Expérience de la dépression

La dépression évolue mais continue en ce début de semaine.

Hier, oh que j’avais la tête lourde, je me suis traîné dans le parc près de chez moi. Si tu étais dans le coin, tu as peut-être vu un zombie se balader, c’était moi. La souffrance psychique a laissé place a une énorme fatigue physique.

Je subis toujours le contre coup de mon hyper activité cérébrale des dernières semaines. Malgré mon besoin de repos, j’ai maintenu la réunion de samedi dernier. A bout d’énergie, j’ai du pour la première fois quitter la rencontre qui a suivi à 19h. Dans les transports au retour, la fatigue me rendait vulnérable, et l’agitation du métro parisien se transforma en un véritable petit enfer. Des signes et synchronicités m’attaquaient de toutes part. Chaque conversation qui m’entourait semblait parler de moi. Je me suis retrouvé dans une situation et une fragilité qui m’a fait vriller dans la manie, le délire bien des fois dans le passé.

C’est comme-ci, je n’avais plus d’énergie pour avoir le contrôle sur mon mental, que je me laissait ballotter par l’environnement extérieur à cause du peu de volonté qui me restait. C’était l’inconscient collectif qui m’emportait, je n’étais plus acteur de ce qui se passait. Difficile à expliquer.

Bref, samedi n’a pas été de tout repos et je pensais qu’une journée à la campagne le dimanche avec M signerait la fin de la dépression. Mais hier, après une bonne nuit, j’ai vite senti que le bagne n’était pas  terminé.

Je ne suis plus aux prises avec mes peurs comme la semaine dernière. Rha pinaise, c’était quelque chose, surtout le soir où j’ai choisi de les affronter consciemment et ne pas avoir recours à la chimie. Ce dernier combat intérieur semble être terminé mais il laisse place à un champ de bataille sans vie, une atmosphère pesante, une tristesse, un sentiment mélancolique étrange.

Ce matin, ça va un peu mieux, et la rencontre tout à l’heure va pouvoir me changer les idées.

Tout ça pour dire que la dépression est bien plus complexe qu’elle ne paraît de l’extérieur. Elle n’arrive pas par hasard, il y a un véritable sens (même s’il est inconscient) et une raison de vivre cette période basse. La dépression, bien que douloureuse, est riche en enseignements. Elle annonce aussi un renouveau, l’émergence d’un nouveau soi. Un nouveau soi, étrange, qui nous fait peur, auquel on résiste (résistance source de douleur), qui fait émerger des peurs que l’on doit dépasser pour entrer dans notre nouvelle ère.

Heureux celui qui traverse une dépression, car il vit en coulisse une transformation nécessaire.

Et puis après la tempête, le soleil revient toujours rayonner.

Patience et espoir

W


3615 Souffrance psychique, allo?

Tu me diras peut être « mais tu as tout pour être heureux.. » et pourtant là je souffre .

Certainement que j’ai trop dû tirer sur la corde, maintenant à l’intérieur dans cet espace invisible logé dans le crâne c’est tendu. La moindre minuscule contrariété du quotidien devient source d’angoisse. Même là, mon clavier trop près du bureau, pas idéalement placé, provoque une irritation.

J’ai trop tiré sur la corde… Je suis mal, je suis à 2 doigts de…. prendre un valium! T’imaginais quoi, haha, non faut pas déconner non plus.

C’est juste que dernièrement j’ai beaucoup travaillé, taillé une grosse pierre sans penser comment j’allais la porter. C’est trop lourd pour mes épaules. Alors je croule sous cette fatigue, qui n’est pas tellement physique en plus.

Dans mon malheur passager, car il est passager, ce soir ou demain je serai mieux . Mais même si la souffrance est de courte durée je crois qu’il est bien qu’elle soit écrite est partagée. Car je ne suis pas qu’une personne forte qui réalise un beau projet, j’ai mes faiblesses aussi. Et là je suis faible.

Voilà c’est dur.

C’est dur ce moment là aussi de part mon isolement, pas de vie sociale dans ma banlieue, et là impossible de faire l’effort d’aller à Paris, d’ailleurs l’agitation me ferait péter les plombs, donc je suis bien en fait dans ma banlieue calme même si seule. Cette solitude, ce poids est à vivre aussi.

C’est mieux aussi de le vivre seul car je ne veux pas partager cette souffrance avec les gens que j’aime, car un jour, comme d’autres avant, en auront assez de vivre ça et partiront.

Si je l’écrit ici c’est pour te dire, toi qui lit tous mes articles positifs et qui est encore bien empêtré dans ta souffrance, je compatis, c’est de cette souffrance qu’est née ce blog et tout ce qui suit. Il ne faut pas la haïr, mais l’accepter, l’accueillir.

Et puis notre rapport à la souffrance évolue. Aujourd’hui c’est dur parce que le contexte dernièrement a été intense et que la suite va être plus posée maintenant, mais la souffrance ne va durer que quelques jours max, alors qu’il y a quelques années elle avait pu durer 6 mois. Les choses évoluent, enfin bref.

Voilà une petite touche de noir entre ces derniers articles colorés, une touche de noir qui fait ressortir les couleurs passées et à venir.

Patience et espoir,

W


Prochaines rencontres entre hypersensibles

Il y en a déjà eu plus de 30 depuis la première en juin 2014! Pour cette rentrée, j’en organise désormais une par semaine à Paris, en alternant 1 le weekend puis 1 la semaine.

Prochaines :

-Samedi 17 septembre à 18h près de Denfert Rochereau (réunion associative à 14h)

-Mardi 20 septembre à 17h près de la porte de clignancourt.

Grace à des personnes motivées dans d’autres villes, des rencontres ailleurs que Paris s’organisent!

-la toute première aura lieu à Nancy le 1 et 2 octobre 2016.

-une autre antenne est en développement à Lyon.

Si tu veux qu’une rencontre s’organise dans ta ville, n’hésites pas, on travaille ça ensemble.

Et puis il y a les séjours entre hypersensibles!!

-le troisième mi-octobre et quatrième mi-novembre. Pour ces séjours, il faut que je te connaisse un minimum quand même, car c’est assez exceptionnel et merveilleux comme truc, faut que je fasse gaffe à qui participe!

J’utilise depuis quelques mois le forum des hypersensibles pour communiquer les rencontres, voir calendrier des rencontres. Tu es le bienvenu!!

J’ai rédigé aussi une charte des rencontres hypersensibles ici.

J’espère te rencontrer un jour et te permettre de bénéficier de cet espace de partage si nécessaire! M’enfin, chacun son rythme !

En tout cas inscris toi et questionne moi sur contact@association-hypersensibles.fr

A bientôt,

Patience et espoir

W

 

 


Heureux comme jamais!

Je t’écris avec grand bonheur au rythme de cette chanson plus que positive I’m not rich

Grand bonheur…

Dans ma petite vie, j’ai toujours eu une certaine prétention à me prendre pour le soleil, je me suis souvent alors brûlé les ailes, puis retombé dans les enfers, mais lors de ma dernière envolée loin de la terre, bien que j’avais visé bien trop loin, visé la lune, j’ai rechuté, mais cette fois les étoiles m’ont rattrapé…

Je galère un peu dans l’écriture de cette métaphore, m’enfin tout ça pour dire que depuis quelques années je me sens porté, je me sens en sécurité, que quoi que je fasse, tout ira bien. Et là…

Tout va bien!!!

L’association est officielle depuis hier 11 septembre, j’ai donc un statut officiel. Je suis toujours un pensionnaire de l’AAH (allocation handicapé) mais je suis aussi Président, haha! Et j’ai un sacré travail avec cette association, ce mouvement de rassemblement d’hypersensibles. Depuis le dernier séjour HS, mes journées sont bien remplies. Président mais pas que…

Ce matin j’ai reçu un mail d’Edilivre, maison d’édition alternative en ligne, qui m’annonce que mon manuscrit a été retenu et me transmet un contrat de publication. Voilà, ça y est « la vie d’un bipolaire » (le livre) va être publié! Ma carrière d’écrivain est lancé. Je vais toucher des droits d’auteurs, choses que j’ai rêvé, ….ah mon portable sonne, c’était ma … quelle nom donnée, c’est un truc qui m’angoisse d’ailleurs un peu le choix du surnom affectif, dans le doute je resterai sur, c’était « ma copine » même si l’affection que j’ai pour elle est prisonnière dans ce mot très conventionnel, peu engageant, sans risque, bref notre relation est aussi un bel accomplissement personnel. Difficile de m’exprimer là dessus, sachant qu’elle lira certainement ces lignes.

Voilà tout va bien, le terme « accomplissement » convient plus pour mon livre qui va être publié, c’est le résultat d’un long travail d’écriture sur ce blog.

Avant même que tu l’achètes (ou pas!), je te remercie encore et encore. Surtout toi, lecteur ou lectrice qui me soutient juste avec l’attention que tu portes sur mes textes. Mes réussites d’aujourd’hui sont en grande partie grâce à toi. Merci, je t’aime.

Aujourd’hui mon projet de vie est réel, cohérent. Le blog, l’association, ma relation amoureuse, forment une harmonie, sans parler de mes amis (rencontrés par ce blog) qui sont le ciment de cette construction.

Je profite de ce jour de bonheur, je m’emplis de cette Joie, qui nourrit mes ambitions.

Ambitions simples : développer l’association, trouver une maison à la campagne comme lieu pour la pépinière HS (centre de ressourcement et de projets artistiques pour hypersensibles) et comme lieu de vie pour moi et pour une famille, un jour ; des animaux en attendant! Patience et espoir seront écris sur le paillasson.

L’argent ? c’est pas un problème pour moi. Je crois que tant qu’il est bien utilisé, comme une énergie : il circule. Je crois aux lois de l’attraction financière. Du concret? la cotisation de membre de l’association (à venir prochainement) de 22 euros servira à aider toutes personnes intéressées par les rencontres et séjours qui n’ont pas le sous pour faciliter leur venu. Ce qui permettra de faire bénéficier les actions de l’associations à un plus grand nombre de personnes. Cela entraînera un plus grand nombre de membres. Cela engendrera une plus grande crédibilité de l’association lorsqu’on demandera des subventions publiques et des dons privés. En attendant et en parallèle, mes recettes sur mes droits d’auteurs (grand sourire) seront investis largement dans ce projet de pépinière HS. C’est pas de la générosité pour l’association étant donnée que mon projet de vie et de l’association sont intimement liés.

Bon, je te cache pas que je rachèterai, pour le plus grand plaisir d’une certaine femme, une paire de chaussures pour remplacer mes bonnes vielles Timeberland trouées de toute part. Et encore c’est pas une priorité, j’assume et j’aime mes trous. J’ai beaucoup de trous en réalités. Trous dans mes vêtements (pas comme tout le monde), trous dans mon corps physique (comme tout le monde), trous dans mon corps éthérique (y parait). Ces derniers sont plus subtiles, ce sont ceux qui sont vraisemblablement à l’origine de mes troubles et souffrances. Tout ça pour dire, qu’il y a des trous à raccommoder en priorité. Ces trous spirituels liés aux troubles et nœuds psychiques  ne sont pas très grave et surtout pas irréversible. Suffit de croire que j’ai trois guides spirituels, qui lors de méditations particulières, peuvent flotter au dessus de moi et s’affairer à me rafistoler comme des pêcheurs affairés à rapiécer un grand filet de pêche! La vie n’est qu’un jeu de croyances.

Un article qui part dans tous les sens, oui! Sur ce blog, je viens exprimer ce que je ressens, ce que je vis, mon chemin. Et quelque soit le chemin, cet espace s’est imposé comme une réelle base. Un jardin dans lequel je viens me promener lorsqu’il y a trop de choses dans ma tête. Ça y est je me sens mieux. Tu es ma thérapie. Ma Terre Happy.

J’étale mon bonheur, non je te le partage, parce qu’au fond, ce que je veux exprimer à chaque article, c’est que l’espoir est permis, mon expérience en témoigne, en est la preuve.

Patience, espoir

W

Ps : comme au premier mois de ce blog : c’est toujours un plaisir d’échanger avec toi : bipohypermaniac@gmail.com  Mes réponses seront sûrement un peu plus tardives prochainement avec le succès de mon livre!

 


…et maintenant : J’organise des séjours !

Tout à fait exceptionnel pour ce blog, cet article contient des photos!

J’ai tellement envie de te partager le bonheur que j’ai vécu lors de ce dernier séjour entre hyper sensibles. J’ai surtout tellement envie que tu viennes au prochain. Parce que, pour les nouveaux arrivants sur le blog, ces séjours entre hypersensibles que j’organise existe grâce à toi qui me lit, enfin… plutôt « toi » qui m’a lu. Je te refais un bref historique:

20160826_190356

le jardin du gîte juste pour nous!

2013: création du blog, très vite des correspondances se multiplie avec mes lecteurs.

Juin 2014 : je co-organise avec une lectrice une première rencontre entre bipolaire. A partir de septembre, j’organise une rencontre par mois, et cela jusqu’en fin 2015. Des liens se créent se développent, des amitiés même!

Janvier 2016: face au nombre grandissant de participants des rencontres parisiennes, j’organise désormais une rencontre toutes les deux semaines. Le partage allant bien au delà de l’étiquette « bipolaire », j’appelle les rencontres

20160830_134938

Sans cacher le côté rustique

« rencontres entre hypersensibles » car ce terme relie des personnalités qui se retrouve sur cette fameuse hypersensibilité.

Avril 2016 : un bureau et des statuts sont préparés pour officialisé l’association des hypersensibles. (note: ce sera pour Octobre 2016)

Mai 2016 : le premier weekend à la Ferté (77) rassemblant 10 personnes (pas que Paris!)

Aout 2016: premier séjour HS de cinq jours au même endroit, d’où ces photos ont été prises.

BREF!

Tout ça pour dire : Tout à commencer ici, et même si il y a un forum, une page facebook, pour l’association, je reviens ici pour faire le point. « . »

Mais tout ça surtout pour t’annoncer les deux prochain séjours entre hypersensibles :

20160828_193216

… j’assume pas tellement les deux bouteilles, m’enfin, il y avait une promo sur les 6 achetés

-du 14 au 19 octobre 2016

– et du 18 au 23 novembre 2016

  • budget : 20 euros par jours / personnes (ça comprend l’hébergement et la nourriture) avec la possibilité de rester le nombre de nuits que tu veux, juste le weekend par exemple!
  • Une aide au transport pour les non parisiens est prévue à mesure du possible

Pour les rencontres à Paris je vais de moins en moins les communiquer ici, étant donnée qu’il y en a au moins une par semaine! La prochaine vendredi et ensuite le samedi 17 octobre.

Par contre! Grande nouveauté : la première rencontre hors de Paris aura lieu à Nancy, le 1 et le 2 octobre 2016. Je la co-organise avec une participante qui avait fait le déplacement pour le séjour dernier.

Plus d’infos sur le forum et par moi par mail : contact@association-hypersensibles.fr

img_0262

W

Tu te doutes bien qu’il y a plein d’autres photos et des magnifiques mais le partage de celles ne se fait qu’entre participants, tu comprendras bien!


Une maison HS dans la prairie

Fatigué, la tête lourde et pourtant difficile de tenir en place avec tout ça…

Tout ça, c’est d’abord ces rencontres entre hypersensibles qui prennent une ampleur particulière depuis la fin du séjour HS de la semaine passée. Y a un tel potentiel de développement que mon esprit est emballé à penser toutes les nouvelles perspectives qui s’ouvrent. Je résiste difficilement à la tentation d’organiser chaque branche de l’arborescence.

D’ailleurs si tu veux m’aider à jardiner ce mouvement, une réunion le 17 septembre à Paris à 14h est prévu pour ceux qui veulent s’investir d’une manière ou d’une autre. Que tu puisses être présent ou pas : contact@association-hypersensibles.fr

Alors j’écris, j’écris les nouvelles idées, les nouvelles formes d’organisation… mais il y aussi ce livre « la vie d’un bipolaire » dont le manuscrit est presque finalisé, grand merci à Julie et Mary pour la relecture, alors : comment publier? par qui?  Et puis, il y a M…, une relation qui se cherche au futur encore très floue…

Bref, ma vie est comblée, je devrais être content, me reposer tranquille, fier de qui je suis devenu, fier de ce que je fais… Ben, non, je suis fatigué, et mon cerveau ne semble pas vouloir mettre pause tant qu’il y a de quoi se projeter, à travailler. Je fais gaffe, je dors, mange, mais j’ai l’impression que ma tête va exploser.

« tu l’as voulu, tu l’as chercher aussi… « Oui, oui, je sais,  je suis heureux mais dans un état particulier, c’est tout.

Faut dire que mon projet de vie s’est éclairé d’un coup ces derniers jours. Les rencontre, l’organisation de séjours vont amener à trouver un lieu pour cette fameuse Pépinière HS d’accueil de séjours entre hypersensibles. Et avant de mettre les moyens en oeuvre pour s’installer dans un grand corps de ferme, j’ai l’idée de m’installer dans une maison à la campagne ile-de-France, Eure ou dans l’Oise dans laquelle je pourrais accueillir des séjours HS. C’est dit, voilà, y a le temps mais si vous avez un plan à la campagne, je suis ouvert aux propositions.

C’est quoi les séjours HS? Une rencontre de partages durant un long weekend, ressourcement, activités artistiques, dans un climat de bienveillance et de respect du rythme de chacun, le même état d’esprit que les rencontres à Paris. Pour le moment les séjours se passent dans un gîte en seine et marne. Il y aura des séjours encore d’ici fin 2016 là bas. Mais pour 2017, pourquoi pas toujours à la campagne, mais chez moi! Le seul travail normal que j’ai fait est l’animation et la direction de centres, genre colo, j’aime la vie en collectivité. Et puis l’association des hypersensibles sera dans les semaines à venir officielle.

Voilà comment je compte allier mon activité d’organisateur de rencontre et de séjours et ma vie personnelle, dans une maison à la campagne avec des poules, du blé, une vache, pour faire des crêpes. Voilà comment je compte installer mon bonheur. Voilà comment je compte être véritablement STABLE. L’être, l’avoir et le faire uni dans une simple bâtisse et un terrain dans lequel tu mettras ta tante. Haha! non, ta tente!! l’abscisse heu l’absus!

J’ai l’expérience de mon ancien métier, j’ai la fibre de la vie collective, ya un projet, ya des gens.

Un endroit au calme, accueillir des belles personnes en quête de ressourcement, permettre un partage humain, des moments simples, la création artistique qui sommeille chez beaucoup d’hypersensibles. C’est pas trop demandé non?

Voilà la vie que j’ai toujours voulu et qui se réalise. C’est assez perturbant.

D’ailleurs si tu es tenté de commenter que cela n’est pas réalisable, comme dirait l’autre : RAF, rien à foutre!

Mon téléphone a vibré, c’est bien, je vais arrêter là

Patience (me diras-tu sûrement!)

Espoir

W


Consultation chez mon psychiatre

Cher Doc’,

Merci d’accepter cette originale consultation.

Dans trois heures je serai dans votre grand bureau avec ces hauts murs blancs décorés par des grands posters d’affiches de vieux films de cinéma. Avant la consultation, j’aurai certainement attendu un peu dans l’une de vos grandes salles d’attentes à feuilleter un des nombreux grands livres d’arts à disposition, ou un album sur l’Inde, pays que vous appréciez beaucoup pour la spiritualité présente là bas, je crois, bref!

Me voilà devant vous, vous devant moi, m’observant un peu, essayant de déceler en moi par mon comportement l’état de mon humeur. « Hmm, il doit certainement être up avec cette originalité qui me propose » ou peut être suis-je un peu parano.

Docteur, depuis notre dernière entrevue, il y a deux mois, il s’est passé beaucoup de choses. Des rencontres entre hypersensibles, une relation amoureuse, une tournée de théâtre qui a viré court, et dernièrement un séjour entre hypersensible merveilleux. C’est cette dernière expérience qui me donne cet élan de vous écrire.

Depuis que je suis rentré de ce long weekend partagé avec 16 hypersensibles! je suis logiquement un peu déstabilisé. M’enfin, je dors et garde une bonne hygiène de vie, beaucoup de repos, ce qui me permet de vivre le contre coup de cette grande vague sans dommages, pour le moment! Les fortes émotions ont laissé place aujourd’hui à une tête pleine de perspectives, de projets et de réflexions en arborescence du à ce mouvement qui prend toujours un peu plus d’ampleur. Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais à partir seulement de la création de ce blog en novembre 2013, je suis aujourd’hui au centre d’une centaine d’hypersensibles concernés par mon projet d’association.

J’ai rassemblé 17 hypersensibles dans un gîte à la campagne. Un espace ou chacun a pu recevoir une dose de bienveillance, d’écoute, d’espoir. Après notre entretien je vais rejoindre d’ailleurs dans un café une dizaine d’hypersensibles présent ou non de ce séjour.

Plus que jamais, je réalise un monde rêvé, un monde ou des personnes souffrantes psychiquement, comme moi (surtout dans le passé) puissent se libérer petit à petit de leur trouble grâce à la rencontre, l’échange, le ressourcement, la création artistique.

Mon désir d’une pépinière HS (Un centre fixe dans la campagne de ressourcement pour HS et de création artistique) a déjà commencé à être assouvi par ce dernier weekend où il y a déjà eu des belles productions.

Voilà, cher psychiatre, aujourd’hui je me sens:

Fort : je créé un nouveau monde à mon image, des fondements ont déjà été posés, j’ai une équipe d’hs devenus amis à qui je peux déjà déléguer une partie de l’organisation des rencontres parisiennes. Ma (r)évolution intérieur (ce travail acharné que j’ai fait et fais encore sur moi) se reflète plus que jamais à l’extérieur sous forme dans une révolution sociale. Car au final c’est ça ce qui se passe, je créé du lien social entre personnes qui en avaient profondément besoin (comme moi). Je suis créateur.

Fragile : jamais à l’abri d’une exaltation mais tant que je reste en garde et que je suis ouvert à l’observation de mes proches et la votre (même si la dernière fois vous n’avez pas préféré m’hospitaliser alors qu’avec le recul ça aurait été mieux, haha!) tout ira bien. Et comme vous le dites, j’ai beaucoup de ressources, oh oui! Aussi ce monde que j’ai crée et que je co-crée maintenant suscitera des critiques de gens qui ne comprennent pas ce que je vis à l’intérieur. Cet amour que je veux partager. Qui comprennent pas que ce n’est pas tant le pouvoir et l’argent que je cherche mais une vie simple et heureuse faite d’amour inconditionnel. Si les gens ressentaient ce que je ressens ces derniers temps, cette paix, cette joie, cette amour, bon certes, il ferait certainement une crise maniaque pour ceux qui sont hypersensibles, et oui certes à l’inverse, peu de personnes solides pourraient le ressentir car il faut connaître le non-amour pour connaître l’amour, la souffrance pour connaître la Joie, l’agitation pour connaître la paix. Mais je suis certain qu’il y a des millions de gens qui ressentent, qui connaissent, ce que je vis, et qui n’attendent que, que je continue mon chemin toujours dans le travail sur l’égo et l’éclairage de la voie qui va du coeur à la parole sans passer par le cerveau.

Tout ça pour dire, que j’attire parfois des critiques dures, des gens qui me croient mal intentionnés, dangereux. Comme dit Alexandre Jollien : « RAF » : rien à foutre!  Désolé amis dé-traqueurs, c’est trop tard, je suis plus fort que vous, vous me ferez certainement douter une seconde, une minute, une journée mais pas beaucoup plus car j’ai un arsenal d’outils pour me recentrer: un traitement, un bon sommeil, l’écriture, et surtout toute une légion humaine, d’amis, de soutiens anonymes. Mon amour, ce je qu’exprime,  fait résonner tes peurs les plus inconscientes, tu résistes à lumière que regorge certain mots, mais c’est normal étant donnée ce que tu as vécu, ce que tu es devenu, toi et tes blessures, je ne t’en veux pas. Cependant je ne laisserai pas visible ton poison (tes commentaires) dans ce petit monde que je construis.

Fou : En voyant ce que je suis devenu, ce que j’ai fait, ce que j’ai, je me projette dans un futur proche en imaginant l’évolution de ce qui est là déjà, et naturellement mon égo se voit grand, holà très grand! Prenons Gandhi, l’abbé Pierre, Luther King… Mon égo se voit un destin à la hauteur du leur, et encore cet égo là est modeste! Le fond de ma folie se prend pour Dieu, le Dieu créateur, mais cela est-ce même de la folie? Je vois déjà des foules rassemblés par ce que j’ai impulsé. Par contre, mon besoin de notoriété ayant été largement soigné, je n’ai pas tellement envie d’être au centre d’une attention populaire. J’ai plutôt envie de vivre très simplement dans la nature avec une femme et des enfants, et déléguer la gestion de mon monde. Je n’ai pas besoin d’Harley Davidson (désolé doc’, pas pu m’empêcher!), de ferrari, d’habits chers ou de toute cette technologie. Il n’y a qu’à voir mon portable et le trou dans mes chaussettes et mes chaussures.

Sage : Je n’ai plus besoin d’être exalté pour être bien. Je suis sur un chemin ou la Joie et la Paix illimité se trouve et se vit d’abord à l’intérieur. Je peux méditer une heure avec un mental au repos, avec ma conscience seulement focaliser sur la respiration et les battements de mon cœur.

Je m’arrêterai là. J’espère que vous êtes allez jusqu’au bout et que vous ayez fait un dépassement de fonction (pas seulement prescrit un traitement comme la majorité des psychiatres). M’enfin, ça vous le savez, vous êtes un excellent psychiatre. Presque un vieil ami!

Voilà! maintenant on peut parler de comment on va collaborer tous les deux pour révolutionner la psychiatrie française. Envoyer valser les diagnostiques, faire évoluer le langage, et que sais-je encore!

Je vous invite doc’, à mettre votre prescription ou un petit mot en commentaire.

Merci, si j’en suis là, c’est en partie grâce à vous et à la confiance que vous avez eu en mes ressources personnelles et à la décision de ne pas trop m’avoir assommer chimiquement au contraire même!

Voilà ma carte vitale  et surtout…

W