis ce que je ressens, tu comprends ça? Le passé ne peut comprendre le présent. « On ne peut pas faire du nouveau avec l’ancien » écrit Deepak Choppra.

Etre amoureux m’énerve, ce n’est pas dans mes cordes. Et la facilité de l’Autre avec ça m’agace encore plus. Je ne suis plus dans mes batailles passées, dans mes peurs de l’abandon, dans mes attentes, dans mes projections et tout cet attirail d’images mentales qui me faisait souffrir. Non là, c’est pas dans la tête, c’est d’abord dans les boyaux, c’est dans la chair, c’est une force, une pression. Mes méditations ont l’effet du Colibri.

C’est la première fois que je respire autant et que j’explore mon être durant un article. Qu’est-qui est là? Impossible de l’écrire putain, les mots qui viennent interpréteront le phénomène avec le champ lexical de la souffrance. Alors que celui qui convient est celui du domaine du nouveau. Mais comment écrire le nouveau puisqu’il n’est pas connu. Oh il doit y avoir tant d’imposteur chez les personnes qui prétendent écrire! Ils ne font que recycler des vieux concepts sur de nouveaux phénomènes et en cela empêchent le nouveau d’émerger. Le nouveau est accueilli comme un ancien. Je suis le premier imposteur évidemment car je ne fais ici qu’écrire des phénomènes qui n’ont pas ce langage. C’est comme regarder BigBang Theory en version française. Comparaison loufoque mais drôle.

J’ai connu déjà ce genre d’opérations. Opération d’ouverture du cœur, jamais terminée appremment. Je suis de nouveau sur le billard, cette fois en présence d’un être divinement rassurant. Mais c’est justement cette main tendue qui me fait voyager encore plus profond dans une partie obscure. Certainement la plus obscure de moi-même, celle où est régie mon lien avec l’Autre. Cet autre est beaucoup trop mystérieux pour moi pour le décrire plus. A part décrire une intensité, les autres mots seront traîtres aussi.

« Je ne suis pas dans la merde, putain » . Tu vois c’est une pensée spontanée qui me vient. Un mode de fonctionnement ancien qui résiste à ce qui se passe.On peut savoir en théorie, on peut tout intellectualiser mais une fois confronter avec soi-même, ça nous aide pas. Il n’y a que l’Autre qui peut aider, en apparaissant ou en disparaissant à jamais (là c’est personnel). C’est une dépendance, je suis accroché.

Je suis complètement à sa merci.

Je ne sais pas…

Patience et espoir

W

Ps :Comme tous les vendredis, Je m’improvise animateur sur RadioHS ce soir de 21h, à 23h : rencontre entre hypersensibles en ligne, suffit d’un micro et de cliquer sur le lien : RadioHs. Possibilité de juste se connecter pour écouter.