Archives de Tag: W.

Impression Dépression Diversion

Je voudrais écrire « dépression » simplement mais ce que je vis n’a rien d’une maladie ou alors ce serait la condition humaine qui est une maladie? Je ne suis pas d’humeur à jouer sur les mots mais les mots sont importants car les mots qu’on pense conditionne notre état. « La tristesse est la résistance à quelque chose de nouveau » écrit R.M Rilke. Ce n’est pas ce que je vis qui est noir mais c’est ma manière d’accueillir ce nouveau qui me pèse. C’est ma façon de percevoir la vie qui n’est pas adaptée à ces nouveaux jours.

Voilà comment on peut vivre difficilement l’amour de quelqu’un, et harmonieusement la perte d’un être cher. C’est une question de perception. Alors je pourrais remettre tout en question, douter là où avant je me réjouissais. Ce n’est pas la vie qui a des couleurs définis : ça c’est rouge, ça c’est bleu, ça c’est noir… Une chose peut être vécue d’une infinité de manières différentes. Tout dépend du regard que l’on a au moment où l’on vit cette chose, tout est relatif à notre perception, à notre humeur du moment, à notre énergie. Voilà pourquoi je fouille au fond de mon être, pour trouver la paix. En moi. Car tout dépend de moi. C’est là que ça se passe. C’est de là que j’apprécie ou non l’extérieur. C’est de là que je crée.

Alors chercher la paix ou la créer. Existe-t-elle en moi ou dois-je l’inventer? Comme j’ai inventé mon monde ici. Créer la paix. Ou alors la recréer, ça fais déjà moins prétentieux. J’y avais jamais pensé, comme tout le reste d’ailleurs, je voulais parler de mon état en  » dépression  » au départ, mais je me laisse aller au jeu du clavier libre, et je me fous, désolé, de si tu vas comprendre ou pas. Je viens ici m’exprimer et non communiquer.

Comment on fait pour créer la paix? On se fout la paix? Pas loin, je dirai qu’on est en paix lorsqu’on parvient à vivre hors de soi. Hors de moi. Quoi qu’il m’arrive, rien ne s’accroche, tout glisse, me transperce. De l’air à la place de l’ego, et la vie qui continue est vent, et moi comme l’arbuste, j’accueille sans bouger.

Tout ça pour dire que pour se relever vite d’une dépression, il ne faut pas mettre des mots, il ne faut pas penser. Accueillir ce repos forcé sans le juger. Car le mental est en retard, le système d’exploitation est dépassé, il ne peut pas interpréter justement le présent. Le corps a besoin de ce repos pour se mettre à jour. Il n’y a rien à penser. Le mental doit être hors-je, le temps que l’énergie revienne. Diversion

C’est de cet état que j’écris. Car, étant dans le vif du sujet, je veux prouver de mon expérience que l’espoir est possible là où les pensées malades veulent nous dire l’inverse, que tout est noir, etc. Mais voilà le problème au fond, c’est qu’automatiquement on s’identifie à nos pensées, alors si nos pensées sont malades on dit qu’on est malade. Hé non non non! On peut choisir nos pensées, on peut même créer nos pensées, créer des pensées paisibles, c’est peut être un bon début pour se créer la paix.

Patience et Espoir

W


La thérapie PSR

C’est l’été, la température augmente, les hypersensibles sont en chaleur, attention! Je vois beaucoup d’envies autour de moi, de belles énergies, des libérations, des découvertes de soi, de la magie, du merveilleux, c’est génial mais j’ai quand même envie de dire « Calmez vous! ».

De la joie paisible, durable voilà comment je vois le bonheur et où je vais. Je me méfie de l’excitation, l’exaltation, cela m’a mené hors de moi (hmm plutôt hors du Soi, pour être juste) alors que je cherche à être au profond de moi, là où est le Soi, l’Unité, qui permet la communion avec Tout, avec l’Autre.

Le mental nous joue des tours… Je reviendrai là dessus une autre fois, je n’ai pas d’inspiration. En même temps j’écris allongé dans mon lit, depuis ma sieste. Demain, le tour de France commence, on va à Lyon j’ai hâte de vivre cette aventure. « C’est pas intéressant, ça » Oui c’est vrai, je l’ai senti. Sieste, car en ce moment je me lève tôt, je suis dans une belle période, j’ai presque tous les indicateurs de ma vie en vert. « On s’en fout, c’est du factuel, c’est plat » Oui c’est vrai je l’ai senti, mais c’est comme ça quand je mets à écrire, sans avoir véritablement l’envie et l’énergie.

Hier, nous (la lectrice du blog qui m’héberge dans les Alpes et moi) avons vu  un ange géant crépusculaire, d’ailes de nuages, poser au dessus d’une petite montagne au bout de son jardin. Il y a quelques années, j’aurai pris ça pour un signe divin, mon mental aurait été déstabilisé par cette connexion mystique, et j’aurai facilement dérapé dans la spirale maniaque. Mais aujourd’hui, fort d’un long travail sur moi, j’ai apprécié la beauté de cet instant avec mon amie sans interprétation et jugement, juste pour ce que c’était : merveilleux. Cette perception, cette sensation, cette énergie n’est pas venue s’accrochée quelque part dans mon esprit à je ne sais quel filtre, conditionnement, ou peur. C’est cela la transparence. Ça permet d’être disponible à l’instant qui suit, à rester dans le présent, à ne pas partir dans des pensées, interprétations, hors du Soi. Grand moment pour moi, qui me montre le chemin parcouru. C’est cool.

En même temps, on finit toujours par obtenir ce que l’on cherche. Quelque soit le temps, et la souffrance endurée. Si l’on y croit et que l’on veut, on finit par être qui on veut être, et avoir ce que l’on veut avoir. M’enfin, déjà faut savoir ce que l’on veut et avoir, et au delà de ça, savoir ce qui est juste et bon pour nous. « Seigneur, apporte moi ce qui est juste et bon » voilà, tout à fait. Mais attention, c’est risqué et osé comme demande, car la vie nous en fait baver pour nous libérer de nos peurs, de nos vieux schémas, pour faire émerger nos blessures inconscientes. Aie!

J’en ai chié dernièrement à ce sujet. La vie m’a confronté à une situation où une vielle blessure s’est ré-ouverte. Celle de la jalousie, de la possessivité dans une relation, la dépendance, l’exclusivité, centre de l’attention, bref un mélange de tout ça. Alors, pendant une semaine j’ai senti une douleur aiguë dans le cœur. J’ai médité dessus des heures, j’ai accueilli ce mal en moi qui veut s’exprimer désespérément, et j’ai échangé avec les personnes concernées pas la situation qui a re-déclenché cette blessure.

Ah lala, qui y a t-il de mieux que la permission de pouvoir se livrer à l’autre, de ne pas rester seul avec sa peine. Voilà le soin ultime : Partage-Sincère-de-Ressentis. Le PSR. C’est la nouvelle thérapie qui fait tabac (ça me fait penser qui faut que j’aille en acheter). Tu connais le PSR? Voilà, je vient d’inventer mon métier de thérapeute. Haha, merci à toi de l’avoir permis. Je ne m’y attendais pas.

Aujourd’hui, souvent dans les rencontres ou échanges entre HS, on parle de la Thérapie Cognitivo Comportementale « Moi, je fais une TCC, c’est pas mal… En fait, TCC ça veut dire thérapie etc… Ça aide à mieux comprendre ses émotions… Oui, je te la conseille, je pense ça t’aidera à etc… ». Hé ben demain et dans le futur on entendra « Rho pitain! j’ai découvert la thérapie PSR, ça me libère un truc de ouf… PSR, ça veut dire Partage-Sincère-de-Ressentis… C’est W, un mec qui faisait ça tout seul sur un blog en anonyme, ça l’a éveillé de ouf, et c’est devenu maintenant une thérapie mondiale…. Oui, par contre, le mec, W, il est perché c’est devenu un pitain de Gourou, avec son harem, ses villas, il a même acheté une île dans laquelle il fait vivre ses 22 femmes et 77 enfants… Non, bah en ce moment il est en taule pour pédophilie » haha , bref!   Dérapage contrôlé. On s’en fout c’est du rap! Enfin de l’art, quoi! Liberté d’expression attention j’arrive!

Dans tout ça je retiendrai comme envie, celle d’achetée une île. Après pour les femmes. Déjà que j’en trouve une qui fera l’affaire, ce serait pas mal.

Voilà, voilà.

Tout ça avec patience et espoir, naturellement!

J’allai oublié, j’ai un livre à vendre à moi : la vie d’un bipolaire, le livre, c’est 22 euros c’est cher je sais, il m’est cher aussi, et j’ai une île à acheter.

W

1  2  3  4  5  6  7


« Attention au déni de la maladie »

keep calm

Ne laisses pas quelqu’un te faire croire que tu es malade si tu ne te sens pas malade. Et si tu te sens malade, ne laisses pas quelqu’un te faire croire que ta vie est foutue, car ce n’est pas vrai, on peut se libérer de tout mal, avec la conscience, le soin, la patience et l’espoir.

Malgré un diagnostique de bipolaire en 2008, je ne me suis jamais senti malade. Pourtant j’en ai chié, des crises maniaques, des hospitalisations à répétitions, bref un beau palmarès que tu peux découvrir dans le récit de mes aventures : maniac story ep 01-Je t’aime à la folie. J’ai atteint des jolis pics de souffrances à me mettre à genou par terre, en pleurs « Qu’est-ce que je dois faire mon Dieu, wouin wouin! », moi qui ne pratique aucune religion pourtant… Malgré tout cela, je ne me suis jamais senti malade. Quand tous les autres bipotes, eux, disent qu’ils sont malades, moi je pense « béh du coup, peut être qu’il y a eu une erreur de diagnostique » peut être qu’ils ont raison, et qu’en fait je ne suis pas bipolaire, tout simplement. J’aurai trompé tous mes lecteurs depuis trois ans… oh merde!

En réalité c’est pas simple cette histoire, parce que débattre autour de la bipolarité et la maladie est sans fin et engendre beaucoup de confusion, tout bêtement parce que le mot « bipolaire » n’a pas de sens au fond.

Premier non sens. On s’identifie au trouble : « Je suis bipolaire ». D’un côté c’est rassurant, on a une réponse à la question « Mais qu’est ce qui ne va pas chez moi? » mais en réalité on s’enferme dans une prison et on se stigmatise nous même à ….. ?oui, à quoi? On réduit notre personnalité, notre identité à une alternation de quelques périodes de souffrances. Une souffrance répétée qu’on interprète très vite comme maladie chronique, comme si on était prisonnier de notre passé et sans espoir pour le futur. « J’ai un trouble bipolaire » me paraît plus juste déjà. Même s’il y a un risque de fatalité aussi dans cette expression. Encore une fois, si seulement on pense le trouble comme une maladie.

Si le trouble bipolaire était seulement défini comme une variation particulière de l’humeur, une fragilité, une hypersensibilité, un handicap dans certaines situations, et tout ce que tu veux sauf le terme « maladie », alors là ok, pas de problème : J’ai un trouble bipolaire.

Je ne déni pas que j’ai une fragilité que je dois soigner, accueillir, connaître. Je ne dénie pas que j’ai une hypersensibilité très complexe que je dois comprendre. Je ne dénie pas que j’ai accumulé beaucoup de souffrances pendant la première partie de ma vie surtout, et que je dois continuer à mener un combat, pour me libérer de mes corps de souffrances, pour guérir mes blessures les plus profondes. Je ne dénie pas que j’ai un travail colossale d’affirmation de soi, d’incarnation. Haha! Mais tout ça, c’est le lot de tout le monde en fait! La différence, c’est que les événements de ma vie ont fait que j’ai acquis cette conscience, un peu en avance sur la masse, certes.

Si ce terme « maladie » m’embête ces derniers jours, c’est que je ne dois pas en être totalement libérer.

Définition Larousse de la maladie : « Altération de la santé ».

Si une maladie permet la libération, la prise de conscience, le goût du bonheur, des guérisons multiples, la sérénité, l’accomplissement, la création. Alors oui pourquoi pas.

Mon trouble bipolaire a évolué depuis que j’ai pris conscience de mon chemin, de mon combat, depuis que j’avance en conscience, pour résumé. Là où avant, les hospitalisations se répétaient presque chaque année, les dernières sont très espacées. Tout ça pour dire qu’on s’en libère de ce trouble qui apparaît au début comme une maladie chronique. Suffit d’y croire, et de mettre les moyens.

Ou alors peut-on dire que la bipolarité est un trouble qui remue notre être afin de nous donner la chance de soigner toutes nos maladies inconscientes.

Ou alors, peut-être qu’on peut dire que dans le monde actuelle, c’est perçu comme une maladie de vouloir être libre.

Si la liberté est une maladie. Comme l’amour qui rend malade.

Alors oh ouiii, je suis malade!

Je ne suis pas habitué à te faire la morale, ou t’enseigner quoi que soit, mais j’ai envie de proclamer haut et fort :

« Ne laisses pas quelqu’un te faire croire que tu es malade si tu ne te sens pas malade. Et si tu te sens malade, ne laisses pas quelqu’un te faire croire que ta vie est foutue, car ce n’est pas vrai, on peut se libérer de tout mal, avec la conscience, le soin, la patience et l’espoir »

W

mon bouquin : la vie d’un bipolaire

et les derniers articles sur fb

quelques liens intéressants 1  2  3  4  5  6  7


Plein de rencontres en Avril

bipolaire-rassemblement-rencontre-hypersensible-trouble-vivre-avec-celebre-comment-savoir-symptomes-wiki-test-traitement-type-1-2-depression-hypersensibilite-definition-soigne-amour-dangereux-emotion

Je suis fâché contre WordPress. J’ai écrit comme prévu (je voulais faire un article par jour, c’est raté) un article Samedi dans lequel je me suis beaucoup donné et au moment de le publier il y a eu un bug et il a disparu… C’est la première fois que ça m’arrive, j’ai eu du mal à le digérer. Je me dis que c’est peut être un signe ; qu’il n’était pas bon de publier ce texte dans lequel je te racontais une expérience mystique qui m’est arrivé récemment, bref!

Mon exile prend fin ce 1er Avril. Avril! Un mois où je multiplie les chances de se rencontrer entre hypersensibles. Je vais pas refaire une énième présentation de ces rencontres ici. Si tu connais pas, va plus tôt là où j’ai mis toutes les infos : www.association-hypersensibles.fr

Voilà toutes les occasions, j’espère que tu en saisiras une depuis le temps que tu traînes ici !!!(je pense bien que ce « tu » représente pas mal de lecteurs ici):

PARIS, le dimanche 2 Avril à 16h au parc des Buttes Chaumont. Ainsi que le 12 et 22 Avril au même endroit.

LYON, le samedi 8 Avril à 15h Hotel de Ville. La prochaine en Juin, c’est pas tous les jours!

RENNES la 2e, le samedi 15 Avril à 14h à la gare pour ensuite sortir à St Malo. Il manque 4 personnes pour confirmer cette rencontre. La première rencontre à Rennes a été une réussite particulière!

Autant te dire que j’ai pris la carte weekend sncf!

Et le meilleur pour la fin : j’ai le plaisir de t’annoncer le premier séjour Pépinière HS le weekend du 1er Mai. La Pépinière HS étant un rêve révolutionnaire qu’incarne l’Association des Hypersensibles. Plus d’infos sur le site. Aussi écris moi un mail si tu veux que je t’envoie de la documentation : contact@association-hypersensibles.fr

Si tu me le demandes, je peux te vendre directement mon livre lors d’une rencontre. Hé oui, car ça y est il y a un livre avec un gros W sur la couverture qui est disponible ici:

la vie d’un bipolaire, le livre et bientôt commandable en librairie (peut être déjà même)

Comme tu vois, je dois faire la pub moi-même, comme je peux… Je t’avoue que je compte un peu sur ta bouche et sur leurs oreilles pour aider.

Voilà pour les rencontres en Avril. Après ce mois intense pour l’association et moi, je vais calmer le jeu. Je proposerai moins de nouvelles actions, je vais ralentir parce que je sens que je vais trop vite pour tout le monde. Déjà, rien que le fait que je m’investisse pleinement dans une activité bénévole me semble pas très équilibré. Aussi j’ai d’autres envies qui mûrissent depuis pas mal de temps et qui s’enflamment avec les présidentielles, des idées et des projets personnels que j’aimerai développer. C’est toujours tourné autour de l’expression, tu seras alors mis au courant très vite!

Tout ça pour dire, que ce mois d’Avril, à PARIS, RENNES ou LYON, c’est le moment de se rencontrer!

Et si non… hé ben…Patience et Espoir alors 🙂

Et puisqu’il faut faire du lien : 1   2   3   4   5   6   7.

W

 

 

 


Mon premier bouquin est réel!

IMG_0402

La vie d’un bipolaire, le livre.

Hé ben voilà, cela fait 3 ans que je traîne ce projet… Je m’abstiendrai pour le moment de commentaires sur tous les ressentis  qui me traversent : joie, peur du jugement, dégoût, etc. et je resterai sur un ton informatif :

Mon premier livre est disponible!

Actuellement sur le site de l’imprimeur : https://www.bod.fr/livre/w-w/la-vie-dun-bipolaire/.html

Et bientôt commandable en librairie.

Le prix? 22,22 euros évidemment!   Et 50 % des droits d’auteur reversés à l’Association des Hypersensibles, naturellement!

PS : 20 jours que je suis sur mon île, l’expérience est très riche. Seul hic, j’ai bien du mal à allier pour le moment le vent, la mer, les solitudes particulières que je vis ici avec l’activité sur Internet.

Mais j’écris, j’écris beaucoup.

Et je reviendrai vite ici pour partager les vents contraires qui me traversent notamment avec la venue de ce fichu bouquin!

Ces dix dernières années, je ne compte plus le nombre de projets inachevés. Ce livre, c’est la première fois que j’ai concrétisé dans la matière un rêve qui semblait bien loin à l’époque. Qu’est ce qui a fait que je l’ai terminé ce projet? Je pense que j’y ai cru, et lorsqu’il n’avançait pas, je continuais d’y croire même s’il n’y avait pas de raisons extérieurs d’y croire. Haha, je suis en train de m’auto interviewer là… Bref!

Tout ça pour te dire, pour tes projets, tes désirs, nos rêves : il suffit d’y croire, avec

Patience et Espoir.

W


asfghjpkjbvcfv

22h22! Une belle heure pour commencer un petit article.

Avant de partir en vacances, je m’étais donné trois mois pour finir mon bouquin. Dimanche dernier, une motivation m’est tombée du ciel. Trois jours après j’ai envoyé un premier manuscrit à Edilivre… Trois jours de travail en continue (avec des temps pour manger et dormir quand même). Un extrême à l’autre… ça me rappelle un certain diagnostique qu’on m’a collé il y a quelques années.

Depuis hier, je me suis calmé aufqfrgqerrrrrrrrrrrrfretgtryh-(jhthefdf… raaaah j’ai du mal à écrire ici …………….raaaaaaaaah. gzepg………………

…je suis un peu perdu quant à ma relation avec mon blog. Relation passionnelle de presque trois ans, le double de ma relation amoureuse la plus longue.

C’est le travail sur mon livre tiré du blog qui me perd un peu. La relecture de tout ce chemin… Retranscrire mes articles dans un bouquin me donne l’impression de m’extirper du blog, c’est bizarre. Difficile à comprendre sûrement, haha!

M’enfin en tout cas le choix de Journal pour mon livre montre au lecteur une belle évolution d’un combat contre un trouble psychique. Ça le mérite d’être original, par contre je ne sais pas comment ce sera vu par les éditeurs. Ça passe ou ça casse!

J’ai pas terminé hein, d’ailleurs si t’as du temps et un avis à poser sur le manuscrit, n’hésites pas : bipohypermaniac@gmail.com

Evidemment j’imagine mon livre bestseller et Yan Moix crier au génie.

Mise à part ma relation brouillée avec mon fidèle ami blog, avec toi aussi du coup, je suis heureux de partir demain pour le deuxième weekend entre HyperSensibles! 16 HS réunis à la campagne pendant 5 jours, génial, alalala! Et cela grâce à ce blog, à toi qui le lis, merci, je t’aime!!!!

Patience et Espoir

W

 


En mode : écrivain!

Extra ordinaire! Depuis dimanche je ne fais rien que travailler sur mon bouquin. Un gain de concentration et de motivation insoupçonné, merci mon ange gardien! Oui, je suis en train de lire un bouquin sur les anges gardiens, je découvre un monde nouveau assez passionnant. Mon ange gardien selon ce livre s’appelle HARAEL et il a des pouvoirs trop cool, bref, on arrête pas le progrès!

Pour revenir à mon bouquin, qui est un journal de 3 ans tiré du blog bien sûr(titre provisoire : W, 3 ans d’expérience), il y a tellement de matière, je me suis enfin décidé à la structure. En fait, je reviens à ma première idée de retranscrire mes articles chronologiquement. J’avais douté là dessus mais aujourd’hui en retravaillant la première année, je trouve très intéressant cette forme qui montre bien mon évolution. Une sorte de libération progressive qui passe par bien des états.

Si tu as du temps à m’offrir, c’est avec plaisir que je t’enverrai la première partie pour avoir ton avis. bipohypermaniac@gmail.com

Voilà en ce qui concerne le fond, je suis bien parti, à ce rythme là, ce n’est qu’une affaire de jours. Mais pour la forme de publication je ne sais pas encore…

Comme je te l’ai écrit précédemment, j’ai l’idée de la plateforme de financement alternatif qui permettrait toujours de ne pas passer par une maison d’édition. Sinon j’ai vu que Edilivre pourrait faire l’affaire. Des idées?

Allez, une petite clope et je m’y remets! C’est fou ça, je travaille, qu’est-ce qui m’arrive?

W